AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Bibebook


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
garanemsa
  18 mai 2021
Le Grand Meaulnes de Alain-Fournier
Fournier Alain

Le grand Meaulnes

J’ai retrouvé ce livre bien au fond de ma bibliothèque, j’avais lu cela durant mes études d’adolescente, mais diable, je ne m’en souvenais pratiquement plus.

Il semblerait, si mes souvenirs sont bons que ce roman est en grande partie autobiographique.

François Seurel, élève pensionnaire dans un petit village du Haut Berry a pour ami Augustin Meaulnes. Il a un caractère bien trempé et pour cela et sa taille on l’appelle « le grand Meaulnes »

Alors que les grands parents de François vont arriver, son père l’envoi les chercher mais pas Augustin qui pourtant y va aussi, mais ne sera pas vu. Il semblerait qu’il est parti voir sa mère, d’où disparition. Il rentre après quatre jours mais est bien décidé à repartir. Il se bagarre avec un autre élève jaloux et repart malgré les suppliques de son ami François.

Mais cette fois il se perd en chemin, ainsi que sa jument. Il voit un château où joue des enfants et entend qu’une fête va y être donnée pour les fiançailles de Melle Galais, en la voyant il en tombe follement amoureux et se promet de revenir.

François va tenter d’aider son ami à retrouver ce château, mais pas mal de choses se passent au collège, des bagarres, des vols etc… ce qui retardent les recherches.

Mais augustin doit aller faire ses études à Paris, ce qui va séparer les deux amis.

Cependant François reste en correspondance avec son ami, après de nombreuses années, François est devenu instituteur comme son père et annonce à son ami les dernières nouvelles de celle qu’il aimait. Elle va avoir une petite fille, mais elle meurt à l’accouchement. François est devenu le tuteur mais Augustin est là revenu vers ses amours et décide de repartir avec sa fille vers de nouvelles aventures



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charlenej131
  18 mai 2021
Les Misérables, tome 1 de Victor Hugo
Bonjour tout le monde !

Je viens de terminer ce jour, une des plus grandes oeuvres de la littérature française. Il s'agit des Misérables de Victor Hugo.

Version intégrale évidemment. Il était hors de question pour moi de découvrir ce roman en version abrégée.

1632 pages lues en quelques semaines. Car il s'agit en plus d'une histoire romancée, d'une vraie analyse sociétale fort intéressante. Avec beaucoup de passages philosophiques.

J'ai pris beaucoup de plaisir à découvrir l'histoire de la France. Je l'avais signalé dans un précédent post je trouve qu'elle est survolée à l'école. J'ai appris grâce à ces lignes, des choses sur la révolution, ou plutôt les révolutions. Car on ne parle que de 93! mais pas que !

C'est pourtant grâce à toutes ces personnes, celles du petit peuple comme elles étaient malheureusement qualifiées, que nous avons acquis autant davantage.Parlons d'un des plus fondamentaux: L'accès à l'éducation gratuite ! Et ce n'est pas juste un avantage c'est juste grandiose. Malheureusement, à notre époque, l'instruction française est décriée, pourtant Victor Hugo le dit bien, elle est essentielle.

Plus les gens seront instruits, plus les gens liront et j'en passe, et moins il y aura de banditisme et autre fléau de la société, et le peuple sera plus à même de penser par lui-même.

Et donc, nous oublions que toutes ces personnes se sont battues pour nous, pour nous offrir un meilleur horizon.Et comment sont-elles remerciées ? En détruisant tout, des années de lutte, des années de pauvretés, n'auront pas réussi à ouvrir les yeux aux gens. (concernant les multiples avantages qu'ils ont acquit, qu'il faut garder, et se battre encore et encore sans jamais abdiquer), et voir même se battre pour nos propres enfants, et plus tard ce seront eux pour leurs enfants et ainsi de suite, la vie est ainsi faite. C'est ce qu'on pourrait qualifier de lutte des classes.

Au détriment de leur vie, ces petites gens ont tout donné, leurs âmes, leurs vies !Des hommes, pères de familles, Maris, frères et j'en passe.À l'époque, les hommes travaillaient, les femmes étaient vouées à ne s'occuper que de leurs familles ou de leurs logis, à eux, ces braves, imputaient la vie financière de l'habitation. Et lorsque l'un d'eux mourrait, alors la femme se retrouvait seule et abandonnée de tout le monde.

Comment faire survivre donc de grandes familles ? La pauvreté s'empire et on devient de plus en plus misérable aux yeux de la société. Mais avec la force et le progrès, les choses ont changé, ne les laissons pas nous échapper, continuons à nous battre, et prions pour que l'enseignement scolaire mette en avant, les Français d'autrefois.

Voyez donc, voyez comment vivez nos aïeux ! Que de simples révolutionnaires pour certains, des vindicatifs pour d'autres, l'écrivain dit : N'ayez pas honte de notre histoire, ne changez rien, elle est ce qu'elle elle est et elle a fait changer beaucoup de choses.

J'aime toujours autant lire dans ce français soutenu, et du coup quel ennui que de lire du français simple, voir même argoté. Triste de se dire qu'il s'agit de l'ancien français.Victor Hugo, fait un long discours sur l'apparition de l'argot et sur son infamie, celui-ci était voué à n'être employé que par des bandits, par des coquins, nous le sommes tous alors ! Visons notre société, celle-ci ne s'améliore pas, elle régresse à vue d'oeil !

J'ai beaucoup apprécié l'histoire en général ainsi que les personnages.C'était très émouvant et très prenant.Cependant je pense que l'auteur aurait pu s'abstenir de faire une dizaine de pages sur les égouts de Paris, même si c'était fort instructif.Vous l'aurez compris, une histoire poignante, et humainement triste, je vous conseille de vous y plonger, de savourer les messages qui y sont implantés.



Avant de terminer voici le passage qui m'a le plus fait mal:Deux enfants livrés à eux-mêmes, décident d'attendre dans un jardin public que la révolution cesse. Normalement ils n'ont pas le droit d'y entrer, car ils sont pauvres et misérables et que celui-ci est réservé aux bourgeois.Un père et son fils arrivent. l'enfant n'a plus faim et ne désire pas finir son morceau de brioche. Le père lui dit: Alors donne la aux cygnes, car nous devons toujours bien considérer les animaux.Alors qu'à côté d'eux, deux enfants se meurent de faim.L'enfant bourgeois jette la brioche dans l'eau et s'en va. Mais les deux misérables la ramassent, trempée d'eau il la mange tout de même.Cette scène m'a vraiment brisé le coeur.



Récit magnifique, récit tragique.



Je vous souhaite une agréable journée et un excellent weekend
Lien : https://www.facebook.com/Dan..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nounet
  17 mai 2021
Dr Jekyll et Mr Hyde de Robert Louis Stevenson


Londres, XIX°siècle. Un notaire, Mr Utterson, s'interroge sur les raisons pour lesquelles le Dr Jekyll, un vieil ami, a insisté pour inscrire sur son testament le legs de ses avoirs au nom de Mr Hyde, un personnage douteux, taciturne et franchement inquiétant. Quand Utterson apprend que Mr Hyde aurait commis certains crimes graves, il décide de confronter son ami et d'essayer de le ramener à la raison...



Sans rien spoiler ici, tout le monde a entendu parler de la dualité Dr Jekyll / Mr Hyde. Sans forcément connaître le contexte exact ou le déroulement du récit raconté par Stevenson. C'était mon cas, et j'ai désormais rattrapé mon ignorance. Bien entendu, le récit offre, du coup, peu de surprise mais cela n'en était pas moins une lecture intéressante, teintée d'un peu de fantastique.
Commenter  J’apprécie          50