AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet



    Sflagg le 09 décembre 2023
    Texte inspiré par la phrase d'intro de mon précédent poste.

    J'écris en direct              (09/12/23)

    J'écris en discret
    Avec dix craies
    J'écris en distrait
    En dix traits
    J'écris en dictée
    Sur dix T
    Sur dix thés
    Surdité.

    J'écris en discorde
    À l'aide de dix cordes
    J'écris en discours
    Dans dix cours
    J'écris endigué
     De dix gués
     De dix gais
    De dix gays.

    J'écris en dysfonction
    Équipé de dix fonctions
    J'écris en dispute
    Telles dix putes
    J'écris en dictons
    Comme dix thons
    Comme dix tons
    Comme dit-on.

    J'écris en digestion
    Aidé de dix gestions
    J'écris en dissolution
    En dix solutions
    Et j'écris en disgrâce
    Grâce à dix grâces
    Grâce à dix grasses
    Grâce à dix garces.

    S.Flagg !!

    A+ !!
    Morphil le 10 décembre 2023
    Quel cirque ces poisson Sflagg , ce qui n'est pas pour me déplaire . Parfois les pois sont des poisons. Si c'est la poisse, on poisse, on rie, car les poissonnes rient
    E et si des ans les poids sont des frissons, l'esprit se noie et ses prisons deviennent ouvertes sur les hauts fonds, leur calme et leurs paresses infinies., les poèmes des poissons lunes et la mélodie des sirènes.
    Je termine en queue de poisson.

    👍🎶🐡

    Jacques Higelin - Hold tight
    Morphil le 14 décembre 2023
    Un petit bonsoir sur un mot, un nom de fleur qui a surgit comme ça au couché du sommeil

    Amarante

    Amarante,
    Fleur des Andes, belle des prés,
    Douce amante
    Des légendes de fin de soirée,
    L’invisible nous enchante,
    L’impossible nous aimante.
    L’indicible monde allant vers
    L’invincible cœur de l’hiver
    Soupire.

    Explosion rouge carmin,
    Tu arraches nos regards,
    Pourpre des Saint-Pierre romains,
    Fière comme une queue de renard,
    Tu ondules dans les friches,
    Tes vertiges nous bousculent,
    Nous étions pauvres, nous sommes riches.
    Petits pantins somnambules,
    Réveillez-vous !

    Quand la fronde de nos oublis
    Te transformes en coquelicot,
    L’incolore des prairies
    Sans bleuets est pour bientôt,
    Quand les parfums évanouis
    Ne seront que souvenirs,
    Au fond des mémoires enfouis,
    Il n’y a plus rien à dire,
    S’il n’y a rien à voir.

    Bonne soirée
    Morphil le 16 décembre 2023
    Bonsoir

    fait pas chaud mais il ne pleut plus

    Frisson de l’hiver

    Amène,
    Amène,
    Ame humaine,
    Peut-être inhumaine
    Au vent envolée.

    Assène,
    Assène,
    Force hautaine
    Aux terres lointaines,
    Par le flot brisées.

    Sur l’autel aux vêpres sonnantes,
    Luit un cierge, flamme vacillante.
    Par le porche, les feuilles fanées
    Entrent et sortent, jonchent les allées.

    Appelle,
    Appelle,
    La sirène,
    L’envoutante reine
    Du haut de la tour.

    Castel,
    Castel,
    Fin d’un règne
    Et les murs s’imprègnent
    D’un reste de jour.

    Sur l’autel, le vide est venu,
    Plus de cierge, la vie continue.
    Les pieds trainent dans les feuilles fanées
    Rouges et ors le long des allées.

    Bonne soirée
    Jackie_Cazaux le 16 décembre 2023
    Bonsoir,

    Magnifiques poèmes Morphil, un grand merci !

    Excellente soirée et à bientôt !

     Cordialement
    Jacqueline
    Jackie_Cazaux le 16 décembre 2023
    Bonsoir,

    Personne ne pourra jamais m'empêcher de rêver
    Et celui qui voudra me faire taire n'est pas né !

    A tous les bien-pensants qui croient détenir la vérité
    Je leur dit "merde" et plus encore, sans affinité !

    Personne ne pourra jamais m'empêcher de penser
    D'avoir des espérances, des ressentis, des idées !

    Jusqu'à mon dernier souffle, je graverai sur le papier
    En lettres majuscules, ma LIBRE_PENSEE !

    Bonne soirée à toutes et à tous !

    Jacqueline
    Morphil le 17 décembre 2023
    C'est un peu beaucoup bancale, calamine, minaret, raie au beurre, heureusement, mandibule, bulle du pape, papetier...

    Couleurs saisons

    Granit rose, basalte, craie, charbon,
    Basilic, safran, thym, curry,
    Améthyste, émeraude, rubis,
    Bégonia et rhododendron

    A vos pinceaux,
    A vos crayons,
    A vos tableaux
    En toutes saisons.

    Amande grillée, marron chaud,
    Jaune topaze, bleu-vert turquoise,
    Gris-bleu lavande, vert-clair armoise,
    Rouge gariguette, pèche-abricot,

    Tendez vos toiles,
    Teintez vos fonds
    D’un ciel sans voile
    En toutes saisons.

    Coquille nacrée, poisson d’argent,
    Crête de coq, fier andouiller,
    Vif alezan, ocelot tacheté,
    Salamandre ou serpent luisant,

    Prenez vos brosses,
    Parez de tons
    L’ombre précoce
    En toutes saisons.

    Du rouge aux joues, du rose à l’âme,
    L’azur en tête, vert lendemain,
    De l’or au doigt, diamant en main,
    Douceur d’orange, voilà la flamme,

    A vos serments,
    A vos amours,
    A vos enfants,
    Bonheur toujours.
    Jackie_Cazaux le 17 décembre 2023
    Merci Morphil !
    Morphil le 18 décembre 2023
    Deux rien
    car ce n'est rien
    que des fragments d'échos, des montagnes bien usées
    rien qu'un impérieux besoin.

    Nuit

    Egaré dans la tourmente, la tête à moitié vide, le verre à moitié plein, il regarde grandir son ombre, franchir le seuil du crépuscule. La porte sera bientôt fermée sur cet envahissant silence qui peuple le ciel de ses nuits. Alors elle surgira, drapée de noir, l’immense silhouette angoissante qui chasse le sommeil de son lit.
    Ainsi reviendra la terreur. Franchissant sa fenêtre aveugle, elle sortira de son armoire avec son grincement de chaines, son haleine fantomatique, son rictus démoniaque et ses rires d’outre-tombe. Le fracas des enfers enflera, battant ses tempes d’un sinistre son ancestral au rythme d’un tambour d’alarme.
    Son cœur n’y résistera pas ! Seigneur, Seigneur tout puissant, volez à son secours, portez lui vos lumières, redonnez lui le jour car il a besoin d’aide et…
    Coupez !
    Eteignez-moi ses projecteurs qui sapent l’ambiance et rendent impalpable la tension. On y retourne. Moteur.
    J’allais devoir continuer à écrire le scénario de se mauvais polar dans le noir
    mcd30 le 18 décembre 2023
    Pas mal cette histoire Morphil 
    Jackie_Cazaux le 19 décembre 2023
    Mon coeur est en feu
    Je le regarde brûler
    Tomber en cendres
    Et se consumer...


    Le feu brûle dans la cheminée
    L'hiver est à nos portes
    Le froid me fait frissonner
    Pourquoi trembler de la sorte
    Dans la chaleur de mon foyer ?
    Morphil le 19 décembre 2023
    Tant que la foi y est LIBRE_PENSEE  le feu de la liberté brulera chaud et fort. Le feu se meurt quand on l'enferme, il a besoin de l'air pour vivre. Il est farouche et se défend quand on le touche et quand sa colère gronde, l'allié devient l'ennemi.

    Pour vous ouvrir l'appétit, je vous propose une de mes salades. Baratin baratté, je ne suis pas convaincu que vous goutiez à ma recette

    Une cuisine de rêve

    Un beur cent pour cent matière grise
    Avait la rate au court-bouillon
    Le chou enflé par les diseurs de crise
    Il n’était plus aux p’tits oignons

    Il allait encore devoir se farcir
    Cette poule coriace et son dindon
    Ces harengs saurs refusaient de frémir
    Elle de la cuisse, lui du croupion

    Ça finira jus de boudin
    Triste festin qui sent le rance
    C’est pas qu’il préfère le gratin
    Mais les cornichons à outrance
    Il en avait soupé

    Il pédalera dans la choucroute
    Gavé d’affirmations salées
    Certitudes des deux veaux qui broutent
    Sentences prédisant la purée
    Il en a trop mangé

    Il rêve de les rôtir
    Ses voisins insipides
    Il les voit bien bouillir
    Dans n’importe quel liquide
    Débarrasser la table
    Desservir le couvert
    Ces linottes imbuvables
    N’auront pas son dessert
    mcd30 le 19 décembre 2023
    Amusant Morphil !

    Une  bonne résolution ou plutôt un doux rêve.

    La fleur au fusil
    armons-nous de mots
    lançons des idées 
    des idées pacifistes
    afin que nouvelle année
    rime avec paix.
    Morphil le 20 décembre 2023
    C'était le but mcd30  merci. C'est pas de la cuisine très fine.

    Je fais souvent le même rêve et j'essaie, au milieu de l'écho lointain encore du fracas des bouches à feu qui vomissent leurs fausses promesses, d'y croire toujours et cependant, je tremble car le bruit des bottes lui est chaque minute plus proches. On me prend pour un sémaphore qui alerte sans raison, on s'interroge sur ma santé mentale quand j'affirme qu'en choisissant les nostalgiques de la préférence nationale, on va droit au conflit et qu'on en prend pour 15 ans au moins, comme en témoigne l'histoire du monde. Si seulement j'étais croyant. Je me prosternerais devant un dieu, n'importe lequel, en psalmodiant cette unique prière : tout mais pas ça mon dieu, ai pitié de nos enfants. Prenez ma vie, même avant terme, elle a été trop belle pour que j'ai du regret. Je suis prêt si cela peut parvenir à calmer la folie des hommes car c'est des homme et c'est aussi un monde qu'on assassine. Allez, on y croit très fort.

    Promenons nous dans les bois
    Comme le loup n'y est pas
    L'apaisante forêt 
    Et le chant des fées 
    Stoppera les marches au pas
    Des vengeurs d'on ne sait quoi.

    Le regard brillant vers le ciel
    L'esprit plein de vois lactée 
    Le cœur gonflé par la lune
    Et l'amour en bandoulière
    Allons tous goûter la vie
    Admirez l'aurore qui vient
    Sentir du vent la caresse 
    Ouir le doux bruit des feuillées 
    Entendre les chants d'oiseaux. 
    Bonne année
    Morphil le 20 décembre 2023
    Je savais pas, j'ai appris en écoutant la radio et j'ai honte et j'ai envie de pleurer. En fait je pleure. La loi de la honte adoptée. Les nazis ont gagné.
    99,8%. C'est le pourcentage de gènes qu'on a en commun. Putains, c'est un cauchemar, l'apologie de la connerie avec son lot de boucs émissaires, son discours tout sécuritaire, ses caméras et ses Flingues. Retour du temps de la délation, des enfants qui crèvent sur le trottoir, de faim, de froid, de maladies. Les frustrés de la CPAM et de la CAF ont parlé. Amen.
    PS : il n'y a pas de race, la génétique l'a clairement prouvé. Quel journaliste en parle ? À vomir.
    Jackie_Cazaux le 20 décembre 2023
    Bonjour Morphil,

    Mais Gérard Darmanin a bien dit que le texte avait été adopté sans les voix du Rassemblement National !

    Et Elisabeth Borne enfonce le clou... 

    Quelle mascarade d'entendre tous ces politicards à la mords-moi-le-noeud !

    Ne pleurez pas Morphil, cette loi sera certainement retoquée par le Conseil Constitutionnel....

    Excellente journée

    Cordialement
    Jacqueline
    Jackie_Cazaux le 20 décembre 2023

    Béatrice est ma belle-soeur

    Enfin, je devrais plutôt dire
    Que nous sommes toutes deux
    Plus soeurs que belles 
    La beauté de l'âme ayant plus de valeur
    Que celle d'un physique enjôleur.

    Béatrice est la plus belle de mes soeurs
    C'est mon unique belle-soeur
    Celle que j'aime de tout mon coeur
    La côtoyer est un pur bonheur.

    Excellente après-midi !

    Cordialement
    Jacqueline



    Morphil le 20 décembre 2023
    Prosodie du soir
    Espoir
    et clin d'œil à mon cher Rimbaud et ma chère Piaf


    Les illusions du macadam

    Seize ans, dix-sept ans peut-être, le poing levé au point du jour, l’œil aux aguets, tout son être est tendu.
    Les lacrymos pleuvent comme vaches qui pissent, les regards pleurent, les gorges toussent autour de lui. « C’est la crapule », lui dit Arthur, « ça bave aux murs, ça roule , ça pullule ». Nous voilà devenu canaille, répond-il, nous sommes la chienlit installée dans la rue.
    « Tapez sur vos gamelles,
    Le rasoir à la poubelle »,
    Scande le foule. Emporté par la houle de la marée humaine arc-boutée sur son désir, sa volonté, ses illusions, il s époumone aussi. Il tangue grisé par l’ivresse que lui prodigue ce vin d’espoir.
    « Ouvrez vos portes,
    Place aux exclus »
    Crache le fidèle mégaphone à la voix éraillé. On mêle tout pêlemêle, on sort tout en vrac, tout à trac sans soucis de cohérence quand, soudain, la masse se fendille, se fissure et éclate en fragments volcaniques. Elle a cédé sous la charge des cavaliers de l’apocalypse, la lourde chaine s’est rompue. On se questionne, on s’interpelle, on s’interroge sur la suite à donner.
    Pas à pas, les satellites se rapprochent, se rejoignent, s’agglomèrent et enfin s’unissent pour repartir à l’assaut. Les idées en bannières et les mots pour drapeau, le bloc se ressoude et avance, forgé par une idée, une vision extatique, l’envie d’un monde ouvert, d’une terre unie, la pensée simpliste qu’on est frère, qu’on est sœur, qu’on est un.
    « On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans ».

    Jackie_Cazaux le 21 décembre 2023
    Très beau texte, merci Morphil !
    Morphil le 22 décembre 2023
    Mémoires

    Hasards aux grands cœurs

    Perdus au bazar de la gare,
    Au comptoir du bonheur,
    Cul-sec, un unique verre à boire
    Et on n'y revient plus.

    Les tourments de mon temps
    Égaré, rangé aux objets trouvés, 
    Entre les rires et les sentiments 
    Les soupirs assoiffés,
    On en reprendra plus.

    Les moulins de nos chimères 
    Battent de l'aile sous le vent
    Volent comme les jupes de grand-mère 
    Bégayent un peu plus souvent
    Puis refont un tour de plus

    Chaque jour plus lentement 
    Dégustent la vie
    Chaque instant fugace 
    Qu'on voudrait retenir 
    S'imprime dans nos mémoires






Pour participer à la conversation, connectez-vous

 

{* *}