AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

José Corti [corriger]

Créées en 1925 les éditions José Corti sont une maison d`édition fondée par José Corti. Elle a publié des auteurs célèbres comme André Breton, Paul Eluard, Aragon ou encore Julien Gracq qui n`aura aucun autre éditeur à part la Pléiade. La librairie et la maison d`édition de José Corti se trouve depuis 1935 au 11 rue de Médicis.

Livres populaires voir plus


Dernières parutions


Collections de José Corti



Dernières critiques
Laisse aller ton serviteur

Merci à Dominique et Keisha qui m'ont donné envie de lire ce livre précieux!



Précieux et rare, la Médiathèque ne l'a pas et il n'existe pas sous forme numérique. J'ai attendu de longs mois avant de le trouver.



111 pages à déguster lentement, lire et relire.



Hiver 1705. Johann Sebastian Bach a 20 ans. Il est l'organiste de la ville de Arnstadt donne quelques leçons de musique aux enfants des notables.



"Il était apprécié des fidèles. Il jouait son rôle avec ferveur et discrétion. jamais une note qui ne brillât d'un éclat feutré, d'un respect terrifié par la proximité du ciel. Il était apprécié, parce qu'il savait rester à sa place: il n'était en somme que le mécanicien du ciel, qu'un régisseur. Il avait ses tuyaux, et le pasteur avait son pain et son vin"



Un jour, par hasard il prend connaissance de trois cantates de Buxtehude et c'est une épiphanie. 



Bach était comme l'amoureux transi[...]Bach était transi de froid, car il venait de se découvrir un maître, mais la grandeur du maître n'était pas faite pour le réchauffer



la partition est incomplète, il lui faut la suite. Mais le Consistoire prudent ne souhaite pas diffuser cette musique scandaleuse, miraculeuse



Cette partition est miracle et preuve des miracles. Par elle je crois au miracle et à la vérité



Bach  demande un congé pour aller à Lübeck rencontrer Buxtehude. Il part à pied, avec la seule partition pour bagage...Voyage à pied comme un pèlerinage. Dans la neige, le froid de l'hiver. 



Quand il rentrera à Arnstadt son jeu en sera transformé et ce ne sera pas du goût des paroissiens , dès 1707 on le pressa de quitter Arnstadt...



A lire, relire, sans modération. Et écouter Bach encore!
Lien : https://netsdevoyages.car.bl..
Commenter  J’apprécie          40
Un beau ténébreux

"La vérité est triste, comme vous le savez. Elle déçoit parce qu'elle restreint. Elle tient dans un poing fermé, puis dans le geste d'une main qui se délace et rejette. Elle est pauvre, elle démeuble et démunit."



L'année dernière à Kérantec...



Dans une station balnéaire, une petite société d'oiseux oisifs palabre à longueur de temps. Parmi eux, Allan Murchison (durassien avant l'heure), le "beau ténébreux", suscite exaspération, défiance, éblouissement ou fanatisme. A travers le journal intime de l'un de ces désœuvrés puis le récit des derniers jours d'une étrange vacance, Gracq nous convie à une verbeuse marche funèbre.



Hiératiques et vaporeux, les pensionnaires de l'Hôtel des Vagues (tout est dit !) se noient dans d'amphigouriques conciliabules que le romancier enchâsse dans une prose prétentieuse, assaisonnée de métaphores incongrues et répétitives. Le lecteur descendra ce fleuve impassible avec fascination ou agacement c'est selon.



Pour ma part, ces afféteries m'ont vite lassé et Julien Gracq avec son magasin de fanfreluches -allusions snobs et tonalités fitzgéraldiennes- reste prévisible : il nous promène de ruines romantiques en falaises désolées, il nous assène pour terminer un bal littéraire des plus improbables et finit par susciter des sourires narquois et exaspérés.



Tout le contraire d'un roman "à l'usage des cuisinières" (cuistrerie impardonnable), Un beau ténébreux est l’œuvre d'un romancier infatué de lui-même.



"Qui s'annonce ici avec une telle solennité ? Il n'y a personne ici. Il n'y a plus personne."
Lien : https://lavieerrante.over-bl..
Commenter  J’apprécie          40
Rencontres avec des animaux extraordinaires

Ce récit autobiographique d’un naturaliste fervent enchante par l’humour très anglais avec lequel il retrace une enfance de collectionneur d’amphibiens et de reptiles, prêt à tout pour sa passion.
Lien : https://www.lemonde.fr/criti..
Commenter  J’apprécie          00

{* *}