AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Découvrez les meilleures listes de livres


Howard Phillips LOVECRAFT (1890-1937), inventeur de Mythologies : du côté de la Vie e...

Liste créée par dourvach - 80 livres. Thèmes et genres :

"H. P. LOVECRAFT" (1890-1937), ce natif de l'Antique Providence (Etat américain de Rhode Island), a su créer dans l'ombre un monde mythologique qui soit à sa mesure : ce fut son "monde à lui" et il lui survécut... Disparu à l'âge de 46 ans, quasiment "mort de pauvreté" (des suites d'un cancer de l'intestin grêle, après s'être nourri durant des années de sucreries et autres aliments gras ou sucrés suffisamment "bon marché"), son passage terrestre ressemblerait presque à un calvaire... Son biographe Sunand Tryambak JOSHI (dit "S. T. Joshi") a montré en son monumental ouvrage "I am Providence" — fruit de dix années de travail — tout ce qui faisait l'envergure de sa stature d'homme de lettres : un érudit passionné animant un cercle d'édition amateure, fournisseur compulsif de la (très "pulp" mais aujourd'hui devenue mythique) revue "Weird Tales" qui le paya fort mal, survivant grâce à d'âpres et ingrats travaux de réécriture ("rewriter"), réussissant bon an mal an à structurer un incroyable réseau épistolaire d' amis et correspondants d'une vitalité étonnante sur le sol américain (Robert Ervin HOWARD, Donald WANDREI, Robert BLOCH, Clark Ashton SMITH, Frank Belknap LONG August DERLETH et quelques autres, dont certains — en tout premier lieu, l'un de ses deux "exécuteurs testamentaires" : August Derleth qui créera la maison d'édition "Arkham House" en y publiant un recueil de nouvelles de son ami épistolier ("The Outsider and Others Stories") mais surtout nombre d'histoires dont le canevas a été imaginé par "HPL" qui seront "terminées" par ses soins tout en adultérant, simplifiant et gauchissant le Mythe de Cthulhu qu'il admirait — deviendront autant d'écrivains "continuateurs"/"prolongateurs" de son Monde, étendant — parfois au prix de la copie et la simplification ("Le Bien contre Le Mal") — les tentacules du riche et complexe univers mythologique du Maître défunt... Cette vie relationnelle épistolaire exigeante fut l'un des "carburants motivationnels" qui permit la lente Genèse d'un monde imaginaire profondément original, oscillant entre la féérie et les plus noirs cauchemars de l'humanité... Roger CORMAN ("The Haunted Place" / "La Malédiction d'Arkham" en 1963) et John CARPENTER ("The Thing"/ "La Chose" en 1982, "Prince of Darkness"/"Prince des Ténèbres" en 1987, "In the Mouth of Madness"/ L'Antre de la Folie" en 1995... ) se sont tôt emparés et inspirés des riches noirceurs et autres "monstruosités" de son univers sans aucun espoir pour les civilisations humaines... On se souviendra autant des magnifiques gravures de l'artiste Virgil FINLEY pour les pages de la revue "Weird Tales" dans les années trente que de la fabuleuse merveilleuse ambiguïté d'une illustration (entre humain et animal, démon et merveille...) due à Tibor CSERNUS (peintre et illustrateur particulièrement inspiré des ouvrages de Philip K. Dick ou Lovecraft pour les éditions françaises "J'ai Lu" dans les années soixante-dix) pour son recueil de nouvelles "Dagon"... "Ambiguïté", oui... Toujours à cheval entre deux mondes... Mais qui fut cet homme ? Non pas un être "contre le monde, contre la vie" comme l'affirmera péremptoirement en un titre lapidaire tel littérateur à la mode dans un ouvrage de 1991 paru dans une très stupide collection ["trashy", "tendance" ?] subtilement dénommée... "Les Infréquentables" [!!!]. "HPL" restera à nos yeux un mystère (y compris sans doute pour lui-même)... La part la plus sombre de son existence ? Le racisme et l'antisémitisme maladifs (pléonasmes), la si brève expérience conjugale avec Sonia Haft Greene Davis (née en Ukraine, d'ascendance ashkénaze) et leur emménagement à Brooklyn, la fuite de la sexualité, la crainte de la souillure et du mélange, de la "dégénérescence de la race", la double "Abomination de Dunwich" (Ah, ce précoce géant de Wilbur Whateley et son frère caché, invisible et innommable...), les sympathies pour les idées du fameux "best seller" de "Herr Hitler" et l'admiration pour son auteur, Cthulhu-des-Profondeurs, Shubb-Niggurath, Yog-Sothoth, Azathoth, Nyarlathotep, Abdul Alhazred ("l'Arabe dément") et son célèbre "Necronomicon" lui auront, certes, survécu... On se souviendra avec ferveur, pour notre part, de l'emblématique personnage de Randolph Carter, principal protagoniste de la suite de 4 récits traduits en français sous le titre "Démons et Merveilles" : la Cité fabuleuse de Kaddath retrouvée avidement en ses propres rêves, telle la fantasmatique "Lost City of Z" / "Nameless City" chère au colonel Fawcett, forme sans doute l'autre partie (la plus lumineuse et émouvante) de la réponse... [en illustration : H.P. LOVECRAFT en 1930] NOTE IMPORTANTE : la plupart des textes "Arguments" des nouvelles que vous lirez ici sont repris intégralement ou remodelés à partir des fiches/oeuvres de l'encyclopédie en ligne "WIKIPEDIA". +++ ATTENTION, GROS TRAVAUX TOUJOURS EN COURS !!! "OUVRAGE D'ART POPULAIRE" ENCORE EN CONSTRUCTION +++
+ Lire la suite


1 Cthulhu, Le Mythe : Le Livre - Le Monstre dans la caverne
Howard Phillips Lovecraft
"The Beast in the Cave"/ "Le monstre dans la caverne" [nouvelle], année d'écriture : 1905 ; première publication dans le périodique amateur "The Vagrant", 1918. // Argument : "Un homme visitant la Mammoth Cave se sépare de son guide et se perd. Sa torche expire et il abandonne l'espoir de trouver une issue dans l'obscurité totale, lorsqu'il entend d'étranges pas non humains s'approcher de lui. Pensant qu'il s'agit d'un lion de montagne perdu ou d'une autre bête semblable, il ramasse une pierre et la jette vers la source du son. La bête est touchée et s'effondre au sol. Le guide trouve le protagoniste et, ensemble, ils examinent la créature déchue avec la lampe torche du guide. La créature marmonne dans ses derniers souffles et ils voient son visage, découvrant qu'il s'agit en fait d'un humain pâle et déformé, qui s'était également perdu dans la grotte il y a de nombreuses années." Ajouter à mes livres
2 Dagon et autres récits d'horreur
Howard Phillips Lovecraft
4 critiques 13 citations

"Dagon" [nouvelle], année d'écriture : 1917 ; première publication dans le périodique amateur " The Vagrant" : 1919 ; republiée dans le périodique "Weird Tales" (Chicago) : 1923, puis 1936. // Argument : "La nouvelle retranscrit le testament d'un officier de la marine marchande rongé par le souvenir d'une étrange aventure vécue sur une île inconnue des cartes, pendant la Première Guerre mondiale. Témoin de l'apparition d'une gigantesque créature ichtyoïde s'agrippant à un monolithe, vestige mystérieux d'une antique civilisation sous-marine, le protagoniste a sombré dans la folie. Revenu parmi les hommes mais devenu paranoïaque et esclave de la morphine, il en vient à commettre l'irréparable." // Cette nouvelle sera intégrée parmi les 30 du recueil de nouvelles "Dagon and Other Macabre Tales", 1965, traduit de l'américain par Paule Pérez pour les éditions Pierre Belfond (Paris), 1969 et reparaîtra "d'après la traduction de Paule Pérez" aux éditions J'ai Lu (Paris),1970, retirages en 1972, 1978, 1982, 1984, 1989, 1992, 1993, 1997, 2003, 2006, 2007, puis aux éditions Le Pré aux Clercs (Paris) 2009. // Argument du recueil : "Avec Dagon, le terrible dieu surgi des horreurs marines, Herbert West, le réanimateur de cadavres, et bien d'autres, H.-P. Lovecraft nous fait suivre l'itinéraire de l'effroi. Nous y rencontrerons les autres Dieux, aveugles et sourds, qui gémissent dans le chaos infini ; les hideux lézards aquatiques qui détruisirent la ville de Sarnath et sont encore aujourd'hui adorés dans le grand temple d'Ilarnek. Nous y rencontrerons aussi les chats savants d'Ulthar et les êtres redoutables qui surgissent de la nuit. "Dagon" renferme tous les grands textes lovecraftiens restés inédits depuis sa première nouvelle, écrite en 1905, jusqu'à sa dernière, "Le clergyman maudit", qui date de 1937. En particulier, il contient ses meilleures pages poétiques encore inconnues, telles Celephais ou La quête d'Iranon. // On trouvera ci-dessous le SOMMAIRE [ainsi que la pagination] de ce recueil de nouvelles, "Dagon et autres récits de terreur" paru aux éditions J'ai Lu dans la traduction de Paule Pérez : 1° - "Dagon" (1917) [pages 5 à 13] ; 2° - "Herbert West : Reanimator" / "Herbert West, réanimateur" (1922) [pages 14 à 61] ; 3° - "The Quest of Iranon" / "La Quête d'Iranon" (1935) [pages 62 à 72] ; 4° - "Celephais" (1934) [pages 73 à 81] ; 5° - "Polaris" (1920) [pages 82 à 88] ; 6° - " The doom that came to Sarnath" / "La Malédiction de Sarnath" (1919) [pages 89 à 97] ; 7° - "The White Ship" / "Le Bateau blanc " (1919) [pages 98 à 107] ; 8° - "The Cats of Ulthar" / "Les Chats d'Ulthar" (1920) [pages 108 à 113] ; 9° - From Beyond" / "De l'au-delà" (1920) [pages 114 à 125] ; 10° - "The Temple" / "Le Temple" (1925) [pages 126 à 145] ; 11° - "The Tree" / "L'Arbre" (1921) [pages 146 à 152] ; 12° - "The Other Gods" / "Les Autres dieux" (1933) , [pages 153 à 160] ; 13° - "The Alchemist" / "L'Alchimiste" (1908) [pages 161 à 173] ; 14° - "Poetry and the Gods" / "La Poésie et les dieux" (1920) ; 15° - "The Street" / "La Rue" (1920) [pages 185 à 193] ; 16° - "The Horror at Red Hook" / "Horreur à Red Hook" (1927) [pages 194 à 229 ; 17° - "The Transition of Juan Romero" / "La Transition de Juan Romero" (1944, publication posthume) [pages 230 à 240] ; 18° - "Azathoth" (1938, publication posthume) [pages 241 à 243] ; 19° - "The Descendant" / "Le Descendant" (1926) [pages 244 à 249] ; 20° - "The Book" / "Le Livre" (1938) ; 21 - "The Thing in the Moonlight" / "La Chose dans la clarté lunaire" (1941, publication posthume) [pages 255 à 258] ; 22) - "Hypnos" (1924) [pages 259 à 270] ; 23° - "The Festival" / "Le Festival", (1925) , pages 271 à 284] ; 24° - "Imprisoned with the Pharaohs" / "Prisonnier des pharaons" (1924) [pages 285 à 324] ; 25° - "He" / "Lui" (1926) [pages 325 à 340] ; 26° - "The Strange High House in the Mist" / "L'Étrange maison haute dans la brume" (1931) [pages 341 à 356] ; 27° - "In the Walls of Eryx" / Dans les murs d'Eryx (1939, publication posthume) , [pages 357 à 399] ; 28° - "The Beast in the Cave" / La Bête de la caverne" (1918) [pages 400 à 408] ; 29° - "The Evil Clergyman" / "Le Clergyman maudit" (1939, publication posthume) [pages 409 à 414] ; 30° - "The Tomb" / "La Tombe" (1922) [pages 415 à 431]. Ajouter à mes livres
3 La tombe
Howard Phillips Lovecraft
1 critique 5 citations

"The Tomb" / La Tombe" [nouvelle], année d'écriture : 1917 ; première publication dans le périodique amateur "The Vagrant", 1922. // Argument : "L'histoire de Jervas Dudley, un rêveur avoué. Alors qu'il était encore enfant, il découvre l'entrée cadenassée d'un mausolée appartenant à la famille Hyde, dont le manoir voisin avait brûlé de nombreuses années auparavant. Jervas tente de briser le cadenas, mais n'y parvient pas. Découragé, il se met à dormir à côté du tombeau. Finalement, inspiré par la lecture des Vies de Plutarque , Dudley décide d'attendre patiemment qu'il soit temps pour lui d'entrer dans la tombe. Une nuit, plusieurs années plus tard, Jervas s'endort à nouveau à côté du mausolée. Il se réveille soudainement en fin d'après-midi et imagine qu'à son réveil, une lumière s'était éteinte à la hâte à l'intérieur de la tombe. Jervas retourne alors chez lui, où il se rend directement au grenier, dans un coffre pourri, et y trouve la clé du tombeau. Une fois à l'intérieur de la tombe, Jervas découvre un cercueil vide avec le nom « Jervas » inscrit sur la plaque. Il commence à dormir dans le cercueil vide chaque nuit, mais ceux qui le voient dormir le voient endormi à l'extérieur de la tombe, pas à l'intérieur comme le croit Jervas. Jervas développe également une peur du tonnerre et du feu, et se rend compte qu'il est espionné par l'un de ses voisins. Contre son meilleur jugement, Jervas se dirige vers la tombe la nuit, avec une tempête imminente. Il voit le manoir Hyde restauré dans son ancien état ; il y a un parti en cours, auquel il adhère, abandonnant son ancienne quiétude pour un hédonisme blasphématoire . Pendant la fête, la foudre frappe le manoir et il brûle. Jervas perd connaissance, s'étant imaginé être réduit en cendres par l'incendie. Il se retrouve ensuite à crier et à se débattre, tenu par deux hommes en présence de son père. Une petite boîte antique est découverte, ayant été exhumée par la récente tempête. À l'intérieur se trouve une miniature en porcelaine d'un homme, avec les initiales "JH", Jervas imagine que son visage est l'image miroir du sien. Il semble que Jervas était la réincarnationde Jervas Hyde, qui revint pour être déposé avec ses ancêtres dans le tombeau familial, comme il ne l'était pas lorsque ses cendres s'envolèrent dans toutes les directions. Jervas commence à baragouiner qu'il a dormi à l'intérieur de la tombe. Son père, attristé par l'instabilité mentale de son fils, lui dit qu'il est surveillé depuis un certain temps et qu'il n'est jamais entré dans la tombe, et en effet, le cadenas est rouillé avec l'âge. Jervas est emmené dans un asile, présumé fou. Il demande à son serviteur Hiram, qui lui est resté fidèle malgré son état actuel, d'explorer le tombeau – une demande à laquelle Hiram répond. Après avoir brisé le cadenas et être descendu avec une lanterne dans les profondeurs troubles, Hiram retourne vers son maître et l'informe qu'il y a, en effet, un cercueil avec une plaque qui lit "Jervas" dessus. Jervas déclare alors qu'on lui a promis l'enterrement dans ce cercueil à sa mort." Ajouter à mes livres
4 Démons et merveilles 01 : Le témoignage de Randolf Carter
Howard Phillips Lovecraft
"The Statement of Randolph Carter" / "Le Témoignage de Randolph Carter" [nouvelle], année d'écriture : 1919 ; première publication dans le périodique amateur "The Vagrant", 1920 — nouvelle traduite de l'américain par Bernard Noël pour être incluse en tant que "PREMIERE PARTIE" dans le recueil "Démons et Merveilles" avec une préface de Jacques Bergier pour les éditions des Deux-Rives (Paris), coll. "Lumière interdite", 208 pages, 1955 ; réédition de ce recueil aux éd. UGL/Christian Bourgois (Paris), coll. "10/18", 316 pages, 1973. // Argument : "Le témoignage à la première personne du personnage principal, qui a été retrouvé errant dans les marécages dans un choc amnésique. Dans sa déclaration, Carter tente d'expliquer la disparition de son compagnon, l'occultiste Harley Warren. Warren est entré en possession d'un livre, écrit dans une langue inconnue, dont il n'a jamais révélé le contenu exact à Carter. Carter mentionne que Warren a d'autres « livres étranges et rares sur des sujets interdits », dont plusieurs sont en arabe. De son livre mystérieux, Warren déduit apparemment qu'il existe des portes ou des escaliers entre le monde de la surface et le monde souterrain, à travers lesquels les démons peuvent voyager. Il encourage Carter à voyager avec lui jusqu'à l'emplacement d'un de ces portails, un ancien cimetière près de Big Cypress Swamp . En arrivant, Warren localise une tombe particulière et l'ouvre pour révéler un escalier qui descend dans la terre. Prenant une lanterne, il laisse Carter à la surface et suit les escaliers dans l'obscurité, communiquant avec son compagnon par un fil téléphonique. Après plusieurs minutes de silence, Warren commence soudainement à faire de vagues explosions de panique qui culminent en un appel désespéré à Carter pour qu'il s'enfuie. Enfin, après que Warren soit silencieux pendant plusieurs minutes, Carter l'appelle sur la ligne, seulement pour entendre une voix extraterrestre lui dire que Warren est mort." Ajouter à mes livres
5 Par-delà le mur du sommeil
Howard Phillips Lovecraft
12 critiques 31 citations

"Beyond the Wall of Sleep" / "Par-delà le mur du sommeil" [nouvelle], année d'écriture : 1919 ; première publication dans le périodique "Pines Copes" : 1919 ; reprise dans le fanzine "Fantasy Fan" : 1934, puis dans le périodique "Weird Tales" : 1938 — traduit de l'américain par Jacques Papy et Simone Lamblin pour le recueil "Par-delà le mur du sommeil" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. "Présence du futur", 1956. // Argument : "Joe Slater, un « White trash » originaire des Catskill, est interné dans un hôpital psychiatrique à la suite d'un meurtre. Les médecins constatent que Slater est atteint de violentes crises de démences matinales. Lors de l'une de ces crises, il décrit une entité flamboyante vivant aux confins de l'espace et de qui il désire se venger. Slater a de nombreuses crises successives, toujours plus violentes, jusqu'en février 1901 lorsqu'une entité supérieure semble prendre possession de son corps. Cette dernière révèle au narrateur qu'ils sont tous deux des « frères de lumière », prisonniers de corps humains le jour, et reprenant leur forme astrale durant le sommeil de leur hôte. Elle ajoute que Slater va bientôt mourir et qu'elle partira pour affronter à nouveau celui qu'elle nomme l'oppresseur, Algol, l'étoile du Démon. Slater meurt en effet dans la nuit, et le narrateur apprend que le 22 février 1901, une nouvelle étoile a été découverte à proximité d'Algol, a brillé de façon très intense pendant deux semaines, puis semble avoir pratiquement disparu." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
6 Polaris
Howard Phillips Lovecraft
"Polaris" [nouvelle] année d'écriture : 1920. /// Argument (extrait) " Et pendant que je me tords dans les affres de la culpabilité, essayant convulsivement de sauver la cité pour laquelle le péril augmente de minute en minute, luttant sans espoir pour me débarrasser du rêve de la maison de pierre et de brique dressée sur la colline entre un sinistre marécage et un cimetière, l'Etoile polaire, diabolique et monstrueuse, darde de la voûte ténébreuse ses rayons cendrés et froids, clignant hideusement comme un oeil fou qui essaie de transmettre un message, mais qui a tout oublié, excepté qu'il avait un message à transmettre. " Ajouter à mes livres
7 Nyarlathotep
Howard Phillips Lovecraft
3 critiques 4 citations

"Nyarlathotep" [nouvelle/poème en prose], année d'écriture : 1920 ; première publication dans le fanzine "United Amateur", daté de nov. 1920, édité en 1921. // Argument : "Nyarlathotep, surnommé "Le Chaos rampant" ("The Crawling Chaos"), est une entité cosmique inventée dans le poème en prose Nyarlathotep (1920). Il est à la fois le messager, le cœur et l'âme des Autres Dieux ("Others Gods") aux desseins impénétrables ; il est représenté comme un homme au teint bistre affirmant être sorti des ombres antiques des pyramides égyptiennes. Nyarlathotep voyage de ville en ville afin de dispenser un savoir impie qui dépasse l'être humain et conduit des villes entières à la folie, symbolisant ainsi l'horreur cosmique. Cet être est également mentionné dans les sonnets "Fungi de Yuggoth" composés par Lovecraft et apparaîtra sous diverses formes dans d'autres récits de l'auteur. " Ajouter à mes livres
8 Je suis d'ailleurs
Howard Phillips Lovecraft
15 critiques 14 citations

"The Outsider" / "Je suis d'ailleurs" [nouvelle], année d'écriture : 1921 ; première publication dans le périodique "Weird Tales", avril 1926 - traduit de l'américain par Yves Rivière pour les éditions Denoël (Paris), coll. "Présence du Futur", 1961. // Argument : "Comme beaucoup d’autres textes de Lovecraft, "Je suis d’ailleurs" est écrit à la première personne. L’histoire est celle d’un personnage qui mène une vie malheureuse et a priori solitaire. Celui-ci ne semble avoir été en contact avec personne pendant de très nombreuses années. Il ne se souvient que peu de ses semblables et semble ne savoir ni qui il est ni d’où il vient. Il vit dans un château incroyablement grand et vieux, duquel il semble n’être jamais sorti. Ce qu’il sait du monde extérieur vient des livres. Le narrateur parle de sa détermination à vouloir enfin se libérer de ce qu’il considère être une prison. Il grimpe en haut d’une très grande tour en ruines du château et tombe nez à nez avec une grille. Il l’enlève et poursuit sa progression. Il se rend finalement compte que, au lieu d’être à une altitude élevée, il est au niveau du sol. Il évolue alors dans un cimetière puis dans la campagne, jusqu’au moment où un autre château se dessine devant lui. Attiré par des bruits de festivités, il entre dans la bâtisse d’où tout le monde s’enfuit mais il ne comprend pas ce qui a terrorisé les convives. Il se retrouve, encore une fois, seul. Il s’approche de ce qu’il pense être un encadrement de porte et aperçoit une silhouette hideuse, en putréfaction. Il tend alors une main vers la créature avant de comprendre qu’il est devant un miroir." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
9 La cité sans nom
Howard Phillips Lovecraft
15 critiques 13 citations

"The Nameless City" / "La Cité sans nom" [nouvelle], année d'écriture : 1921. novembre 1921 dans le fanzine "The Wolverine", republiée dans le périodique "Fanciful Tales" à l'automne 1936, puis dans le périodique "Weird Tales" en novembre 1938. // Argument : "Un explorateur découvre une cité enfouie au milieu du désert arabe. Au plus profond des tunnels, il découvre des fresques évoquant une attaque de la ville ainsi que des momies d'êtres reptiliens. Il finit par comprendre que ceux-ci étaient les habitants de la cité. Il conclut que l'arabe dément Abdul al-Hazred avait rêvé de cet endroit avant d'écrire ces vers : « That is not dead which can eternal lie And with strange aeons even death may die. » / « N'est pas mort ce qui à jamais dort, Et dans les ères peut mourir même la Mort. ». Soulignons qu'en cette courte nouvelle, Lovecraft évoque pour la première fois le poète fictif Abdul al-Hazred. [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
10 La musique d’Erich Zann
Howard Phillips Lovecraft
3 critiques 7 citations

"The Music of Erich Zann" / "La Musique d'Erich Zann" [nouvelle], année d'écriture : 1921 ; première publication dans le périodique "National Amateur" : 1922 ; reprise dans la revue "Weird Tales" (Chicago) : 1925, puis 1934 — traduit de l'américain par Yves Rivière pour le le recueil "Je suis d'ailleurs" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. « Présence du futur », 1961. // Argument : "Rencontrant des difficultés financières, un jeune étudiant d'université se voit contraint de se loger au seul endroit où ses maigres moyens le lui permettent. Dans une partie étrange de la ville où il n'avait encore jamais été auparavant, « la rue d'Auseil », il trouve un appartement dans un immeuble presque vide. L'un des rares locataires du lieu est Erich Zann, un vieil homme d'origine allemande, qui est muet et joue de la viole dans un orchestre local. Il vit à l'étage supérieur, et lorsqu'il est seul, la nuit, il joue d'étranges mélodies jamais entendues auparavant. Au fil du temps, le jeune homme gagne la confiance de Zann et apprend ses secrets: le vieil homme a découvert des mélodies et des rythmes d'une nature plus qu'étrangère à notre monde. Zann joue sa musique pour garder d'étranges créatures invisibles éloignées de sa fenêtre qui semble s'ouvrir sur un sombre abîme, probablement une autre dimension." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
11 Azathoth
Howard Phillips Lovecraft
2 critiques 3 citations

"Azathoth" [nouvelle], année d'écriture : 1922. Ajouter à mes livres
12 Les Carnets Lovecraft : Le Molosse (illustré)
Howard Phillips Lovecraft
9 critiques 5 citations

"The Hound" / "Le Molosse" (nouvelle], année d'écriture : 1922. Ajouter à mes livres
13 Herbert West Réanimateur
Howard Phillips Lovecraft
2 critiques 3 citations

"Herbert West : Reanimator" / "Herbert West, réanimateur" [nouvelle], année d'écriture : 1922. Ajouter à mes livres
14 La peur qui rôde et autres nouvelles
Howard Phillips Lovecraft
19 critiques 13 citations

"The Lurking Fear" / "La Peur qui rôde" [nouvelle], année d'écriture : 1923. Ajouter à mes livres
15 Cthulhu, Le Mythe : La peur qui rôde
Howard Phillips Lovecraft
1 citation

"The Lurking Fear" / "La Peur qui rôde" [nouvelle], année d'écriture : 1923. Ajouter à mes livres
16 L'Indicible
Howard Phillips Lovecraft
5 critiques 5 citations

"The Unnamable" / "L'Indicible" [nouvelle], année d'écriture : 1923. Ajouter à mes livres
17 Les Carnets Lovecraft : Les rats dans les murs
Howard Phillips Lovecraft
12 critiques 8 citations

"The Rats in the Walls" / "Les Rats dans les murs" [nouvelle], année d'écriture : 1923. Ajouter à mes livres
18 La maison maudite
Howard Phillips Lovecraft
4 critiques 4 citations

"The Shunned House" / "La Maison maudite" [nouvelle], année d'écriture : 1924. Ajouter à mes livres
19 La maison maudite - Celui qui hante la nuit
Howard Phillips Lovecraft
7 critiques 3 citations

"The Shunned House" / "La Maison maudite" [nouvelle], année d'écriture : 1924. Ajouter à mes livres
20 Le festival
Howard Phillips Lovecraft
3 critiques 5 citations

"The Festival" / "Le Festival" [nouvelle], année d'écriture : 1925. Ajouter à mes livres
21 Horreur à Red Hook
Howard Phillips Lovecraft
2 critiques 10 citations

"The Horror at Red Hook" / "L'Horreur de Red Hook" [nouvelle], année d'écriture : 1925. Ajouter à mes livres
22 Démons et merveilles
Howard Phillips Lovecraft
18 critiques 58 citations

"The Silver Key" / "La Clé d'Argent" [nouvelle], année d'écriture : 1926 ; première publication dans la revue "Weird Tales" (Chicago), 1929 ; "Through the Gates of the Silver Key" / "À travers les portes de la clé d'argent" [nouvelle écrite en collaboration avec Edgar Hoffmann Trooper Price, dit "E. Hoffmann Price"], année d'écriture : 1933 ; première publication dans la revue "Weird Tales" (Chicago),1934 — nouvelles traduites de l'américain par Bernard Noël et incluses en tant que "DEUXIEME PARTIE et "TROISIEME PARTIE" dans le recueil "Démons et Merveilles" avec une préface de Jacques Bergier pour les éditions des Deux-Rives (Paris), coll. "Lumière interdite", 208 pages, 1955 ; réédition de ce recueil aux éd. UGL/Christian Bourgois (Paris), coll. "10/18", 316 pages, 1973. Ajouter à mes livres
23 L'appel de Cthulhu
Howard Phillips Lovecraft
35 critiques 20 citations

"The Call of Cthulhu" / "L'Appel de Cthulhu" [nouvelle], année d'écriture : 1926 ; première publication dans le périodique "Weird Tales" (Chicago), février 1928. // Argument : [Chapitre 1] : "The Horror in Clay" / "L'horreur d'argile" : "La maison «Fleur-de-Lys» sise au 7, Thomas Street à Providence, résidence de l'artiste Henry Wilcox. Francis Wayland Thurston, un anthropologue originaire de Boston hérite de tous les biens de son grand-oncle, George Gammell Angell, un professeur renommé ayant enseigné les langues sémitiques à l'université Brown, décédé dans des circonstances mystérieuses « pendant l'hiver 1926-1927 ». Parmi les documents de son oncle, Thurston découvre un étrange bas-relief en argile représentant un dragon ou une caricature d'homme « à tête de poulpe munie de tentacules surmontant un corps écailleux et grotesque muni d'ailes rudimentaires » accompagné de différents hiéroglyphes inconnus, de coupures de presse et d'un manuscrit portant le titre "Le Culte de Cthulhu". Dans la première partie de ce manuscrit, le professeur Angell détaille sa rencontre avec Henry Wilcox, un jeune artiste de Rhode Island qui certifie avoir sculpté le bas-relief en argile dans la nuit du 1er mars 1925 au cours d'un rêve angoissant de cités perdues recouvertes de vase. Le vieux professeur finit par être convaincu de la sincérité du jeune homme et pense que son rêve et sa sculpture ont un lien avec un ancien culte païen. Les rencontres entre les deux hommes se font de plus en plus fréquentes au cours du mois de mars et les cauchemars de Wilcox de plus en plus précis – il distingue notamment des sons gutturaux comme "Cthulhu, fhtagn ou R'lyeh". Le 23, Henry Wilcox est transporté en urgence chez ses parents, atteint de crises de délire durant lesquelles il parle d'une créature gigantesque marchant à pas pesants. Après sa guérison, dix jours plus tard, les visions de Wilcox disparaissent. À la suite de ces événements, le professeur Angell mène des recherches et découvre qu'une vague d'événements étranges s'est déroulée tout autour du monde entre le 28 février et le 2 avril : tremblements de terre, rêves oppressants, agitations en Afrique, suicides, révoltes de Levantins à New York, exposition de toiles obscures à Paris / [Chapitre 2] : "The Tale of Inspector Legrasse" / "Le récit de l'inspecteur Legrasse" : "La seconde partie du manuscrit relate une expérience antérieure qui a amené le professeur Angell à s'intéresser au récit de Henry Wilcox. Car ce n'était pas la première fois que le vieil homme prenait connaissance de faits mystérieux tournant autour de Cthulhu, le monstre à tête de pieuvre. En 1908, à Saint-Louis (Missouri), l'inspecteur John Legrasse se rend à une réunion annuelle de la Société américaine d'archéologie pour faire identifier par des professeurs renommés une mystérieuse statuette. Cette idole, confisquée aux membres d'une secte vaudou, représente une étrange créature recroquevillée sur un socle orné de hiéroglyphes indéchiffrables… L'inspecteur raconte aux professeurs comment, dans la soirée du 1er novembre 1907, lui-même et dix-neuf de ses hommes ont mené un assaut contre les adeptes d'une secte se livrant à des sacrifices humains dans les marécages inexplorés au Sud de La Nouvelle-Orléans. Selon les dires de Castro, l'un des quarante-sept prisonniers métis, la secte vénère les « Grands Anciens », des dieux venus des étoiles il y a de cela des millions d'années et aujourd'hui endormis au cœur de la terre ou sous les eaux. Le grand prêtre Cthulhu, qui communique avec ses fidèles à travers les rêves, attend patiemment dans sa demeure engloutie de R’lyeh pour régner à nouveau sur le monde. D'après Castro, ce culte se répand aux quatre coins du monde, comme en témoigne le Necronomicon, un très vieux grimoire écrit par le poète arabe Abdul Al-Hazred. Impressionné par les notes du professeur Angell, Thurston décide de mener sa propre enquête et parvient à retrouver Wilcox ; il arrive à la conclusion que la mort de son grand-oncle n'est pas accidentelle et qu'il a été assassiné par l'un des membres du culte…" / [Chapitre 3] : "The Madness from the Sea" / "La démence qui vint de la mer" : (voir à l'article "L'Appel de Cthulhu"[version illustrée] ci-dessous) [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
24 L'Appel de Cthulhu (Illustré)
Howard Phillips Lovecraft
31 critiques 16 citations

"The Call of Cthulhu" / "L'Appel de Cthulhu" [nouvelle], année d'écriture : 1926 ; première publication dans le périodique "Weird Tales" (Chicago), février 1928 ; version illustrée. // Argument : "[Chapitre 1] : "The Horror in Clay" / "L'horreur d'argile" : (voir à l'article "L'appel de Cthulhu" ci-dessus) / [Chapitre 2] : "The Tale of Inspector Legrasse" / "Le récit de l'inspecteur Legrasse" (voir à l'article "L'appel de Cthulhu" ci-dessus) / [Chapitre 3] : "The Madness from the Sea" / "La démence qui vint de la mer" : "Plus d'un an après avoir lu le manuscrit, Thurston tombe par hasard sur un article de journal australien datant du 18 avril 1925 et faisant mention d'une étrange épopée navale dans l'Océan Pacifique, au cours de laquelle plusieurs hommes périrent dans des circonstances dramatiques. Thurston voyage jusqu'à Oslo, pour découvrir le journal du marin norvégien Gustaf Johansen, survivant du naufrage. Le 22 mars, l’Emma, une goélette partie de Nouvelle-Zélande, croise sur sa route le yacht Alert avec à bord des individus agités et armés. Une bataille s'ensuit après que les marins de l'Alert leur demandent de faire demi-tour. Les hommes de l’Emma capturent l’Alert avant de poursuivre leur route. Curieux de découvrir la destination de leurs agresseurs, ils finissent par découvrir R'lyeh, une cité sous-marine colossale soulevée par un tremblement de terre. Là, les marins libèrent accidentellement Cthulhu. Deux hommes meurent de peur en voyant le Grand Ancien tandis que trois autres meurent sous ses griffes. Johansen parvint à fuir de justesse avec un autre membre d'équipage devenu fou mais il n'ose confier son récit à personne. Il est finalement assassiné de la même manière que le professeur Angell, et sa veuve conserve son journal. Mettant en place les pièces du puzzle et faisant coïncider les dates, Thurston comprend que tout est réel et qu'il est désormais, tout comme son grand-oncle et le norvégien Johansen, la cible du culte de Cthulhu..." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
25 Cthulhu, Le Mythe : Le Modèle de Pickman
Howard Phillips Lovecraft
1 critique

"Pickman's Model" / "Le Modèle de Pickman" [nouvelle], année d'écriture : 1926. Ajouter à mes livres
26 Cthulhu, Le Mythe : La Musique d'Erich Zann - Histoire du Necronomicon
Howard Phillips Lovecraft
1 citation

"History of Necronomicon" / "Histoire du Necronomicon" / "Le Nécronomicon" [nouvelle], année d'écriture : 1927. Ajouter à mes livres
27 Le Necronomicon
Howard Phillips Lovecraft
8 critiques 1 citation

"History of Necronomicon" / "Histoire du Necronomicon" / "Le Nécronomicon" [nouvelle], année d'écriture : 1927. Ajouter à mes livres
28 La Couleur tombée du ciel
Howard Phillips Lovecraft
39 critiques 30 citations

"The Colour Out of Space" / "La Couleur tombée du ciel" [nouvelle], année d'écriture : 1927 ; première publication dans le périodique "Amazing Stories" (Hillsborough, New Hampshire), septembre 1927 — traduit de l'américain par Jacques Papy [en une version légèrement tronquée, dépourvue des lignes finales] pour le recueil intitulé "La Couleur tombée du ciel" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. « Présence du futur », 1954 ; traduction de Jacques Papy revue et augmentée [texte rétabli dans son intégralité] par Simone Lambin pour les éditions Robert Laffont (Paris) collection "Bouquins", 1991. // Argument : "Un jeune architecte originaire de Boston vient à Arkham afin d'étudier un projet de réservoir à l'ouest de la ville. Il entend alors parler d'une légende qui court à propos d'étranges événements qui se seraient produits dans les années 1880 sur la Lande Foudroyée. D'abord sceptique, le narrateur prend peu à peu conscience que la désolation du lieu (paysage grisâtre, végétation qui a la consistance de la cendre) n'est pas d'origine naturelle. Lorsqu'il se renseigne sur les causes possibles de cet état de fait, il entend parler d'une étrange météorite tombée en 1880 dans le champ du paysan Nahum Gardner." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
29 La couleur tombée du ciel - La chose sur le seuil
Howard Phillips Lovecraft
12 critiques 5 citations

"The Colour Out of Space" / "La Couleur tombée du ciel" [nouvelle], année d'écriture : 1927 ; première publication dans le périodique "Amazing Stories" (Hillsborough, New Hampshire), septembre 1927 — traduit de l'américain par Jacques Papy [en une version légèrement tronquée, dépourvue des lignes finales] pour le recueil intitulé "La Couleur tombée du ciel" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. « Présence du futur », 1954 ; traduction de Jacques Papy revue et augmentée [texte rétabli dans son intégralité] par Simone Lambin pour les éditions Robert Laffont (Paris) collection "Bouquins", 1991. // Argument : "Un jeune architecte originaire de Boston vient à Arkham afin d'étudier un projet de réservoir à l'ouest de la ville. Il entend alors parler d'une légende qui court à propos d'étranges événements qui se seraient produits dans les années 1880 sur la Lande Foudroyée. D'abord sceptique, le narrateur prend peu à peu conscience que la désolation du lieu (paysage grisâtre, végétation qui a la consistance de la cendre) n'est pas d'origine naturelle. Lorsqu'il se renseigne sur les causes possibles de cet état de fait, il entend parler d'une étrange météorite tombée en 1880 dans le champ du paysan Nahum Gardner." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
30 La quête onirique de Kadath l'inconnue
Howard Phillips Lovecraft
11 critiques 6 citations

"The Dream Quest of Unknown Kadath" / "La Quête onirique de Kadath l'inconnue" [nouvelle], année d'écriture : 1927 ; première publication dans le recueil "Beyond the Wall of Sleep", Arkham House publishing, 1943 — nouvelle traduite de l'américain par Bernard Noël et incluse en tant que "QUATRIEME PARTIE" dans le recueil "Démons et Merveilles" avec une préface de Jacques Bergier pour les éditions des Deux-Rives (Paris), coll. "Lumière interdite", 208 pages, 1955 ; réédition de ce recueil aux éd. UGL/Christian Bourgois (Paris), coll. "10/18", 316 pages, 1973 — republié sous le titre "La Quête onirique de Kadath l'inconnue" dans une traduction révisée par Arnaud Mousnier-Lompré pour les éditions J'ai Lu (Paris), 1996. Ajouter à mes livres
31 Épouvante et surnaturel en littérature
Howard Phillips Lovecraft
3 critiques 5 citations

"Supernatural Horror in Literature" / "Epouvante et surnaturel en littérature" [essai], années d'écriture : 1925 à 1927 ; première publication dans le magazine "The Recluse" (un seul numéro d'existence) : en août 1927 ; révisé et republié par fragments dans le fanzine "The Fantasy Fan" en 1933-1935 ; à nouveau révisé et publié en intégralité à l'occasion de la parution posthume du recueil "The Outsider and Others" (1939) — traduit de l'américain par Bernard Da Costa pour les éditions UGE/Christian Bourgois (Paris), coll. "10/18", 190 pages, 1969. // Argument : "Épouvante et surnaturel en littérature" / "Supernatural Horror in Literature" est un essai de 28.000 mots de l'écrivain américain H. P. Lovecraft, qui examine le développement et les réalisations de la fiction d'épouvante des années 1920 et 1930. Les recherches et sa mise à l'écrit durent de novembre 1925 à mai 1927. Il est publié pour la première fois en août 1927, puis révisé et augmenté en 1933-1934. L'essai de Lovecraft est très étendu, mais il examine d'abord les débuts de la fiction étrange (en) dans le roman gothique primitif. Pour indiquer ce qu'il faut lire dans le gothique primitif, il s'appuie en partie sur l'enquête historique d'Edith Birkhead de 1921 "The Tale of Terror", et il peut également s'appuyer sur l'expertise des nombreux experts et collectionneurs de son entourage. La majeure partie de l'essai est écrite à New York, où Lovecraft a un accès facile aux grandes bibliothèques publiques de la ville, ainsi qu'aux collections de ses amis, et il peut largement lire et obtenir des œuvres obscures et rares. Son enquête procède ensuite à un aperçu du développement du surnaturel et de l'étrange dans l'œuvre d'écrivains majeurs tels qu'Ambrose Bierce, Nathaniel Hawthorne et Edgar Allan Poe. Lovecraft nomme les quatre « maîtres modernes » de l'horreur comme étant Algernon Blackwood, Lord Dunsany, Montague Rhodes James et Arthur Machen. En plus de ces maîtres, il essaie de faire de l'essai une étude globale, et en mentionne ou en note ainsi beaucoup d'autres en passant." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
32 L'abomination de Dunwich
Howard Phillips Lovecraft
26 critiques 15 citations

"The Dunwich Horror" / "L'Abomination de Dunwich" [nouvelle], année d'écriture : 1928 ; première publication (comprenant une illustration de Hugh Rankin : "Le rejeton de Yog-Sothoth") dans le magazine "Weird Tales" (Chicago), avril 1929 — traduit de l'américain par Jacques Papy pour le recueil intitulé "La Couleur tombée du ciel" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. « Présence du futur », 1954. // Argument : "À Dunwich, un village reculé de l'État du Massachusetts, une albinos faible d'esprit du nom de Lavinia Whateley met au monde un enfant étrange, Wilbur, de père inconnu. Appartenant à une branche dégénérée de la famille Whateley, Lavinia réside dans une ferme isolée avec son père, le vieux Whateley, autodidacte qualifié de sorcier. Les Whateley se mettent à acheter régulièrement plusieurs têtes de bétail, dont le cheptel ne paraît pourtant pas croître en nombre. Parallèlement, Wilbur grandit à une vitesse surnaturelle, apprenant rapidement à marcher, parler et lire. Avant de mourir, le vieux Whateley parvient à transmettre la totalité de son savoir interdit à son petit-fils. En sus de mesurer plus de deux mètres et d'arborer des oreilles pointues ainsi qu'une « face de bouc sans menton », Wilbur Whateley — toujours boutonné de pied en cap — voit son nom mêlé à des rumeurs de disparitions d'animaux domestiques, voire d'enfants. Apeurée, Lavinia confie à des villageois qu'elle craint son fils, ce dernier la méprisant désormais ouvertement. Elle disparaît définitivement quelque temps plus tard. Wilbur Whateley se rend dans la ville d'Arkham afin de compulser le Necronomicon, ouvrage blasphématoire dont la bibliothèque de l'université de Miskatonic conserve l'un des uniques exemplaires. Averti de certaines rumeurs, le bibliothécaire Henry Armitage s'oppose à ce que le répugnant visiteur emprunte le livre. Wilbur se heurte ensuite au même refus de la part de la bibliothèque de l'université Harvard, dûment prévenue par Armitage. Or, Whateley manifeste des signes de nervosité croissante en raison d'affaires pendantes relatives à sa ferme. N'arrivant pas à consulter l'ouvrage, Wilbur finit par s'introduire de nuit dans la bibliothèque afin de le dérober. Un chien de garde, rendu fou par son odeur corporelle, s'attaque à lui avec une férocité inhabituelle et le tue. Lorsque le Dr Armitage et deux autres professeurs, Warren Rice et Francis Morgan, arrivent sur les lieux, ils aperçoivent le corps semi-humain de Wilbur avant qu'il ne se décompose sans laisser la moindre trace. Avec la mort de Wilbur, personne ne s'occupe de la mystérieuse présence qui grandit dans la ferme Whateley. Un matin, la ferme explose et la chose, un monstre invisible, ravage Dunwich en se frayant un chemin à travers champs, arbres et ravins et laisse d'énormes empreintes de la taille de troncs d'arbres. Finalement, le monstre fait des incursions dans des zones inhabitées avant de tuer deux familles et plusieurs policiers. Dunwich est terrorisée jusqu'à l'arrivée d'Armitage, Rice et Morgan qui arrivent en ville avec les connaissances et les armes nécessaires pour éliminer le monstre. L'utilisation d'une poudre magique le rend visible juste assez longtemps pour qu'un membre de l'équipe puisse l'apercevoir et en reste sous le choc. L'énorme créature appelle à l'aide — en anglais — juste avant que le sort ne l'anéantisse, laissant un immense espace complètement brûlé. La nature de la chose est finalement révélée : il s'avère qu'il s'agit du frère jumeau de Wilbur qui avait beaucoup plus de traits communs avec leur père, bien plus que Wilbur en fait." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
33 L'abomination de Dunwich
Howard Phillips Lovecraft
26 critiques 15 citations

"The Dunwich Horror" / "L'Abomination de Dunwich" [nouvelle], année d'écriture : 1928 ; première publication (comprenant une illustration de Hugh Rankin : "Le rejeton de Yog-Sothoth") dans le magazine "Weird Tales" (Chicago), avril 1929 — traduit de l'américain par Jacques Papy pour le recueil intitulé "La Couleur tombée du ciel" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. « Présence du futur », 1954. // Argument : "À Dunwich, un village reculé de l'État du Massachusetts, une albinos faible d'esprit du nom de Lavinia Whateley met au monde un enfant étrange, Wilbur, de père inconnu. Appartenant à une branche dégénérée de la famille Whateley, Lavinia réside dans une ferme isolée avec son père, le vieux Whateley, autodidacte qualifié de sorcier. Les Whateley se mettent à acheter régulièrement plusieurs têtes de bétail, dont le cheptel ne paraît pourtant pas croître en nombre. Parallèlement, Wilbur grandit à une vitesse surnaturelle, apprenant rapidement à marcher, parler et lire. Avant de mourir, le vieux Whateley parvient à transmettre la totalité de son savoir interdit à son petit-fils. En sus de mesurer plus de deux mètres et d'arborer des oreilles pointues ainsi qu'une « face de bouc sans menton », Wilbur Whateley — toujours boutonné de pied en cap — voit son nom mêlé à des rumeurs de disparitions d'animaux domestiques, voire d'enfants. Apeurée, Lavinia confie à des villageois qu'elle craint son fils, ce dernier la méprisant désormais ouvertement. Elle disparaît définitivement quelque temps plus tard. Wilbur Whateley se rend dans la ville d'Arkham afin de compulser le Necronomicon, ouvrage blasphématoire dont la bibliothèque de l'université de Miskatonic conserve l'un des uniques exemplaires. Averti de certaines rumeurs, le bibliothécaire Henry Armitage s'oppose à ce que le répugnant visiteur emprunte le livre. Wilbur se heurte ensuite au même refus de la part de la bibliothèque de l'université Harvard, dûment prévenue par Armitage. Or, Whateley manifeste des signes de nervosité croissante en raison d'affaires pendantes relatives à sa ferme. N'arrivant pas à consulter l'ouvrage, Wilbur finit par s'introduire de nuit dans la bibliothèque afin de le dérober. Un chien de garde, rendu fou par son odeur corporelle, s'attaque à lui avec une férocité inhabituelle et le tue. Lorsque le Dr Armitage et deux autres professeurs, Warren Rice et Francis Morgan, arrivent sur les lieux, ils aperçoivent le corps semi-humain de Wilbur avant qu'il ne se décompose sans laisser la moindre trace. Avec la mort de Wilbur, personne ne s'occupe de la mystérieuse présence qui grandit dans la ferme Whateley. Un matin, la ferme explose et la chose, un monstre invisible, ravage Dunwich en se frayant un chemin à travers champs, arbres et ravins et laisse d'énormes empreintes de la taille de troncs d'arbres. Finalement, le monstre fait des incursions dans des zones inhabitées avant de tuer deux familles et plusieurs policiers. Dunwich est terrorisée jusqu'à l'arrivée d'Armitage, Rice et Morgan qui arrivent en ville avec les connaissances et les armes nécessaires pour éliminer le monstre. L'utilisation d'une poudre magique le rend visible juste assez longtemps pour qu'un membre de l'équipe puisse l'apercevoir et en reste sous le choc. L'énorme créature appelle à l'aide — en anglais — juste avant que le sort ne l'anéantisse, laissant un immense espace complètement brûlé. La nature de la chose est finalement révélée : il s'avère qu'il s'agit du frère jumeau de Wilbur qui avait beaucoup plus de traits communs avec leur père, bien plus que Wilbur en fait." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
34 L'affaire Charles Dexter Ward
Howard Phillips Lovecraft
121 critiques 42 citations

"The Case of Charles Dexter Ward" / "L'Affaire Charles Dexter Ward" [nouvelle], année d'écriture : 1928 ; première publication (posthume) dans le périodique "Weird Tales" (Chicago), mai 1941 — traduit de l'américain par Jacques Papy pour le recueil "Par-delà le mur du sommeil" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. « Présence du futur », 1956 ; traduction de Jacques Papy revue par Simone Lambin pour la publication de" Howard Philips Lovecraft : Oeuvre" parue en trois tomes aux éditions Robert Laffont (Paris), coll. "Bouquins", 1991. // Argument : [Première partie] "RESULTAT ET PROLOGUE" : "Providence, 1928, Charles Dexter Ward, un homme de vingt-six ans interné en maison de santé vient de disparaître sans laisser de trace. Le narrateur, Marinus Willett, médecin de la famille Ward depuis des années se remémore la progressive transformation qui vit le jeune homme enthousiaste féru d'archéologie et de généalogie devenir dément. À l'hiver 1919-1920, Charles découvrit au cours de ses recherches en généalogie qu'il avait parmi ses ancêtres un certain Joseph Curwen." / [Seconde partie] "ANTECEDENTS ET ABOMINATION" : "Selon la croyance populaire, Joseph Curwen aurait fui Salem en 1692 lorsque les persécutions contre les sorciers et sorcières débutèrent de peur d'être lui-même accusé de sorcellerie à cause des expériences de chimie et d'alchimie qu'il pratiquait. Il s'installa à Providence comme armateur et il devint très vite une curiosité locale. Outre le fait qu'il ne semblait pas vieillir, une foule de faits bizarres contribuaient à alimenter la croyance populaire : trafic d'esclaves, hurlements venant de sa ferme, lumières étranges la nuit à ses fenêtres, cargaisons mystérieuses ramenées par ses navires et surtout, de nombreuses disparitions parmi les marins qu'il employait. Conscient de la méfiance qu'il suscitait et désirant se fondre dans la masse, Curwen se décida à prendre une épouse parmi la bonne société de Providence. Son choix se porta sur la jeune Eliza Tillinghast qui ne pouvait refuser le mariage au vu des dettes contractées par son père à l'encontre de Curwen. Elle rompit donc ses fiançailles avec Ezra Weeden et épousa Curwen qui reprit pour un temps une vie sociale à peu près normale. Il reçut plusieurs notables à dîner, fit exécuter un portrait de lui par le célèbre peintre Cosmo Alexander et s'investit dans le mécénat à l'échelle locale. Cependant, le jeune Ezra Weeden, furieux d'avoir perdu sa fiancée à cause de Curwen, entreprit d'espionner les faits et gestes de son ennemi. Découvrant des indices des activités de sorcellerie de son rival, il décida d'en parler à certains de ses concitoyens qui fondèrent une conjuration destinée à abattre le sorcier. Le 12 avril 1771, après avoir obtenu les preuves d'autres exactions de Curwen, les conjurés décidèrent de se lancer à l'assaut de la propriété du sorcier. Ce fut un carnage. Huit hommes trouvèrent la mort, sans compter Curwen." / "[Troisième partie] "RECHERCHE ET EVOCATION" : "Charles Ward commence donc à enquêter sur son trisaïeul, réunissant tous les documents, lettres et objets ayant appartenu à Curwen. Il découvre dans l'ancienne maison de Curwen le fameux portrait réalisé par Alexander qu'il entreprend de faire rénover. Il découvre alors, caché dans les boiseries derrière la toile, un gros cahier contenant les notes personnelles du sorcier. Charles passe des mois à étudier les textes et les cryptages contenus dans les notes de Curwen, il fait plusieurs voyages à Salem et en Europe afin de perfectionner son art. À son retour, il entreprend en secret de retrouver les restes de Curwen et ramène ce dernier à la vie à l'aide de ses « sels essentiels »." / [Quatrième partie] "METAMORPHOSE ET DEMENCE" : "Curwen et Charles s'installent dans un bungalow situé à l'emplacement de l'ancienne ferme de Curwen à Pawtuxet. Les deux hommes se ressemblant comme deux gouttes d'eau, Curwen utilise des postiches et se fait connaître sous le nom de docteur Allen. Bien vite, Charles commença à prendre peur et écrit au docteur Willett. Curwen se débarrasse de son encombrant descendant et assume les deux rôles de Charles et de Allen."/ [Cinquième partie] "CAUCHEMAR ET CATACLYSME" : "Le docteur Willett et le père de Charles tombent d'accord sur le fait qu'il faut agir vite. Ils s'infiltrent dans la maison de Pawtuxet. Là, Willett découvre un réseau de galeries souterraines. Lors de son exploration du labyrinthe, Willett invoque accidentellement un esprit ancien, ennemi de Curwen, ainsi que nombre de procédés de magie noire allant à l'encontre de la nature, et dont l'identité n'est pas clairement définie (il est cependant dit qu'il ne s'agit pas de Yog-Sothoth, comme le croyait Curwen, puisque toutes les fioles, dont celle qui contenait les « sels » de l'esprit invoqué, avaient été réétiquetées). Charles Ward (Curwen en réalité) est finalement arrêté par la police et interné en maison de santé. (...)" [Source : WIKIPEDIA... où vous pourrez lire la fin de l'intrigue] Ajouter à mes livres
35 Air froid
Howard Phillips Lovecraft
9 critiques 5 citations

"Cool Air" / "Air froid" [nouvelle], 1928. Ajouter à mes livres
36 Fungi de Yuggoth et autres poèmes fantastiques
Howard Phillips Lovecraft
4 critiques 4 citations

"Fungi from Yuggoth" / "Fungi de Yuggoth et autres poèmes fantastiques" [poèmes], sonnets écrits entre le 27 décembre 1929 et le 4 janvier 1930. Ajouter à mes livres
37 Fungi de Yuggoth
Howard Phillips Lovecraft
1 critique 3 citations

"Fungi from Yuggoth" / "Fungi de Yuggoth et autres poèmes fantastiques" [poèmes], sonnets écrits entre le 27 décembre 1929 et le 4 janvier 1930. Ajouter à mes livres
38 Chuchotements dans la nuit (Celui qui chuchotait dans les ténèbres)
Howard Phillips Lovecraft
39 critiques 16 citations

"The Whisperer in Darkness" / "Celui qui chuchotait dans les ténèbres" / "Chuchotements dans la nuit" [nouvelle], 1930. Ajouter à mes livres
39 Les montagnes hallucinées
Howard Phillips Lovecraft
76 critiques 52 citations

"At the Mountains of Madness" / "Les Montagnes hallucinées" / "Les Montagnes de la Démence" [nouvelle], année d'écriture : 1931 ; première parution dans le périodique (mensuel) "Astounding Stories" (New-York), février, mars et avril 1936 — traduit de l'américain par Jacques Papy pour le recueil "Dans l'abîme du temps" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. « Présence du futur », 1954. // Argument : "1930. L’université Miskatonic du Massachusetts, avec le financement de la fondation Nathaniel Derby Pickman, organise une expédition pour atteindre le cercle polaire antarctique. Quatre professeurs spécialisés dans divers domaines (biologie, physique, météorologie...), leurs assistants – seize étudiants diplômés et habiles mécaniciens – et cinquante cinq chiens composent l'équipe qui embarque avec du matériel de forage et des avions à bord de deux baleiniers. L'expédition Miskatonic quitte Boston le 2 septembre, passe par le Canal de Panama, s'arrête a Samoa puis à Hobart, en Tasmanie. Le 25 octobre, les hommes atteignent la chaîne de l'Amirauté puis établissent leur base aux pentes du volcan Erebus. En janvier 1931, après la découverte de spécimens géologiques inconnus, le professeur Lake décide d'explorer les terres au nord-ouest pour effectuer de nouveaux forages et minages. L'équipe découvre une nouvelle chaîne de montagnes, aussi vaste que l’Himalaya. Les plus haut sommets présentent des formations étranges en forme de cubes et des entrées de cavernes. Lake et ses hommes établissent le camp avancé sur un plateau et commencent les premiers forages. Après avoir creusé dans les profondeurs d’une grotte souterraine, le groupe trouve les restes de créatures mi-végétales, mi-animales, complètement inconnues de la science. Six des spécimens semblent en très mauvais état, huit autres étant étonnamment préservés. La grande ancienneté de la strate géologique dans laquelle ces « fossiles » ont été trouvés pose problème du fait de leur stade d’évolution particulièrement avancé. En raison de leur ressemblance avec les créatures mythiques du Necronomicon d'Abdul al-Hazred, les créatures sont nommées « les Anciens ». Le Professeur Lake se prépare à une autopsie malgré une violente tempête. Le camp principal perd contact avec le groupe de Lake. Le professeur Dyer décide de monter une expédition de secours, avec les hommes restants, sur ces mystérieux contreforts enneigés. Ils trouvent le camp dévasté et les hommes déchiquetés ; à l'exception d’un homme et d’un chien mystérieusement disparus. Près du camp, ils trouvent six monticules de neige en forme d’étoiles, chacun contenant l’une des créatures. Les scientifiques soupçonnent Gedney, le disparu, d'avoir eu un accès de démence au point de massacrer ses collègues et de s'être enfui avec le dernier chien et un traineau. Dyer et un étudiant, Danforth, décident alors d'explorer les montagnes à bord de l'un des avions. Ils découvrent une immense cité de pierre abandonnée, composée de cubes et de cônes selon une architecture qui n’a rien d’humaine. En explorant l’un de ces cônes, Dyer parvint à retracer l’histoire des Anciens en interprétant leurs fantastiques gravures murales hiéroglyphiques : les Anciens vinrent sur Terre pour la première fois peu après sa séparation avec la Lune, et y introduisirent la vie. Ils bâtirent leurs cités avec l’aide des « Shoggoths », des êtres créés pour accomplir n’importe quelle tâche, prendre n’importe quelle forme et refléter n’importe quelle pensée. Danforth et Dyer réalisent que les huit Anciens trouvés dans la grotte par Lake étaient encore vivants. Les deux hommes trouvent le traineau avec à bord les corps de Gedney et du chien, de toute évidence gardés comme spécimens pour des expérimentations abominables. Danforth et Dyer finissent par trouver des traces de la mort des Anciens, juste avant de devoir s’enfuir vers leur avion, pourchassés par une horreur hululante qu’ils identifient comme l'un des Shoggoths. Le professeur Dyer termine son mémoire en suppliant l'expédition Starkweather-Moore de renoncer à son projet de s'embarquer à destination des montagnes hallucinées, de peur de choses anciennes qui ne devraient pas être relâchées sur cette Terre." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
40 Montagnes de la folie
Howard Phillips Lovecraft
9 critiques 4 citations

"At the Mountains of Madness" / "Les Montagnes hallucinées" / "Les Montagnes de la Démence" [nouvelle], année d'écriture : 1931 ; première parution dans le périodique (mensuel) "Astounding Stories" (New-York), février, mars et avril 1936 — traduit de l'américain par Jacques Papy pour le recueil "Dans l'abîme du temps" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. « Présence du futur », 1954. // Argument : "1930. L’université Miskatonic du Massachusetts, avec le financement de la fondation Nathaniel Derby Pickman, organise une expédition pour atteindre le cercle polaire antarctique. Quatre professeurs spécialisés dans divers domaines (biologie, physique, météorologie...), leurs assistants – seize étudiants diplômés et habiles mécaniciens – et cinquante cinq chiens composent l'équipe qui embarque avec du matériel de forage et des avions à bord de deux baleiniers. L'expédition Miskatonic quitte Boston le 2 septembre, passe par le Canal de Panama, s'arrête a Samoa puis à Hobart, en Tasmanie. Le 25 octobre, les hommes atteignent la chaîne de l'Amirauté puis établissent leur base aux pentes du volcan Erebus. En janvier 1931, après la découverte de spécimens géologiques inconnus, le professeur Lake décide d'explorer les terres au nord-ouest pour effectuer de nouveaux forages et minages. L'équipe découvre une nouvelle chaîne de montagnes, aussi vaste que l’Himalaya. Les plus haut sommets présentent des formations étranges en forme de cubes et des entrées de cavernes. Lake et ses hommes établissent le camp avancé sur un plateau et commencent les premiers forages. Après avoir creusé dans les profondeurs d’une grotte souterraine, le groupe trouve les restes de créatures mi-végétales, mi-animales, complètement inconnues de la science. Six des spécimens semblent en très mauvais état, huit autres étant étonnamment préservés. La grande ancienneté de la strate géologique dans laquelle ces « fossiles » ont été trouvés pose problème du fait de leur stade d’évolution particulièrement avancé. En raison de leur ressemblance avec les créatures mythiques du Necronomicon d'Abdul al-Hazred, les créatures sont nommées « les Anciens ». Le Professeur Lake se prépare à une autopsie malgré une violente tempête. Le camp principal perd contact avec le groupe de Lake. Le professeur Dyer décide de monter une expédition de secours, avec les hommes restants, sur ces mystérieux contreforts enneigés. Ils trouvent le camp dévasté et les hommes déchiquetés ; à l'exception d’un homme et d’un chien mystérieusement disparus. Près du camp, ils trouvent six monticules de neige en forme d’étoiles, chacun contenant l’une des créatures. Les scientifiques soupçonnent Gedney, le disparu, d'avoir eu un accès de démence au point de massacrer ses collègues et de s'être enfui avec le dernier chien et un traineau. Dyer et un étudiant, Danforth, décident alors d'explorer les montagnes à bord de l'un des avions. Ils découvrent une immense cité de pierre abandonnée, composée de cubes et de cônes selon une architecture qui n’a rien d’humaine. En explorant l’un de ces cônes, Dyer parvint à retracer l’histoire des Anciens en interprétant leurs fantastiques gravures murales hiéroglyphiques : les Anciens vinrent sur Terre pour la première fois peu après sa séparation avec la Lune, et y introduisirent la vie. Ils bâtirent leurs cités avec l’aide des « Shoggoths », des êtres créés pour accomplir n’importe quelle tâche, prendre n’importe quelle forme et refléter n’importe quelle pensée. Danforth et Dyer réalisent que les huit Anciens trouvés dans la grotte par Lake étaient encore vivants. Les deux hommes trouvent le traineau avec à bord les corps de Gedney et du chien, de toute évidence gardés comme spécimens pour des expérimentations abominables. Danforth et Dyer finissent par trouver des traces de la mort des Anciens, juste avant de devoir s’enfuir vers leur avion, pourchassés par une horreur hululante qu’ils identifient comme l'un des Shoggoths. Le professeur Dyer termine son mémoire en suppliant l'expédition Starkweather-Moore de renoncer à son projet de s'embarquer à destination des montagnes hallucinées, de peur de choses anciennes qui ne devraient pas être relâchées sur cette Terre." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
41 Le cauchemar d'Innsmouth
Howard Phillips Lovecraft
31 critiques 21 citations

"The Shadow over Innsmouth" / "Le Cauchemar d'Innsmouth" [nouvelle], année d'écriture : 1931 ; première publication aux éd. Visionary Publishing Company (U.S.A.), 1936 — traduit de l'américain par Jacques Papy pour le recueil La Couleur tombée du ciel" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. « Présence du futur », 1954 ; traduction de Jacque Papy révisée par Simone Lamblin pour sa republication dans le recueil "Howard Phillips Lovecraft : Oeuvre", éditions Robert Laffont (Paris), coll. "Bouquins", 1999. // Argument : "Le narrateur, Robert Olmstead, amateur de civilisation ancienne et venant de fêter sa majorité, entreprend un voyage à travers la Nouvelle-Angleterre afin d'en apprendre un peu plus sur ses origines. Arrivé à la gare de Newburyport pour prendre le train vers Arkham, il découvre l'existence d'une ligne de bus passant par la mystérieuse et lugubre Innsmouth. Cette option lui semble bien plus avantageuse au vu de sa maigre bourse, mais étrangement les gens semblent avoir un dégoût profond pour ce village aux habitants peu commodes et physiquement très peu avantagés. Après une visite au musée de Newburyport où il découvre des bijoux forgés dans un métal inconnu et aux formes étranges, sa curiosité envers la ville est accrue et c'est ainsi que le lendemain il s'embarque dans le bus conduit par un autochtone, Joe Sargent. En débarquant à Innsmouth, il est tout d'abord frappé par l'odeur de poisson qui y règne. Innsmouth était une ville prospère vivant du contenu de ses filets de pêche qui ne désemplissaient jamais, mais elle perdit beaucoup d'ampleur avec la guerre civile. Le jeune homme est tiraillé entre un certain dégoût pour cette ville et une admiration certaine pour son architecture du siècle passé conservée presque sans dommage. La plupart des habitants d'Innsmouth ont une morphologie étrange, quasi-batracienne. Un culte païen, l'Ordre ésotérique de Dagon, a remplacé la religion chrétienne. Convaincu que quelque chose d'anormal se passe dans cette ville, Olmstead mène l'enquête. Après s'être renseigné auprès d'un jeune épicier, le seul habitant « normal » de cette ville, et d'un vieillard alcoolique, Zadok Allen, la curiosité qui l'a poussé à venir loger dans cette ville fait bientôt place à l'horreur : il semblerait que ce soit un ancien capitaine de navire, Obed Marsh, qui ait été l'initiateur local du culte de Dagon depuis son retour d'un voyage en Polynésie dans les années 1800. Le rocher du Diable, au large de la ville, abriterait Ceux des profondeurs, des créatures aquatiques qui se reproduiraient avec les habitants en échange de bijoux et de poissons. Olmstead va tenter de trouver une solution pour s'échapper d'Innsmouth, sans se douter de l'horrible vérité qu'il va découvrir sur ses propres origines." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
42 Le Cauchemar d'Innsmouth et autres nouvelles
Howard Phillips Lovecraft
36 critiques 7 citations

"The Shadow over Innsmouth" / "Le Cauchemar d'Innsmouth" [nouvelle], année d'écriture : 1931 ; première publication aux éd. Visionary Publishing Company (U.S.A.), 1936 — traduit de l'américain par Jacques Papy pour le recueil La Couleur tombée du ciel" paru aux éditions Denoël (Paris), coll. « Présence du futur », 1954 ; traduction de Jacque Papy révisée par Simone Lamblin pour sa republication dans le recueil "Howard Phillips Lovecraft : Oeuvre", éditions Robert Laffont (Paris), coll. "Bouquins", 1999. // Argument : "Le narrateur, Robert Olmstead, amateur de civilisation ancienne et venant de fêter sa majorité, entreprend un voyage à travers la Nouvelle-Angleterre afin d'en apprendre un peu plus sur ses origines. Arrivé à la gare de Newburyport pour prendre le train vers Arkham, il découvre l'existence d'une ligne de bus passant par la mystérieuse et lugubre Innsmouth. Cette option lui semble bien plus avantageuse au vu de sa maigre bourse, mais étrangement les gens semblent avoir un dégoût profond pour ce village aux habitants peu commodes et physiquement très peu avantagés. Après une visite au musée de Newburyport où il découvre des bijoux forgés dans un métal inconnu et aux formes étranges, sa curiosité envers la ville est accrue et c'est ainsi que le lendemain il s'embarque dans le bus conduit par un autochtone, Joe Sargent. En débarquant à Innsmouth, il est tout d'abord frappé par l'odeur de poisson qui y règne. Innsmouth était une ville prospère vivant du contenu de ses filets de pêche qui ne désemplissaient jamais, mais elle perdit beaucoup d'ampleur avec la guerre civile. Le jeune homme est tiraillé entre un certain dégoût pour cette ville et une admiration certaine pour son architecture du siècle passé conservée presque sans dommage. La plupart des habitants d'Innsmouth ont une morphologie étrange, quasi-batracienne. Un culte païen, l'Ordre ésotérique de Dagon, a remplacé la religion chrétienne. Convaincu que quelque chose d'anormal se passe dans cette ville, Olmstead mène l'enquête. Après s'être renseigné auprès d'un jeune épicier, le seul habitant « normal » de cette ville, et d'un vieillard alcoolique, Zadok Allen, la curiosité qui l'a poussé à venir loger dans cette ville fait bientôt place à l'horreur : il semblerait que ce soit un ancien capitaine de navire, Obed Marsh, qui ait été l'initiateur local du culte de Dagon depuis son retour d'un voyage en Polynésie dans les années 1800. Le rocher du Diable, au large de la ville, abriterait Ceux des profondeurs, des créatures aquatiques qui se reproduiraient avec les habitants en échange de bijoux et de poissons. Olmstead va tenter de trouver une solution pour s'échapper d'Innsmouth, sans se douter de l'horrible vérité qu'il va découvrir sur ses propres origines." [Source : WIKIPEDIA] Ajouter à mes livres
43 Les rêves dans la maison de la sorcière
Howard Phillips Lovecraft
20 critiques 3 citations

"The Dreams in the Witch-House" / "La Maison de la sorcière" [nouvelle], 1932 ; parution dans le périodique "Weird Tales" (Chicago), 1933. Ajouter à mes livres
44 La Maison de la sorcière
Howard Phillips Lovecraft
22 critiques 10 citations

"The Dreams in the Witch-House" / "La Maison de la sorcière" [nouvelle], 1932 ; première parution dans le périodique "Weird Tales", (Chicago), 1933. Ajouter à mes livres
45 L'Horreur dans le musée
Howard Phillips Lovecraft
6 critiques 5 citations

The Horror in the Museum" / "L'Horreur dans le musée" [nouvelle], année d'écriture : 1932, première publication [«révision» d'un texte paru sous la signature de Hazel HEALD, entièrement réécrit par H. P. Lovecraft] dans le périodique "Weird Tales" (Chicago), 1933. Ajouter à mes livres
46 Les Carnets Lovecraft : Dagon
Howard Phillips Lovecraft
40 critiques 22 citations

"The Book" / "Le Livre" [nouvelle], année d'écriture : 1933 ; première publication dans le périodique "Leaves", 1938. // Argument de la nouvelle : " The Book " est une nouvelle inachevée de l'écrivain américain [...]. Dans ce fragment d'histoire, le narrateur reçoit un livre ancien d'un étrange libraire, et lorsqu'il le rapporte chez lui et l'examine, des événements étranges et sinistres s'ensuivent. En octobre 1933, Lovecraft écrit dans une lettre : « Je suis en quelque sorte au point mort dans l'écriture — dégoûté par une grande partie de mon travail plus ancien et incertain quant aux voies d'amélioration. Ces dernières semaines, j'ai fait énormément d'expérimentations avec différents styles et perspectives, mais j'ai détruit la plupart des résultats. » L' Encyclopédie "H.P. Lovecraft" suggère que "The Book" était l'une des expériences non détruites — une tentative de traduire la séquence de poèmes de Lovecraft Fungi de Yuggoth en prose. (Le fragment terminé correspond aux trois premiers sonnets , qui forment un récit plus cohérent que le reste de la séquence.)". A noter que "The Black Tome of Alsophocus", publié pour la première fois dans "New Tales of the Cthulhu Mythos" (1969), est une tentative de Martin S. Warnes pour compléter "The Book" : Warnes y transformera le fragment en une histoire de possession par Nyarlathotep." // Cette nouvelle sera intégrée parmi les 30 du recueil de nouvelles "Dagon and Other Macabre Tales", 1965, traduit de l'américain par Paule Pérez pour les éditions Pierre Belfond (Paris), 1969 et reparaîtra "d'après la traduction de Paule Pérez" aux éditions J'ai Lu (Paris),1970, retirages en 1972, 1978, 1982, 1984, 1989, 1992, 1993, 1997, 2003, 2006, 2007, puis aux éditions Le Pré aux Clercs (Paris) 2009. // Argument du recueil : "Avec Dagon, le terrible dieu surgi des horreurs marines, Herbert West, le réanimateur de cadavres, et bien d'autres, H.-P. Lovecraft nous fait suivre l'itinéraire de l'effroi. Nous y rencontrerons les autres Dieux, aveugles et sourds, qui gémissent dans le chaos infini ; les hideux lézards aquatiques qui détruisirent la ville de Sarnath et sont encore aujourd'hui adorés dans le grand temple d'Ilarnek. Nous y rencontrerons aussi les chats savants d'Ulthar et les êtres redoutables qui surgissent de la nuit. "Dagon" renferme tous les grands textes lovecraftiens restés inédits depuis sa première nouvelle, écrite en 1905, jusqu'à sa dernière, "Le clergyman maudit", qui date de 1937. En particulier, il contient ses meilleures pages poétiques encore inconnues, telles Celephais ou La quête d'Iranon. // On trouvera ci-dessous le SOMMAIRE [ainsi que la pagination] de ce recueil de nouvelles, "Dagon et autres récits de terreur" paru aux éditions J'ai Lu dans la traduction de Paule Pérez : 1° - "Dagon" (1917) [pages 5 à 13] ; 2° - "Herbert West : Reanimator" / "Herbert West, réanimateur" (1922) [pages 14 à 61] ; 3° - "The Quest of Iranon" / "La Quête d'Iranon" (1935) [pages 62 à 72] ; 4° - "Celephais" (1934) [pages 73 à 81] ; 5° - "Polaris" (1920) [pages 82 à 88] ; 6° - " The doom that came to Sarnath" / "La Malédiction de Sarnath" (1919) [pages 89 à 97] ; 7° - "The White Ship" / "Le Bateau blanc " (1919) [pages 98 à 107] ; 8° - "The Cats of Ulthar" / "Les Chats d'Ulthar" (1920) [pages 108 à 113] ; 9° - From Beyond" / "De l'au-delà" (1920) [pages 114 à 125] ; 10° - "The Temple" / "Le Temple" (1925) [pages 126 à 145] ; 11° - "The Tree" / "L'Arbre" (1921) [pages 146 à 152] ; 12° - "The Other Gods" / "Les Autres dieux" (1933) , [pages 153 à 160] ; 13° - "The Alchemist" / "L'Alchimiste" (1908) [pages 161 à 173] ; 14° - "Poetry and the Gods" / "La Poésie et les dieux" (1920) ; 15° - "The Street" / "La Rue" (1920) [pages 185 à 193] ; 16° - "The Horror at Red Hook" / "Horreur à Red Hook" (1927) [pages 194 à 229 ; 17° - "The Transition of Juan Romero" / "La Transition de Juan Romero" (1944, publication posthume) [pages 230 à 240] ; 18° - "Azathoth" (1938, publication posthume) [pages 241 à 243] ; 19° - "The Descendant" / "Le Descendant" (1926) [pages 244 à 249] ; 20° - "The Book" / "Le Livre" (1938) ; 21 - "The Thing in the Moonlight" / "La Chose dans la clarté lunaire" (1941, publication posthume) [pages 255 à 258] ; 22) - "Hypnos" (1924) [pages 259 à 270] ; 23° - "The Festival" / "Le Festival", (1925) , pages 271 à 284] ; 24° - "Imprisoned with the Pharaohs" / "Prisonnier des pharaons" (1924) [pages 285 à 324] ; 25° - "He" / "Lui" (1926) [pages 325 à 340] ; 26° - "The Strange High House in the Mist" / "L'Étrange maison haute dans la brume" (1931) [pages 341 à 356] ; 27° - "In the Walls of Eryx" / Dans les murs d'Eryx (1939, publication posthume) , [pages 357 à 399] ; 28° - "The Beast in the Cave" / La Bête de la caverne" (1918) [pages 400 à 408] ; 29° - "The Evil Clergyman" / "Le Clergyman maudit" (1939, publication posthume) [pages 409 à 414] ; 30° - "The Tomb" / "La Tombe" (1922) [pages 415 à 431]. Ajouter à mes livres
47 Le Monstre sur le seuil
Howard Phillips Lovecraft
12 critiques 4 citations

"The Thing on the Doorstep" / "Le Monstre sur le seuil" [nouvelle], année d'écriture : 1933 ; publication dans la revue "Weid Tales" (Chicago),1937. Ajouter à mes livres
48 Le monstre sur le seuil - Le tombeau - Dagon - Polaris - Par-delà le mur du sommeil - Mémoire - L'ombre du temps
Howard Phillips Lovecraft
2 critiques 1 citation

"The Thing on the Doorstep" / "Le Monstre sur le seuil" [nouvelle], année d'écriture : 1933 ; première publication dans le périodique "Weird Tales" (Chicago), 1937. Ajouter à mes livres
49 Celui qui hantait les ténèbres
Howard Phillips Lovecraft
15 critiques 10 citations

"The Haunter of the Dark" / "Celui qui hantait les ténèbres" / "L'habitué des ténèbres" [nouvelle], année d'écriture : 1935 ; première publication dans le périodique "Weird Tales" (Chicago), 1936. Ajouter à mes livres
50 Dans l'abîme du temps
Howard Phillips Lovecraft
39 critiques 32 citations

"The Shadow out of Time" / "Dans l'abîme du temps" [nouvelle], 1935 ; première publication dans le périodique "Astounding Stories" (New York City), juin 1936 — traduit de l'américain par Jacques Papy pour le recueil "Dans l'abîme du temps" paru aux éditions Denoël (Paris) coll. « Présence du futur », 1954. // Argument : "La nouvelle retrace près de trente ans de la vie de Nathaniel Wingate Peaslee, professeur d'économie politique à l'université Miskatonic. Cet homme, jusque-là sain d'esprit, connait une période d'amnésie grave entre le 14 mai 1908 (il est alors en plein cours) et le 27 septembre 1913. La nouvelle est construite comme une lettre confession du professeur Peaslee à son fils, également professeur à la Miskatonic en psychologie. Le récit est donc distancié par l'usage du flash-back. Le premier chapitre de cette nouvelle, qui en compte huit, retrace ce que le professeur Peaslee a pu apprendre a posteriori sur ses activités lors de son amnésie. Il semble donc qu'il fut « habité » par une autre personnalité, dotée de connaissances approfondies sur le passé et le futur de l'humanité qu'aucun humain ne devrait être en mesure de connaître. Dans un premier temps, cette entité parasite tente de camoufler ses connaissances et son étrangeté, mais le corps du professeur Peaslee commence à provoquer l'effroi et la peur chez ses connaissances et les gens qui l'entourent. Sa femme divorcera et seul son fils cadet, une fois son amnésie passée, acceptera de le fréquenter. L'entité parasite passe ces cinq années à en apprendre le plus possible sur la société qui l'entoure, les coutumes, l'histoire, les pratiques et les langues. Elle construit également une machine étrange dans son bureau, que seuls quelques observateurs peu intéressés ont pu apercevoir. Lorsque le professeur Peaslee réintègre son corps en 1913, il a quelques difficultés à reprendre sa vie antérieure. Il fait des rêves chaque nuit, à travers lesquels il pense revivre ce qu'il a fait pendant ces cinq ans d'absence. Il se souvient avoir été entrainé dans un passé très lointain, dans une cité à l'architecture cyclopéenne où une peuplade d'êtres fantasmagoriques, qu'il nomme la Grande Race de Yith, vit et engrange un maximum de connaissances. Ces êtres, pourvus d'un corps conique et de tentacules, doués d'une espérance de vie très longue et de peu de besoins matériels, ont l'étonnante faculté de se projeter dans d'autres entités (animale, végétale, humaine, extra-terrestre) loin dans le passé ou le futur. Ces voyageurs temporels échangent leurs corps avec leurs hôtes le temps du séjour. Lovecraft, par l'intermédiaire du récit du professeur Peaslee, décrit à grand renfort de termes architecturaux et de biologie la civilisation de la Grand-Race pendant plusieurs chapitres. Le professeur Peaslee, cartésien de par son métier de scientifique, refuse de voir autre chose dans ces rêveries que des illusions dues à sa précédente condition d'amnésique, mais il entreprend des recherches approfondies et découvre avec stupeur qu'il n'est pas le premier à rêver de cette société et de ces constructions mystérieuses. Il publie alors le résultat de ses recherches et ses propres notes dans le but de faire avancer la science. C'est alors qu'en juillet 1934, un chercheur australien contacte le professeur Peaslee car il a découvert d'étranges ruines dans le désert du centre de l'Australie. Ces ruines, d'une civilisation inconnue, ressemblent à celles que Peaslee a décrites dans ses publications des années précédentes dans diverses revues de psychologie. Le professeur réussit à monter une expédition de recherche avec quelques collègues de la Miskatonic et part pour l'Australie en juillet 1935. Sur place, ses rêves rencontrent des traces tangibles de la réalité : les ruines sont bien les restes des bâtiments qu'il parcourait alors qu'il habitait le corps d'un des représentants de la Grand-Race. Le récit prend alors une autre tournure. Le professeur Peaslee, se rappelant que la Grand-Race craignait par-dessus tout une race encore plus ancienne habitant les tréfonds de la Terre, sait qu'il existe une porte menant aux cités souterraines de ces entités monstrueuses qui furent la cause, dans un lointain passé, de la fuite de la Grand-Race vers un futur lointain. Il sait que cette porte existe et qu'elle n'est plus gardée. Dans une sorte de rêve éveillé, alors qu'il vagabonde hors du camp la nuit du 17 au 18 juillet 1935, il découvre et explore l'un des bâtiments centraux de la ville de la Grand-Race, miraculeusement épargné par des millénaires de mouvements géologiques. Il l'explore à la recherche d'une preuve de son voyage extra-corporel et temporel, malgré la menace des entités monstrueuses qui végètent depuis la nuit des temps dans les sous-sols de la cité. Le professeur Peaslee y trouve un livre enfermé dans une boîte métallique contenant des inscriptions rédigées de sa propre main. (...) [Source : WIKIPEDIA... où vous pourrez lire la fin de l'intrigue] Ajouter à mes livres
51 Le mythe de Cthulhu
Howard Phillips Lovecraft
102 critiques 60 citations

[compilation de 6 nouvelles], réunissant les textes suivants : "Par delà le mur du sommeil" ; "L'appel de Cthulhu" ; "La tourbière hantée" ; "La peur qui rôde" ; "La couleur tombée du ciel" ; "Celui qui chuchotait dans les ténèbres". Ajouter à mes livres
52 Oeuvres - Bouquins 01
Howard Phillips Lovecraft
20 critiques 69 citations

"Howard Phillips LOVECRAFT : Oeuvres — TOME 1", textes réunis et présentés par Francis Lacassin pour les éditions Robert Laffont (Paris), coll. "Bouquins", 1991 ; réédition, 1230 pages, 2010 // Argument : "Le plus grand écrivain américain après Edgar Poe dans le domaine du fantastique, Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) reste aussi méconnu que lui dans son pays d'origine. Écrits dès l'âge de six ans, ses Premiers Contes — inédits en français — révèlent pourtant le génie précoce de celui qui allait rénover le fantastique en lui donnant une dimension cosmique. En deux romans et dix-huit nouvelles, Lovecraft imagine que les prodiges et les monstres du folklore européen (fantômes, sorciers, vampires), les abîmes temporels des religions orientales, les fables et légendes de l'Antiquité ne sont que les manifestations d'un culte secret unique. Culte de l'immense et monstrueux Cthulhu, l'un des Grands Anciens qui régnèrent il y a des millions d'années sur la Terre et rêvent de la reconquérir. Regroupés pour la première fois, alors qu'ils étaient dispersés chez des éditeurs différents, ces vingt textes permettent de suivre la montée du mythe de Cthulhu dans l'inspiration de Lovecraft de 1917 à 1935. Entreprise couronnée par les Légendes du mythe de Cthulhu, la contribution des amis de Lovecraft à son mythe, faisant de celui-ci une épopée cosmique collective sur le modèle d'une Odyssée peinte avec les seules couleurs du cauchemar." // Ce TOME 1 réunit différentes nouvelles et écrits, présentés ici au long de quatre sections : "Les mythes de Cthulhu" ; "Légendes du mythe de Chtulhu" ; "Premiers contes" ; "L'art d'écrire selon Lovecraft". Ajouter à mes livres
53 Oeuvres - Bouquins 02
Howard Phillips Lovecraft
7 critiques 10 citations

"Howard Phillips LOVECRAFT : Oeuvres — TOME 2", textes réunis et présentés par Francis Lacassin pour les éditions Robert Laffont (Paris), coll. "Bouquins", 1991 ; réédition, 1350 pages, 2010. // Argument : "De "La Tombe (1917) au "Défi d'outre-espace" (1935), voici, en trente et un contes et nouvelles, une palette très complète de l'inspiration de Lovecraft lorsqu'elle n'évoque pas le mythe de Cthulhu. L'argument de certaines de ces histoires annonce ce mythe à une époque où l'auteur ne l'avait pas encore cerné. D'autres témoignent de son génie pour renouveler avec un modernisme étonnant les archétypes du fantastique traditionnel : fantômes, vampires, sorcières, satanisme, nécrophilie... Les unes et les autres révèlent une maîtrise de l'atmosphère et un sens du récit faisant de Lovecraft l'un des plus grands auteurs fantastiques. Ce premier ensemble d'histoires est suivi par un second moins connu, car composé des travaux de « nègre » non signés par Lovecraft bien qu'il en soit l'auteur principal ou même unique. Ces deux ensembles de nouvelles sont complétés par "Fungi de Yuggoth" (cycle de poèmes fantastiques), par l'essai "Épouvante et surnaturel en littérature", et par un choix de documents retraçant la vie de Lovecraft selon sa femme et selon ses proches amis." // Ce TOME 2 réunit nouvelles, écrits et documents divers présentés ici au long de cinq sections : "Contes et nouvelles" ; "L’Horreur dans le musée et autres révisions" ; "Fungi de Yuggoth et autres poèmes fantastiques" ; "Épouvante et surnaturel en littérature" ; "Documents" : "Lovecraft par les témoins de sa vie " et "Autour de Providence". Ajouter à mes livres
54 Oeuvres - Bouquins 03
Howard Phillips Lovecraft
5 critiques 2 citations

"Howard Phillips LOVECRAFT : Oeuvres — Tome 3", textes réunis et présentés par Francis Lacassin pour les éditions Robert Laffont (Paris), coll. "Bouquins", 1991 ; réédition, 1376 pages, 2016. // Argument : "À côté de quelques contes parodiques qui confirment l’humour et les talents de faussaire – ou de pasticheur – de l’inventeur du Necronomicon, ce volume est consacré au monde du rêve et aux aventures qu’il inspire. Les rêves que Lovecraft racontait à ses amis (Rêves et Chimères) s’accompagnent des nouvelles qu’il en a tirées. Recueillies dans "La Malédiction de Sarnath", elles servent de prélude à son étonnant chef-d’oeuvre, le cycle des aventures de Randolph Carter, intitulé "Démons et Merveilles". L’atmosphère onirique dans laquelle baignent de façon ininterrompue son oeuvre et sa vie, Lovecraft la trouvait aussi dans certains décors de la réalité incarnant pour lui un passé fabuleux – comme le démontre "Description de la ville de Québec", un guide de voyage qu’il a composé pour un utilisateur unique : lui-même." (Francis Lacassin) // Ce TOME 3 réunit nouvelles, écrits et documents divers présentés ici au long de cinq sections : "Le Monde du rêve" ; "Parodies et pastiches" ; "Les « collaborations » Lovecraft-Derleth" ; "Rêve et réalité" ; "Documents". Ajouter à mes livres
55 Oeuvres - Intégrale
Howard Phillips Lovecraft
5 citations

Intégrale Ajouter à mes livres
56 The Complete Fiction of H. P. Lovecraft
Howard Phillips Lovecraft
2 critiques 3 citations

"The Complete Fiction of H.P. Lovecraft" Ajouter à mes livres
57 The Complete Cthulhu Mythos Tales
Howard Phillips Lovecraft
"The Complete Cthulhu Mythos Tales" Ajouter à mes livres
58 Lovecraft, ou, Du fantastique
Maurice Lévy
1 critique 1 citation

"Lovecraft ou Du Fantastique" par Maurice LEVY [essai], Union Générale d'Edition/Christian Bourgois éditeur (Paris) coll. "10/18", 190 pages, 1972 ; réédition : 1985. // Argument : "Le cas Lovecraft versé à l'épais dossier de la littérature fantastique. Cas limite où doit cesser le partage : entre la névrose qui, à laisser affleurer les fantasmes dans l'écriture, ne s'apaise pourtant pas, et le pouvoir guérisseur du mythe, enracinement, retour à l'arche, fondement dérisoire de l'errance. Entre les images du rêve — envahisseurs multipliés dont le récit subit l'équivoque mais la sait aussi juste assez pour lui donner sa structure —, et le travail de la conscience qui ruse et les organise selon sa logique obstinée. Mais quelle force a l'obstination du veilleur contre la puissance de la nuit s'il a toujours déjà obscurément consenti ? Reste à croire que là se cache l'Origine..." Ajouter à mes livres
59 Lovecraft- Les cahiers de L'Herne
Les Cahiers de l'Herne
6 critiques 1 citation

"Lovecraft", ouvrage collectif sous la direction de François TRUCHAUD, L'Herne éditeur (Paris), coll. "Les cahiers de L'Herne", 380 pages, 1969. // Argument : "Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) est un écrivain américain connu pour ses récits d'horreur et de science fiction. Ses sources d'inspiration, tout comme ses créations, sont relatives à l'horreur cosmique, l'idée selon laquelle l'homme ne peut pas comprendre la vie et que l'univers lui est profondément étranger. Ceux qui raisonnent véritablement, comme ses protagonistes, mettent toujours en péril leur santé mentale. Lovecraft est devenu l'objet d'un culte grâce au Mythe de Cthulhu, une série de récits plus ou moins en rapport les uns aves les autres et dans lesquels on parle de divers dieux hostiles au genre humain ainsi que du Necronomicon (un grimoire fictif compilant des rites magiques et du savoir interdit). Ses travaux sont profondément pessimistes et cyniques et remettent en question le Siècle des Lumières, le romantisme ainsi que l'humanisme chrétien. Bien que le lectorat de Lovecraft soit limité de son vivant, sa réputation évolue au fil des décennies et il est à présent considéré comme l'un des écrivains d'horreur les plus influents du XXème siècle ; avec Edgar Allan Poe, il a « une influence considérable sur les générations suivantes d'écrivains d'horreur ». H.P. Lovecraft écrivit en 1921: "Nyarlathotep est un cauchemar, un véritable phantasme issu de mon inconscient; le premier paragraphe a été écrit alors que je n'étais pas encore complètement réveillé." Dans ces cinq nouvelles, l'auteur restitue l'état visionnaire du rêve, sa cosmogonie et topographie particulières: entités redoutables, vieillards maléfiques, sépultures hantées qui font de ces récits des petits chefs-d'œuvre de l'angoisse. // Ce "Cahier Lovecraft" a été dirigé par François Truchaud. L’explication du génie de Lovecraft importe moins que sa place au sein d’une littérature qui est définition même de l’imaginaire car elle ne lui assigne aucune limite. Ce Cahier est une approche à l’œuvre de cet écrivain initié, poète, voyant, conteur imaginatif, correspondant terrestre d’une centrale psychique..." Ce Cahier contient également : - Textes inédits : "Le combat qui marqua la fin du siècle" ; "Suggestions pour un guide du lecteur" ; "Nyarlathotep", "Souvenir" ; "Le terrible vieillard" ; "L'image dans la maison déserte" ; "Dans le caveau". - Poèmes : "Mother earth"; "Oceanus" ; "The city" ; "Bells" ; "The port" ; "Continuity". - Extraits de la correspondance de l'auteur. - Illustrations de Philippe Druillet. Ajouter à mes livres
60 H. P. Lovecraft
François Truchaud
1 critique 1 citation

"Lovecraft", ouvrage collectif sous la direction de François TRUCHAUD, L'Herne éditeur (Paris), coll. "Les cahiers de L'Herne", 380 pages, 1969. // Argument : "Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) est un écrivain américain connu pour ses récits d'horreur et de science fiction. Ses sources d'inspiration, tout comme ses créations, sont relatives à l'horreur cosmique, l'idée selon laquelle l'homme ne peut pas comprendre la vie et que l'univers lui est profondément étranger. Ceux qui raisonnent véritablement, comme ses protagonistes, mettent toujours en péril leur santé mentale. Lovecraft est devenu l'objet d'un culte grâce au Mythe de Cthulhu, une série de récits plus ou moins en rapport les uns aves les autres et dans lesquels on parle de divers dieux hostiles au genre humain ainsi que du Necronomicon (un grimoire fictif compilant des rites magiques et du savoir interdit). Ses travaux sont profondément pessimistes et cyniques et remettent en question le Siècle des Lumières, le romantisme ainsi que l'humanisme chrétien. Bien que le lectorat de Lovecraft soit limité de son vivant, sa réputation évolue au fil des décennies et il est à présent considéré comme l'un des écrivains d'horreur les plus influents du XXème siècle ; avec Edgar Allan Poe, il a « une influence considérable sur les générations suivantes d'écrivains d'horreur ». H.P. Lovecraft écrivit en 1921: "Nyarlathotep est un cauchemar, un véritable phantasme issu de mon inconscient; le premier paragraphe a été écrit alors que je n'étais pas encore complètement réveillé." Dans ces cinq nouvelles, l'auteur restitue l'état visionnaire du rêve, sa cosmogonie et topographie particulières: entités redoutables, vieillards maléfiques, sépultures hantées qui font de ces récits des petits chefs-d'œuvre de l'angoisse. // Ce "Cahier Lovecraft" a été dirigé par François Truchaud. L’explication du génie de Lovecraft importe moins que sa place au sein d’une littérature qui est définition même de l’imaginaire car elle ne lui assigne aucune limite. Ce Cahier est une approche à l’œuvre de cet écrivain initié, poète, voyant, conteur imaginatif, correspondant terrestre d’une centrale psychique..." Ce Cahier contient également : - Textes inédits : "Le combat qui marqua la fin du siècle" ; "Suggestions pour un guide du lecteur" ; "Nyarlathotep", "Souvenir" ; "Le terrible vieillard" ; "L'image dans la maison déserte" ; "Dans le caveau". - Poèmes : "Mother earth"; "Oceanus" ; "The city" ; "Bells" ; "The port" ; "Continuity". - Extraits de la correspondance de l'auteur. - Illustrations de Philippe Druillet. Ajouter à mes livres
61 H. P. Lovecraft: Le Maître de Providence
Editions Naturellement
1 citation

"H. P. Lovecraft : Le Maître de Providence" [biographie] éditions Naturellement, 480 pages, 1999. Ajouter à mes livres
62 H.P Lovecraft : fantastique, mythe et modernité : Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, août 1995
Colloque Centre culturel international
"H.P. Lovecraft : fantastique, mythe et modernité : Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, août 1995" , Centre Culturel International, Dervy éditeur, 464 pages, 2002. Ajouter à mes livres
63 An H.P. Lovecraft Encyclopedia
Sunand Tryambak Joshi
"An H. P. Lovecraft Encyclopedia" de S. T. JOSHI et David E. SCHULTZ [ouvrage de référence encyclopédique], Greenwood Publishing Group, 364 pages, 2001 ; réédition en éd. de poche légèrement révisée, Hippocampus Press // Argument : "Couvrant la vie et l'œuvre de l'écrivain H. P. Lovecraft, l'ouvrage fournit des informations sur toutes les histoires de Lovecraft, avec des synopsis, l'historique des publications et le nombre de mots. Des personnes de la vie de Lovecraft, y compris des écrivains sélectionnés ayant influencé son travail, sont également incluses. Les personnages fictifs des écrits de Lovecraft bénéficient de brèves informations, mais la plupart des sujets liés au mythe de Cthulhu ne sont pas référencés. Les auteurs expliquent que « les dieux eux-mêmes, à de rares exceptions près, ne figurent pas comme des personnages dans les nouvelles, il n'y a donc aucune entrée sur eux ». Ajouter à mes livres
64 The Illustrated Complete Works
Howard Phillips Lovecraft
"The Illustrated Complete Works" Ajouter à mes livres
65 Le mythe de Cthulhu
Sunand Tryambak Joshi
"The Rise and Fall of the Cthulhu Mythos"/ "Qu'est-ce que le mythe de Cthulhu ?" de S.T. JOSHI [essai], Mythos Books, 2008 — ouvrage traduit de l'américain pour les éditions La Clef d'Argent (Aiglepierre), 60 pages, 4ème édition, 2021. Ajouter à mes livres
66 Je suis Providence, tome 1
Sunand Tryambak Joshi
14 critiques 4 citations

"I am Providence : The Life and Times of H.P. Lovecraft" / "Je suis Providence. Vie et oeuvre de H.P. Lovecraft " (vol. 1 et 2), de S.T. JOSHI [biographie], Hippocampus Press (New-York), 1.200 pages, 2010 ; il s'agit de l'édition augmentée d'un essai précédent intitulé "H. P. Lovecraft : A Life", Necronomicon Press (West Warwick), 704 pages, 1996 — traduit de l'américain sous la direction de Christophe Thill avec le concours d'une équipe de dix traducteurs, éditions Actu SF (Chambéry), 600 pages, 2019 — tome 1. // Argument : "Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) est un auteur qui fascine autant par son oeuvre que par sa personnalité. Ayant influencé avec ses récits fantastiques et horrifiques (comme "L'Appel de Cthulhu") de nombreux écrivains comme Stephen King, ses fictions et sa vie ont été soumises à de nombreuses interprétations pas toujours exactes, véridiques et précises. Spécialiste des littératures de l'imaginaire et de Lovecraft en particulier, S.T. Joshi travaille sur sa biographie depuis plus de 20 ans. Par son érudition et son ampleur, elle est aujourd'hui considérée comme la référence au niveau mondial. Pour la première fois en France, sous la direction de Christophe Thill et avec le concours d'une équipe de dix traducteurs, cette biographie est proposée aux lecteurs. " Ajouter à mes livres
67 Je suis providence, tome 2
Sunand Tryambak Joshi
1 critique 1 citation

"I am Providence : The Life and Times of H.P. Lovecraft" / "Je suis Providence. Vie et oeuvre de H.P. Lovecraft " (vol. 1 et 2), de S.T. JOSHI [biographie], Hippocampus Press (New-York), 1.200 pages, 2010 ; il s'agit de l'édition augmentée d'un essai précédent intitulé "H. P. Lovecraft : A Life", Necronomicon Press (West Warwick), 704 pages, 1996 — traduit de l'américain sous la direction de Christophe Thill avec le concours d'une équipe de dix traducteurs, éditions Actu SF (Chambéry), 669 pages, 2019 — tome 2. // Argument : "Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) est un auteur qui fascine autant par son oeuvre que par sa personnalité. Ayant influencé avec ses récits fantastiques et horrifiques (comme "L'Appel de Cthulhu") de nombreux écrivains comme Stephen King, ses fictions et sa vie ont été soumises à de nombreuses interprétations pas toujours exactes, véridiques et précises. Spécialiste des littératures de l'imaginaire et de Lovecraft en particulier, S.T. Joshi travaille sur sa biographie depuis plus de 20 ans. Par son érudition et son ampleur, elle est aujourd'hui considérée comme la référence au niveau mondial. Pour la première fois en France, sous la direction de Christophe Thill et avec le concours d'une équipe de dix traducteurs, cette biographie est proposée aux lecteurs. " Ajouter à mes livres
68 Les mythes de Cthulhu
Alberto Breccia
6 critiques 1 citation

"Cthulhu" / "Les mythes de Cthulhu", scénario de Norberto BUSCAGLIA d'après Howard Phillips Lovecraft, dessins d'Alberto BRECCIA [bandes dessinées], initialement publié dans le trimestriel "Métal hurlant", années 1978 et 79 ; republié en album aux éditions Les Humanoïdes Associés, 1979 ; réédité aux éditions Rackham, 126 pages, 2004. Ajouter à mes livres
69 Lovecraft
Hans Rodionoff
2 critiques

"Lovecraft" de Hans RODIONOFF, Keith GIFFEN et Enrique BRECCHIA [bande dessinée d'inspiration biographique], traduit par Cédric Perdereau, éditions Soleil, 138 pages, 2004. Ajouter à mes livres
70 Les cauchemars de Lovecraft : L'appel de Cthulhu et autres récits de terreur
Horacio Lalia
3 critiques 14 citations

"Les Cauchemars de Lovecraft. L'Appel de Cthulhu et autres récits de terreur" de Horacio LALIA [adaptation de nouvelles en bandes dessinées], éditions Glénat (Grenoble), 2014. Ajouter à mes livres
71 Howard P. Lovecraft : Celui qui écrivait dans les ténèbres
Alex Nikolavitch
9 critiques 4 citations

"Howard P. Lovecraft. Celui qui écrivait dans les ténèbres" [bande dessinée d'inspiration biographique] d'Alex NIKOLAVITCH, éditions 21g, 2018 // Argument : "Après avoir suivi sa femme Sonia à New York, ville qu’il exècre, Howard Phillips Lovecraft décide de retourner à Providence pour y vivre auprès d’une de ses tantes. S’il est heureux de revoir le lieu de son enfance, qui lui apporte inspiration et réconfort, il souffre de ne plus pouvoir converser avec le groupe d’amis qu’il a quitté. Pour pallier ce manque, il débute une correspondance effrénée avec ses camarades, mais également avec de fervents admirateurs fascinés par ses écrits. Il en résultera un nombre considérable de lettres aujourd’hui conservées en partie dans la John Hay Library de Providence et dont une infime portion nous a été révélée jusqu’alors. C’est notamment sur ces courriers qu’Alex Nikolavitch s’est appuyé pour élaborer son scénario. Projet ambitieux que celui de chercher à cerner Lovecraft, tant l’homme était complexe et bourré de paradoxes. Souvent identifié à ses personnages, il fut longtemps considéré comme fou, asocial et vivant reclus tel un misanthrope farouche. Alex Nikolavitch a le mérite de balayer d’un revers de main certains clichés persistants sur l’écrivain, sans pour autant occulter ses côtés les plus sombres. On découvre alors un Lovecraft social et courtois, non dénué d’humour, passionné par les sciences, ayant un penchant prononcé pour les crèmes glacées, ne rechignant pas à voyager, mais surtout totalement investi dans son art. La bande dessinée prend le parti d’évoquer sa difficulté à trouver un travail et à s’intégrer dans la société, refusant de se plier aux règles qu’elle impose et de répondre à l’appel de l’argent. Dévoué à l’écriture, il s’y plonge corps et âme et s’y accroche comme à une bouée de sauvetage, encaissant les refus d’éditeurs souvent hermétiques à son style et à son univers. Mais c’est sans compter le soutien de ses amis et du cercle restreint de ses lecteurs qui l’encouragent à poursuivre son œuvre. Ainsi apprend-t-on que Houdini avait projeté d’écrire un ouvrage avec Lovecraft. Une entreprise qui ne vit jamais le jour, malheureusement." [source de ce texte : site Actua BD] Ajouter à mes livres
72 The Outsider
Gou Tanabe
7 critiques 3 citations

"The Outsider" / "Je suis d'ailleurs" de TANABE Gô [adaptation en bandes dessinées], "manga" librement adapté de la nouvelle homonyme de Howard Phillips Lovecraft (publiée en 1926 pour la 1ère fois), coll. "Les Chefs d'oeuvre de Lovecraft", Comic Beam, Enterbrain éditeur (Tokyo), 2007. Ajouter à mes livres
73 Les Chefs-d'oeuvre de Lovecraft : La Couleur tombée du ciel
Gou Tanabe
20 critiques 5 citations

"The Colour Out of Space" / "La Couleur tombée du ciel" de TANABE Gô [adaptation en bandes dessinées], "manga" librement adapté de la nouvelle homonyme de Howard Phillips Lovecraft (publiée en 1927 pour la 1ère fois), coll. "Les Chefs d'oeuvre de Lovecraft", magazine Comic Beam, Enterbrain éditeur (Tokyo), 2015 — traduit du japonais par Sylvain Chollet et adapté par les éditions Ki-oon, 2020. Ajouter à mes livres
74 Celui qui hantait les ténèbres (manga)
Gou Tanabe
13 critiques 6 citations

"The Haunter of the Dark" / "Celui qui hantait les ténèbres" de TANABE Gô [adaptation en bandes dessinées], "manga" librement adapté de la nouvelle homonyme de Howard Phillips Lovecraft (publiée en 1936 pour la 1ère fois), coll. "Les Chefs d'oeuvre de Lovecraft", magazine Comic Beam, Enterbrain éditeur (Tokyo), 2016 — traduit du japonais par Sylvain Chollet et adapté par les éditions Ki-oon, 2021. Ajouter à mes livres
75 Les chefs d'oeuvre de Lovecraft : Les Montagnes hallucinées, tome 1
Gou Tanabe
34 critiques 9 citations

"At the Mountains of Madness" / "Les Montagnes hallucinées" de TANABE Gô, tome 1 [adaptation en bandes dessinées], "manga" librement adapté de la nouvelle homonyme de Howard Phillips Lovecraft (publiée en 1936 pour la 1ère fois), coll. "Les Chefs d'oeuvre de Lovecraft", Comic Beam, Enterbrain éditeur (Tokyo), 2018 — traduit du japonais par Sylvain Chollet et adapté par les éditions Ki-oon, 2018. Ajouter à mes livres
76 Les chefs d'oeuvre de Lovecraft - Les Montagnes hallucinées, tome 2
Howard Phillips Lovecraft
19 critiques 13 citations

"At the Mountains of Madness" / "Les Montagnes hallucinées" de TANABE Gô, tome 2 [adaptation en bandes dessinées], "manga" librement adapté de la nouvelle homonyme de Howard Phillips Lovecraft (publiée en 1936 pour la 1ère fois), coll. "Les Chefs d'oeuvre de Lovecraft", magazine Comic Beam, Enterbrain éditeur (Tokyo), 2018 — adapté et publié en français par les éditions Ki-oon, 2019. Ajouter à mes livres
77 Les montagnes hallucinées (manga)
Gou Tanabe
6 critiques

"At the Mountains of Madness" / "Les Montagnes hallucinées" de TANABE Gô, tomes 1 et 2 [adaptation en bandes dessinées], "manga" librement adapté de la nouvelle homonyme de Howard Phillips Lovecraft (publiée en 1936 pour la 1ère fois), coll. "Les Chefs d'oeuvre de Lovecraft", magazine Comic Beam, Enterbrain éditeur (Tokyo), 2018 — traduit du japonais par Sylvain Chollet et adapté par les éditions Ki-oon, 2018 & 2019. Ajouter à mes livres
78 Dans l'abîme du temps (manga)
Gou Tanabe
33 critiques 7 citations

"The Shadow out of Time" / "Dans l'abîme du Temps" de TANABE Gô, tome 1, [adaptation en bandes dessinées], "manga" librement adapté de la nouvelle homonyme de Howard Phillips Lovecraft (publiée en 1936 pour la 1ère fois), coll. "Les Chefs d'oeuvre de Lovecraft", magazine Comic Beam, Enterbrain éditeur (Tokyo), 2018 — traduit du japonais par Sylvain Chollet et adapté par les éditions Ki-oon, 2019. Ajouter à mes livres
79 L'appel de Cthulhu
Howard Phillips Lovecraft
35 critiques 20 citations

"The Call of Cthulhu" / "L'Appel de Cthulhu" de TANABE Gô [adaptation en bandes dessinées], "manga" librement adapté de la nouvelle homonyme de Howard Phillips Lovecraft (publiée en 1926 pour la 1ère fois), coll. "Les Chefs d'oeuvre de Lovecraft", magazine Comic Beam, Enterbrain éditeur (Tokyo), 2018 — traduit du japonais par Sylvain Chollet et adapté par les éditions Ki-oon, 2020. Ajouter à mes livres
80 Le cauchemar d'Innsmouth, tome 1
Gou Tanabe
6 critiques 8 citations

"The Shadow over Innsmouth" / "Le Cauchemar d'Innsmouth"de TANABE Gô, tome 1 [adaptation en bandes dessinées], "manga" librement adapté de la nouvelle homonyme de Howard Phillips Lovecraft (publiée en 1936 pour la 1ère fois), coll. "Les Chefs d'oeuvre de Lovecraft", magazine Comic Beam, Enterbrain éditeur (Tokyo), 2018 — traduit du japonais par Sylvain Chollet et adapté par les éditions Ki-oon, 2021. Ajouter à mes livres
Commenter  J’apprécie          5414