AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Découvrez les meilleures listes de livres


L'Art, le pinceau ,l'argile et l'Oeil au féminin.....
Liste créée par fanfanouche24 le 05/11/2013
75 livres.

Après la relecture passionnante de la biographie du peintre animalier, Rosa Bonheur (par Danielle Digne) qui s'est battue pour concrétiser sa passion de l'art, de la peinture et des animaux....dans une société qui admettait encore très difficilement les femmes ..

cette idée de thématique m'est venue à l'esprit, qui n'est qu'une ébauche anarchique... sur quelques femmes artistes, excellant en peinture ou en sculpture ou en photographie....Les Femmes artistes !!

Sélection incomplète qui ne suit que mes préférences personnelles... En réalité, il y aurait matière à élaborer deux listes séparées et même bien plus., pour chaque expression artistique...... mais j'avais envie de partager quelques coups de cœur...

[@Soazic BOUCARD@]

N.B: Deux liens intéressants, un généraliste et un autre plus spécifique, consacré à une sculptrice, Hélène Bertaux, grande figure s'étant battue pour que les femmes puissent recevoir un enseignement digne de ce nom, en sculpture. Elle fut également la fondatrice (en 1881) et la première présidente de l'Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (U.F.P.S.), reconnue d'utilité publique en 1892.

http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/decouvrir/zoom/zoom-bertaux.htm

Femmes peintres à travers les siècles

http://www.femmespeintres.net/pat/histoire02.htm

****[Nov. 2013--***14 décembre 2017- ***1er février 2019- *** 5 juin 2019- *3 décembre 2019*** 14 janvier 2021*** 25 mai 2021***31 octobre 2021***24 mai 2022***5 octobre 2022

****en vignette: "Le peintre et son modèle" par Louise BRESLAU



1. Rosa Bonheur ou l'insolence. L'histoire d'une vie, 1822-1899
Danielle Digne
4.50★ (24)

Une biographie passionnante, alerte, de Danielle Digne sur une grande figure du XIXe, de la peinture animalière , publiée en 1980 dans une excellente collection "Femme" chez Denoël/ Gonthier. Rosa Bonheur, d'origine modeste, et alors que les écoles d'art sont fermées aux filles, réussit très tôt, à force de talent et de travail, à s'imposer: à dix-neuf ans, elle est reçue au Salon.
26. Anna Quinquaud : Voyage dans les années 30
Anne Doridou-Heim
4.00★ (2)

Anna Quinquaud, sculptrice, éprise d' Afrique Cet ouvrage retrace la vie et la carrière d'Anna Quinquaud (1890-1984), sculptrice, fille d'une élève de Rodin, Thérèse Caillaux. Premier second grand prix de Rome et prix de l'Afrique Occidentale française en 1924, elle fait une série de voyages en Afrique qui influence une grande partie de son oeuvre : portraits, reliefs décoratifs, céramiques, etc.
27. Félicie de Fauveau : Portrait d'une artiste romantique
Emmanuel de Waresquiel
3.50★ (6)

Publication parue en 2013, au moment où une première rétrospective de cette sculptrice, était organisée par les Musées Nationaux, qui vient de s'achever en septembre : cf: Félicie de Fauveau, l'amazone de la sculpture (Gallimard/ Musée d'Orsay, 2013)
28. Le fifre
Eduardo Manet
4.15★ (41)

Eduardo Manet, auteur cubain , raconte dans ce roman comment il a découvert qu'il était le petit-fils du peintre français, Edouard Manet. Le roman retrace la courte vie de sa grand-mère, Eva Gonzalès (1849-1883); qui fut l'une des rares femmes peintres de l'époque, aux côtés de sa rivale, Berthe Morisot....
30. Séraphine : La vie rêvée de Séraphine de Senlis
Françoise Cloarec
3.88★ (246)

Merci à Cecilit de m'avoir fait remarquer cet oubli. Biographie romancée passionnante et attachante de séraphine de Senlis par Françoise Cloarec. Sans oublier en prolongation, l'adaptation cinématographique de Martin Provost, avec comme interprète inoubliable, en Séraphine: Yolande Moreau... Ce cinéaste réitère, en mettant à l'honneur, une autre femme artiste, estimée d'un petit cercle ,décriée et contestée ,pour une grande part: Violette Leduc, interprétée par Emmanuelle Devos
31. Blanche Odin : Sa technique
Monique Pujo Monfran
3.00★ (6)

Contribution de petitsoleil
32. Saison de lumière
Francesca Kay
3.70★ (61)

Contribution de petitsoleil. Mise en avant d'une sculptrice britannique...
33. Leonor Fini
Jacques Audiberti
5.00★ (2)

Contribution de mimimelie
35. Frida Kalho : Je peins ma réalité
Christina Burrus
4.39★ (57)

contribution de mimimelie
37. George Sand et la Peinture
Sophie Martin-Dehaye
4.50★ (9)

George Sand fut peintre elle-même. L'étude de sa production artistique révélera un talent constant et une imagination des plus attachantes, mais ce fut principalement la découverte de ses « dendrites » qui conféra à son art une particularité et une originalité singulières. Les « dendrites », de technique simple faisant surgir des formes végétales ou minérales suggérées par le hasard, s'obtiennent après la préparation d'un fond humide où sont réparties des couches de couleur auxquelles on rajoutait de l'eau. George Sand intervenait alors au pinceau et parfois au pouce entouré d'un chiffon puis plaquait un carton ou une vitre qu'elle appuyait ensuite pour obtenir un effet précisé et complété à l'aquarelle au gré de son imagination.
39. LES FEMMES DANS LES LIVRES SCOLAIRES 145
Brigitte Crabbe
Dans la seconde partie de cet ouvrage de référence, un panorama très intéressant et détaillé sur les femmes qui ont participé à l'élaboration du patrimoine artistique occidental (p.176-202), avec in-fine, un index de ces femmes artistes. Parmi, celles ci, Clara PEETERS (cf. pp. 73, 187 et 188), artiste autodidacte de l'âge d'or anversois, qui s'est illustrée à merveille dans la nature morte.
42. Käthe Kollwitz : La vérité des sens
Camille Maisse
Graveure, sculptrice allemande, Käthe kollwitz décrit avec puissance les luttes ouvrières ainsi que les misères de la guerre...
43. Louise Moillon
Dominique Alsina
Figure de proue de la nature morte parisienne du milieu du XVIIe .. Contribution de cecilit
44. Félicie de Fauveau: L'amazone de la sculpture
Jacques de Caso
4.50★ (5)

Catalogue de l'exposition des Musées Nationaux , consacrée à cette sculptrice , en 2013, à Paris
45. Une nature d'artiste
George Sand
5.00★ (3)

A l'occasion du bicentenaire de la naissance de l'écrivain, l'ouvrage du Musée de la Vie romantique (2004) évoque à la fois le roman familial de George Sand, présente une très intéressante iconographie des lieux de son inspiration, son musée imaginaire: "C'est dans la belle peinture qu'on sent ce que c'est la vie: c'est comme un résumé splendide de la forme et de l'expression des êtres et des choses, trop souvent voilées ou flottantes dans le mouvement de la réalité. " (-Histoire de ma vie-) . Ce catalogue dans sa dernière partie révèle un aspect méconnu du talent de l'écrivain en présentant des aquarelles à la "dentrite", que l'écrivain a réalisées... Les "dentrites": écrasées entre deux papiers, les taches de couleurs engendrent des "formes vagues produites par le hasard; mon imagination aidant, j'y vois des bois, des forêts ou des lacs..." Ce catalogue met en avance la nature d'artiste de George Sand, qui toute sa vie durant, protégea, encouragea de nombreux peintres, soutint les projets d'illustration de son fils Maurice Sand ou de Gustave Doré, plaida pour le mime Deburau ou le théâtre de marionnettes....Elle fut aussi une grande amie de Delacroix qu'elle admirait au plus haut point:
46. Être ici est une splendeur
Marie Darrieussecq
3.87★ (727)

17 mai 2016-Fanfanouche24 "Un vrai "coup de coeur" , déniché toujours au hasard de mes pérégrinations personnelles en librairie..."Coup de coeur" lu avec avidité en quelques heures... J'avoue bien humblement ne jamais avoir lu de textes de Marie Darrieussecq, mais le thème de celui-ci a d'emblée capté mon attention; l'existence trop brève de cette femme peintre, allemande , amie de Rilke, Paula Modersohn-Becker (dont j'ignorais jusqu'au nom !!) a piqué ma curiosité... "Elle n'aimait pas tellement être mariée (...) Elle aimait le riz au lait, la compote de pommes, marcher dans la lande, Gauguin, Cézanne, les bains de mer, être nue au soleil, lire plutôt que gagner sa vie, et Paris"... Cette artiste a existé réellement (1876-1907)..., décédée prématurément à 31 ans, "avec une oeuvre devant soi et un bébé de dix-huit jours"... Je me suis littéralement précipitée sur Internet, pour découvrir ses tableaux, l'appréhension de son art... Des portraits de femmes, d'enfants, des paysages aux atmosphères attachantes , aux couleurs et au style non conventionnels. Par contre, il m'est mal aisé de formuler précisément les choses...Une autre curiosité: voir le portrait original qu'elle a réalisé de son ami-poète, Rilke... Euphorique d'apprendre à la fin de ce très beau texte de M.D qu'il y aura une exposition de cette artiste au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris d'avril à août 2016, à laquelle a participé activement Marie Darrieussecq... "J'ai écrit cette biographie à cause de ce dernier mot. Parce que c'était dommage. Parce que cette femme que je n'ai pas connue me manque. parce que j'aurais voulu qu'elle vive. Je veux montrer ses tableaux. Dire sa vie. je veux lui rendre plus que la justice: je voudrais lui rendre l'être-là, la splendeur. " (p. 137) L'auteure rend un hommage fabuleux à ce peintre qu'elle découvrit par hasard vers 2010... Elle explique son "coup de coeur absolu" par le premier tableau admiré, ressenti intensément... Je n'en dirai pas plus !! "Pourquoi n'est-elle connue qu'en Allemagne ? Pourquoi- sa -ville -de Paris ne l'a jamais exposée ? Elle est allemande, certes, mais pas plus que Picasso n'est espagnol ou Modigliani italien. L'inachèvement de l'oeuvre est-il à ce point un obstacle ? Ou faut-il croire que le fait d'être femme l'arrêta à la frontière ? Faut-il croire qu'elle n'avait pas son visa universel ? " (p. 145) Encore Mille Mercis à Marie Darrieussecq pour cette très exceptionnelle découverte... dont ce texte pétri d'enthousiasme et d'émotion , combien communicatifs... nous prépare de la plus belle manière à apprécier avec plus d'attention et de reconnaissance l'exposition parisienne à venir tout prochainement...sur cette femme peintre méconnue...ou carrément inconnue (ce qui était mon cas...)"
47. Charlotte
David Foenkinos
4.14★ (14007)

17 mai 2016- Lecture de 2015... qui m'a bouleversée... Ici le texte de David Foenkinos est accompagné des peintures de cette jeune femme, peintre...
51. Rosa Bonheur : L'éloge du monde animal
Judith Cernogora
3.60★ (14)

Ajout le 5 septembre 2016
52. Les pionnières femmes et impressionnistes
Laurent Manoeuvre
5.00★ (15)

Ajout le 1er mai 2017--"Quatre pionnières, Berthe Morisot, Mary Cassat, Marie Bracquemond et Eva Gonzalès contribuent activement au développement de l'impressionnisme. Au cours des années 1880, alors que Paris s'impose comme capitale artistique internationale, cette esthétique nouvelle fait des émules parmi les artistes nordiques, britanniques, nord-américains et australiens. Un peu partout dans le monde, il en résulte des tensions entre académies et mouvements d'avant-garde, sur fond de lutte pour la légitimation d'identités nationales. Pour les femmes qui participent à ces mouvements, le combat se double d'une dimension supplémentaire : la reconnaissance du statut d'artiste à part entière et, plus généralement, l'obtention de droits équivalents à ceux des hommes."
53. Jeanne Bardey et Rodin
Hubert Thiolier
Ajout le 1er septembre 2017
55. L'atelier des poisons
Sylvie Gibert
3.77★ (330)

Découverte du moment - 11 septembre 2017, avec en noyau central l'Académie Julian, premier atelier à ouvrir ses portes aux femmes... et j'ai retrouvé parmi d'autres artistes une femme peintre découverte assez récemment, dont j'apprécie beaucoup la palette: Louise Breslau !
56. Femmes, art et pouvoir
Linda Nochlin
3.75★ (13)

Ajout le 12 septembre 2017---"Il n'y pas eu de grands artistes femmes, c'est vrai. Il n'y a pas eu non plus, à l'exception de Toulouse-Lautrec marginalisé par son infirmité, de grands artistes aristocrates, mais personne ne se demande pourquoi. C'est ce type de faux problèmes cachant de vrais préjugés que les sept essais de Linda Nochlin élucident avec sérieux, patience érudite et humour, qu'il s'agisse de l'oeuvre de Berthe Morisot ou de l'Américaine Florine Stettheimer, du réalisme dans la peinture féminine ou encore, sujet plus général, de la représentation de la femme dans la peinture du dix-neuvième siècle dont elle est une spécialiste. Rejetant la tentation féministe de mettre l'accent sur des artistes femmes soi-disant méconnues comme celle de refaire l'histoire de l'art en revendiquant des critères proprement féminins, elle tente plutôt, en s'aidant d'exemples précis, compris comme autant de réponses déjà existantes, de formuler les vraies questions que posent la place et le rôle de la femme dans l'art."
57. Louise Breslau, de l'impressionnisme aux années folles
Anne-Catherine Krüger
ajout le 12 septembre 2017- "Marie-Louise Breslau (1859-1927) s'est d'abord spécialisée dans le portrait (huile ou pastel), comme Mary Cassatt ou Berthe Morisot. Elle est proche des impressionnistes français par sa maîtrise de la lumière et sa palette de couleurs virtuose. Elle est également proche de la peinture de genre hollandaise et anglaise pour la psychologie de ses portraits."
58. Lettres de mon enfance
Emma Reyes
4.33★ (29)

Ajout le 14 décembre 2017- Exposition de cette artiste colombienne au Musée du Périgord à Périgueux jusqu'à mars 2018
59. Hélène Schjerfbeck : 1862-1946
Gemeentemuseum
5.00★ (3)

Ajout le 14 décembre 2017...Suggestion de andras... que j'insère avec qq retard !
60. Éléni, ou personne
Rhéa Galanaki
3.64★ (84)

Ajout le 1er février 2019- "Un nouveau roman de Rhéa Galanaki, encore inédit en français, certainement l'un de ses plus importants. Elle y suit la trajectoire d’Eléni Altamura-Boukouna, la première femme peintre grecque qui, au XIXe siècle, est allée étudier en Italie. La fréquentation des écoles étant alors interdite aux femmes, Eléni se grimait en homme pendant la journée, afin de pouvoir suivre les cours, dessiner des nus et obtenir un diplôme. Son déguisement l’a aussi contrainte à se créer une autre identité, sous le nom de Personne, un double auquel elle renonçait le soir, revêtant ses vêtements de femme, mais qui la hantera tout au long de son existence. En tant qu’Eléni, elle s’est éprise d’un peintre italien renommé qui l’a forcée à se convertir au catholicisme pour l’épouser avant de l'abandonner avec leurs deux enfants. Eleni retourne alors à Athènes pour y travailler comme peintre avant de se réfugier dans la maison familiale sur l’île grecque de Spetses, où elle passe les dernières années de sa vie isolée. Rhéa Galanaki offre une œuvre majestueusement construite, à la fois historique et poétique, interrogeant le statut de la femme, qui plus est artiste, sur fond de bouleversements politiques qui allaient dessiner les contours des nations européennes en général, grecque en particulier. "
61. Artemisia Gentileschi : « Ce qu'une femme sait faire ! »
Alexandra Lapierre
4.38★ (44)

Ajout le 5 juin 2019--"A seize ans, Artemisia Gentileschi est la seule apprentie de sexe féminin dans le quartier des artistes : un statut exceptionnel dans la Rome baroque du XVIIe siècle, un monde d'hommes où la concurrence entre les peintres reste terrible. Fille d'Orazio Gentileschi, lui-même peintre réputé, elle devient plus célèbre pour le scandale d'un viol et du procès retentissant qu'elle ose intenter à l'homme qui l'a déshonorée, que pour son talent. L'une des plus grandes femmes peintres de l'histoire devra attendre trois siècles avant d'être à nouveau reconnue et universellement appréciée. Aujourd'hui la puissance de son vocabulaire pictural lui assure enfin une juste renommée"
62. Correspondance
Camille Claudel
4.50★ (69)

Ajout le 5 juin 2019--" Naguère inconnue du grand public, mal connue des historiens de l'art, Camille Claudel (1864-1943) est redécouverte dans les années 80, et son ?uvre est réhabilité. Son destin - s?ur du poète Paul Claudel, élève et maîtresse d'Auguste Rodin, enfermée durant trente ans à l'asile psychiatrique - émeut un large public, et fait d'elle un personnage emblématique du féminisme. Des extraits de lettres de l'artiste à son frère, à sa mère, à Rodin ont d'ailleurs beaucoup été utilisés dans des livres, catalogues, émissions de télévision et long métrage. Ces dernières années, ont été publiés d'autres ensembles de correspondances, ainsi que les lettres - soit écrites par Camille Claudel et non expédiées, soit reçues et non transmises à l'artiste - conservées avec les divers dossiers médicaux des hôpitaux de Ville-Evrard et de Montdevergues. Cependant, ces correspondances, partielles et parfois mal transcrites, sont le véhicule de contresens, d'erreurs de datation des ?uvres, bien gênants pour les historiens. Une édition, réunissant l'ensemble des lettres, aujourd'hui accessibles, confrontant pour chacune les diverses transcriptions aux originaux, justifiant les datations proposées pour les documents non datés et éclairant par des notes le contenu de ceux-ci, s'est donc imposée comme nécessaire. Cet ensemble de correspondances fournit un outil de travail aux chercheurs, mais veut offrir aussi à un plus vaste public une approche à la fois objective et subjective de la vie de Camille Claudel."
63. Les vies de Lee Miller
Antony Penrose
4.09★ (46)

Ajout le 7 août 2019
64. De terre et de chair
Valérie Rossignol
3.70★ (53)

Ajout le 7 août 2019- Par une écrivaine-Sculptrice !...Lecture récente de deux textes très forts, dont le premier " met en relief" le travail du sculpteur...et là, dans ce cas de la sculptrice devant la matière à pétrir et son modèle masculin...
65. L'âge de la lumière
Whitney Scharer
4.14★ (229)

Ajout ce 4 décembre 2019- Lecture (en cours) sur l'artiste-photographe, Lee Miller !
66. Artistes femmes
Flavia Frigeri
4.50★ (21)

Ajout le 14 janvier 2021
67. Valadon et ses contemporaines
Magali Briat-Philippe
4.00★ (5)

Ajout le 25 mai 2021--"Comment devenir artiste lorsqu'on est née femme, à une époque où celles qui appartiennent au "deuxième sexe" ne peuvent accéder à l'Ecole nationale des beaux-art ? C'est au tournant du XXe siècle que les peintres et sculptrices vont lutter pour être reconnues comme des artistes à part entière, telle Suzanne Valadon, modèle devenue peintre accomplie. Avec des textes de Magali Briat-Philippe, Nathalie Ernoult, Charlotte Foucher Zarmanian, Marianne Le Morvan, Anne Liénar et Lena Pfeiffer, cet ouvrage révèle le rôle méconnu des femmes dans les révolutions artistiques de la modernité naissante de 1880 à 1940, en réunissant près de 50 artistes femmes comme Camille Claudel, Marie Laurencin, Sonia Delaunay et de nombreuses autres, qui démontrent que le talent artistique n'a pas de genre."
68. Peintres femmes 1780-1830
Martine Lacas
4.64★ (13)

Ajout le 25 mai 2021---"Entre 1780 et 1830, les artistes femmes accèdent en France à une visibilité inédite. Transformé par la Révolution française, l'espace de production artistique s'ouvre de manière inédite aux femmes. Sont ici présentées les oeuvres d'Élisabeth Vigée Le Brun, Adélaïde Labille-Guiard, Marguerite Gérard, Marie-Guillemine Benoist ou Constance Mayer, aux côtés de nombreuses autres plasticiennes célébrées en leur temps : Angélique Mongez, Henriette Lorimier, Pauline Auzou, Hortense Haudebourt-Lescot Adèle Romany, Joséphine Sarazin de Belmont etc. Les conditions de la pratique artistique pour les peintres femmes à cette époque, leur accès à la formation, leur insertion dans le milieu professionnel grâce aux réseaux de sociabilité, la réception critique et publique de leur présence aux Salons méritent d'être redécouverts pour que soit enfin réévalué le rôle, actif et déterminant qu'en tant qu'artistes elles ont tenu dans l'histoire de l'art de la Révolution à la Restauration. N'est-il pas temps de les voir en peintres puisque tel fut leur choix ?"
69. Dossier de l'Art, n°286 : Peintres femmes (1780-1830)
Dossier de l'art
Ajout le 7 juillet 2021---"En dédiant une exposition aux femmes peintres entre 1780 et 1830, la Réunion des musées nationaux ne sort pas seulement de l’oubli des artistes inconnues du public, placées ici aux côtés de leurs collègues les plus célèbres. Elle prend aussi le contrepied d’une approche qui, ces dernières années, a occulté au profit d’une vision assombrie de la condition des femmes la place que celles-ci avaient réussi à prendre dans la production artistique de leur temps à force d’ambition et de talent."
70. Artistes femmes : La parenthèse enchantée, XVIIIe-XIXe siècles
Séverine Sofio
Le 7 juillet 2021--"Entre 1750 et 1850, une "révolution silencieuse" redéfinit en profondeur l'univers des beaux-arts : progressivement, la pratique de la peinture est rendue plus accessible aux femmes. Les barrières s'abaissent, les contraintes se desserrent et une image positive de la dame artiste se banalise. Une période de créativité foisonnante associée aux noms d'Elisabeth Vigée-Lebrun, Constance Mayer, Rosa Bonheur, Marguerite Gérard... C'est à l'explication de ce phénomène que ce livre est consacré. Pourquoi les artistes femmes, à ce moment précis de l'histoire, ont-elles bénéficié à la fois de l'intérêt de leurs contemporains et de conditions de travail relativement égalitaires par rapport à celles de leur confrères ? Pour saisir ce phénomène, Séverine Sofio réintègre les artistes des deux sexes dans la réalité quotidienne de leur travail de création. Ni recueil d'analyses d'oeuvres, ni histoire des femmes dans l'art, cet ouvrage traite de la pratique des beaux-arts, de son organisation et de ses réalités professionnelles, institutionnelles et commerciales, à un moment où cette pratique se féminise. Cette suspension relative de l'infériorisation des femmes dans les beaux-arts n'en demeure pas moins provisoire : si la parenthèse s'ouvre timidement dans les dernières décennies de l'Ancien Régime, elle se referme toutefois progressivement avant le milieu du siècle suivant."
71. Vivian Maier
Réunion des Musées nationaux
4.22★ (47)

Ajout le 31 octobre 2021--"[Extrait éditeur ] Vivian Maier (1926-2009) est connue comme photographe. Il aura fallu le hasard de la découverte de son corpus photographique en 2007 dans une brocante aux Etats-Unis pour que le public puisse la connaître. Vivian Maier naît à New-York en 1926. Son père est d'origine austro-hongroise et sa mère est française, ce qui la conduit à séjourner à plusieurs reprises en France dans sa jeunesse. Elle commence à exercer le métier de gouvernante d'enfants dès 1951, d'abord à New-York puis, jusque dans les années 1990 à Chicago où elle s'éteint au printemps 2009. Cette passion qui l'habite et qui deviendra une activité presque quotidienne, l'élève aujourd'hui au rang des plus grands photographes emblématiques de la Street Photography, et la fait figurer dans l'histoire de la photographie aux côtés de Diane Arbus, Robert Frank, Helen Levitt ou Garry Winogrand. [...]"
72. Chrysis
Jim Fergus
3.60★ (742)

Ajout le 26 avril 2022--"Paris, 1925. Gabrielle “Chrysis” Jungbluth, âgée de 18 ans, entre à L’Atelier de Peinture des Élèves Femmes de L’École des Beaux-Arts, pour travailler sous la direction de Jacques Ferdinand Humbert, qui fut le professeur de George Braque. Exigeant, colérique, cassant, Humbert, âgé de 83 ans, règne depuis un quart de siècle sur la seule école de peinture ouverte aux femmes. Mais malgré toute son expérience, il va vite se rendre compte que Chrysis n’est pas une élève comme les autres. Précoce, volontaire, passionnée et douée d’un véritable talent, cet esprit libre et rebelle bouscule son milieu privilégié et un monde de l’art où les hommes jouissent de tous les privilèges. Elle ne tardera pas à se perdre dans les plaisirs désinvoltes et à devenir l'une des grandes figures de la vie nocturne et émancipée du Montparnasse des années folles. C’est là qu’elle va rencontrer Bogey Lambert, un cow-boy américain sorti de la légion étrangère, avec qui elle va vivre une folle histoire d’amour. Dans un préambule émouvant, Jim Fergus nous raconte une histoire personnelle très forte liée à l'une des œuvres de Chrysis Jungbluth, peintre tombée à tort dans l’oubli. C’est cette histoire qui l’a mené à s’intéresser à la vie de cette artiste. Après de longs mois d’enquête, il a réuni un bon nombre d’éléments biographiques qui lui ont permis de romancer le destin bouleversant de cette héroïne passionnée et passionnante, à une époque unique de l’Histoire du XXe siècle, où tout semblait permis."
73. J'ai l'énergie d'une lionne dans un corps d'oiseau
Patricia Bouchenot-Déchin
4.21★ (139)

Ajout le 26 avril 2022--"« Rosa s'empourpre, s'étrangle, voudrait le gifler. Landseer, passionné mais prudent, s'empare de ses mains et les porte contre son coeur. - Une lionne, une lionne dans un corps d'oiseau, murmure-t-il. » Vestale de l'art, égérie du féminisme, éprise de liberté et d'idéal, Rosa Bonheur s'imposa comme la plus célèbre artiste animalière au XIXe. Elle connut une carrière fulgurante et vécut un amour fou avec Sir Edwin Landser, le plus grand peintre et sculpteur britannique de son temps, qui nous est pour la première fois révélé. De Paris à Londres, de l'Écosse à la French Riviera, des abattoirs et bas-fonds de la capitale aux ateliers d'artistes et salons mondains jusqu'à son « sanctuaire » à Thomery, Patricia Bouchenot-Déchin nous emporte sur les traces de Rosa Bonheur au fil d'un roman virevoltant qui fait revivre l'artiste et la femme. Une fresque haute en couleur qui nous plonge dans la grande Histoire et l'intimité de Rosa Bonheur, un être de passion et de conviction."
74. Souvenirs de ma vie
Rosa Bonheur
4.33★ (57)

Ajout le 24 mai 2022
75. Sofonisba
Anne Comtour
4.75★ (11)

Ajout le 23 septembre 2022---"J’avoue, jusqu’à ce que je lise SOFONISBA, le dernier roman d’Anne Comtour, je n’avais jamais entendu parler de Sofonisba Anguissola. Et je me désolais qu’il y ait eu si peu de femmes peintres. Et voilà qu’au sortir de cette lecture, je découvre cette artiste, cette peintresse, jaillie de la Renaissance. En une centaine de pages, légères, précises, enlevées… Anne C. nous entraîne dans un tourbillon de joie. On suit Sofonisba dans ses apprentissages ; on la voit broyer ses couleurs, tendre ses toiles, manier fusains et pinceaux ; on l’entend jouer du virginal ; on assiste à la naissance de ses talents. Par la vivacité et la grâce de ces lignes, j’ai la sensation d’avoir découvert, en plus d’un grand peintre injustement méconnu, portraitiste hardie et virtuose, une nouvelle amie ; et cela n’a pas de prix. Longue vie nouvelle à Sofonisba ! À quand une exposition de ses toiles en France ? En attendant, plongeons dans ce récit enjoué, irradié par le soleil d’Italie, comme dans un torrent d’eau vive." Élise Fontenaille
Commenter  J’apprécie          10831

Ils ont apprécié cette liste




{* *}