AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Editions du Chêne [corriger]

Les éditions du Chêne ont été créées en 1941 par Maurice Girodias qui, dans l`héritage de son père qui avait publié en 1934 Tropiques du Cancer d`Henry Miller, fut l`éditeur de Zorba le Grec ou Sexus du même auteur, et plus tard de Lolita de Nabokov. Devenue une filiale d`Hachette en 1951, la maison publie alors des livres dédiés à la photographie, l`architecture, au cinéma ou à la peinture. Puis à partir des années 1990 au sport, à l`automobile ou à l`érotisme.

Livres populaires du moment voir plus


Dernières parutions voir le calendrier des sorties


Collections de Editions du Chêne



Dernières critiques
Les contes de Grimm

Qui n'a jamais entendu parler de Raiponce, de cendrillon ou encore de la belle au bois dormant ?

Disney a permis de rendre ces histoires intemporelles et celles-ci sont devenues des classiques. Et pourtant, Disney a édulcoré tellement de détails pour adoucir les récits parfois glaçants des frères Grimm.



Ces contes font partie de notre vie, de notre imaginaire collectif et de notre culture. Les vrais contes des frères Grimm sont violents, authentiques, cruels et très sombres.



J'ai adoré découvrir les véritables histoires se cachant derrière la couche de "féerie" Disney et son côté trop gentillet.



Commenter  J’apprécie          30
Candide

« Candide ou l’optimisme » est une épopée cruelle ou le héros un homme simple, naïf et généreux est sévèrement mis à mal par une succession d’évènements tous plus improbables qui lui font courir le monde en essuyant de cruelles désillusions.



Les aventures de Candide sont parfois difficiles à suivre avec de brusques revirement de situations sans trop d‘explications, des personnages disparaissant (mourant !) avant de réapparaitre miraculeusement.



Mal conseillé par les philosophes, le stupide Pangloss qui paye cher sa philosophie d’optimiste béat, puis Martin certes plus lucide, mais convaincu que le bonheur n’existe pas, Candide souffre et se raccroche à son amour fragile pour Cunégonde, dont l’extrême mobilité géographique n’est qu’un prétexte à accomplir le tour du monde.



Voltaire est particulièrement habile en montrant que même la vie dans l’Eldorado ne suffit pas à rendre les hommes heureux et que l’accumulation de richesse n’aboutit qu’à attirer d’innombrables profiteurs sangsues, sources de bien des problèmes.



La solution surgit donc de la manière la plus inattendue avec le retour à des valeurs simples, concrètes, physiques voir manuelles.



La symbolique est forte, se cantonner à son petit près carré, trouver une occupation concrète, se réaliser soi même tout en gardant conscience de ses limites.



Une philosophe du repli sur soi au final simple et modeste allant à l’encontre des rêves de grandeurs, de contrôle et reconnaissance des êtres humains dits ambitieux.



J’ai bien entendu gouté la profondeur philosophique de « Candide ou l’optimisme » mais ai trouvé le livre un peu trop agité, cruel et invraisemblable dans sa forme.
Lien : https://lediscoursdharnois.b..
Commenter  J’apprécie          110
Le tour du monde en 80 jours

Si Phileas Fogg avait pris conscience à son époque de l'empreinte carbone, il n'aurait pas fait le tour du monde en 80 jours mais avec son vélo, à la nage, en faisant de l'escalade, avec son voilier (sans moteur, même électrique), son char à voile, ses skis, comme un certain Mike Horn et aurais mis beaucoup, beaucoup plus de temps en étant conscient de l'écologie.

Et il n'aurait pas pu prendre ses malles encombrantes.

Et l'inspecteur de police ne l'aurais pas suivi au bout du monde, ni accusé de vol car il y aurait réfléchis à deux fois avant de partir.

Le roman se serait appelé ”Le Tour de Londres (Local) en 80 minutes”.

Ou le Tour du Monde par l'équateur sur le dos de Mike Horn” à défaut d'être à dos d'éléphant dans la jungle des Indes de jadis, mais il aurait pu sauver quand même la belle indienne car il avait déjà pris conscience de la condition des femmes (grâce à jules Verne)

et ça c'est un exploit aussi surtout au XIXe siècle et même au XXe.

D'où la véritable définition de Gentlemen ou Gentilhomme ou Homme Gentil chez les Natives Américan People.

Qu'on se le dise et que ça reste dans nos mémoires dans nos périodes de révélations accélérées !

Mais c'était une autre époque au début de l'ère industrielle où c'était le temps de vanter les transports et leurs avantages mais pas leurs inconvénients !

Merveilleux livre aussi qui nous fait prendre conscience de ce qu'on était et des qu'on est devenu et de ce qu'on deviendra (peut-être) si on est sage.





Commenter  J’apprécie          10

{* *}