AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Cercle d`Art


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Cercle d`Art



Dernières critiques
Nowowak
  10 septembre 2020
Edvard Munch de Edvard Munch
Le soleil, c'est le bonheur des peintres, c'est leur or céleste, leur montée au ciel. Ses rayons dithyrambiques effacent tout. Pour Munch, faux dépressif, c'est le symbole de la vie. Le pouvoir des couleurs. Le sacre de la lumière. Comment peut-on vouloir peindre autre chose que cette fresque originelle capable de donner vie à des milliers de nuances différentes ?



Le soleil est un cri d'amour, une folie à tous les étages, un bonheur à consommer sans modération, un éclatement de couleurs, une bombe atomique qui transfigure vos rêves noir et blanc. Cet œil fascinant est le lien entre l'univers et l'artiste. Pour Munch, le soleil sur la toile et l’œil du regardeur se répondent et s’éclairent mutuellement.



Un rien zinzin, le bonheur se couche à l'est mais il coule du Nord au Midi. Ses couleurs sont bleu ciel, rouge, orange, verte, violet, jaune. Décoré de fleurs et d'étoiles, il se mange en toutes saisons, il annonce aux passants mornes et aux traîne-misère que c'est fini l'austérité, que le printemps est là ! Des gouttes de rubis tombent sur la vie grise, l'alchimie vous auréole, youpla la !



Voyez-le ce rond orangé qui sabre le champagne. Le soleil nouveau est arrivé ! Il défile dans les rues de votre maison, sa cloche tinte, ses caresses odeur de muguet dévastent vos larmes d'ennui, ses boucles d'or resplendissent, des diamants tombent du plafond. Il accroche des lampions à votre nez, il vous emmène faire des tours de manège. Mort des pisse-vinaigre et des rabat-joie. Ça brille de partout, vous nagez dans la lumière. Ô félicité !



Chantez accordéons, carillonnez grelots, sonnez clochers, dansez musettes ! Le vainqueur est là, la fleur au bec, il envahit les cœurs, il coule en source, la peinture à peine sèche. On félicite cette canaille, on le reprend en refrain, la fanfare est au bord de l'asphyxie, un tsunami de douceur d'amour et de passion jaillit dans votre salon, le chevalet fait des bonds de cabri, vos murs se bousculent pour l'accrocher au-dessus des meubles, la magie s'empare de vous de la cave au grenier. Le soleil, c'est le bonheur en peinture.



Le bonheur s'affiche, il vous offre l'apéro, invitez-le pour le dîner et pour tous ceux de la semaine. Cessez de jouer aux dés votre destin, prenez les choses en mains, enfermez-le dans la chambre d'ami, faites monter une corbeille de fruits. Prenez la garde, soignez-le aux petits oignons, chaque matin apportez-lui un bouquet, offrez-lui vos plus beaux sourires, mélangez bien ses pastels et ses teintes rubicondes, goûtez sans modération. En avant les braves ! N'hésitez pas vous aussi, sautez, courez, rompez les rangs, sautez par la fenêtre, évadez-vous ! Dressez des banderoles ! Marchez à pieds joints sur vos tubes de peinture... ça porte bonheur !



Nowowak
Lien : https://brunosanmarcomovingp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          505
Jacopo
  10 juillet 2019
Moore, 1898-1986 de Gérard-Georges Lemaire
Après avoir lu le livre de cette collection sur le sculpteur Antoine Bourdelle, je passe à Henri Moore qui est pour moi, totalement différent, par sa texture, par sa sensualité, ses rondeurs. Un oeuvre que l'on a le goût de toucher et de caresser. Elle a sa densité mais elle maintien aussi une équilibre sur certaine pièce presque sur le bout des pieds. Comme les pièces de Bourdelle ont n'est pas porter à les touchées mais à être touché d'une émotion différente de la sculpture de Henri Moore. J'aime bien la ligne très mince entre son coté abstrait et réaliste pour ne pas dire surréaliste.
Commenter  J’apprécie          182
Jacopo
  01 juillet 2019
Antoine Bourdelle : 1861-1929 de Colin Lemoine
Avec cette présentation aux édition du Cercle d'art avec toujours intéressante par sa présentation et ses textes, d'une soixantaine d'œuvre du sculpteur français Antoine Bourdelle (1861-1929) Ayant été fortement impressionné par son Héraclès archer, voilà plusieurs année, par la puissance qui s'en dégage, et ce, avec l'essentiel il y arrive avec une densité incroyable. Heureuse découverte à travers son cheminement artistique. Élève de Auguste Rodin il réussi quand même à se démarquer en peu de temps. Densité, force, dynamisme sont le mot qui le représente le mieux, avec aussi une émotion. Un grand plaisir à découvrir l'un des plus grand sculpteur français contemporain.
Commenter  J’apprécie          161