AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Le Soutien par le livre


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
petipo2miel
  11 décembre 2018
nouche de Menager Dominique
Nouche est un petit garcon d'environ 5 ans. Il est l'aîné d'une fraterie de 3 enfants. Sa maman est logeuse et son papa ouvrier.

Ce roman raconte la réalité de la vie à travers les yeux d'un enfant. Les enfants sont conditionnés par leurs parents. Leurs pensées, leurs réflexions sont la copie de ce qu'ils écoutent au quotidien.

J'ai apprécié ce livre, je l'ai trouvé très touchant. Ce petit garçon qui découvre le monde avec ses yeux d'enfant mais qui n'aspire qu'à une seule chose, le sourire, le rire de ses parents.
Commenter  J’apprécie          20
kanux
  30 août 2018
Les Malfairies de Micky Papoz
Je continue d'explorer l'oeuvre de Micky Papoz. Cette fois-ci avec un roman que j'avais déjà lu il y a fort longtemps, tellement qu'il ne m'en restait que deux ou trois images, mais des images fortes, concernant en particulier la fin de ce récit qui court de 1880 à 1904. Oubliez la couverture so 90, de toute manière, le roman n'est plus disponible à ce jour et je ne peux que le regretter tant cette lecture a su me plaire à nouveau, et me surprendre encore. Il s'agit d'une saga familiale, à Mayosc, petite commune imaginaire du haut Var (près de Toulon), nom sans doute calqué sur la commune de Flayosc, qui elle existe bel et bien. Toujours est-il que cette histoire débute avec l'arrivée d'une jeune femme, orpheline, Sara Marrot, laquelle va venir bouleverser la vie d'un morose quadragénaire, Raoul Arbaud qui pour rendre service à un grand ami, a juré de s'occuper de Sara, en lui offrant une petite maison - ancienne forge - Les Malfairies. Petit à petit, l'homme et la femme vont se rapprocher, jusqu'à l'inévitable coup de foudre qui aboutira à la naissance d'un jeune garçon, Justin, hélas né avec un pied bot et un bec de lièvre. C'est surtout à partir de ce moment que nous commençons à comprendre que ce village loin de tout et encore empêtré dans d'anciennes croyances voit en Sara une sorcière, parce qu'elle est devenue une sorte de botaniste, et que la science des plantes c'est bien connu, c'est de la sorcellerie, surtout quand on les mélange à de l'eau (Fuyez l'ice-tea et le Lipton yelllow tout de même). Quoi qu'il en soit, se profile alors, comme en ombre, l'idée d'une malédiction, qui toucherait à la fois Raoul et Sara...

La construction chronologique est particulièrement réussie dans Les Malfairires, et c'est même en cela qu'il nous surprend. Là où on s'attend à une simple histoire - a priori - de sorcellerie, c'est au contraire à une saga familiale plus dense qu'il n'y paraît à laquelle on a le droit. Ainsi, quand nous arrivons à la fin du récit, en 1904, bien des choses ont changé, bien des événements ont eu lieu, bien des hommes et des femmes sont passés. Et le fantastique dans tout cela ? C'est justement par la montée en épingle, au fil des années, d'événements tout à fait naturels que le surnaturel va - peut-être !!! - finir par jaillir dans trente dernières pages assez bluffantes, qui nous laisseront certes avec un final légèrement attendu, mais parfaitement maîtrisé. Un défaut : il manque toutefois d'un éditeur sur ce texte, quelques passages, malgré une langue solide, surtout celle de la ruralité, auraient mérité un retravail (somme toute minime), et une correction orthographique et grammaticale (quelques erreurs d'inattention).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
domdu84
  02 mai 2016
Le loup de la suque de Didier Douarche
Lu en quelques heures, ce roman qui se situe dans le haut languedoc, à Causses, près de Murviel les Béziers, m'a interpellé.

Un personnage très spécial, vivant en presque reclus dans le mas familial après avoir eut quelques bons résultats scolaires. Il quitte le collège et aide son grand-père à la culture de la vigne. Il braconne et ayant un problème de sociabilité, se croyant persécuté sans arrêts, il se replie sur lui même.

Il part à la guerre, en revient et malgré quelques moments heureux dans son esprit, la mélancolie reprend le dessus, et la suite est à découvrir...

Didier Douarche a écrit ce livre en 1982 à l'âge de 70 ans, il a dû faire appel à ses souvenirs pour décrire la vie de cette famille de viticulteurs. Il est décédé en 2013 à l'âge de 101 ans. Il était inspecteur à la Poste, et dans le cadre du "Soutien par le livre" dépendant du Foyer de Cachan (soutien aux orphelins des PTT) qu'il a publié ce roman. Et d'ailleurs que je l'ai acheté dans un bureau de poste, il y a 30 ans et que je n'avait pas lu. L'oubli est réparé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20