AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Albin Michel

Fondées en 1900 par Albin Michel, les éditions Albin Michel sont une maison d'édition française indépendante. Les publications sont variées, regroupées en divers départements tels que la littérature française, le premier d'entre eux, la littérature étrangère, ou encore les documents. Depuis 1992, Albin Michel publie environ 450 nouveautés par an, et voit régulièrement ses auteurs figurer parmi les meilleures ventes annuelles en France.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Albin Michel



Dernières parutions chez Albin Michel


Dernières critiques
barthoux
28 mai 2017
Kaïken de Jean-Christophe Grangé
un livre de Grangé encore une fois passionnant. L'intrigue tiens la route et nous emmène la où l'on ne pensait pas aller.

2 intrigues qui s'entremêlent ne laissant aucun temps mort.
Commenter  J’apprécie          00
Accalia
28 mai 2017
Le jeu des ombres de Louise Erdrich
J’ai pris ce roman dans ma PAL par hasard début février. J’avais envie d’un petit roman et cela faisait depuis juillet 2014 que j’avais celui-ci dans ma bibliothèque. De plus, la couverture fait hivernale, c’était donc de saison!



Il s’agissait de ma découverte de l’auteure. J’en avais entendu parler grâce à ses autres romans : C’est une figure importante de la littérature indienne aux Etats-Unis.



Ce fut une lecture…étrange. J’ai apprécié, mais étrange tout de même.

Je n’ai rien à redire sur le style : il est fluide, agréable. Il ne m’a pas frappé par sa beauté, mais il ne m’a pas déconcerté ou déplu non plus.



Il s’agit donc d’un roman psychologique qui nous relate la plongée en enfer d’un couple qui s’aime et se hait tellement qu’ils sont incapables d’évoluer ( je l’ai vu ainsi en tout cas).



Le récit alterne entre deux types de narration : on a des extraits des deux journaux intimes, ainsi qu’un récit à la troisième personne de type omniscient.



J’ai lu ce roman très vite, j’avais très envie de savoir comment cela allait se passer, comment cela allait évoluer, cette situation qui semblait déjà bouchée dès les premières pages.

J’ai par contre été assez rapidement mal à l’aise.



J’ai un peu de mal avec la relation aime-moi-je-te-fuis-and-co. C’est assez malsain comme manière d’aimer et destructif pour une famille, surtout avec des enfants.

Ici, cela ne rate pas : on assiste à la destruction progressive de cette petite famille, avec l’explosion du couple en apothéose. Cela manipule, frappe, brise, détruit, aime et surtout, cela joue, joue avec les sentiments des autres, avec les idées et les émotions.



L’amour destructeur, il est difficile d’en sortir : Gil aussi bien qu’Irène n’en étaient pas capable. Ils ne pouvaient plus se supporter, mais ne pouvaient pas se quitter non plus.



Irène a essayé de se soustraire à cette relation, voulait partir, mais elle était incapable de quitter ses enfants.



Ce sont vraiment les enfants que j’ai beaucoup plains, plutôt que ce couple, qui se complaisait finalement dans cette impasse : entre une mère qui boit et un père violent, des disputes incessantes, il est difficile de grandir sereinement. Ils sont témoins de la relation destructive de leurs parents et c’est très violent pour eux.



[Attention, je dévoile la fin]





————————————



Une lecture donc étrange avec une histoire d’amour malsaine. Si j’ai apprécié le style de l’auteure, je ne pense pas le relire un jour et je ne suis finalement pas sûre de le garder dans la bibliothèque.



Je me pencherais un jour sur ses autres livres pour en découvrir un autre.
Lien : https://writeifyouplease.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Accalia
28 mai 2017
13 reasons why - Treize raisons de Jay Asher
J’en avais entendu parlé lors de sa sortie en France, mais c’est grâce à la série Netflix que j’ai eu envie de découvrir ce texte au cours du mois d’avril.



Ne serais-ce que pour ses nombreux thèmes très importants dans le monde des ados, je ne peux qu’applaudir la parution de ce roman (et de cette série) : on y parle réputations, harcèlements, slut-shaming, dépression et bien évidemment suicide.



Et on ne reste pas dans le vague, ici Hannah va raconter exactement tout se qui s’est passé, comment cela s’est passé et comment elle en est arrivée à se tuer.

Elle explique comment certains petits détails ou certaines remarques ont fini par l’amener à son geste.

Forcément tous les éléments séparément ne sont pas forcément violents (sauf exception), mais en écoutant les cassettes, on se rend bien compte que la remarque sur les méchancetés, sur la fausse réputation et ainsi de suite et ainsi de suite, on arrive à une sorte de pyramide de désespoir. Désespoir qui va amener une pauvre fille de 17 ans à se tuer alors que le meilleur était clairement devant elle. Et c’est terrible.



Si ce roman peut faire réfléchir les adolescents sur leurs comportements, alors c’est génial. Parce qu’on a beau dire « bah ça va…c’était pas dit méchamment », « bah ça va faut pas le prendre comme ça » et bien cela joue.



Afin de rendre la lecture plus « agréable », on suit Clay, un gentil jeune homme qui ne comprend absolument pas pourquoi il se trouve sur la liste. Cela permet au lecteur de s’identifier.



Mais je dois avouer que j’ai été un peu gênée par ce roman…Je préfère dire que je n’y connais rien en suicide, donc peut-être que je dis n’importe quoi.



Mais là, sur le coup, le fait qu’elle ait eu la force et le courage de faire ses cassettes, de les poster, de tout reraconter finalement et de même faire une carte avec plusieurs jours d’avance, je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir la sensation qu’elle faisait plus « voilà c’est votre faute nanananère je vous enfonce bien comme il faut » et que franchement…si elle était capable de faire ça, de ce genre de « vengeance » elle aurait pu être capable de dépasser toute cette histoire, de porter plainte et de demander de l’aide aux personnes véritablement susceptibles de l’aider.



Mais encore une fois…je n’y connais rien en terme de dépression, de pensées suicidaires et il s’agit peut-être d’une grosse lacune pour moi. Et il est toujours plus simple pour la personne bien dans sa peau et heureuse de dire qu’elle jamais n’aurait fait ça. Donc je réserve mon jugement, mais cela m’a tout de même mise mal à l’aise.



La place des adultes est également un problème dans ce roman. Ils sont quasi-inexistants ou incompétents s’ils sont là. Et cela donne tout de même une image (j’espère) fausse de la réalité. Il faut que les adolescents soient persuadés que l’aide est là, à portée de main, chez les adultes qui sont là pour les protéger.



————————————————



Un roman que je trouve donc important et qu’il est bien de faire lire, tout en accompagnant peut-être cette lecture avec une discussion efficace? Parce que victime ou bourreau, il est toujours possible de faire quelque chose. Je suis donc contente d’avoir faite cette lecture et d’en parler.
Lien : https://writeifyouplease.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10