AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Découvrez les meilleures listes de livres


Les châteaux de la Loire


Terre des rois de France à la Renaissance, le Val de Loire abrite un patrimoine architectural d'une richesse exceptionnelle. Des silhouettes connues de Chambord, Chenonceau, Blois et Azay-le-Rideau, à celles, à découvrir, des châteaux de Chaumont, Villandry ou encore Châteaudun, voici une liste pour préparer le programme culturel de l'été.


1 Les châteaux du Val de Loire
Jean-Marie Pérouse de Montclos
L’œil du photographe Robert Polidori a su capter les merveilles du Val de Loire en photographiant une trentaine des châteaux les plus magnifiques, que ce soit la remarquable salle féodale du château de Blois, les forteresses de Saumur et d’Angers ou la magnificence d’Azay-le-Rideau, construit dans les premières années du règne de François Ier, ou encore la grandeur de Chambord – château de contes et légendes… Robert Polidori, dont l’ouvrage Versailles a enchanté et surpris des milliers de lecteurs, s’est passionné pour cette région, Jean-Marie Pérouse de Montclos, quant à lui, nous fait revivre l’histoire de ce Val de Loire où l’architecture a triomphé. Ajouter à mes livres
2 Par-dessus les toits des Châteaux de la Loire
Arnaud Chicurel
De Chambord à Chamerolles, en passant par Amboise, Saumur ou Valençay, les châteaux de la Loire fascinent par leur majesté et la richesse de leur histoire. Prenant de la hauteur sur des paramoteurs, Arnaud Chicurel, Pascal Ducept et Lionel Lourdel posent un regard neuf sur les tours, toitures, cheminées et jardins de ces châteaux qu'on ne se lasse pas d'admirer. Cherchant des angles inédits et des lumières exceptionnelles, ils nous font découvrir ces demeures royales sous un beau soleil d été ou une épaisse neige. Des textes et des légendes signés Arnaud Chicurel, conférencier au Centre des monuments nationaux, apportent les repères historiques nécessaires et décryptent les styles architecturaux de chacun des bâtiments photographiés. Sully, entre terre et eau, Villandry et ses jardins tapissés de dentelles, Chenonceau se mirant dans son lac... vus du ciel, les châteaux du Val de Loire révèlent tous leurs atours. Ajouter à mes livres
3 Dossier de l'Art 231. Les châteaux de la Loire
Dossier de l'art
1 critique

Si les châteaux de la Loire évoquent la Renaissance, tous ne sont pas pareillement chargés d’histoire. Célèbres ou méconnus, les vingt lieux réunis dans ce numéro sont autant d’introductions aux XVe et XVIe siècles français, au destin royal du Val de Loire et à la splendeur de l’architecture renaissante. Numéro rédigé par Monique Chatenet, conservateur en chef honoraire du patrimoine et spécialiste de l’architecture de la Renaissance. Ajouter à mes livres
4 Châteaux de France au siècle de la Renaissance
Jean Pierre Babelon
1 critique

Depuis les années 1920 aucune grande étude d'ensemble n'avait été consacrée au patrimoine français des châteaux de la Renaissance. Avec ses quelque huit cent trente pages et plus de neuf cents illustrations, le présent ouvrage s'affirme comme la somme définitive sur le sujet. L'auteur analyse l'essor architectural de la Renaissance en huit grandes périodes en insistant notamment sur les châteaux des années 1560-1600: l'architecture de la fin du XVIe siècle, longtemps négligée, est ici pour la première fois appréciée à sa juste valeur. Enfin la seconde partie de l'ouvrage dresse un répertoire extraordinaire (2 400 édifices) de tous les châteaux connus au XVIe siècle. Ce répertoire sans précédent ainsi que l'analyse complète qui le précède font de cet ouvrage un évènement exceptionnel en ce qui concerne la redécouverte de notre patrimoine de la Renaissance. Ajouter à mes livres
5 D'Italie à Chambord : François Ier
Catherine Arminjon
" La découverte de l'Italie eut infiniment plus d'effet sur le XVIe siècle que celle de l'Amérique ", Jules Michelet, La Renaissance, 1855. De leurs chevauchées guerrières en Italie au XVe et au XVIe siècles, les princes français ont rapporté une nouvelle vision du monde. Leur conception des arts, des lettres, de l'architecture et des sciences, en aura été profondément bouleversée. Cette période, qu'il est convenu d'appeler la première Renaissance, est marquée à jamais dans la pierre, dans les enluminures des manuscrits, les peintures et les sculptures, la mode vestimentaire, la manière de vivre et même la pratique de la chasse. Et tout un répertoire décoratif et des principes architecturaux novateurs donnent naissance à des créations remarquables dont Chambord est incontestablement l'exemple le plus symbolique. Grâce aux contributions de grands spécialistes et à de nombreuses illustrations, le lecteur accompagne François Ier à Marignan, partage la fascination du roi de France pour les artistes de son temps et gravit avec émotion le fameux escalier du château de Chambord. L'ouvrage évoque les aspects historiques et artistiques d'un moment exceptionnel au cours duquel a soufflé l'esprit du génie que fut Léonard de Vinci. Il veut traduire un temps d'élévation humaine, artistique et spirituelle, un moment suspendu, où la Renaissance française s'inventa. Une légende en naquit que les artistes du XIXe siècle reprirent et amplifièrent au point que l'on n'oublia plus leurs images. Ajouter à mes livres
6 Fastes de cour : Les enjeux d'un voyage princier à Blois en 1501
Monique Chatenet
1501. L'Archiduc d'Autriche Philippe le Beau, comte de Flandre, et son épouse Jeanne de Castille, héritière des Rois catholiques, quittent Bruxelles pour se rendre en Espagne. Leur parcours à travers le royaume de France est l'occasion de nombreuses réceptions dans les villes qu'ils traversent, et notamment à Paris. Les archiducs sont reçus fastueusement par Louis XII et Anne de Bretagne au château de Blois où se succèdent réjouissances et tractations diplomatiques en vue des fiançailles de Claude de France avec le futur Charles Quint. Les divers récits du voyage et de la rencontre des souverains à Blois fournissent un précieux instantané de la vie à la cour de France autour de 1500, ainsi qu'un véritable who's who de ses protagonistes. Réunissant les principales relations de cet événement, Monique Chatenet et Pierre-Gilles Girault découvrent les péripéties du voyage, analysent le cérémonial et le protocole, étudient les enjeux diplomatiques. Grâce à une mystérieuse narratrice proche de l'archiduchesse, ils mettent en lumière le rôle des femmes à la cour, la rivalité des princesses, et décryptent son témoignage unique sur l'aménagement, l'ameublement et la décoration des appartements royaux du château de Blois. Alors que Charles Quint n'est encore qu'un enfant, la France apparaît déjà au coeur des relations internationales entre Empire germanique et Espagne et la ville natale de Louis XII fait figure pour un temps de capitale européenne. Ajouter à mes livres
7 Vocabulaire illustré de l'ornement par le décor de l'architecture et des autres arts.
Evelyne Thomas
L'ornement constitue un monde riche d'invention, qui a su traverser les siècles et les civilisations, s'imprégnant du génie propre du lieu et du temps, le reflétant comme un miroir au gré de l'imagination de l'artiste et de l'artisan. Les motifs se mêlent, se déconstruisent et se recomposent, parfois les mêmes mais toujours nouveaux. Ainsi, les rinceaux, luxuriants sur les temples de l'Antiquité romaine, griffant finement la pierre des églises et des châteaux de la Renaissance française, réapparaissent-ils plus tard sur les immeubles haussmanniens. Pour (re-)connaître un motif, il faut pouvoir le nommer. Sans être exhaustif, cet ouvrage est un outil précieux pour mieux identifier et comprendre les mots de l'ornement. Ajouter à mes livres
8 Jacques Androuet du Cerceau : Les dessins des plus excellents bâtiments de France
Françoise Boudon
Avec l'appui du roi Henri II, Jacques Androuet du Cerceau entreprend un peu avant 1560 de représenter " les plus excellents bastimens de France ". Et il réalise un chef-d'oeuvre, édité ici pour la première fois intégralement et en couleur. Les cent seize planches qu'il dessine sur vélin - parallèlement aux volumes gravés qu'il dédie à Catherine de Médicis qui soutint l'entreprise depuis le début - sont en effet le travail d'un dessinateur génial : des images d'architecte et de topographe, mais aussi, avec les personnages qui les animent et les légendes qui les accompagnent, de très vivants tableaux de la vie au château à la Renaissance. Les Plus excellents bâtiments de France constituent une véritable défense et illustration de l'architecture française. Du Cerceau en offre un magnifique panorama en dessinant les vues, les plans et les façades des principaux châteaux du royaume : châteaux forts crénelés (Vincennes, Coucy, Creil) et fastueux châteaux de la première Renaissance en Val de Loire (Amboise, Blois, Chambord) et en région parisienne (Fontainebleau, Saint-Germain-en-Laye); château du bois de Boulogne, dit château de Madrid, bâti pour François Ier, qui est la contrepartie parisienne de Chambord et la contrepartie moderne, à l'ouest de la capitale, du château du bois de Vincennes ; chefs-d'oeuvre de la Renaissance classique : le Louvre, Anet, Ancy-le-Franc et le château méconnu de Vallery, qui est le prototype des châteaux " brique et pierre " Henri IV et Louis XIII, ou encore Ecouen, aujourd'hui musée national de la Renaissance, et le très curieux château pentagonal de Maulnes-en-Tonnerois. L'ouvrage permet également de découvrir les grands châteaux rêvés par et pour Catherine de Médicis, qui restèrent pour l'essentiel sur le papier : le grand dessein des Tuileries à Paris, l'extraordinaire château-palais qui devait envelopper le premier Chenonceaux, et le non moins extraordinaire château de Charleval, projeté pour Charles IX à côté de la forêt de Lyons. Ajouter à mes livres
9 Dossier de l'Art 171. Androuet du Cerceau (1520 - 1586)
Dossier de l'art
Androuet du Cerceau, architecte et ornemaniste de la Renaissance, compose l'une des grandes pages de l'histoire de l'art. Ce Dossier, qui fait écho à l'exposition de la Cité de l'architecture, revient sur son rôle majeur dans l'apparition de l'architecture à la française, sur son génie inventif dans tous les domaines des arts décoratifs – mobilier, arts du feu, orfèvrerie – et sur son influence dans le développement du courant néo-Renaissance. En complément, les arts décoratifs de la Renaissance déploient leurs trésors dans six collections et sites remarquables Ajouter à mes livres
10 Chambord
Monique Chatenet
Parmi les châteaux français de la Renaissance, Chambord occupe une place à part. Initialement conçu par François le pour abriter les séjours de chasse de ses familiers, puis transformé par étapes en une immense résidence, Chambord est aussi une création d'avant-garde d'une étonnante audace. Passionné d'architecture au dire de ses contemporains, le roi avait décidé d'éblouir le monde par un chef-d'oeuvre qui porterait au firmament son image de monarque éclairé et conférerait à son royaume le prestige artistique qui lui manquait encore. On peut dire qu'il y a parfaitement réussi. D'un point de vue plus strictement architectural, Chambord est une tentative passionnante de faire fusionner deux univers artistiques. Il est tout à la fois une sorte de château de Vincennes revisité et une ambitieuse adaptation à l'architecture civile du plan centré de Saint-Pierre de Rome. A la tradition médiévale, il emprunte son donjon et ses énormes tours circulaires, aux architectes italiens d'avant-garde - à Bramante, en particulier-son plan en croix grecque, tandis qu'au centre le très célèbre escalier développe sa double spirale. Mais Chambord, qu'un auteur vénitien du XVIe siècle compare au palais de la fée Morgane, est aussi profondément empreint du merveilleux médiéval. Depuis sa création, visiteurs et poètes n'ont cessé de vanter sa magie . Magie du site forestier et marécageux - le parc est également une création de François 1er - qui cache au visiteur jusqu'au dernier moment la gigantesque masse de pierre et d'ardoises. Magie de l'escalier, invisible de l'extérieur, que l'on découvre seulement après avoir franchi la porte du donjon, au fond d'un long espace étrangement éclairé par une lumière venant d'on ne sait où. Magie des deux montées imbriquées l'une dans l'autre, que l'on peut gravir en se parlant, en s'apercevant, mais sans jamais se rencontrer. Ajouter à mes livres
11 Dossier de l'art 109. Chambord
Dossier de l'art
Ce numéro propose à la fois une visite du château de Chambord permettant de découvrir la somptueuse architecture de cet édifice hors du commun, et une plongée dans le contexte historique qui présida à la construction du château, de l'évocation de l'illustre figure de François Ier à celle des liens que le roi de France entretint avec Léonard de Vinci, en passant par un portrait détaillé de la vie à la cour sous François Ier. Ajouter à mes livres
12 Talleyrand en son château de Valençay
Christophe Morin
Rien ne disposait Talleyrand à vivre à Valençay, somptueux joyau Renaissance revu sous Louis XV, que son blanc donjon apparente à Chambord et aux châteaux de la Loire. Emmanuel de Waresquiel, historien dont les biographies maintes fois primées font date, raconte, avec sa verve habituelle, à la faveur de quel extraordinaire marchandage politico-financier, le citoyen ministre de Bonaparte achète, à presque cinquante ans, un domaine à la mesure de ses goûts, de sa position et de son ambition. Il campe le «diable boiteux» contraint d'aménager Valençay pour y loger les princes d'Espagne, destitués par Napoléon, puis y coulant une disgrâce dorée, sous le règne de sa nièce et maîtresse, la duchesse de Dino, pendant la Restauration. Christophe Morin dévoile l'architecture, le mobilier et l'histoire des objets peuplant cette immense demeure restée jusqu'ici méconnue. Les Itinéraires, conçus comme un outil de tourisme culturel, invitent la découverte des chemins du patrimoine. Ajouter à mes livres
13 Le Château de Chateaudun
Monique Chatenet
Surplombant le Loir de plus de 60 mètres, le château aligne une succession d’éléments d’architecture féodale, gothique et Renaissance, d’une authenticité exceptionnelle : la "grosse tour" du XIIe siècle, l’aile Dunois du XVe et l’aile Longueville du XVIe avec leurs somptueux escaliers ; la Sainte-Chapelle, du XVe siècle, conserve quinze statues des ateliers de la Loire et montre une fresque du Jugement dernier. Le château renferme aussi une collection remarquable de tapisseries flamandes et françaises des XVIe et XVIIe siècles. Ajouter à mes livres
14 Le château de Blois
Collectif
Le château de Blois, implanté sur un promontoire fortifié dès l'époque carolingienne, surplombe la Loire. Cet édifice, résidence royale du XVe siècle au XVIIIe siècle, conjugue autour d'une même cour quatre châteaux, quatre grandes époques de l'architecture française : Le gothique du XIIIe siècle avec la salle des États, le gothique flamboyant avec l'aile Louis XII, édifiée de 1498 à 1503, la Renaissance avec l'aile François Ier qui, construite de 1515 à 1524, introduit le vocabulaire ornemental et architectural italien avec l'escalier en vis et la façade des Loges, enfin l'architecture classique avec l'aile Gaston d'Orléans, bâtie par François Mansart de 1635 à 1638. Ajouter à mes livres
15 Le Chateau de Blois, Notice Historique & Archéologique
Frédéric Lesueur
Le château de Blois, vu de la place Victor-Hugo, au déclin du soleil, produit un saisissant effet d'originalité et de charme. Il existe des édifices au moins aussi beaux que celui-ci mais l'on trouve ici des spécimens de tous les grands styles français et qui présentent un résumé aussi éloquent du développement de notre architecture [...] Nous ne nous sommes proposé que l'étude du monument même, en négligeant de propos délibérés les faits qui s'y accomplirent. [...] Nous avons cherché en toute conscience à expliquer ce qu'est le château de Blois et comment il devenu tel, à retracer l'évolution de son développement et à montrer la place qu'il occupe dans l'histoire de l'art français". (extrait de l'avant-propos) Ouvrage important s'il en est, paru en 1921 (il devait l'être initialement en 1914), jamais republié depuis lors dans sa version intégrale, méritait amplement sa réédition qui ravira tous les amateurs du château de Blois qui souhaitent aller au delà de l'image. Ajouter à mes livres
16 Dossier de l'Art 97. Blois, une cité sur la Loire
Dossier de l'art
Une redécouverte de la ville de Blois et des différents visages qu'elle a pu prendre au cours des siècles. Des moments forts de l'architecture de la ville illustrent et permettent de suivre les étapes d'un destin historique tout à fait singulier. Ajouter à mes livres
17 Le château de Chaumont
Germain Loisel
Propriétaire de Chaumont cinq siècles durant, la famille d'Amboise occupe une place éminente, politique et artistique, sous Louis XI et Louis XII. Elle compte parmi les principaux introducteurs du goût italien dans ce Val de Loire où les Valois ont leur cour. Elevé au tournant des XVe et XVIe siècles, le château conjugue allure fortifiée et vocabulaire ornemental de la Renaissance qui investit façades et tour d'escalier de sa cour intérieure. Catherine de Médicis l'acquiert et l'échange avec sa rivale Diane de Poitiers contre le château de Chenonceau. Le XVIIIe siècle le dote d'une manufacture, où Jean-Baptiste Nini grave sur médaillons les portraits de personnages célèbres. Un siècle plus tard, le parc et les somptueuses écuries, le château restauré et meublé par de grands créateurs servent de cadre à l'intense vie mondaine des Broglie. Depuis 1991, la ferme accueille le Conservatoire international des parcs et jardins. Les Itinéraires, conçus comme un outil de tourisme culturel, invitent à la découverte des chemins du patrimoine. Ajouter à mes livres
18 Amboise : Un château dans la ville
Lucie Gaugain
Alors que Louis XI accentua le caractère fortifié de la demeure d’Amboise dont il actualisa le parti résidentiel, le projet de Charles VIII tendit à faire du château un palais, séjour privilégié de la cour. D’une ampleur jamais encore égalée, le chantier de construction royal eut des répercussions immédiates sur l’économie et l’urbanisme de cette petite «ville-pont» de 300 à 400 feux. La tradition constructive ancienne, liée aux ponts, fut renouvelée par la venue et la verve d’une main-d’oeuvre hautement qualifiée attirée par le chantier royal. Dans les trois dernières décennies du XVe siècle, Amboise édifia ainsi quatre édifices édilitaires qui demeurèrent les seuls de la ville jusqu’au XVIIIe siècle. A travers l’architecture privée et urbaine transparaît le cadre de vie des différents milieux sociologiques renouvelés par l’installation des officiers de la cour et de la main d’oeuvre industrielle. L’étude du mobilier du château révèle pour sa part la richesse du décor qui ornementait les salles, décor qui s’affichait encore lors de réceptions auxquelles participait aussi la ville. En 1498, la dynamique du chantier était lancée et Amboise avait tous les atouts pour devenir une cité d’importance. La mort accidentelle de Charles VIII vint arrêter cet essor. Toutefois, ce dynamisme sur une quarantaine d’années constitua le laboratoire de nouvelles solutions architecturales qui influencèrent les chantiers princiers du début de la Renaissance. Ajouter à mes livres
19 Château d'Amboise
Jean Pierre Babelon
Dans le paysage du Val de Loire, qui mérite si bien le nom de "Vallée des rois", la vue du château d'Amboise est de celles qui frappent tout à la fois le regard et l'imagination. Pour qui vient du nord et s'engage sur le pont qui traverse la rivière, la haute silhouette dentelée du logis royal qui couronne le haut plateau rocheux, flanquée à gauche du monumental cylindre de la tour des Minimes, laisse en effet deviner une destinée exceptionnelle : L'oppidum néolithique a cédé la place à la forteresse des comtes d'Anjou puis des seigneurs de la maison d'Amboise, devenue en 1434 l'une des résidences favorites des rois de France en Touraine, depuis Charles VII jusqu'au temps des guerres de Religion. C'est Charles VIII, dévoré par la passion de la gloire, qui voulut faire du château de son enfance un " grand et somptueux édifice " capable d'étonner l'Europe. De la terrasse du château où fut dessiné le premier jardin français de la Renaissance, la vue s'étend alentour sur la ville comme sur une miniature La Fondation de Jean Fouquet. La Fondation Saint-Louis veille à sauvegarder et à faire connaître le château dont elle a la charge. Le présent ouvrage vise à retracer l'histoire d'Amboise, celle des bâtiments, celle des femmes et des hommes qui les ont bâtis et habités. Les photographies signées de Jean-Baptiste Leroux donnent leurs couleurs à cette évocation. Ajouter à mes livres
20 Chenonceau
Jean Pierre Babelon
Dans la précieuse guirlande des châteaux de la Loire, où l'art de la Renaissance a trouvé sa plus belle expression française, servie par des paysages chantés par tous les poètes, Chenonceau est probablement le joyau le plus admiré, le plus apprécié. L'échelle humaine de ses proportions, l'ingéniosité de ses dispositions, l'unique poésie du lieu, une rivière qu'un château semble franchir à grandes enjambées pour passer d'une rive à l'autre... tant de beauté attire des amateurs de tous les pays de la planète. Il a paru nécessaire de mettre entre les mains des innombrables amoureux de ce trésor un nouvel ouvrage traitant de son architecture et de son histoire. Tout est réuni dans ce livre pour séduire le lecteur et le promeneur : la beauté des lieux, un texte érudit mais d'une lecture plaisante et des photos magnifiques. Ajouter à mes livres
21 Le château de Montsoreau, Maine-et-Loire
Viviane Manase
Ajouter à mes livres
22 Le Plessis-Bourre Notice historique et descriptive Monographies des châteaux de France
Duc de Dalmatie
Ajouter à mes livres
23 Les Jardins de Villandry
Denis Clavreul
Le château de Villandry, chef-d'ouvre de la Renaissance, fut édifié par Jean Le Breton, secrétaire des Finances de François 1er, entre 1532 et 1536. Les transformations apportées au XVIIe et au XVIIIe siècle dénaturent l'architecture élégante et épurée de l'édifice. Lorsque Joachim Carvallo achète Villandry en 1906, il est décidé à redonner au château force et authenticité. Les jardins sont redessinés. Les légumes forment d'étonnantes mosaïques que Carvallo se plaît à comparer à des tapis d'Orient. À Villandry, la passion est héréditaire. François, Robert, Henri Carvallo... fils, petit-fils, arrière-petit-fils de Joachim gèrent le domaine avec enthousiasme et compétence. Les jardins de Villandry, qui accueillent plus de 300 000 visiteurs par an, sont parmi les plus visités d'Europe. Ajouter à mes livres
24 Le château d'Azay-le-Rideau
Jason Latour (II)
Sis au coeur de la Touraine, Azay-le-Rideau fut bâti sous le règne de François Ier par un riche financier soucieux d’asseoir son tout récent titre de noblesse. Petit joyau des prémices de la Renaissance française, orné d’une dentelle de pierre ciselée, le château se para au cours des siècles et des générations d’une entrée inspirée de celle de Vaux-le-Vicomte et d’un parc à l’anglaise. Mais jamais il ne perdit son intégrité. Et aujourd’hui encore, Azay "se baigne [...] en l’Indre comme une galloise princière" (H. de Balzac). Ajouter à mes livres
Commenter  J’apprécie          170

Ils ont apprécié cette liste