AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Le Realgar


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
Charybde2
  07 mai 2018
Terminus Schengen de Emmanuel Ruben
Une poésie acérée aux confins de la moderne forteresse Europe.



Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2018/05/07/note-de-lecture-terminus-schengen-emmanuel-ruben/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          10
luccis
  12 avril 2018
La petite aquarelle de Duborgel Bruno
Avec La Petite Aquarelle, Bruno Duborgel fait entrer le lecteur dans l'univers pictural de Zoran Music. Il décrypte avec poésie ses oeuvres, permettant de les voir et de les apprécier autrement. Si le paysage présenté au début du livre n'a dans un premier temps pas attiré mon attention plus que ça, ce livre m'a permis d'entrer dans son univers, et d'y trouver une grande poésie et mélancolie.

Entre réflexions sur l'art, sur l'abstraction, sur les techniques, le "paysage", descriptions d'oeuvres ... ce livre permet de rentrer en douceur et avec une jolie sensibilité dans l'univers de Zoran Music.
Commenter  J’apprécie          00
Enell
  30 mars 2018
Kerouac de Huelgoat de Jean-Pascal Dubost
J’ai découvert ce court récit grâce à Masse Critique et aux Editions du Réalgar.

Kerouac de Huelgoat… j’imaginais le récit des exploits d’un personnage local. Après quelques pages de lecture, je comprends mon erreur : le Kerouac dont il est question est Jack, celui de la Beat Generation, celui de « Sur la route » ;

Jean-Pascal Dubost nous emmène alors à la recherche topologique des traces du passage de l’écrivain sur les terres finistériennes, passage-éclair alcoolisé, recherche inefficace, ou presque.

Alors mon souhait de lire Kerouac se réactive. « Sur la route » m’attend quelque part, je vais m’y plonger. Et pourquoi pas pousser jusque « Satori à Paris » ?

Car ce récit elliptique très court nous emmène à la fois dans la profondeur moussue et majestueuse de la forêt de Huelgoat, et dans la vie de Jack Kerouac. Il nous présente l’homme derrière l’écrivain, avec ses faiblesses et ses bassesses. Il pose le problème de la relation entre l’homme qui écrit et son œuvre : « Il faut à un moment donné séparer l’homme de l’œuvre et s’attarder à l’une et pas à l’autre. » Jean-Pascal Dubost donne sa réponse à un problème sempiternellement posé. Il n’est pas complaisant ni même bienveillant avec Jack Kerouac. IL en a le droit : son récit est intime, il ne prétend pas à LA vérité. Pour appuyer son point de vue, il termine son récit par la description d’une stèle voisine de la plaque de la famille Kerouac, stèle dédiée à Victor Segalen par sa femme.

Et c’est je crois le grand intérêt de ce texte : il nous invite aux voyages, voyage à Huelgoat pour aller voir des stèles commémoratives, pour savourer cette magnifique et mystérieuse forêt. Mais aussi voyages littéraires pour lire ou relire Kerouac, pour lire Victor Segalen, un autre écrivain voyageur ayant des racines en Finistère.

L’écriture de Jean-Pascal Dubost est particulière : le vocabulaire est recherché, parfois précieux, mais la syntaxe suit le rythme des pensées de l’auteur, ses ellipses, ses exclamations.

J’ai trouvé ce récit attachant, original, documenté. Ce n’est pas un essai puisqu’il ne prétend ni à l’exhaustivité ni à l’objectivité. C’est un petit moment de vie, une déambulation sylvestre, littéraire, piétonnière.

J’ai beaucoup aimé l’objet-livre : un format réellement de poche que l’on peut emporter en balade (à Huelgoat par exemple), une typographie claire, une mise en page aérée.

En consultant le catalogue du Réalgar, je découvre des choix éditoriaux risqués, ambitieux, originaux. A suivre et à soutenir…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10