AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Editions Lajouanie [corriger]


Livres populaires du moment voir plus


Dernières parutions voir le calendrier des sorties


Dernières critiques
Il ne rentre pas ce soir...

J'ai découvert Yannick Provost et la maison d'éditions Lajouanie au quai du polar coquelicot à la Ferté Saint Aubin en septembre 2023,

Je suis très contente de ma découverte 🤓

Je l'ai dévore en une journée, j'ai été prise dans l'intrigue tout de suite, le prologue nous baigne dedans des le départ, toute la suite est bien menée et je n'ai pas vu venir la fin. Au top!
Commenter  J’apprécie          10
La Bête des Vosges

Reçu dans le cadre de l'opération Masse critique (à la place d'un autre roman théoriquement prévu, mais là n'est pas le propos), ce roman a été une bonne surprise (Merci à Babelio et aux éditions Lajouanie). La lecture est fluide et prenante, la construction du récit, par petits chapitres, donnant un bon rythme. Ce "Roman policier mais pas que..." (j'aime beaucoup cette définition) interroge au départ car on espère qu'on ne va pas tomber dans du surnaturel qui ne dit pas son nom. Donc on va jusqu'au bout se dire "j'espère que les auteurs vont retomber sur leur pieds". Et bien je dirais oui assez bien. le côté "surnaturel" est, en effet, expliqué scientifiquement et, pour être allé vérifier sur internet, avec des explications rattachées à des expériences réelles effectuées en Russie et/ou à Madagascar. Un autre point positif de ce roman est la description des lieux, des habitants et de leur façon de vivre, même si les vosgiens seront peut-être moins enchantés sur ce point. On est vraiment plonger dans cette atmosphère hivernale et on s'y voit. Cela donne au roman une bonne dimension et une crédibilité. Les quelques bémols à apporter concernent tout d'abord la fin peut-être un peu trop "rapide", mais aussi quelques éléments concernant l'héroïne soit peu réalistes (le côté bestial de la relation entre Jean et Mélisande par exemple) soit parfois inutiles (l'histoire amoureuse de Mélisande avec Capucine par exemple). Le "scoop" final, qui n'en est, en fait, pas un, met une touche "eau rose" sympathique. Cela dit, j'ai lu ce livre quasiment d'une traite et il reste, pour moi, un bon polar bien mené.
Commenter  J’apprécie          10
Les Enquêtes du Commissaire Langsamer : L’étran..

Merci Babelio pour cet envoi dans le cadre d'une masse critique.

N'était-ce la nécessité de finir ce roman pour pouvoir le critiquer, selon la règle, je l'aurais abandonné. C'est puéril, mais les notes de bas de page pour définir un mot m'exaspèrent. Les invraisemblances se succèdent: un prodige du violon qui n'a jamais tenu un archet et se révèle par hasard, un empoisonnement parfaitement impossible, et la forme, un dialogue artificiel entre un policier en retraite imbu de sa personne et une religieuse totalement invraisemblable, le tout mâtiné de guide touristico-gastronomique de la côte normande, c'en était trop. Une semaine après avoir enfin tourné la dernière page, j'ai déjà oublié le nom de l'enquêteur. Et pourquoi donner le nom d'un merveilleux pianiste à un violoniste de pacotille ? Décidément, non, un enquêteur que je ne suivrai pas.

Commenter  J’apprécie          20

{* *}