AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Découvrez les meilleures listes de livres


Chemins de fuite, de traverse...ou buissonniers !
Liste créée par fanfanouche24 le 27/06/2014
24 livres.

"Aller droit au but" : tel paraît être le mot d'ordre de nos sociétés modernes. A l'heure du TGV, d'Internet et du GPS, le détour est perçu comme une perte de temps, une errance inutile, voire une fuite. A bien des égards, il est pourtant essentiel à notre humaine condition. En effet, l'individu peut-il se construire et s'enrichir s'il ne sait pas s'éloigner des chemins balisés ? " (cf. "Le détour, Flammarion, "étonnants classiques, 2008) Les détours... chemins de traverse... pour apprendre , penser et créer ! Nos apprentissages d'homme les plus riches sont les plus atypiques, les plus imprévus.... Les lignes droites... sont ennuyeuses... C'est pour cette raison que j'ai une affection et une estime particulières, envers les autodidactes...et pour tous les individus qui sortent des rails !! pour apprendre, progresser, évoluer autrement... comme ces hommes, ces femmes... dans des vies réglées, confortables... qui décident de tout quitter, de changer de cap ! comme ce navigateur, qui près de la victoire, renonce et veut vivre, expérimenter autre chose. Les détours, les cassures de carrière, les changements de cap, ... sont autant de "pieds de nez" à l'ordre établi, et favorisent des richesses, des expériences doublement formatrices ! 2014**Actualisée le 27 novembre 2022@Soazic BOUCARD @
+ Lire la suite


1. La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France
Blaise Cendrars
4.15★ (197)

"La Prose du Transsibérien relate le voyage d’un jeune homme dans le transsibérien allant de Moscou à Kharbine en compagnie de Jehanne, "Jeanne Jeannette Ninette "qui au fil des vers et du trajet se révèle être une prostituée. La Prose du Transsibérien fait partie d’une série de poèmes que Cendrars écrit à la même époque concernant la thématique du voyage et la rêverie poétique qui l’entoure. Ces poèmes sont le fruit de plusieurs années de voyage entre Paris, Moscou, et New-York de 1905 à 1912"
3. Émile ou de l'éducation
Jean-Jacques Rousseau
3.53★ (1633)

Dans son programme éducatif,Rousseau parmi tous les sujets abordés, fait l'apologie du voyage à pied, essentiel à la formation du philosophe. Ce qui compte , ce n'est pas le terme du chemin, mais le voyage lui-même...
4. Vagabond des mers du sud
Bernard Moitessier
4.20★ (264)

Ce navigateur est resté célèbre pour un étrange exploit: alors qu'il est en tête d'une course autour du monde en solitaire ...il renonce à gagner, ne s'arrête pas et entame un second tour du monde !!
7. Travaux
Georges Navel
4.11★ (153)

Le parcours d'un autodidacte...
9. Journal de voyage
Michel de Montaigne
3.76★ (83)

"Après les Essais, déjà publiés par Arléa en français moderne, restait à proposer du journal de voyage une édition semblable afin que les nouveaux lecteurs de Montaigne puissent approfondir la connaissance qu'ils ont de lui. C'est à quarante-huit ans, désireux de trouver dans les cures thermales quelque soulagement à. ses coliques, que Montaigne quitte sa retraite pour se lancer sur le grand chemin. Pendant dix-sept mois, en compagnie de gentilshommes et d'une suite de serviteurs, il visitera l'Allemagne, la Suisse et l'Italie. Ce journal, rédigé au jour le jour, sans pudeur ni souci. de publication, est une « preuve par la vie » des Essais."
12. Nouvelles lettres d'un voyageur
George Sand
3.00★ (11)

"Cette édition se divise en trois parties " Nouvelles lettres d'un voyageur ", " Mélanges ", et " Les amis disparus ". Avec la publication posthume des " Nouvelles lettres d'un voyageur ", le voyageur George Sand a terminé son voyage, enflammée par l'étude, sur la route de la science, partant du connu pour se perdre dans l'inconnu " ce terme insaisissable " qui semble reculer à mesure que l'explorateur avance, ce terme qui est le grand mystère, la source de la vie ". " Les nouvelles lettres d'un voyageur " ont été publiées en 1877 chez Calmann-Lévy après la mort de George Sand."
13. Les Cygnes sauvages
Kenneth White
4.04★ (59)

"au Japon, qui serait un pélerinage géopoétique de plus : un hommage aux choses du Japon (choses précieuses et précaires) et un voyage-haïku dans le sillage de Basho, un récit rêveur de routes et d'îles, un plongeon elliptique dans le Vide – bref, un petit livre nippon extravagant, plein d'images et de pensées zigzaguantes, écrit dans le « style blanc volant », comme disent les peintres. Après cela, me disais-je, je me terrerai dans mon observatoire cosmologique de la côte bretonne (pour travailler au prochain cycle) et arpenterai les chemins côtiers encore peu fréquentés, vêtu de vent, de pluie et de silence"
15. La Méridienne : Saint-Malo Bamako
Marc Roger
3.62★ (25)

"Accompagné de son âne Babel, Marc Roger traverse la France, l'Espagne, la Méditerranée, enfin l'Afrique... Il marche. Il lit. Au gré de ses étapes, lecteur public, il prête sa voix aux textes et aux auteurs, en partage avec tous les publics qui désirent l'écouter. De Saint-Malo, son port d'attache, à Bamako où il est né, Marc Roger lait le chemin à l'envers et parcourt au total un peu plus de 7 000 kilomètres. "La lecture et la marche ont ceci de commun : pas à pas; mot à mot, le regard sur le texte ou la ligne d'horizon, nous allons de l'avant en mettant entre nous et k centre plusieurs cercles en écho, comme la pierre pousse l'eau quand elle tombe dans un lac."
16. Marcher est ma plus belle façon de vivre
Joël Vernet
4.19★ (16)

"Les livres naissent bien avant l'écriture. C'est certitude. Je vivais alors dans le Nord du Mali. Des phrases montaient en moi que je ne retenais pas. C'était plutôt un chant, des psalmodies. Mes petits livres dansaient déjà autour des feux. Ils venaient lentement sous ma main puis repartaient vers un désert plus grand. Me fascinait cet étrange théâtre dont je mesurais si mal la portée. J'habitais chez un homme qui eût pu être mon père. J'avais pour maison sa terrasse et, pour toit, des étoiles. Cet homme était l'oncle d'un ami, d'un frère. Tous les dés étaient jetés autour des lampes lorsque nous conversions avec des nomades de passage à la maison. J'aimais mes carnets recouverts de poussière, la fragilité de leurs pages, de chacun de mes jours. J'aimais déjà ce qui allait surgir plus tard, presque à mon insu. J'aimais cette vie aventureuse, les rencontres qu'elle me procurait."
17. D'une berge à l'autre
Michel Ragon
3.50★ (26)

"que la fin de l'Occupation emplit d'un formidable appétit de vivre. Fou de peinture et de poésie, fidèle au peuple dont il est issu, Michel Ragon va se ranger, à rebours de toutes les modes, aux côtés des écrivains dits populistes ". Insensible à la domination du Parti communiste sur les intellectuels, c'est au coeur du mouvement anarchiste qu'il trouvera le sens de son combat.Ce sont ces années d'apprentissage que nous conte ici le romancier des Mouchoirs rouges de Cholet. Années exaltantes, marquées par des rencontres inoubliables - Armand Robin, Henry Poulaille -, habitées d'une curiosité intellectuelle qui fera également de lui, dans la revue Arts, le défenseur de l'avant-garde picturale - Atlan, Mathieu, Soulages, le groupe Cobra.Itinéraire d'un homme libre et inclassable, ce livre est en même temps un passionnant témoignage sur la vie intellectuelle française de ce temps"
18. Mes trains de nuit
Éric Faye
3.00★ (22)

"Les trains de nuit ont offert à Eric Faye ses premières insomnies heureuses. New York, Prague, Samarkand, Sarajevo, Berlin, Pékin... autant de nuits blanches partagées avec le " petit peuple du couloir " : fumeurs, noctambules, bavards impénitents. Espace privilégié où le temps semble s'arrêter, le wagon-lit est un lieu de rêverie et de rencontres, le voyage en train un condensé de l'existence, avec ses séparations et son terminus. Au fil de ses souvenirs parfois incertains et romanesques, l'auteur nous entraîne dans son labyrinthe littéraire et insolite"
19. Chemins
Michèle Lesbre
3.69★ (115)

Ajout le 27 novembre 2022
20. Chemins de traverse
Ignacio Martínez de Pisón
2.75★ (5)

Ajout le 27 novembre 2022 "Chemins de traverse d’Ignacio Martínez de Pisón se présente comme la pseudo autobiographie d’un adolescent, Felipe, qui, à la mort de sa mère, est condamné à vivre avec un père marginal. Le texte est aussi la conversion d’un récit de type picaresque en un roman qui débouche sur la découverte mutuelle d’un père et d’un fils. L’errance des deux personnages, chemin de fuite destiné à compenser la disparition de Cecilia, conduit à une sorte d’assomption de l’amour. [Babel ]"
21. Nous rêvions juste de liberté
Henri Loevenbruck
4.49★ (6818)

Ajout le 27 novembre 2022
22. Chemins
Daniel Bourrion
3.00★ (2)

Ajout le 27 novembre 2022 "(édition numériique) Le chemin est depuis si longtemps une image de l’écriture qu’elle s’efface souvent sous le prétexte qui l’a fait naître : mais lorsque des auteurs s’emparent littéralement de ce mot pour en faire une forme même de la narration ou de l’incantation, et c’est en retour tout ce qui fonde le chemin comme écriture qui renouvelle notre perception du geste même de nommer, de raconter ; ce mouvement d’appel au monde dans le geste qui voudrait s’en approprier la distance et ce qui la réduit : l’approche du réel. Chez Gracq, Simon, Michaux, pour citer des désirs radicalement différents de se constituer en cette image, le chemin est convoqué dans sa force de propulsion, en-avant décisif qui emporte : au-devant le monde avalé par la route sous le pas. Sans doute y-a-t-il, dans cette image, le dépôt du vieux mot de vers — le versus, sillon sur lequel passer et repasser ; et en lui interroger ce mystère où le creuset vertical du sol se fait dans l’avancée horizontale du monde. Chez le photographe Olivier Toussaint, dans les montagnes qu’il arpente, le chemin surgit en ligne de crête, se fraie comme des rides sous la main, sans logique véritable, sans direction sûre : seulement dans le tracé qu’on devine, c’est toute la possibilité d’un horizon ou du sens qui se déploie, difficilement, menacée par l’effacement de tout un paysage — âpreté du chemin seulement dessiné par les marcheurs, et parfois, dans l’abstraction de la photographie qui se pose sur un détail, c’est la pierre même qui se change en chemin, la nature sauvage qui oriente le regard. Quand s’en saisit Daniel Bourrion, qui travaille sur son site Terres une langue elle-même élaborée en route (et sur son site, on peut d’ailleurs lire les textes comme ils ont été écrits, avec retours, corrections, lettre après lettre, à l’avancée qui la produit), c’est naturel que la photographie et le chemin sont appréhendés d’un seul mouvement, de quelques mots jetés comme la jambe sur la pente. (...)"
23. Chemins aux vents
Pierre Sansot
4.00★ (27)

Ajout le 27 novembre 2022
24. Sur les chemins noirs
Sylvain Tesson
3.76★ (3848)

Ajout le 27 novembre 2022
Commenter  J’apprécie          382