AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alexandrie On Line


Livres les plus populaires voir plus


Dernières critiques
BVIALLET
  08 janvier 2021
Human Genome de Corentin Macqueron
À Moscou, deux cadavres sont retrouvés gelés dans la Moskova. L’un d’eux est complètement nu, l'autre fort esquinté. S’agissait-il d’une rixe qui avait mal fini ou d’autre chose ? Abigail Lockart, jeune journaliste américaine au journal « Moskow Times » cherche à établir le lien qui pourrait exister entre cet étrange fait divers et Nathan Craig, président-directeur-général de Futura Genetics, entreprise spécialisée dans le séquençage du génome humain. Une secte, « les fils de Dieu », s’intéresse également aux recherches de cette société. Elle envoie un des siens pour y récupérer d’important documents. Mais celui-ci ne parvient pas à mener à bien sa mission. Il se fait violemment agresser par un individu sorti de nulle part, lequel le pourchasse dans les rues enneigées de Moscou. Une terrible course poursuite qui s’achève dans les eaux glacées du fleuve. Le lendemain matin, Nathan Craig est informé de la disparition d’un certain 101…

Ainsi débute « Human Genome », roman relevant du genre thriller scientifique avec nettement plus de scientifique que de thriller. Et pourtant les cadavres ne manquent pas. Ce serait plutôt l’intrigue des plus simplettes qui laisserait à désirer. Aucune originalité et une fin controuvée dans cette histoire de monstres de Frankenstein 2.0. Le lecteur a droit à des mères porteuses mourant d’éclampsie foudroyante, à une bataille grand-guignolesque avec trois clones en furie bricolés à partir du génome du Christ, rien de moins. Et pour finir une grande boucherie finale avec des Néandertaliens aussi velus qu’approximatifs. Le style étant assez agréable à lire, l’ensemble aurait pu être acceptable si l'auteur ne s’était autorisé d’interminables développements en forme de cours magistraux sur la biologie, anthropologie, l’histoire de la révolution et, pire que tout, les théories antagonistes du créationnisme et de l’évolutionnisme. Il faut savoir doser. Autant un peu de savoir, intelligemment saupoudré au fil d’un récit, peut être utile et même souhaitable, autant pareils pavés indigestes plombent définitivement l’intérêt. Le bouquin finit d’ailleurs par tomber des mains du lecteur le plus patient et les 374 pages lui semblent en compter le double !
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jeanpaulbaudoin
  03 novembre 2018
Jeannot chez les Nazis de Pasquiers Jean
L’auteur né en 1920 se décrit comme issue de la petite bourgeoisie de province ses grands-parents paternels et son père ayant atteint des positions de cadres moyens dans l’industrie textile dans la Marne.

Le département et la ville de Reins où il habite subit de graves dommages en en particulier sa cathédrale

En 1936 il part dans une famille en Saxe pendant les vacances pour améliorer sa pratique de la langue allemande. En 38, à Paris il prépare en tant que boursier d’état, le concours de l’Ecole Normale supérieure de l’Enseignement Technique, (ENSET), et il commence à rédiger un carnet.

Après un retour dans sa famille pendant les premiers mois de guerre il retourne à Paris, apprend en février 43 la création du STO réussi ses examens et est nommé à Nancy pour la rentrée de septembre

Convoqué par l’intermédiaire de son directeur pour partir immédiatement au STO il se replie dans sa campagne mais reçoit la visite des gendarmes. Cette situation devenant intenable et il se présente comme volontaire au service du recrutement, pensant qu’il allait être arrêté sur le champ. Les gestionnaires du service ne faisant aucun lien avec sa situation sont très accommodants et après un refus de poste d’ouvrir d’usine il est affecté le 25 novembre 43 comme employé de bureau dans l’entreprise AEG à Berlin, en août 44 il est muté dans les Sudètes et ce n’est qu’en Juin 45 qu’il retrouvera famille. La rentrée scolaire 44 le voit en poste à Nancy ou il fonde une famille, et cherche vainement à être muté Outre-Mer, à 83 ans il publie son journal. Les derniers éléments qui nous permettent connaitre ses pensées est un échange de mail qu’il a le 9 mai 2008 avec une lectrice.

Il décrit son vécu et ses réactions que l’on peut regrouper sous plusieurs rubriques : à qui la faute, l’attitude des français face au conflit, celle des allemands, la menace partagée du communisme, de la paix à l’angoisse à la paix, le STO et le devenir des participants, sa vision après la guerre.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
severinsaracino
  20 avril 2018
Du bon usage de la piraterie : Culture libre, sciences ouvertes de Florent Latrive
Un point de vu méconnu sur la propriété intellectuelle, et pourtant cohérent.
Lien : https://archive.org/details/..
Commenter  J’apprécie          00