AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Découvrez les meilleures listes de livres


"Familles, je vous hais me..."

Liste créée par fanfanouche24 - 56 livres. Thèmes et genres :

Je suis tombée, ce matin, par hasard sur une archive de l'INA, une émission de la célèbre "messe du vendredi soir"...pendant des années, et la première partie de mon parcours de libraire... Je veux nommer "Apostrophes", l'émission littéraire. Celle revue ce matin sur le Net , 26 septembre 1986, concernait "La famille"... et toutes les ambivalences qu'elle engendre, nourrit depuis la "nuit des temps"... ainsi Bernard Pivot annonce d'entrée de jeu le détournement et son jeu de mots, à partir de la célèbre phrase d'André Gide "Familles je vous hais" ! en "Familles je vous hais me "... que je trouve plus subtile, plus acérée... J'ai revu avec plaisir des auteurs appréciés, dont j'ai suivi la carrière comme Jean-Denis Bredin, Danielle Sallenave, Vautrin, Nicolas Bréhal... Par contre , aucun souvenir de Daniel Depland...Je vais élargir cette thématique avec mes propres lectures, et souvenirs intenses en la matière... en ajoutant sûrement de nouveaux écrits sur ce vaste sujet combien intense et ravageur, parfois...L'amour, la haine.. ou les deux mélangées de façon inextricables... des ambivalences qui s'exacerbent ou se pacifient au fil des années... tout varie selon les évolutions ou ressassements des histoires familiales... [30 mai 2014- ajouts faits le 10 février 2015--Complété le 18 juillet 2019 ]
+ Lire la suite


1 L'absence
Jean-Denis Bredin
1 critique

Ajouter à mes livres
2 Un enfant sage
Jean-Denis Bredin
1 critique 2 citations

Le souvenir d'un récit infiniment triste, dans une réserve, pudeur, mais douleur profonde d'un enfant privé de présence , de nourritures affectives...dans un monde social protégé, mais froid... Ajouter à mes livres
3 Trop bien élevé
Jean-Denis Bredin
2 critiques 2 citations

Ajouter à mes livres
4 Valet de nuit
Michel Host
5 citations

Un huis-clos entre un "vieux fils" de 40 ans... et sa mère, despotique....-----"Paris. Le fleuve. Lieux et parcours privilégiés, du quai de Bercy à celui du Point-du-Jour, de la banlieue sud au Pont-au-Change... Un appartement, quai des Grands-Augustins... Dans l'enfermement qu'il partage avec sa mère, le narrateur, Philippe Archer, mène une quête qui le jette sur les traces d'une mère lointaine, inconnue, ou pis, méconnue, et sur celles de Charles-Evariste, son père, celui dont son imagination enfantine fit un héros", une sorte de demi-dieu guerrier, disparu lors des tourmentes de la guerre et de la Résistance. Paula Rotzen, une jeune fille juive, telle Ariane, guidera Philippe jusqu'à ce qu'il trouve ce qu'il cherche et prenne les deux décisions qui orienteront désormais son existence" Ajouter à mes livres
5 La Vie ripolin
Jean Vautrin
3 critiques 6 citations

Comme l'a exprimé son auteur avec détermination, c'est le Livre de la Colère.....--------"Que feriez-vous si votre enfant était atteint d'une maladie incurable ? Vous tenteriez l'impossible, bien sûr. Avant de vous habituer à l'intolérable. Ou bien vous essayeriez d'oublier. Charlie, lui, s'efforce de ne pas oublier. Simplement, il voudrait tout effacer, reprendre à zéro. Il en a le pouvoir puisqu'il est écrivain. Alors il écrit le roman de sa vraie vie : il était une fois une maison. Et dans cette maison, une famille : Charlie et sa femme, Victoire (dite Samothrace parce qu'elle n'est pas manchote), leurs trois enfants et leur chat. Charlie-rebelle, Charlie qui souffre et se révolte. A cause de Benjamin, le petit garçon autistique. A cause de son propre père, mal aimé, mal traité. A cause du monde actuel, si indifférent, si fou, si cupide La nuit, sur les ailes de son imagination, Charlie s'évade dans des rêves sucrés. Le jour, gorgé de violence, il part au volant de sa voiture. Il va vers n'importe où. Il veut repeindre la vie aux couleurs naïves de l'arc-en-ciel. Qui est Charlie ? D'où vient-il ? Les clés de cette histoire sont cachées dans le passé. Un passé que Jean Vautrin fait revivre avec une puissance qui n'appartient qu'aux grands visionnaires. Transfigurées, l'Occupation, la guerre d'Algérie, les années 50 ressurgissent comme autant de blessures où le tragique côtoie le burlesque. En mariant la colère avec l'humour, Jean Vautrin joue le tout pour le tout dans ce roman autobiographique qui mêle le scintillement du rêve et les éclats brisés de la réalité dans un éternel présent." Ajouter à mes livres
6 La vie fantôme
Danièle Sallenave
1 critique

"Pris dans les contrats et les contraintes d'une vie provinciale réglée, Pierre croit trouver en Laure la figure de l'amour idéal propre à résoudre toutes ses insatisfactions. Et Laure, dans son extrême jeunesse, répond avec élan à cette passion.Les après-midi secrets, les joies équivoques de la clandestinité se succèdent ; ont-ils pour autant rencontré la " vraie vie " ? Sont-ils condamnés au contraire à ne connaître qu'un simulacre de vie, une vie fantôme ?" Ajouter à mes livres
7 Les noces de la lune rouge
Daniel Depland
Texte qui retrace la relation d'un fils avec sa mère au moment où celle-ci atteinte d'un cancer, va mourir... Ajouter à mes livres
8 Questions à mon père
Éric Fottorino
26 critiques 24 citations

Un très beau texte qui dit les contradictions d'un fils adulte... qui retrouve son vrai père... et tout le temps perdu, gâché, à faire payer... à rattraper ! Ajouter à mes livres
9 Le chagrin
Lionel Duroy
74 critiques 44 citations

Ajouter à mes livres
10 L'intranquille
Gérard Garouste
40 critiques 85 citations

Une lecture très forte... qui exprime magnifiquement la douleur de vivre, l'extrême difficulté à trouver un sens à son chemin, lorsqu'une ou les figures parentales se sont trouvées déficientes, nocives, destructrices......-----"Je suis le fils d'un salopard qui m'aimait. Mon père était un marchand de meubles qui récupéra les biens des Juifs déportés. Mot par mot, il m'a fallu démonter cette grande duperie que fut mon éducation." Ajouter à mes livres
11 Le crime des pères
Michel del Castillo
3 critiques 1 citation

" j'ai toujours écrit pour éviter de vivre. j'ai toujours fui mon angoisse dans les livres, lesquels contiennent ma vie la plus profonde. aujourd'hui je n'écris pas une biographie, je ne rassemble pas des souvenirs. s'agit-il d'un roman ? d'une enquête ? je tente plus simplement de reconstituer un récit qui se déroule à mon insu. ma démarche relève autant de l'imagination que du témoignage. j'ignore même ce que je cherche. je suis et poursuis les mots et, si je m'écarte de la partition, la musique sonne faux. ainsi ai-je accepté de retourner en espagne, à huesca oú j'ai vécu à la fin de mon adolescence une histoire tissée d'énigmes et jamais achevée. j'aurais dû me méfier, pressentir que j'allais régler un dernier compte, mon propre compte évidemment. ". Ajouter à mes livres
12 Rue des Archives
Michel del Castillo
2 critiques 4 citations

Un souvenir très ancien bouleversant qui dit l'impossibilité d'un fils d'aimer une mère cruelle, destructrice, indifférente, non concernée par la vie de son fils... ----------Depuis des années, j'enterrais ma mère. J'imaginais chaque détail de son agonie. Je tentais d'apprivoiser sa mort comme, dans mon enfance, j'apprivoisais son personnage. En tuant Candida, c'est ma honte que j'aurais voulu supprimer. Non pas la honte de : de la honte tout court. J'ai toujours eu la honte comme d'autres ont la gale. Quand la mort a frappé, j'ai aussitôt ressenti cette démangeaison. Rien pourtant ne s'est passé de la manière dont je l'avais prévu. Je m'étais longtemps raconté des histoires pour échapper à la nôtre. Naturellement, la vérité du récit a fini par me rattraper. En me rendant rue des archives, je savais ce qui m'attendait. Une dernière fois, j'ai convoqué les témoins, interrogé les fantômes, suivi les pistes les plus improbables pour constater que l'énigme subsistait. Entière. Je n'ai pas cédé, en rédigeant ces pages, à un sentiment d'urgence, j'ai seulement désiré mettre un point final au texte qui, depuis ma naissance, s'écrit en moi. M. del C. Ajouter à mes livres
13 Tanguy
Michel del Castillo
16 critiques 22 citations

Le cri d'un écrivain qui tente de comprendre cette enfance malmenée, cette mère âpre et cruelle... ce manque lancinant d'un ancrage. Une lecture qui m'avait bouleversée.. et interpellée sur le mystère de ces femmes, totalement dénuées d'élan maternel... réalité vécue de l'intérieur...----"Premier roman de moi publié, Tanguy fut-il aussi le premier que j'aie conçu comme un texte littéraire ? [...] Cette réimpression intervient peu de temps après la parution de Rue des Archives, qui en éclaire, les aspects cachés, ce que de nombreux lecteurs nont pas manqué de relever. Les deux livres se répondent en effet l'un l'autre. [...] De Tanguy à Xavier, il y a plus que l'épaisseur d'une vie, il y a toute l'amertume d'un désenchantement, qui doit moins à l'âge qu'à la progressive découverte de l'horreur. Si je gardais, à vingt ans, quelques illusions, le sexagénaire qui a écrit Rue des Archives n'en conserve, lui, plus aucune. En ce sens, la boucle est bien bouclée. L'aveu étouffé de Tanguy fait la musique désenchantée de Rue des Archives. [...] De l'un à l'autre, un seul lien, la littérature. Elle constitue, on l'a compris, ma seule biographie et mon unique vérité." Ajouter à mes livres
14 L'homme qui m'aimait tout bas
Éric Fottorino
69 critiques 58 citations

Un texte rempli de tendresse et de reconnaissance envers l'homme qui a élévé l'auteur comme son fils...Un texte d'hommage et d'amour...écho... au texte "Questions à mon père"...texte plus âpre qui règle les comptes avec le vrai père...qui fut absent...Mais l'amour bien qu'éprouvé reste présent... ne demandera qu'à renaître ! [ voir "Questions à mon père"] Ajouter à mes livres
15 Les Demeurées
Jeanne Benameur
114 critiques 73 citations

Un écrivain dont j'apprécie infiniment les univers et le style. Ce roman par contre, possède un souvenir de lecture fort mais ambivalent... me met mal à l'aise, et me fait mal, lorsque je l'évoque !----"Les demeurées, ce sont une idiote du village et sa fille, fruit d'un contact éphémère avec un ivrogne de passage. Entre ces deux êtres d'infortune, nulle parole. Leur amour est silencieux, bâti sur leur seule présence l'une à l'autre. Leur vie recluse, solitaire, doit cependant prendre fin lorsque la petite Luce prend le chemin de l'école. Là, le monde l'attend et mademoiselle Solange, l'institutrice, est décidée à rompre l'ignorance, à faire jaillir les mots" Ajouter à mes livres
16 Le Jour de congé
Inès Cagnati
4 critiques 11 citations

Souvenir intense...-----"Galla a quatorze ans. Elle veut réaliser un vieux rêve : acheter les terres promises et sauver la famille de cette ferme égarée au coeur des marécages où se perdent les hommes et les bêtes. Elle abandonne la maison et les soeurs innombrables, malgré les supplications de la mère que son absence laisse inconsolée. La voilà donc, sauvage gamine amoureuse du soleil, incongrue dans le monde policé des lycéennes, dont une seule, la belle et lumineuse Fanny, s'intéresse à elle. Galla réalisera-t-elle son rêve ? Vient ce samedi triste de décembre où le désir de revoir sa mère la décide à revenir chez elle. Elle parcourt sur sa vieille bicyclette les trente-cinq kilomètres qui la séparent de la maison. Lorsque enfin elle arrive, son père la chasse. Pourquoi ?" Ajouter à mes livres
17 L'enfant au souffle coupé
Nicolas Bréhal
2 critiques 2 citations

"Une ville au bord d'un fleuve. La Loire sinueuse et vertigineuse. Daniel Kônig, l'enfant-narrateur, y vit avec trois femmes, veuves de trois frères juifs déportés. Rachel, sa mère, et Fanny tiennent un atelier de couture qui périclite. Rebecca peint. C'est l'été. La chaleur est suffocante. Daniel, victime de l'asthme, son pire ennemi, s'abîme dans l'imaginaire, le culte des souvenirs et des morts, et dans son amour pour la jeune et sensuelle Fanny, qui veut échapper à l'atmosphère morbide de la maison. Elle tombe amoureuse de David, un antiquaire, sous les yeux de l'enfant au souffle coupé. Fou de jalousie et fou d'amour, né de la mort, il sera l'artisan de la mort" Ajouter à mes livres
18 Laisser les cendres s'envoler
Nathalie Rheims
22 critiques 36 citations

Une figure maternelle des plus complexes qui laisse une petite fille, l'auteur, dans une longue perplexité solitaire..."J'ai perdu ma mère. Elle a disparu il y a plus de dix ans. Ma mère est morte, je le sais. Mais, lorsque j'y pense, je ne ressens aucun chagrin, pas la moindre émotion." Dans son quatorzième roman, Nathalie Rheims laisse apparaître, pour la première fois, la figure de la mère. Une femme se souvient, des années plus tard, du jour où, quand elle était adolescente, sa mère l'a abandonnée. Sa croyance en un amour maternel absolu, irrévocable, était-elle une illusion ? Avec une lucidité intransigeante, Laisser les cendres s'envoler livre les secrets d'une relation brisée, les non-dits d'une famille singulière" Ajouter à mes livres
19 La fille de son père
Anne Berest
40 critiques 16 citations

"Trois sœurs que la vie a éloignées se retrouvent chez leur père à l’occasion d’un dîner d’anniversaire. Dans la maison d’enfance, les souvenirs affleurent. Les gestes deviennent nerveux, les langues fourchent et les rancœurs s’invitent autour de la table. Au dessert, un secret de famille est révélé. Une bombe à retardement qui va, sourdement, modifier le quotidien de chacune des filles. Un premier roman acéré, qui sonde les rapports doux-amers de trois jeunes femmes et d'un père." Ajouter à mes livres
20 La fille naturelle
Béatrice Szapiro
"Pour Jean-Edern Hallier, mon père "Tu étais un mystère, parfois le Sphinx, parfois Oedipe. De ton oeil de cyclope, tu voulais avoir un regard sur tout, surtout un droit de regard. Je ne t'ai jamais vu me regarder, tu t'adressais à moi seulement par les mots. Tes yeux semblaient tous deux de verre. Avec ces miroirs sans tain, tu pouvais nous observer mais je ne pénétrais pas ton âme" B.S. Béatrice Szapiro, la fille naturelle de Jean-Edern Hallier, n'a connu son père que 5 ans avant qu'il meure. Elle est la petite-fille de l'écrivain Béatrice Beck." Ajouter à mes livres
21 Priez pour nous
Lionel Duroy
13 critiques 3 citations

"Les Guidon de Repeynac, nobles désargentés, famille de sept enfants, ont été expulsés de leur appartement de Neuilly et relogés dans une HLM de banlieue. Depuis, Grangemarre, épouse tyrannique et mère désemparée, leur fait vivre à tous un épouvantable calvaire. Criblé de dettes, son mari Toto se lance dans de multiples pérégrinations pour sortir de ce cauchemar, aidé par ses fils aînés qui se font les complices attendris de ses petites combines. Devenu adulte, l'un des fils Repeynac nous livre, avec toute la naïveté de ses souvenirs d'enfant, une critique à la fois drôle et nostalgique de la société bourgeoise des années 1960." Ajouter à mes livres
22 Notre après-guerre : Comment notre père nous a tués, 1945-1954
Dominique Jamet
1 critique 2 citations

"Incarcéré à Fresnes pour collaboration, Claude Jamet sort de prison le 15 février 1945, et tout recommence comme avant. Du moins, c’est ce que croient ses enfants. Mais quelque chose en lui est brisé. Désormais, il porte une étiquette réputée infamante dans la France de l’'après-guerre. Pourtant, il refuse d’admettre de ne pas avoir eu raison contre l’'événement. Le père se reconstruit une forteresse. Les siens en deviennent les gardiens fidèles. Ils portent le deuil de la Libération, la nostalgie des années sombres. Une autre guerre, domestique, misérable, se déroule à la maison. Une femme devient le cauchemar des enfants. Souffre-douleur et tortionnaire, elle détruira la famille. " Ajouter à mes livres
23 Les âmes inachevées
Mathieu Riboulet
1 critique

«J'accuse ma mère, et mon père à sa suite, d'avoir failli à cette tâche essentielle d'apprentissage du réel, de m'avoir délibérément semé en chemin...» Ajouter à mes livres
24 Ma mère à boire
Régine Vandamme
5 critiques 5 citations

"La phrase qui suit, se situe au début de ce récit et donne bien la mesure de toute la tendresse et la difficulté de la fille ainsi que de ses frère et soeur envers cette mère, mal avec sa vie, et avec son rôle de maman : « J’observe avec émotion que la première lettre des noms que nous lui avons donnés est à chaque fois M. Les trois jambages de ce graphème ne sont pas sans évoquer les seins maternels. Notre façon à nous, peut-être, dans cette quête de la mère, de lui prouver que si elle nous a obligés à être inventifs pour la nommer- parce qu’elle ne souhaitait pas être mère plus qu’il ne fallait- nous n’en étions pas moins profondément attachés à l’appellation originelle. (p.28)" Ajouter à mes livres
25 Passage de la mère morte
Jean-Claude Perrier
Un livre "coup de poing"... qui ébranle, comme chaque fois qu'un être ne peut se construire ; que les désamours parentaux ont engendré des sables mouvants, des douleurs de vivre et ce satané manque de "fondations"...qui parasite !----."C'est une vie bâtie sur une imposture, sur un silence aux allures de mensonge que raconte Passage de la mère morte. La tromperie en question, le narrateur de ce récit où le chagrin, quoique tenu à distance, semble encore à vif n'en est pas l'instigateur, mais la victime - disons, comme le serait le propriétaire d'une maison s'apercevant que celle-ci a été construite sur un gouffre... Qui était-elle, cette mère aujourd'hui décédée mais à laquelle il s'adresse néanmoins en ces pages ? Cette mère qu'il regarde droit dans les yeux tandis qu'il lui parle - et derrière les mots, comme dans un murmure, on croit entendre à tout moment la colère et les larmes retenues. Le nom de sa mère, il ne le connaît pas, il n'en saura jamais rien. Echappant aux arcanes de l'état civil, elle s'était choisi un nom d'emprunt, celui-là qu'elle a transmis à son fils. Aux questions diverses que l'enfant lui posait, elle n'a jamais répondu que par un mutisme glacial" Ajouter à mes livres
26 Sagan et fils
Denis Westhoff
20 critiques 14 citations

"Françoise Sagan est morte le 24 septembre 2004. Elle laisse une dette fiscale de plus d’'un million d’euros et une oeuvre, composée d'’une trentaine de romans et d’'une dizaine de pièces de théâtre, sur le point d’'être purement et simplement liquidée. Sagan est en passe de disparaître deux fois quand Denis Westhoff, son fils unique, décide, en 2006, d’'accepter cette succession empoisonnée, hors norme. Un vrai parcours du combattant qui le conduit à repasser sur les traces de ce « charmant petit monstre », né sur la scène littéraire et médiatique en 1954 par la grâce de son premier roman, Bonjour tristesse. Il réalise alors que la femme publique que l’'on a dit si prodigue avec son argent, aimant vivre dangereusement et de préférence à cent à l'’heure, lui est longtemps restée inconnue. Lui a été aimé et élevé par une mère qui a pris soin de le protéger des éclats de sa légende d’'écrivain-star" Ajouter à mes livres
27 Féroces
Robert Goolrick
92 critiques 101 citations

"Les Goolrick étaient des princes. Et tout le monde voulait leur ressembler. C'étaient les années 50, les femmes se faisaient des coiffures sophistiquées, elles portaient des robes de taffetas ou de soie, des gants et des chapeaux, et elles avaient de l'esprit. Les hommes préparaient des cocktails, des Gimlet, des Manhattan, des Gibson, des Singapore Sling, c'était la seule chose qu'ils prenaient au sérieux. Dans cette petite ville de Virginie, on avait vraiment de la classe, d'ailleurs on trouvait son style en lisant le New Yorker. Chez les Goolrick, il y avait trois enfants, tous brillants. Et une seule loi : on ne parle jamais à l'extérieur de ce qui se passe à la maison. A la maison, il y avait des secrets. Les Goolrick étaient féroces. Comparé à William Styron et Flannery O'Connor, Robert Goolrick a créé avec son premier roman, Féroces, un de profundis sudiste, dans lequel un fils ne survit pas tout à fait aux crimes du père, même quand il piétine sa tombe avec des chaussures anglaises. " Ajouter à mes livres
28 Un père
Sibylle Lacan
3 critiques 2 citations

Ce premier récit de Sybille Lacan, paru en 1994, s'intitule Un père, puzzle. L'auteure y évoque la figure de son père adoré quoique distant, le psychanalyste Jacques Lacan. Ajouter à mes livres
29 Points de suspension
Sibylle Lacan
"Sibylle Lacan est morte à Paris dans la nuit du 7 au 8 novembre 2013. C'était une autobiographe de tout premier plan. Ses deux volumes publiés aux éditions Gallimard sont de grands livres. Le premier, paru en 1994, s'intitule Un père, puzzle. L'auteure y évoque la figure de son père adoré quoique distant, le psychanalyste Jacques Lacan. Le second ouvrage, Points de suspension, paru en 2000, dédié à sa mère surnommée Malou, est un récit d'enfance subtil et délicat. Dans ces pages, Sibylle Lacan rend hommage à une femme qui a été longtemps son seul point de repère sans qu'elle en ait eu toujours conscience. En effet, l'union de Jacques Lacan avec Marie-Louise Blondin, sa première épouse, n'avait pas été durable. Mais leurs amours malheureuses avaient donné naissance, le 26 novembre 1940, à un écrivain remarquable, Sibylle Lacan, leur fille cadette. Traductrice de l'espagnol, du russe et de l'anglais, elle a ressenti dans son âge mûr l'impérieux appel de l'écriture, une invite à exposer ses souvenirs dans un style laconique voire elliptique. Son écriture pourrait sembler trop discontinue pour toucher les lecteurs. Or, c'est le contraire qui se produit. Sibylle Lacan possède si bien la maîtrise du texte fragmentaire que l'émotion naît aussi bien des aveux pénibles qu'elle s'impose que de tout l'indicible des sentiments qu'elle a laissé dans l'implicite.---Jeannine Hayat- Huffingtonpost- 14 novembre 2013 " Ajouter à mes livres
30 Lettres à ma mère
Paul Léautaud
1 critique 1 citation

Une correspondance bouleversante... qui montre une relation à sens unique... Un fils adorant sa mère...figure narcissique plus femme que mère... Ajouter à mes livres
31 L'Américain
Franz-Olivier Giesbert
12 critiques 18 citations

Contribution de Eve -Yeshe... Ajouter à mes livres
32 Portraits de famille : Vipère au poing; La tête contre les murs; Qui j'ose aimer; Au nom du fils; Le Matrimoine
Hervé Bazin
Suggestion de Piatka... Ajouter à mes livres
33 Le Noeud de vipères
François Mauriac
61 critiques 176 citations

Ajouter à mes livres
34 Amants et Fils
D.H. Lawrence
2 critiques 6 citations

L'un des mes textes préférés de Lawrence, avec "L'Arc-en-ciel"..., à forte consonnance autobiographique. La narration à peine transposée de son amour fusionnel pour sa mère... Ajouter à mes livres
35 Le cas Eduard Einstein
Laurent Seksik
130 critiques 258 citations

Suggestion d'Eve-Yeshe... Ajouter à mes livres
36 Un bon fils
Pascal Bruckner
34 critiques 80 citations

Contribution d'Eve-Yeshe... Ajouter à mes livres
37 Fritna
Gisèle Halimi
8 critiques 4 citations

Rapports complexes et houleux entre une mère autoritaire, peu encline à la tendresse... et une fille, au caractère déjà bien trempé, qui deviendra l'avocate célèbre que l'on sait... Une lumière dans cette relation difficile à la mère: un père aimant , plus proche dans la compréhension et la sensibilité... c'est le souvenir que j'ai du récit de cette enfance...aux tons et aux odeurs contrastés ! Ajouter à mes livres
38 Le lait de l'oranger
Gisèle Halimi
3 critiques 4 citations

Le pendant "positif"... de l'histoire familiale de Gisèle Halimi, en dépit du chagrin intense, hommage au père tant aimé... Ajouter à mes livres
39 Paula
Isabel Allende
12 critiques 7 citations

Suggestion de MaiteBsas... Ajouter à mes livres
40 Mon pays réinventé
Isabel Allende
14 critiques 26 citations

Suggestion de MaiteBsas... Ajouter à mes livres
41 Ma nanie,
Alix de Saint André
1 critique 2 citations

Suggestion de MaiteBsas... Ajouter à mes livres
42 Marrakech express
Esther Freud
2 critiques

Suggestion de MaiteBsas... Ajouter à mes livres
43 Quelques pas dans les pas d'un ange
David McNeil
15 critiques 14 citations

Suggestion de MaiteBsas... Ajouter à mes livres
44 Mouflets
Susan Minot
7 critiques 3 citations

"Mouflets : sous ce titre faussement malicieux se cache une œuvre grave et intense, un « premier roman » qui a étonné la critique américaine par sa beauté formelle, sa rigueur et l'extraordinaire émotion qui s'en dégage. Avec des phrases courtes, des mots simples et ordinaires, sur un ton de confidence qui nous paraît aussitôt familier, l'auteur raconte quelques moments significatifs d'une enfance américaine. Une famille de sept enfants, le père qui boit, la mère que surprendra un destin tragique : tels sont les protagonistes de ces événements infiniment chargés de sens que le lecteur découvrira au fil des pages. On y retrouve toutes les saveurs de l'enfance, ses angoisses, ses interrogations à jamais sans réponse. Ce qui arrive à la famille Vincent n'est jamais très éloigné de ce qui est arrivé à chacun de nous, et que l'on garde dans le silence de la mémoire. Susan Minot a l'art de dévoiler, avec une pudeur et une retenue exemplaires, les profondeurs de la banalité quotidienne. Elle le fait dans un style maîtrisé, limpide et chaleureux, dont on n'a pas fini d'entendre en soi les résonances." Ajouter à mes livres
45 En finir avec Eddy Bellegueule
Édouard Louis
431 critiques 177 citations

""Je suis parti en courant, tout à coup. Juste le temps d'entendre ma mère dire Qu'est-ce qui fait le débile là? Je ne voulais pas rester à leur côté, je refusais de partager ce moment avec eux. J'étais déjà loin, je n'appartenais plus à leur monde désormais, la lettre le disait. Je suis allé dans les champs et j'ai marché une bonne partie de la nuit, la fraîcheur du Nord, les chemins de terre, l'odeur de colza, très forte à ce moment de l'année. Toute la nuit fut consacrée à l'élaboration de ma nouvelle vie loin d'ici". En vérité, l'insurrection contre mes parents, contre la pauvreté, contre ma classe sociale, son racisme, sa violence, ses habitudes, n'a été que seconde. Car avant de m'insurger contre le monde de mon enfance, c'est le monde de mon enfance qui s'est insurgé contre moi. Très vite j'ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n'ai pas eu d'autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre". Ajouter à mes livres
46 Des gens très bien
Alexandre Jardin
74 critiques 62 citations

Suggestion de madameduberry... Ajouter à mes livres
47 Un héros
Félicité Herzog
49 critiques 25 citations

proposition de madamduberry... Ajouter à mes livres
48 Le Petit Prince cannibale
Françoise Lefèvre
33 critiques 62 citations

Contribution de Patsales... Ajouter à mes livres
49 L'être de sable
Sonia Frisco
15 critiques 58 citations

10 février 2015-----une lecture toute récente, à la fois, bouleversante et lumineuse. Ajouter à mes livres
50 Génitrix
François Mauriac
24 critiques 30 citations

Proposition de harvard... Ajouter à mes livres
51 Lettre au père
Franz Kafka
54 critiques 48 citations

Très intéressante suggestion de harvard... Ajouter à mes livres
52 L'enfant et sa famille
Donald W. Winnicott
7 critiques 162 citations

Intéressante proposition de Eve-Yeshe... Ajouter à mes livres
53 Aïe, mes aïeux !
Anne Ancelin Schützenberger
19 critiques 62 citations

Suggestion de Eve-Yeshe... Ajouter à mes livres
54 La Haine de la famille
Catherine Cusset
18 critiques 11 citations

Suggestion de paestum... Ajouter à mes livres
55 Enfance
Nathalie Sarraute
64 critiques 51 citations

Contribution de ladyshania... Ajouter à mes livres
56 Deux étrangers
Emilie Frèche
20 critiques 29 citations

Relecture ce 18 juillet 2019--- Un père toxique, faisant semer la terreur chez lui ! Ajouter à mes livres
Commenter  J’apprécie          4933