AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

José Corti

Créées en 1925 les éditions José Corti sont une maison d`édition fondée par José Corti. Elle a publié des auteurs célèbres comme André Breton, Paul Eluard, Aragon ou encore Julien Gracq qui n`aura aucun autre éditeur à part la Pléiade. La librairie et la maison d`édition de José Corti se trouve depuis 1935 au 11 rue de Médicis.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de José Corti



Dernières parutions chez José Corti


Dernières critiques
Jijijoliiiiie
  19 mai 2022
Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire
Allez je me lance !

De la poésie médiévale, chantée et transmise à l’oral, en passant par le renouveau poétique de la Renaissance et celui du XVIIème où elle doit suivre des règles très strictes, jusqu’au XIXème siècle qui redécouvre et ouvre de nouvelles perspectives à celle-ci grâce à, notamment, Charles Baudelaire, la poésie n’a jamais cessé d’évoluer. Celui-ci justement a complètement modernisé la poésie dans un contexte post-révolutionnaire et enclin à toutes sortes de révolutions comme celles de 1830 et 1848. Le 21 juin 1857, il publie la première version des Fleurs du Mal, ce recueil de poème qui aura beaucoup choqué et recevra un procès un mois plus tard pour « outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs », et qui pourtant est et restera encore longtemps un des monuments de la littérature française. Il y aura au total trois éditions de ce recueil qui à chaque fois seront plus dense que la précédente, Baudelaire agissant comme un alchimiste. Il s’acharne sur son travail jusqu’à trouver la « quintessence » de chaque chose, comme il l’écrit dans son projet d’épilogue, toujours à modifier et transformer son travail parce que jamais assez fier de lui. La dernière édition, celle de 68 est publiée à titre posthume, toujours incomplète. Charles Baudelaire est un personnage très spécial si je puis dire, étant à un dandy des plus sérieux et un grand critique d’arts. Mais c’est aussi et cela est très important à savoir pour l’interprétation de ses poèmes, un enfant ayant eu un rapport très difficile avec sa mère. Les Fleurs du Mal traite de différents thèmes, partis ceux-ci l’artiste et son art, la femme et l’amour, la ville, la quête de l’ailleurs, l’ennui, le temps, ou encore plus étonnant, la mort. Il est intéressant de voir comment les fleurs, donc la poésie et la beauté peut être mis en relation avec son oxymore : le mal, notamment présent à travers le spleen. Ces deux composantes sont omniprésentes dans le recueil et se complètent. En effet, c’est dans le spleen, en cherchant un peu qu’on peut trouver la beauté, l’idéal. Les Fleurs du Mal, représente une section entière du recueil, mais ce n’est ni la seule ni la plus grande. Effectivement, celui-ci est divisé en six sections (dans sa forme finale), Spleen et Idéal, dans laquelle le poète décrit son être déchiré entre la soif d’idéal et l’attirance vers son opposé, ce que Baudelaire appelle le spleen, c’est-à-dire le dégoût de toute chose; cette section est suivie de Tableaux parisiens, où la ville, autrement appelé par Baudelaire dans son poème Les sept vieillards « la fourmillante cité pleine de rêves » montre à la fois sa laideur et sa beauté, où se perdre c’est aussi se retrouver; Le vin est une section assez courte qui est consacrée en 5 poèmes, à la célébration du vin, à son pouvoir réconfortant et libérateur. L’ivresse est décrite comme étant une échappatoire à la triste condition humaine décrite dans Les Tableaux parisiens et qui permet de s’évader mais de manière assez illusoire, et ne peut donc pas constituer une véritable alternative au spleen. On arrive ensuite aux Fleurs du Mal, les pièces condamnées de 1857 proviennent majoritairement de cette partie, qui, par son titre, constitue une myse en abîme du recueil et nous place au cœur de la poésie du mal voulue par Baudelaire. S’en suit la section Révolte, où les trois poèmes la composant sont placées sous le signe de Satan; enfin arrive la mort, la fin du voyage, le but ultime qui mettra fin au mal de vivre et représente un vrai espoir, une ouverture vers « l’Inconnu pour trouver du nouveau ». Ce n’est donc pas vraiment une fin, plutôt une dernière exploration.



Si vous avez lu ma critique jusqu’au bout c’est peut être que comme moi, vous passez le bac de français en fin d’année, mais peut être aussi, et je le comprend tout à fait, que Baudelaire a su vous captiver au point de lire une critique aussi longue que celle-ci…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CeinwynH
  18 mai 2022
Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire
Je ne sais même pas comment je pourrais mettre moins de cinq étoiles pour ces poèmes ! C'est un classique et j'ai adoré jusqu'à chaque syllabe. C'est merveilleusement poignant, Baudelaire décrit les choses d'une telle manière ! C'en est presque indescriptible. C'est parfois merveilleusement affreux, d'autres fois sublimement profond...

À lire et relire sans modération !
Commenter  J’apprécie          20
ManonCarpentier
  17 mai 2022
Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire
Les fleurs du mal par Charles Baudelaire



Recueil le plus connu du poète. Étudié, analysé, appris par cœur on a certainement tous eu l'occasion de découvrir Baudelaire et l'un de ses poème.



Du spleen à la mort, le poète nous invite à un voyage dans la douleur du chaos jusqu'à l'apothéose de l'idéal. Tout confondu dans un style qui offense la société de l'époque (et qui doit encore hérisser le poil à quelques un.e.s).



Je crois que le poème qui me touche le plus en dehors de l'albatros vu et revu reste le prologue. Cette apostrophe directe au lecteur nous met dans une ambiance très particulière.

Commenter  J’apprécie          100