AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Le Serpent à plumes

Les éditions Le Serpent à plumes ont été créées par Pierre Astier, d`abord sous forme de revue littéraire en 1988 puis sous forme de maison d`édition en 1993. La maison est spécialisée dans la littérature contemporaine, à la fois étrangère et française. Le catalogue de la maison compte environ 400 titres.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Le Serpent à plumes



Dernières critiques
MissFourmi
  03 décembre 2022
Orgueil et préjugés de Jane Austen
M. Darcy est tout à fait orgueilleux. Elizabeth est pleine de préjugés. Darcy et Lizzy. Orgueil et préjugé.

Faut-il résumer ce classique anglais ? Un nouveau venu à Netherfield, tout à fait aimable et qui s’attache assez vite à l’aînée des Bennet. Mais accompagné par son ami, le fameux M. Darcy, qui se montre hautain et ne se mêle pas aux autres dans les bals… Sauf, tiens donc, avec notre chère Elizabeth…

~

Nous voilà donc embarqués, @tourne_la_page et moi, dans la tentative de Mme. Bennet de marier ses 5 filles.



Le style, tout d’abord, permet au lecteur d’être immédiatement plongé dans l’ambiance du XIXème siècle. Étant donné que j’ai lu une traduction, je ne peux pas juger l’écriture de l’auteure (je n’oserai pas dans tous les cas xD) mais je l’ai trouvé plutôt précise. Cependant, je l’avoue, j’ai eu un peu de mal à lire, la plume n’est pas forcément captivante, avec ses tournures complexes et des passages pas très très intéressants…

~

À peine M. Bingley arrivé, on parle déjà de mariage. Dès le début du livre, on est face à une réflexion intéressante (et relativement actuelle) sur l’orgueil, la vanité ou encore les préjugés.

J’avais beaucoup d’attentes envers ce livre, j’attendais beaucoup plus de réflexions à propos de ces thèmes, sur les comportements humains, et j’avoue que le sujet n’est pas forcément poussé. Heureusement, il y avait notre petite Marie (une des sœurs d’Elizabeth) pour apporter des réflexions profondes, certes pas très modernes, mais qui invitent à réfléchir.

Réfléchissons d’ailleurs à la condition des femmes anglaises -fortunées- du XIXème : organiser le menu des repas, écrire les invitations pour des bals, se balader dans les rues et acheter des accessoires, marcher dans des parcs au bras de gens qui n’aspirent qu’à monter à quel point leur propriété est belle. Ah, et bien sûr, savoir jouer de la musique, chanter et être cultivé -mais pas trop- pour être considéré comme une femme accomplie. Voilà un réjouissant programme, non ?! Cela Jane Austen l’a terriblement bien dépeint.

~

Tout comme ces personnages, si travaillés, tellement bien tournés au ridicule quand il faut. L’auteure utilise bien la dérision, voire l’ironie dans ces diverses interactions. Avec la dose de médisance, de la part des persos, qu’il faut pour qu’on comprenne bien les rivalités qu’il pouvait y avoir à l’époque.

Entre les personnages imbus d’eux même, les prétentieux, ceux qui sont sans cesse dans l’exagération ou ceux qui s’amusent à jouer les hypocrites… on a une belle palette !! Mais cette chère Elizabeth rattrape tout avec sa répartie géniale et sa manière de penser peu courante, je ne m’étonne pas qu’elle soit la fille préférée de son père, que j’ai plutôt apprécié au passage ! M. Darcy, quant à lui, reste pour moi un mystère assez indéchiffrable…

~

Le rythme n’est pas forcément vif, je ne pense pas qu’il faille s’attendre à ça dans les livres plus anciens, mais de ce fait, on s’ennuie un peu. Enfin, certains passages sont plats et d’autre contiennent plein d’infos et d’"action". Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il n’y a pas trop de descriptions, mais beaucoup de discussions entre les personnages !

~

Bref, voilà un livre intéressant, car il dépeint bien les mœurs de l’époque, la relation être les hommes et les femmes, dans les fratries, avec les parents, etc. et bien aboutit puisqu’on a comme un épilogue à la fin.

J’ai aimé, mais sans plus, je l’ai lu surtout pour découvrir cette fameuse histoire d’Orgueil et Préjugé 😉



Merci mille fois @tourne_la_page pour avoir partagé cette lecture avec moi. Sans toi, je ne pense pas que je serai allé jusqu’au bout… 😊
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
adelineelb
  02 décembre 2022
Orgueil et préjugés de Jane Austen
Une pépite, pépite, pépite ! De l’amour et encore de l’amour agrémenté de petits rebondissements sympathiques ! Cet ouvrage est un délice pour les yeux comme pour le coeur ♥.



À savourer autant que vous le pouvez 🤩 !



Elizabeth Bennett et Mr Darcy sont des personnages originaux avec une personnalité bien trempée. Ils inspirent le respect, la sagesse et l’audace et surtout, quel humour ! Entre-eux, c’est le jeu du chat et la souris jusqu’à la fin. Quel pur plaisir d’avoir découvert ce livre, il y a maintenant des années de ça.



Je vous le recommande à 10 000% sans hésitation !

Commenter  J’apprécie          00
Laureneb
  02 décembre 2022
Pêcheurs de perles de Albert Londres
La plongée dans un monde disparu...

Albert Londres publie ici un reportage sur le Golfe arabo-persique tel que nous ne le connaissons plus : celui d'avant le pétrole, d'avant les gratte-ciel et les marinas de luxe, d'avant les stades flambant neuf et les influenceurs de télé-réalité...

Mais il y avait déjà de pauvres morts parmi les travailleurs, et déjà de la richesse, celle d'un or blanc nacré, celui des perles des huîtres. Migrants arabes, somaliens, persans... tous accourent pour pêcher ces huîtres et venir donner leurs poumons, leur ouïe, leurs yeux, donner leur sang pour un travail épuisant physiquement et un salaire si miséreux que leurs dettes augmentent, les rendant prisonniers de l'armateur du navire, tout en implorant Dieu de les aider. Les femmes, elles, restent sur terre mais invisibles. Quelques uns en profitent, grands propriétaires étrangers qui gagnent des millions. Et de riches occidentaux se réjouissent de ces perles tâchées de sang, sans même y songer, sans même parler de boycott...

Oui, le parallèle avec cette Coupe du Monde 2022 au Qatar est saisissant sur bien des points. Sur le ton faussement enthousiaste et ingénu aussi d'Albert Londres, qui se place dans la peau d'un observateur naïf qui regarde et décrit, sans intervenir : "c'est une autre culture". Cependant, ici, ce n'est pas un appel stérile au boycott, mais une description clinique de la réalité, qui révèle toute sa force de conviction dans les dernières lignes.

Un récit d'autant plus fort qu'il résonne avec notre actualité, tout en nous évoquant une mer regorgeant encore de biodiversité, aux eaux encore transparentes car non souillées par le pétrole.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81