AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Découvrez les meilleures listes de livres


Le Portugal en littérature
Liste créée par Bibalice le 16/06/2014
11 livres. Thèmes et genres : portugal , littérature portugaise

Voici 11 livres autour du Portugal.



1. Portugal
Cyril Pedrosa
4.03★ (1502)

La vie est grise. Simon Muchat, auteur de bandes dessinées, est en panne d'inspiration et son existence est en perte de sens. Invité à passer quelques jours au Portugal, il retrouve par hasard ce qu'il n'était pas venu chercher : les odeurs de l'enfance, le chant des rires de vacances, la chaleur lumineuse d'une famille oubliée- peut-être abandonnée. Quel est le mystère des Muchat? Pourquoi Simon se sent-il nulle part? Et pourquoi, sans rien comprendre à cette langue étrangère, vibre-t-il à ses accents? Des réponses et d'autres questions l'attendent au cours de ce voyage régénérateur. Ancré dans son passé gommé, Simon pourra enfin retracer sa propre trajectoire. Et la vie retrouver ses arcs-enciel. Aux frontières de l'autofiction, avec humour et vivacité, Cyril Pedrosa signe - en couleurs directes et émotions immédiates - un récit essentiel sur la quête d'identité.
2. Lisbonne
Fernando Pessoa
3.48★ (315)

Fernando Pessoa (1888-1935), un des grands poètes universels de ce siècle, est né, a vécu et est mort à Lisbonne. Lisbonne, sa ville, sa patrie, qu'il appelait aussi « sa maison », lieu suprême de son inspiration et théâtre omniprésent de son oeuvre, est désormais indissociable du nom de Pessoa: sa gloire est dans le nom de Lisbonne. Pessoa avait conçu le projet d'un ensemble de guides sur le Portugal, intitulé « Tout sur le Portugal » dont seul ce guide fut écrit. Écrit autour de 1925, cet ouvrage est surprenant par son actualité et sa modernité. Le poète, utilisant une langue simple et chaleureuse, invite le lecteur (le touriste!) à se rapprocher de ce Portugal méconnu et oublié. Inédit en français, ce livre a été découvert et publié à Lisbonne en 1992.
3. La Couverture du soldat
Lídia Jorge
3.94★ (78)

"Elle a le début de l'Iliade derrière les paupières...". Elle, c'est la fille de Walter. Enfant, elle découvre que son vrai père n'est autre que son oncle, qu'elle est le fruit d'une aventure de jeunesse. Elle construit alors sa vie sur le mythe du père absent. Ce père, Walter Días, dont elle ne connaît que la couverture de soldat, le revolver et des dessins d'oiseaux exotiques, a fui jadis l'autorité paternelle et l'enracinement, préférant parcourir le monde. Maria Ema, la jeune voisine, donne naissance à cette petite fille, épouse le frère aîné, Custodio qui reconnaît l'enfant. Au fil des années, la petite fille va inventer, créer l'image d'un père aimant dont l'absence et les quelques signes qu'il enverra vont bouleverser le destin de la famille. "La fille de Walter", nommée ainsi par l'auteur dans un souci d'évidence, s'inscrit dans l'ordre du non-dit. Cette expression devient un motif récurrent de l'écriture qui trace avec virtuosité silences et descriptions lyriques jusqu'au moment où l'héroïne prend la parole. C'est alors un "je" poignant qui s'exprime. Lídia Jorge, considérée comme l'un des plus grands auteurs portugais contemporains, nous entraîne et nous tient captifs dans cet univers particulier qui décrit somptueusement les changements chez les êtres, et au sein même de la société portugaise. --Nathalie Jungerman
4. Relevé de terre
José Saramago
3.85★ (193)

Publié en 1980, Relevé de terre est le premier grand roman où apparaît la langue si particulière de Saramago. Du début du XXème siècle jusqu'à la Révolution des oeillets en 1974, il relate à travers trois générations l'histoire des Mau-Tempo, une famille de travailleurs agricoles de l?Alentejo, une des régions les plus arides du Portugal où existaient les immenses propriétés foncières, les latifundiums. L?exploitation, la misère, l?analphabétisme, la dureté des conditions de travail, la toute puissance des propriétaires, de l'Eglise et d'un Etat dictatorial sont des motifs qui traversent tout le livre jusqu'à la lente apparition des premières prises de conscience, des premières grèves, des premiers soulèvements. D?une puissance littéraire rarement égalée, Relevé de terre est un texte révolutionnaire: un roman réaliste qui casse tous les codes de la prose et du récit réalistes, un roman historique et politique sur la condition paysanne dont la construction du temps repose sur le traitement des personnages: tandis que le lecteur suit, de père en fils, l'histoire des Mau-tempo, les figures emblématiques du pouvoir ne changent pas: même curé, mêmes fonctionnaires, mêmes patrons, dans un contexte qui semble immuable jusqu'au moment de la révolte. La poétique singulière et admirable de Saramago apparaît pour la première fois dans ce livre qui a placé d'emblée l'écrivain à la hauteur de Camoêns et de Pessoa.
5. Amour de perdition
Camilo Castelo Branco
3.67★ (125)

Il y a du Roméo et Juliette chez Simon et Thérèse. Voisins mais issus de familles ennemies, leur passion fortifiée par les obstacles les conduira à un destin tragique. Un roman d'un romantisme noir qui est une des références majeures de la littérature portugaise.
6. Le livre de l'intranquillité
Fernando Pessoa
4.46★ (3314)

« En ces heures où le paysage est une auréole de vie, j'ai élevé, mon amour, dans le silence demon intranquillité, ce livre étrange... » qui alterne chronique du quotidien et méditationtranscendante. Le livre de l'intranquillité est le journal que Pessoa a tenu pendant presque toute sa vie, en l'attribuant à un modeste employé de bureau de Lisbonne , Bernardo Soares. Sans ambitionterrestre, mais affamé de grandeur spirituelle, réunissant esprit critique et imagination déréglée,attentif aux formes et aux couleurs du monde extérieur mais aussi observateur de « l'infinimentpetit de l'espace du dedans », Bernardo Soares, assume son "intranquillité" pour mieux la dépasseret, grâce à l'art, aller à l'extrémité de lui-même, à cette frontière de notre condition ou lesmystiques atteignent la plénitude « parce qu'ils sont vidés de tout le vide du monde ». Il seconstruit un univers personnel vertigineusement irréel, et pourtant plus vrai en un sens que lemonde réel. Le livre de l?intranquillité est considéré comme le chef-d?oeuvre de Fernando Pessoa.
7. La splendeur du Portugal
Antonio Lobo Antunes
3.99★ (239)

A travers les monologues alternés d'une mère et de ses trois enfants, derniers rejetons déchus d'une riche lignée de colons portugais en Angola, ce roman dresse le sombre bilan d'un processus historique d'avilissement d'une catégorie d'êtres humains. Au fil d'évocations tragiques et de scènes bouffonnes, entrelaçant l'atmosphère d'un pays déchiré par la guerre et celle des temps de la prospérité coloniale, ces personnages dévoilent les arcanes de leurs vies antérieures, là où le vent de leur identité se désagrège. Minés par la folie à force de vivre à contre-destin, ils resteront écartelés entre leur attachement ombilical à l'Afrique de leur enfance et la honte d'admettre que cette Afrique de rêve recouvrait un effroyable cauchemar.
8. Poisons de Dieu, remèdes du Diable
Mia Couto
3.68★ (87)

Un jeune médecin portugais, Sidonio Rosa, tombé éperdument amoureux de Deolinda, une jeune Mozambicaine, au cours d?un congrès médical, part { sa recherche et s?installe comme coopérant à Villa Cacimba. Il y rencontre les parents de sa bien-aimée, entame des relations ambiguës avec son père et attend patiemment qu?elle revienne de son stage. Mais reviendra-t-elle un jour ? Là, dans la brume qui envahit paysage et âmes, il découvre les secrets et les mystères de la petite ville, la famille des Sozihnos, Munda et Bartolomeo, le vieux marin. L?Administrateur et sa Petite Épouse, la messagère mystérieuse { la robe grise qui répand les fleurs de l?oubli. Les femmes désirantes et abandonnées. L?absence dont on ne guérit jamais. Un roman au charme inquiétant.
9. Mystères de Lisbonne
Camilo Castelo Branco
3.20★ (187)

« Cette histoire n'est pas une fiction : c'est un journal de souffrances, véridique, authentique et justifié ». Un homme meurt à Rio, laissant un manuscrit qui commence ainsi : « J'avais quatorze ans et je ne savais pas qui j'étais? » Et nous voici aussitôt plongés dans le Portugal du XIXe siècle. Le petit João est élevé dans une école de village par le père Dinis, qui lui dévoile peu à peu le secret de sa naissance : le garçon se révèle être le fruit d'amours contrariées au sein d'une des plus grandesfamilles de Lisbonne. Par l'entremise de ce prêtre bienveillant, il retrouve sa mère, mais trop peu de temps : celle-ci choisit un jour de s'enfermer définitivement au couvent. Dès lors, le jeune homme passera sa vie à reconstruire le fil de son identité. Au cours de sa quête, il croisera un assassin professionnel reconverti en homme d'affaires magnanime, une vendeuse de morue devenue sainte après avoir empoisonné son mari et prostitué sa fille, une comtesse solitaire avide de vengeance...Quant au dévoué père Dinis, on le retrouvera tantôt sous les traits d'un Gitan, tantôt sous ceux d'un poète, et l'on rassemblera progressivement les pans de son destin tragique. Car ce récit compte en réalité deux histoires qui s'entremêlent. Les personnages se succèdent et se confondent dans d'éblouissantes combinaisons narratives qui chevauchent les frontières et les années. Emporté dans ce tourbillon romanesque, le lecteur se passionnera pour le sort, souvent épique, de générations sacrifiées. Le grand classique qui a inspiré le chef d?oeuvre de Raul Ruiz.
10. La nébuleuse de l'insomnie
Antonio Lobo Antunes
3.60★ (100)

Avec une liberté de ton qui ne s'interdit aucune fantaisie et est généreusement partagée avec le lecteur. grâce à un brassage unique d'images foisonnantes, de réminiscences et de sensations, Antônio Lobo Antunes signe un nouveau livre d'une grande puissance poétique. écrit dans une langue qui sonde les profondeurs les plus intimes d'un univers (le nôtre) trouble, insaisissable et poignant. "Il s'agit probablement du roman le plus réussi de Lobo Antunes. [...] Le lecteur comprend que la grande littérature, comme le disait Victor Hugo au sujet de la musique, "c'est du bruit qui pense". La cadence narrative dévoile, avec une splendeur touchante, un auteur obsédé par la quête de la géométrie juste, qui recherche méticuleusement la mesure des mots." (Filipa Melo. Let-). On reste en suspens. On peut relire, revenir en arrière, s'interroger, se gratter la tête. On se dit : le talent emporte tout, comme la marée, c'est inexplicable, soudain, on lit tranquillement, raisonnable, placide, goguenard même, et puis on est submergé." (Manuel Carcassonne, Le Magazine littéraire).
11. La main de Joseph Castorp
Joao Ricardo Pedro
3.34★ (81)

25 avril 1974. Au Portugal, c’est la Révolution des Œillets. Tombe la dictature de Salazar, surgit la démocratie. Ce même jour, dans un petit village isolé au centre du pays, Celestino, armé de son fusil, disparaît... Quand on le retrouve, il est mort. Débarqué il y a plus de quarante ans dans cette zone rurale, comme sorti de nulle part, il s’était bien intégré mais demeurait auréolé de mystère. Le lecteur fasciné décrypte au fil des pages l’histoire de l’étrange bonhomme en même temps que celle de la famille de son ami, le docteur Auguto Mendes, et cela sur trois générations profondément marquées par le salazarisme et les guerres coloniales. Chacune des figures qui hantent ce roman étourdi de musique et de violence apprend irrésistiblement que les secrets et les mystères du passé traversent le temps... Qu’est-il arrivé à Celestino ? Pourquoi et comment la rencontre de la petite et de la grande histoire fait-elle émerger un passé enfoui dont les répercussions résonnent comme le destin ?
Commenter  J’apprécie          3811

Ils ont apprécié cette liste




{* *}