AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Hachette Education [corriger]


Livres populaires voir plus


Dernières parutions


Collections de Hachette Education



Dernières critiques
Lorenzaccio

Honnêtement, cette pièce n'était pas pour moi, et je suis assez surpris d'avoir réussi à la finir, parce que je n'ai pas du tout passer un bon moment. Je me suis ennuyé du début à la fin. En revanche, je suis sûr que ça saura plaire à d'autres, je n'étais juste pas le public cible.
Commenter  J’apprécie          00
14

Un roman magnifique sur la première guerre mondiale, un roman durant la lecture duquel j'ai eu la conscience aigüe et douloureuse de ce que pouvaient ressentir et endurer les jeunes gens que l'on projetait dans l'horreur de la guerre.



Il y a le tocsin d'abord, qu'Anthime entend alors qu'il est à vélo dans la campagne.



Il y a l'enthousiasme des villageois d'aller river son clou à l'ennemi, à l'envahisseur.



Il y a le départ et les préparatifs (visite médicale, uniforme, barda).



Il y a la marche longue, avec son matériel pesant sur le dos, mais jusque là, ça reste calme et propre...



Et, il y a la plongée dans l'horreur, le bruit, la terre, les explosions, les morts, les odeurs, les rats, les parasites, les mutilations, la boucherie.



J'ai réalisé comme jamais je crois ce que cela pouvait être de se retrouver à devoir tuer au corps à corps ou de voir ses compagnons mourir de façon épouvantable.



Les mots de l'auteur, ses phrases sont d'une justesse totale, c'est ciselé et ça glace le sang.



Pas de fioritures, pas de démonstrations d'émotions, juste la vie, les gens, la peur, l'amour, l'humain... tout simplement.
Commenter  J’apprécie          70
Manon Lescaut

D'abord intriguée par cet auteur qui m'était inconnu, c'est finalement le fait que l'ouvrage figure au corpus de textes obligatoires du bac qui m'a décidée à le lire.



Franchement, le livre est si ancien qu'il m'est ardu de donner un avis pertinent dans la mesure où je peine à me mettre à la place d'une lectrice de l'époque afin d'en apprécier vraiment la saveur.



J'ai lu un paquet d'histoires où de tristes passions amoureuses et de pernicieux élans du coeur tiennent lieu de sujet principal. de Tolstoï à Barbey D'Aurevilly, en passant par Dumas fils.

Le moins que je puisse dire est que Manon Lescaut a été pour moi l'ouvrage où l'intrigue semblait avoir le moins de profondeur, le développement des personnages est aussi linéaire que prévisible.



Manon pourrait être considérée comme le reflet d'Emma Bovary, ne serait-ce son développement psychologique qui est totalement hâté voire inexistant. On pourrait me répondre qu'ici l'auteur voulait mettre l'emphase sur Des Grieux... soit, mais je réitère mes griefs. A l'instar d'Emma, Manon est une jeune femme frivole, galvanisée par le plaisir en dépit de son visage sauf que, contrairement à elle, Manon n'a même pas la prétention de s'imaginer amoureuse de ses amants.



Tout du long, on suit donc les turpitudes et vaines espérances d'un chevalier que l'indigence trouble presque plus que les infidélités d'avarice qui caractérisent Manon.

Est-ce que Manon éprouvait réellement le moindre sentiment pour lui ? Impossible à dire. Au vue de l'ardeur avec laquelle elle se propose de le suivre jusqu'en Enfer à la fin, on pourrait le supposer.

Toutefois, le personnage dépeint semble si écervelé, mut uniquement par le plaisir immédiat et dénué de toute vie psychique qu'on peut penser que ses propres sentiments lui sont inconnus.



J'aurais aimé prendre la liberté de dire de Manon qu'elle est une anti héroïne pathétique. Je ne peux même pas l'envisager car aucune repentance, aucune indécision déchirante ni même le moindre doute ne semble la préoccuper.





Elle semble n'exister que sur un malentendu.



On peine à comprendre ce qui a pu susciter autant de poésie idyllique chez le narrateur qui, presque instantanément, m'a paru couard et inconséquent : de la vraie bigoterie stéréotypée, même pour l'époque.



Commenter  J’apprécie          60

{* *}