AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Les éditions Moires


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
EvlyneLeraut
  09 mai 2021
Le ciel sans boussole de Charles Watson
S'égarer loin de soi-même, les dentelles d'une île meurtrie, ses enfants perdus, sable mouvant. L'endurance perd sa boussole, le ciel efface la craie des chemins, ils sont ici :

« Leurs silhouettes, tels des fantômes, marchent sur la route poussiéreuse et caillouteuse. »

Île qui n'enfante que douleurs et plaies, le vent foudroie l'appel des survivances. « le ciel sans boussole » est un cri dans la nuit noire. Un livre majestueux, manichéen. Dualité écartelée au fronton des volontés. Jackson et Rodrigue, table de jeu accrochée aux espérances. Gagner de l'argent, déambulation perdue d'avance.

«Le temps sur le ruban noir de l'asphalte et sur les chaises en formica. » « Au fond de la salle un homme gesticule, crie, raconte des histoires anciennes, le temps des bordels, le temps où l'on faisait la guerre aux Camoquins. »

Rodrigue est malade. Trop pauvre pour être soigné. Attendre l'ultime, porte d'entrée à l'hôpital, l'agonie lui jette des cailloux à la figure. Rodrigue l'ami,

« Ses yeux se ferment graduellement comme un soleil qui s'éteint. »

Jackson est perdu dans la nuit noire. Haïti ravagée, les habitants baissent les yeux, armes contre fleurs, pain contre quête de l'or. Watson Charles écrit avec force et courage, loyauté, la poésie sensible, le plein d'un livre dont Haïti, son peuple est mémoire vive. On ressent l'épars assemblé, rien ne doit rester invisible, Haïti est une couverture de laine déchiquetée. Jackson qu'on aime de toutes nos forces, plus de maison, plus de port. L'hospitalité a perdu sa pierre angulaire. Les injustices pour sac à dos, loterie gagnée, espoir, la banque le rejette comme un chien : corruption.

« -Écoute-moi bien vermine, je ne vais pas te garder dans ce trou à rats. Je préfère que tu crèves dehors. »

Échec et mat, case prison, liberté, perdition, la boussole s'affole. Il quitte la ville. Revoir sa soeur Léane. Imaginer les accolades, la fraternité qui pardonne tout. On ressent la quintessence des vraies valeurs. Oublier l'avant, recueillir Jackson, sans attente de retour. La magnanimité borde ses enfants. Jackson voit le ciel, le cerf-volant qui l'attire comme un aimant : Rosamène.

« Il n'arrive pas à dormir, c'est parce que son image angélique vient hanter ses nuits. »

Et là les amis, le céleste passionnel ravive la boussole et la toile de fond, plein-sud et phare en bord d'île.Le travail de Jackson est pénible, titanesque. Rocher de Sisyphe, mains écorchées vives, et air vicié. Retenir ses frères des batailles qui brisent les carreaux.

« Il lui explique que ses camarades ont l'intention de faire la grève et qu'il prépare tout cela avec eux. »

Jackson va affronter les diktats, pot de fer contre pot de terre, abattre les cartes envers et contre tout. Rosemène se doute, prend peur. Jackson est l'emblème des opprimés. le Gavroche d'une île en proie aux viols, aux vols, aux pillages. Lui, le battant, broyé par ses années de labeur à l'usine, corps qui flanche comme un roseau. Le ciel sans boussole tremble, prend froid malgré la chaleur intense. Bouleversant, les larmes sont l'hymne de la beauté de ce grand livre. L'idiosyncrasie d'un peuple qui a tout perdu. Un homme pourtant, ici, dans le profond d'une histoire de haute contemporanéité, ne met jamais le genou à terre : Jackson, notre frère universel. Magistral, piédestal d'une littérature signifiante. Les chapelles d'une trame qui retourne la terre, messagère et mémorielle, un flambeau dans le sombre des doutes, un soldat qui déserte les mouvances. Une boussole pour demain. Collection Lachésis, publié par les Éditions Moires.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Koural
  30 avril 2021
Le ciel sans boussole de Charles Watson
Watson Charles pour son premier roman décrit la vie de Jackson à Haïti, Port- au- Prince, puis chez sa soeur non loin.

Très intenses descriptions de rues, de gens, toujours dans une ambiance de chaleur, sueur, une lourdeur suffocante qui envahit le personnage Jackson et ses pensées.

Ce ne sont pas les riches qui sont décrits mais tous ces hommes et femmes pliés par le travail, la précarité et les injustices.

C'est aussi l'histoire d'un deuil, la perte d'un ami proche qui transforme un ciel, devenu sans boussole, Jackson doit retrouver un chemin.

Des bravos !
Commenter  J’apprécie          50
Aurorelande
  30 avril 2021
Le ciel sans boussole de Charles Watson
J'ai beaucoup aimé ce premier roman dont l'histoire se déroule en Haïti. On ressent toute la beauté de cette île : ses odeurs, ses bruits... l'écrivain nous entraîne avec art dans l'imaginaire de ce pays. c'est aussi une histoire du narrateur, Jackson, qui incarne la résilience, la beauté et l'amitié. En vérité, ce roman est un chef-d'oeuvre !



Je viens de lire un article dans le magazine LIRE, mai 2021.


Lien : https://blogs.mediapart.fr/e..
Commenter  J’apprécie          40