AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Turquoise Editions


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Almaty_dili
  24 mai 2019
Le pommier rouge d'Alma-Ata de Samuel Aubin
Un livre à lire pour partager l'experience de vie de l'homme soviétique, au quotidien, au pied de l'immeuble, a la tv, de retour de guerre, amoureux.... A lire.
Commenter  J’apprécie          40
Bookycooky
  11 octobre 2018
Diyarbakir de Seyhmus Diken
Diyarbakir est une ville au sud-est de la Turquie, connue comme le bastion de la population kurde de Turquie. Une ville et une minorité ethnique qui ont toujours subit des pressions et une certaine hostilité de la part des autorités du pays, et cela depuis l'empire Ottoman.



L'auteur Şehmus Diken originaire de cette ville très ancienne, qui date du XIII éme siècle avant J.C., nous donne un état des lieux très riche à travers l'Histoire de la ville dans le contexte politique du pays et des Kurdes, sa géographie, ses tribus, ses us et coutumes, y mêlant contes, légendes et poésie de la région, avec sa propre histoire. Des légendes truculentes comme celle des femmes qui vont pique-niquer en dehors des remparts de la ville, qui pour contourner le couvre-feu en rigueur, portent leur pique-nique dans un cercueil, sous prétexte d’un enterrement au cimetière, non loin de leur lieu de villégiature, ou l'anecdote du village à cent pour cent syriaque, des orthodoxes, où le gouvernement construisit une mosquée et envoya un imam en service tous les jours....

Une ville dont les murs de fortification sont des vraies œuvres d’art datant de 3000 ans avant J.C., aujourd’hui presque en ruines, et qui s’efforcent de rester debout, comme le symbole d’un passé glorieux et de l’endurance. Une ville où ont vécu côte à côte, en parfaite entente à une époque, kurdes, arméniens, syriaques, juifs et turcs sans aucun questionnement d'origines.

Une ville aujourd'hui en train de perdre son âme, au nom "de la modernité et du progrès" ( comment ne pas commémorer Tiziano Terzani ), mais aussi et surtout pour des raisons politiques, graves.



Ecrire 300 pages sur une ville sans tomber dans le piège de guide de voyage, et relater avec amour et humour son âme vieux de cinq mille ans, sous le joug de maintes épreuves, voilà un tour de force très réussi par Diken. Une approche objective d'un homme éclairé, pacifique, intelligent, sans aucune attitude agressive. Malgré les difficultés actuelles, un auteur non exilé, qui vit toujours dans sa ville natale, et ses livres en vente libre dans le pays. L'édition originale date de 2002, seize ans ont passé, les choses ont empiré et le fond des problèmes est toujours là, mais avec des solutions de plus en plus inaccessibles. Un livre pour curieuses et curieux, hors des sentiers battus, pour mieux comprendre notre monde à travers une ballade intemporelle dans la plus grande ville de la Mésopotamie, d'où a émergé l'une des plus vieilles civilisations de notre Terre.



Je n’ai qu’une pincée d’âme, / A offrir à son désatre, à son malheur, / Que je meure loooy… / Vide, ma main, / Piégé, mon pied. / Or, moi seul saurai  / Combien j’aime à feu et à sang  / Et aussi la Tour de Diyarbekir / Qui a une bouche mais pas de langue…

……. »

( Ahmed Arif , poète originaire de Diyarbakir )

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          870
Camallain
  23 août 2018
Leïla, fille de Gomorrhe de Yakup Kadri Karaosmanoglu
C'est là une belle trouvaille des Editions Turquoise !

Leïla fille de Gomorrhe nous transporte dans une Istanbul conquise, contrainte à la cohabitation.

A l'époque où un goût pour l'orientalisme submerge l'Europe, les officiers anglais et français en place dans le quartier de Péra se laissent porter de festins en bacchanales au gré de leurs amours. Les apparences et le faste sont des priorités dans ce milieu aisé, et nous nous faisons témoins des émois, vicissitudes et déconvenues des personnages. Les natifs du pays sont tiraillés entre fascination et répugnance, opportunisme et déchéance.

Leïla, jeune beauté fortunée, se complait avec innocence dans les mondanités de Péra, en tout point sûre de ses charmes. Amourachée d'un officier anglais et fiancée à un natif, elle se lance dans un ballet courtois, passant de l'un à l'autre selon son bon gré. Leïla est à l'image de son pays, et semble agir en mimétisme avec les événements historiques.

D'un style fluide et poétique, Yakup Kadri Karaosmanoglu nous dévoile les dessous de l'occupation, nous donnant l'occasion de découvrir la psychologie de ses personnages au fil des pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10