AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Eyrolles

Les éditions Eyrolles sont une maison d`édition créée en 1925. La maison est spécialisée dans les domaines du livre professionnel et technique. Chaque année le groupe Eyrolles publie 400 nouveautés par an et son catalogue compte plus de 3000 titres.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Eyrolles



Dernières parutions chez Eyrolles


Dernières critiques
Yolu
  10 mai 2021
Mon coeur contre la terre de Eric De Kermel
Ce livre m’a fait voyager. Je suis partie à la découverte de la montagne, de ses merveilleux paysages, de ses animaux et de la nature immense.

Un livre apaisant et inspirant.

Malgré quelques longueurs, j’ai vraiment apprécié cette histoire servie par une écriture fluide et douce.
Commenter  J’apprécie          20
Little_stranger
  10 mai 2021
L'étrange pouvoir des calamités de Hélène Le Bris
Franchement, lire un livre qui parle d'une pandémie en ce moment : quelle idée !

Bien m'en a pris finalement et je remercie les éditions Eyrolles et Babelio pour m'avoir permis de découvrir cette auteur (bretonne d'origine, donc géniale, non je n'ai pas d'a-priori), car ce livre parle fort peu de la maladie qui ressemble à une grosse grippe et qui débarque en 2029.

Non, bien plus intéressant que cela, le roman parle des rapports humains, car la France va être divisée en deux zones : "infectées" (l'Ile de France et les grandes métropoles du territoire) et "non infectées". Si lors de la première vague, le système est encore souple, tout se durcit lors de la seconde avec des lignes de démarcation militaires, des drones et des individus qui juste parce qu'ils toussent un peu, disparaissent du jour au lendemain.

Au milieu de cette pandémie, il y a une mère Lucile et son fils, Thomas, guide conférencier au Louvre, parlant japonais. Lucile a eu Thomas d'un premier amour pour un bel enseignant, alors qu'elle avait 18 ans. Elle avait cru que le fait d'être enceinte le retiendrait : mauvais calcul ... Lucile s'est retrouvé seule avec un enfant, hors mariage dans une petite ville de province. Elle a ensuite rencontré son époux, Sébastien, garagiste, qui a adopté Thomas. Lucile assure toute la partie administrative de l'entreprise familiale et tient la maison. Elle a eu deux enfants avec son époux : Rémi, fan de voiture et Amandine.

Les relations entre Lucile et Thomas sont tendues : Thomas a l'impression de n'avoir jamais existé pour sa mère et Lucile, Lucile se rend compte soudainement lorsque la pandémie arrive qu'elle a un grand fils et qu'il lui manque car dans la petite ville où elle réside, son fils semble ne pas avoir existé. On lui parle toujours de Rémi et Amandine, mais pas de Thomas. Thomas a toujours été différent : il n'aimait pas le garage, les voitures, il s'était lié et reste lié à Ari, son ami d'enfance qui l'a suivi à Paris. Ari dont les origines asiatiques et une grand-mère adorable, lui avait ouvert les yeux sur ce continent, cet ailleurs, loin de l'étroitesse de Bourg-lès-châlon.

La pandémie va servir de révélateur des liens existant entre tous les personnages : Thomas, Ari et sa compagne, Camille, soignants en première ligne, Lucile qui va envoyer valser son silence, ses peurs du qu'en-dira-t-on pour soutenir son fils et qui va découvrir que Sébastien et ses deux autres enfants, ont des ressources insoupçonnées. Grâce à leurs échanges téléphoniques, Thomas va grandir, comprendre mieux sa mère, lui faire découvrir la beauté de l'art, Lucile elle, va s'ouvrir au monde, un monde parfois dangereux, trouver un courage qu'elle ne pensait pas avoir.

L'univers décrit par l'auteur est bien plus inquiétant que celui que nous vivons car la pandémie permet d'ériger une loi sanitaire extrêmement stricte qui a plus à voir avec le régime nazi et les populations juives, homosexuelles, gitanes, handicapées qu'avec une protection bienveillante de la population. On bascule vite dans un monde Orwelien dans ce roman : il faut être vigilant pour que cela n'arrive pas. Politique : Politikos, désigne ce qui est relatif à l'organisation ou autogestion d'une cité ou d'un État et à l'exercice du pouvoir dans une société organisée. Les dérapages sont d'autant plus faciles quand ils ont lieu dans un contexte d'urgence.

Petite précision : le roman a été écrit avant la pandémie actuelle, mais on y trouve de drôles de résonances : c'est troublant ! L'écrivain est un augure : il guette les signes du temps et les interprète. Tirer des leçons (et pas du genre de celles du nouvel an, vite abandonnées) de ce que nous vivons, nous permettra, je l'espère, d'éviter que cela ne se reproduise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
misstoupin29
  09 mai 2021
J'ai rêvé que je te rejoignais dans ton voyage de Saverio Tomasella
Une chanson pour résumer ce livre est Elma de Pep's. En regardant le clip vous pouvez comprendre ce que le livre va vous apporter.

C'est un très bon feel good. Je pense qu'il y aura du succès. Il est très profond.

Pour camper le décor, c'est deux individus Valérie et Léo qui ont un chemin de vie bien différents. Ils ont chacun lors sacs à dos remplie de pierre à porter.

Léo va être envoyer vers un chemin que l'on peu deviner grâce à la couverture du livre à la citation de Corine Sombrum.

Cette histoire m'a fait pensé à la sienne aussi.

On voyage avec ce livre c'est très agréable. C'est le premier livre ou je lis que l'un des personnage à attrapé la covid 19 de plus long 1 ans et demi alors que le virus à peine cet âge ( nous sommes en mai 2021 lors de la lecture du livre)

J'aurai aimé que le personnage du personnage Olivier soit d'avantage développé.

Il y a de la recherche il faut le remarqué quand il est question d'astrologie, chakras, diététique ect...

Il est aussi question d'homosexualité c'est la première fois que je lui un roman sans que cela soit les schémas classique.

L 'ouvrage est écrit avec beaucoup de bienveillance c'est ce que j'ai ressenti.

Merci à Babelio pour l'envoi de ce livre et de pourvoir participer à la rencontre virtuel

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60