AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Futuropolis

Futuropolis est une maison d`édition de bandes dessinées fondée par Étienne Robial et Florence Cestac après que ces derniers aient repris en 1972 la librairie éponyme. La maison d`édition fut cédée à Gallimard en 1994, qui ne l`utilise que périodiquement avant de la réanimer en 2004 en partenariat avec Soleil Productions.

Livres les plus populaires voir plus


Dernières parutions chez Futuropolis


Dernières critiques
VeroneLixelle
  22 janvier 2019
Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline
« Voyage au bout de la nuit » …



Difficile de « s’attaquer » à un tel monument de la Littérature Française !

Ce livre qui a bouleversé tant de lecteurs …

Cet auteur qui a provoqué tant de polémiques …



« Voyage au bout de la nuit » … où la noirceur humaine, le « non espoir » transpercent chaque page !!

Des vies « avalées », « englouties » sans pouvoir être savourées !!

Ferdinand tel un « Anti héros » vit Sa déchéance avec lucidité ou peut être fatalité …

On y croise le vil … le cru … l’abject … l’argent … le sexe enfin le « derrière » ...

Puis cette prose qui tourbillonne dans la tête … on s’accroche aux phrases, on tente de comprendre avec hargne toutes les subtilités puis on finit, épuisé en se laissant emporter par la poésie des mots ! et là c’est l’extase !!

Un voyage intérieur, fascinant et percutant ..…

et en définitive un « Grand plaisir » … « j’ai lu Voyage au bout de la nuit de Céline !! »
Lien : https://lespatchoulivresdeve..
Commenter  J’apprécie          20
Under_The_Moon
  22 janvier 2019
Le chien qui louche de Etienne Davodeau
Fabien, surveillant dans une salle du Louvre se rend dans un coin paumé du Maine-et-Loire faire la connaissance de sa belle-famille. Tout pourrait être banal, si le grand-père ne lui sortait pas "Le chien qui louche", un tableau peint par son aïeul et qu'il rêverait de voir exposé avant de mourir.



Une aventure un peu loufoque qui ressemblerait plus à Wilfrid Lupano qu'à Etienne Davodeau.

On y reconnait toutefois ses planches qui, ici aussi font très reportage. Et aussi l'intérêt pour les "petites gens" et une vision plus satirique des milieux plus bourgeois.

L'art d'Etienne Davodeau, c'est que dans une simple histoire il parvient à se moquer à la fois :

- des grands "connaisseurs" et "gardiens" de l'Art pour l'art comme s'ils étaient les chevaliers des Templiers ;

- des gens simples, presque bouseaux, peu instruits et sans philtres ;

- et de toutes les sociétés "secrètes" (d'amateurs) qu'on dit construites autour du Louvre et ses secrets - merci le Da Vinci Code...



Si la fin rattrape l'ensemble de la BD par la sensibilité dont le personnage du grand-père (et les autres autour) fait preuve, cela ne permet pas de classifier cette lecture d' "indispensable" ou "géniale". Juste, sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
croix59
  22 janvier 2019
Le voyage de Marcel Grob de Sébastien Goethals
Belle histoire nuancée qui ne juge pas les malgré nous alsaciens malgré les horreurs commises au nom des walfen SS. On suit 3 jeunes hommes dont Marcel aux parcours identiques, qui viennent de la même commune. Deux sont des vrais malgré nous, obligés de s'engager sinon il y aura des représailles sur leur famille, le 3ème est plus convaincu du bon droit des allemands. Mais tous trois seront finalement dégoutés par les massacres de ces assassins ordinaires.

Mais rien n'est simple, un des officiers SS est cultivé, prend plus ou moins Marcel sous son aile, suit les ordres mais n'est pas forcément d'accord et rejoint plus ou moins les 3 jeunes dans leur dégout. Mais nous n'avons pas réellement de personnage SS (en dehors de celui qui ordonne le massacre en Italie) autre dans cette histoire. Alors? Coupable, pas coupable? Compliqué car selon la version de l'histoire, ils étaient persuadés qu'un refus de leur part, leur vaudrait la mort immédiate et celle de leur famille. C'est là un excellent moyen de pression. Cela ne rajoute rien à l'histoire difficile des malgré nous mais le parcours singulier des ces jeunes hommes emeut, forcément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10