AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures



    LiliGalipette le 28 mars 2011
    10h ont sonné ! Les votes sont clos pour la lecture d'avril !

    Ce sera La Tombe des lucioles de Nosaka Akiyuki !



    On se retrouve ici pour en discuter. Bonne lecture à tous !
    centrino le 28 mars 2011
    Nikeï ! Euh Nickel :)
    LiliGalipette le 28 mars 2011
    centrino : Nikeï ! Euh Nickel :)


    Je me doutais que la nouvelle te plairait ! :wink:
    centrino le 28 mars 2011
    LiliGalipette :
    centrino : Nikeï ! Euh Nickel :)


    Je me doutais que la nouvelle te plairait ! :wink:

    Faut dire que comme j'ai eu beaucoup de mal à choisir, je suis allé acheter d'autres livres figurant dans le sondage... Il n'y avait donc AUCUNE chance que je sois déçu du résultat des votes ;
    Edit : je vais chercher les mouchoirs ?
    LiliGalipette le 28 mars 2011
    centrino : Edit : je vais chercher les mouchoirs ?


    Oui, trois boites pour moi !
    annie le 29 mars 2011
    je choisis "Gibiers d'élevage" de Kenzaburo Oé, c'est le seul que j'ai sous la main...
    LiliGalipette le 29 mars 2011
    annie : je choisis "Gibiers d'élevage" de Kenzaburo Oé, c'est le seul que j'ai sous la main...


    Je ne suis sûre de comprendre... Tu votes pour le livre de Kenzaburo Oé ou tu choisis de ne pas lire La tombe des lucioles, désigné hier comme la lecture d'avril ?

    Dans le deuxième cas, on accueillera ton avis avec plaisir !

    Bonne journée !
    centrino le 29 mars 2011
    LiliGalipette :
    centrino : Edit : je vais chercher les mouchoirs ?


    Oui, trois boites pour moi !

    Hihihi
    kiki23 le 31 mars 2011
    C'est si triste que cela :?: .... j'ai la larme facile....
    Tant pis, ma commande Amazon est partie!.... avec d'autres petites choses ;)
    LiliGalipette le 31 mars 2011
    kiki23 : C'est si triste que cela :?: .... j'ai la larme facile....
    Tant pis, ma commande Amazon est partie!.... avec d'autres petites choses ;)


    Le film est lacrymal, oui !!! On verra ce qu'il en est livre !
    LiliGalipette le 02 avril 2011
    LiliGalipette :
    kiki23 : C'est si triste que cela :?: .... j'ai la larme facile....
    Tant pis, ma commande Amazon est partie!.... avec d'autres petites choses ;)


    Le film est lacrymal, oui !!! On verra ce qu'il en est livre !


    Le livre est lacrymal, lui aussi !!!
    LiliGalipette le 02 avril 2011
    Voilà mon avis sur le livre.

    Lecture du mois d'avril sur Babelio. Venez en parler avec nous sur le forum !

    Récits d'Akiyuki Nosaka.

    La tombe des lucioles - Sous un pilier de la gare de Sannomiya, Seita meurt le 21 septembre 1945. Sa petite sœur Setsuko est morte le 22 août précédent. Le récit rebrousse alors le temps et revient au 5 juin, quand Kobé a été bombardé par les B29 américains. La ville n'est plus que flammes et la chaleur de l'été se mêle à celle des brasiers funéraires. La mère des deux enfants meurt et le père, lieutenant dans la marine, est injoignable. Seita fuit la ville, Setsuko sur le dos. Ces orphelins de guerre sont mal accueillis par une tante perfide et ils décident de s'organiser une vie à deux dans une cave. Seita chaparde dans les potagers et pille les maisons pendant les bombardements, quand les villageois sont terrés dans les abris. Mais ses rapines ne suffiront pas les sauver, lui et sa petite sœur.

    Dans le titre du récit, Nosaka a donné au mot "lucioles" une graphie originale signifiant littéralement : feu qui tombe goutte à goutte. (p 20) Les bombes, avant de toucher le sol, sont de lointaines et sifflantes lucioles. Précédées du bourdonnement terrifiant des avions, elles éclatent en une multitude d'averses de feu. Mais les vraies lucioles du récit, ce sont les enfants. Leurs quelques moments de joie, leurs éclats d'espérance et de rire au plus fort de la guerre sont des étincelles qui ne demandent qu'à briller longtemps, mais que l'Histoire souffle brutalement et avec une indifférence certaine. Leur beauté se pare des atours de l'éphémère, mais l'injustice gronde devant ces flammes mouchées trop tôt.

    En quelques quarante pages d'un récit semi-autobiographique, l'auteur déploie une émotion intense et magistrale. Son récit est pathétique et la tristesse résignée qui s'en dégage est révoltante. Moins que nouvelle, ce texte est un conte. Bien que nourri de réalité, il transcende le réel pour installer les personnages dans un univers suprasensible où la douleur et les sentiments sont eux-mêmes des personnages.

    Le tombeau des lucioles, film d'animation adapté du texte par Isao Takahata, est une fidèle mise en images du texte de Nosaka. Seule différence subtile, ici Seita est le narrateur et on le voit hanter les lieux de sa mémoire. L'adorable Setsuko revient au monde de fugitifs instants au cours desquels l'éclatante splendeur de son enfance porte au cœur des coups douloureux. Ce quatrième film du studio Ghibli, paru en 1988, est aussi émouvant que le récit de Nosaka.

    Les Algues d'Amérique - L'arrivée du couple Higgins, des Américains que son épouse Kyôto a rencontrés à Hawaï, ne laisse pas d'agacer Toshio. Un Américain, ne serait-ce qu'un gosse, pour lui, c'est de la graine d'occupant. (p. 133) Toshio, adolescent pendant la guerre, a été souteneur et pourvoyeur de denrées diverses pour les soldats américains qui occupaient le pays. Sa rancune est tenace et justifiée, puisque le couple Higgins, des décennies après la guerre, agissent en pays conquis et méprisent une culture dont ils ne font pas l'effort de percer les beautés. Les souvenirs de Toshio se réveillent et, pêle-mêle, nous entraînent dans un univers où la connaissance de l’Amérique est bâtie sur des mythes, des suppositions et des rancœurs.

    L'idée que les Japonais se font de la langue anglaise est désopilante. Les cours de discussion anglaise dispensés aux jeunes Japonais étaient l'occasion d'échanger et d'apprendre quelques mots hésitants et une prononciation simplifiée. Moins drôle et plus utilitaire, cette langue étrange était mise au service de la lutte contre la faim : la mendicité était le lot quotidien des occupés qui, dans les meilleurs jours, volaient les rations destinées aux soldats américains. Le chewing-gum est un élément traumatisant de la guerre : Mais pourquoi donc les soldats américains éprouvaient-ils le besoin de distribuer leurs cigarettes et leurs chewing-gum aux premiers venus ? Par peur d'être chez les ennemis de la veille ? Etait-ce de la pitié pour des estomacs vides ? C'est pourtant pas le chewing-gum qui calme le ventre. (p. 88 ) Les papiers argentés des barres à mâcher s'envolaient dans les rues dévastées comme des lucioles modernes, preuves d'une reddition consommée.

    Ce récit qui fait suite à La tombe des lucioles renverse l'émotion et joue sur la gamme du cynisme et de l'ironie glaciale. L'Américain, même en temps de paix, reste l'ennemi, le vainqueur et la bête. Toshio aligne maniaquement les raisons de la défaite du Japon. La taille de l'ennemi, soit vingt centimètres de plus, a été déterminante alors même que les Japonais étaient censés avoir les reins plus solides, au sens physique du terme. Pour Toshio, il s'agit aujourd'hui de faire plier l'ancien ennemi, de le pousser à aimer le Japon, à en reconnaître au moins une beauté. C'est un ridicule combat singulier dont le visiteur n'a pas conscience et qu'il n'honore pas, laissant le Japonais seul face à ses démons.

    En deux récits et deux tonalités, Akiyuki Nosaka écrit les plaies que le Japon lèche encore dans les années soixante. De ces traumatismes passés aux fureurs que la terre a déchaînées le 11 mars 2011, l'archipel est plus fragile que ce que son PIB indique.
    centrino le 02 avril 2011
    Merci pour ta critique super rapide Lili ! quelle verve !
    Sinon, tu n'as pas trop déprimé, ni trop versé de larmes ?
    LiliGalipette le 02 avril 2011
    centrino : Merci pour ta critique super rapide Lili ! quelle verve !
    Sinon, tu n'as pas trop déprimé, ni trop versé de larmes ?


    Les deux récits sont très courts. Ca se lit à toute allure, entre deux mouchoirs... :wink:
    centrino le 02 avril 2011
    Content de lire que tu aies survécu au climat de plomb de la première nouvelle. C'est mon prochain livre sur ma liste...
    LiliGalipette le 02 avril 2011
    centrino : Content de lire que tu aies survécu au climat de plomb de la première nouvelle. C'est mon prochain livre sur ma liste...


    J'avais l'arme fatale antidéprime : le chat en mode câlin sur l'oreiller, ça aide ! Mais, non, je ne le prête pas !

    Bonne lecture ! Le second récit est fameux, tu verras !
    centrino le 02 avril 2011
    LiliGalipette :
    Le second récit est fameux, tu verras !

    Très différent de l'ambiance du premier récit apparemment. Histoire de ranger sa boîte à mouchoirs probablement ;)
    purplevelvet le 06 avril 2011
    comme j'ai prévu de le lire très bientôt justement, est-ce que je peux me joindre à vous, même si je n'ai pas participé aux précédents clubs de lecture?
    LiliGalipette le 06 avril 2011
    purplevelvet : comme j'ai prévu de le lire très bientôt justement, est-ce que je peux me joindre à vous, même si je n'ai pas participé aux précédents clubs de lecture?


    Bien entendu Purplevelvet ! Il n'y a aucune obligation de participation à tous les clubs ! Bienvenue parmi nous ! :-D
    Bibalice le 06 avril 2011
    purplevelvet : comme j'ai prévu de le lire très bientôt justement, est-ce que je peux me joindre à vous, même si je n'ai pas participé aux précédents clubs de lecture?


    Bienvenue purplevelvet ! aucune obligation pour participer aux clubs ! l'entrée est totalement libre !





Pour participer à la conversation, connectez-vous
Être notifié des messages de cette conversation