AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Cahiers du cinéma


Livres les plus populaires voir plus


Collections de Cahiers du cinéma



Dernières critiques
lehibook
  13 novembre 2020
Clint Eastwood de Bernard Benoliel
Dans la collection « Grands cinéastes » cette monographie est consacrée à un personnage de stature impressionnante du cinéma contemporain . L'ouvrage retrace sa trajectoire de l'acteur de série télévisée à réalisateur consacré de manière chronologique et très bien illustrée .J'ai apprécié des analyse très pertinentes sur le rapport d'Eastwood à la violence et à son pays . J'ajoute que je suis fan du réalisateur comme je l'avais été en son temps du pistolero de Leone.
Commenter  J’apprécie          21
LizzieB
  16 octobre 2020
La Mariée était en noir de William Irish
Le livre raconte l'histoire d'une vengeance. On ne sait pas de quoi il s'agit jusqu'à la fin du roman. On suit les manoeuvre d'une femme qui tue quatre hommes, sans en connaître la raison, chaque homme correspond à un chapitre de l'histoire. Chaque meurtre est différent du premier, chaque fois la femme disparait aussi vite qu'elle est apparue. L'inspecteur Wanger est le seul à être convaincu que ces quatre hommes ont du se connaître à un moment de leur vie, pourtant rien ne laisse penser une chose pareil. Qu'ont fait ces hommes ? Qui est cette femme ? Et pourquoi cherche-t-elle tant à se venger ?



L'histoire est bonne, surtout la partie qui raconte la vie et le meurtre de Bliss, la première victime. Le reste du livre est correct, mais j'ai sauté l'avant dernier chapitre qui parle de Holmes...le dénouement est bien, mais rien comparé à Lady Fantôme. Je donne 3 étoiles seulement pour la partie de Bliss et l'explication finale.
Commenter  J’apprécie          10
ileana
  12 octobre 2020
Stanley Kubrick de Bill Krohn
A mes yeux un texte décevant : des paragraphes obscurs, des références tirées par les cheveux et une traduction médiocre. Une impression générale d'amateurisme.

Extraits :

« Paradoxalement, 2001 est le film dans lequel Kubrick tire le conclusions les plus radicales de son amour pour Welles. Il ne ressemble pas à Citizen Kane, mais ce sont les blocs de temps utilisés pour raconter l'histoire dans Kane qui en ont inspiré la forme. En prenant la forme de l'ode pindarique, ou d'une quelconque de ses imitations romantiques, avec ces inversions soudaines entre les stanze, le film indique quel est son véritable sujet : le Temps, pas l'Espace, dans les intervalles qui séparent trois blocs de temps dont le seul lien entre eux est que chacun a son propre monolithe, son propre ‘Rosebud' ».

Les rapprochements avec l'ode pindarique et rosebud m'ont fait sourire.



« La situation de Barry Lindon est l'inverse de celle de Docteur Folamour où la farce cauchemardesque a été introduite pour atteindre, par d'autres moyens, les objectifs du livre [qui l'a inspiré]. Barry Lindon traite un roman comique à la manière d'un film d'Ophuls comme Madame de …, en le jouant comme une tragédie. »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20