AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Editions Lajouanie


Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Editions Lajouanie


Dernières critiques
Root
  14 octobre 2021
Pour quelques millions ! de Carl Pineau
Paris, 2011.



Au décès de son mari, Marthe a fait la connaissance de Joren Aethers. Analyste financier international, ce dernier l’a séduite entre deux promesses de placements plus sûrs : combien de temps encore pourrait-elle se fier au secret bancaire de la Confédération helvétique ? De ce second mariage avec Joren – qui ne la satisfait que sexuellement – est né Conrad. Et c’est à quelques pas de l’adolescent endormi que Marthe a été assassinée. Elle a reconnu la voix de son bourreau, et ce fut la fin.



Cuba, 2016.



Miguel Nuria est un sale type. De ceux qui ne peuvent inspirer que le mépris. Pourri par la corruption, père incestueux, violent et porté sur la bouteille, il élève seul Armando et Dahlia depuis la mort de leur mère. Pour Dahlia, c’en est trop lorsqu’il s’attaque à son petit frère. Elle ne le laissera pas le détruire lui aussi. Même si ça signifie qu’ils devront tous deux s’enfoncer dans une extrême précarité.



À 19 ans, Conrad méprise son père, qui se pavane grâce à l’argent hérité de Marthe, brosse son ego à coups de call-girls et serait bien incapable d’avoir une conversation avec son fils – qui doute depuis longtemps des conclusions de la police. Pourquoi Marthe se serait-elle suicidée ? Veuve de ministre et à la tête d’une ONG, elle jouissait d’une notoriété certaine. Le peu d’estime que Conrad porte à Joren – à juste titre – le place en tête de liste de ceux qui pourraient être impliqués dans le drame. Mais Marthe Jarousseau la bienfaitrice n’avait rien de transparent.



Les découvertes que Conrad s’apprête à faire ne l’aideront pas à y voir plus clair. Son père lui cache des choses, Manuela, sa maîtresse, ne la joue pas franc du collier. D’ailleurs, personne, dans cette histoire, ne semble limpide sur ses activités ni sur ses intentions. Et sans vraiment le vouloir, Conrad met les pieds dans une affaire qui va le dépasser…



Quel plaisir de retrouver Carl Pineau ! Comme toujours, il excelle dans le modelage des personnages : aussi détestables que certains peuvent être attachants, tous suscitent une émotion. Introduits en peu de mots de façon on ne peut plus efficace, on suit leur évolution avec une curiosité croissante, sans jamais anticiper leurs réactions. C’est un autre point que l’auteur maîtrise pleinement et qui le caractérise : son refus du manichéisme, qui laisse exploser une véritable humanité. Chez Carl Pineau, les personnages féminins ne sont pas des faire-valoir. À travers Dahlia et Manuela, il exprime une grande détermination, une loyauté sans faille et beaucoup de courage. Conrad, qui recherche ses limites, celles des autres, celles du monde, est très touchant. Malgré la distance qui les sépare, Dahlia et lui ont de tristes points communs, à commencer par leur confrontation quotidienne à une autorité paternelle aussi violente que néfaste, et l’absence de figure maternelle.



À Paris ou à Cuba, les règles sont les mêmes et le jeu suinte l’iniquité : le peuple crève de faim sans un regard des dirigeants qui ne pensent qu’à s’engraisser. Le Malecón vibre au rythme des transistors poussés trop fort et des prostituées qui se déhanchent sur des airs latinos. On s’y promène avec un couteau ou une arme à feu, un cigare au coin de toutes les lèvres et on y vend du rhum sous le manteau. Le besoin d’ivresse de certains nourrit des bouches affamées, pas encore viciées. Quand on vient d’en bas, on s’arrange avec sa conscience et la loi. Là encore, l’auteur n’a pas son pareil pour rendre compte, en quelques mots, d’une réalité sociale.



Sur fond de scandale des Panama Papers, il signe un thriller sans fausse note : le style est incisif, les dialogues naturels, l’intrigue très bien ficelée et toujours crédible. Carl Pineau confirme, s’il en était besoin, son talent pour le roman noir. Après l’inoubliable trilogie des Nuits nantaises, j’avais hâte de le retrouver, de le découvrir différemment. Mes attentes sont comblées ! Je suis épatée par la facilité avec laquelle il a su créer un univers contrasté et pourtant toujours si proche des convictions qu’il exprime à travers ses personnages dans ses précédents ouvrages. Sans se départir de sa verve que j’aime tant, Carl Pineau se pose en fin observateur de la noirceur des hommes et apporte une touche de lumière là où tout espoir semble éteint, grâce à la réflexion qu’il suscite. Il ne me reste qu’à trépigner en attendant son prochain roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nathf
  13 octobre 2021
Wahala de Thierry Bonneau
Yves Haubert débarque au Cameroun pour travailler dans une ONG.

Agressé et dépouillé dès son arrivée, il est soupçonné par la police locale de malversations contre le pays. Défendu par une avocate charismatique, il parviendra à s'en sortir, mais.......Sa descente aux enfers ne fait que commencer.



Bon, ben, je vous avoue que ça ne sera pas grâce à ce roman que j'aurais envie de passer des vacances au Cameroun!

Le pauvre Yves aurait mieux fait de rester dans son Jura natal plutôt que de s'embringuer dans cette mésaventure.

Thierry Bonneau a l'air de bien connaître le sujet qu'il traite et nous plonge dans l'Afrique profonde avec les guerres entre ethnies, les flics véreux, les bakchichs etc.

Je vous avertis, certaines scènes sont très dures et l'on se demande comment un tel sadisme peut encore exister de nos jours sans qu'il soit dévoilé aux yeux du monde.

L'auteur ne fait pas dans la demi mesure avec ses personnages, certains sont touchants et attachants, d'autres sont carrément répugnants.

Il ne laisse place à aucun temps morts et nous entraîne dans une aventure périlleuse et passionnante.

Un roman puissant et sans concession.

Un dernier conseil, visitez cette région depuis votre fauteuil, ça sera plus prudent.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Amelcrz
  12 octobre 2021
C'est moi qu'il veut de Daniel Martinange
Ce livre était tellement demandé chez mon libraire que j'ai voulu le lire, seulement je n'ai pas aimer du tout car c'était mon premier livre policier et j'ai découvert que appart les agatha raisin et mamie luger je n'aime pas trop sa. Il faut qu'il y est des choses simple sans chose aussi trash. Après pour les fan de policier je le conseille. Le livre est bien c'est seulement mon goût qui fait que je n'ai pas aimé et non le fait qu'il soit pas super car j'ai eu des éco comme quoi c'est un super livre.
Commenter  J’apprécie          00