AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Découvrez les meilleures listes de livres


Hommage aux héroïnes de guerre

Liste créée par kielosa - 96 livres. Thèmes et genres : hommage , guerre mondiale , courage , endurance

Au cours de la 2ème guerre mondiale, un certain nombre de jeunes filles et femmes a fait preuve d'un courage exemplaire, aussi bien en France que dans d'autres pays occupés par les nazis, voire en Allemagne même. Certaines sont célèbres et font partie de la mémoire collective, comme Lucie Aubrac en France. Mais il s'agit d'une minorité. La plupart sont peu, pas ou méconnues. J'estime qu'il convient de commémorer leurs vies, efforts et actions avant que leur nom ne disparaisse à jamais. Des 22 listées, 1 seule est encore en vie et 1 autre vient de décéder en février dernier. La liste est limitée dans le temps, 1939-1945. L'accent est mis sur les biographies et autobiographies qui relatent les circonstances et événements liés à des héroïnes bien déterminées, sauf 5 recueils qui présentent une approche plus générale du phénomène. Sont exclus, les ouvrages plus globaux portant sur la Résistance, la Shoah ou la Gestapo. Ne sont pas retenues non plus, ceux ayant trait aux seules victimes, qui telle Anne Frank, n'ont pas participé à la lutte contre l'ennemi. La liste est fatalement incomplète et je lance un appel à tous les lecteurs de signaler des absentes, tout en m'excusant, d'ailleurs, pour l'oubli. J'ai essayé de trouver des livres et traductions en français, hélas, certains ouvrages ne sont disponibles, à présent, qu'en anglais.
+ Lire la suite


2 Ils partiront dans l'ivresse
Lucie Aubrac
23 critiques 13 citations

Lucie Aubrac, 1912-2007, France Ajouter à mes livres
3 Lucie Aubrac
Laurent Douzou
2 critiques

Lucie Aubrac , 1912-2007, France Ajouter à mes livres
4 Women Heroes of World War II
Kathryn J. Atwood
26 histoires d'espionnage, de sabotage, de résistance et de sauvetage Ajouter à mes livres
5 Spy princess : The life of Noor Inayat Khan
Shrabani Basu
Noor Inayat Khan, 1914-1944, Inde, Angleterre Ajouter à mes livres
6 The Tiger Claw
Shauna Singh Baldwin
Noor Inayat Khan, 1914-1944, Inde, Angleterre Ajouter à mes livres
7 Autobiography of a spy
Mary Bancroft
Mary Bancroft, 1903-1997, États-Unis Ajouter à mes livres
8 La capitana
Elsa Osorio
33 critiques 9 citations

Mikaela ('Mika') Feldman de Etchebéhère, 1902-1992, Argentine Ajouter à mes livres
9 A Child at War : Hortense Daman
Mark Bles
Hortense Daman-Clews, 1926-2006, Belgique Ajouter à mes livres
10 Sophie Scholl
Didier Chauvet
1 critique

Sophie Scholl, 1921-1943, Allemagne Ajouter à mes livres
11 The Life That I Have
Susan Ottaway
Violette Szabo, née Bushell, 1921-1945, France Ajouter à mes livres
12 In the Lion's Mouth
Joan Campion
Gisi Fleischmann, 1894-1944, Slovaquie Ajouter à mes livres
13 Ma guerre dans la Gestapo : l'incroyable destin d'une jeune femme juive...
Hélène Moszkiewiez
3 critiques 1 citation

Hélène Moszkiewiez, 1920-1998, Pologne et Belgique Ajouter à mes livres
14 Nina Schenk Von Stauffenberg, un portrait
Konstanze von Schulthess
3 critiques 3 citations

Magdalena 'Nina' von Lerchenfeld, comtesse von Stauffenberg, 1913-2006, Lithuanie, Allemagne Ajouter à mes livres
15 Little Cyclone
Airey Neave
Comtesse Andrée de Jongh, 1916-2007, Belgique Ajouter à mes livres
16 Ceux qui avaient choisi
Charlotte Delbo
3 critiques 5 citations

Charlotte Delbo, 1913-1985, France Ajouter à mes livres
17 Je rêve que je vis ? - Libérée de Bergen-Belsen
Ceija Stojka
2 critiques 9 citations

Ceija Stojka, 1933-2013, Autriche, sinti-rom Ajouter à mes livres
18 Resisting Hitler
Shareen Blair Brysac
Mildred Harnack-Fish, 1902-1943, États-Unis, Allemagne Ajouter à mes livres
19 Yalta Victim
Zoe Polanska-Palmer
Zoé Polanska-Palmer, 1927-2017, Ukraine Ajouter à mes livres
20 50 Years of Silence
Jan Ruff-O'Herne
Jan Ruff-O'Herne, °1923, Pays-Bas Ajouter à mes livres
21 Krystyna : Et la tragédie de la Résistance polonaise
Simon Wiesenthal
Krystyna Jaworska, 1925-2014, Pologne Ajouter à mes livres
22 Berty Albrecht
Dominique Missika
4 critiques 6 citations

Berty Albrecht-Wild, 1893-1943, France Ajouter à mes livres
23 Mémoires d'une Juste
Irène Gut Opdyke
3 critiques

Irene Opdyke-Gut, 1922-2003, Pologne Ajouter à mes livres
23 Un amour dans la tempête de l'histoire : Jacques et Lotka de Prévaux
Aude Yung-de Prévaux
2 critiques

Charlotte 'Lotka' Yung-de-Prevaux-Leitner, 1905-1944, France Ajouter à mes livres
24 Nom de code : Zegota
Irena Tomaszewski
Zegota est le nom de code de la Commission d'Aide aux Juifs de Pologne ('Rada Pomocy Zydom') Ajouter à mes livres
25 Women of Theresienstadt
Ruth Schwertfeger
Femmes résistantes dans le camp de concentration de Theresienstadt (Terezín, République tchèque) Ajouter à mes livres
26 La résistance des coeurs. Berlin 1943 : la révolte des femmes allemandes mariées à des juifs
Nathan Stoltzfus
Ajouter à mes livres
27 Les femmes de l'ombre
Laurent Vachaud
6 critiques 2 citations

Ajouter à mes livres
28 La femme du gardien de zoo
Diane Ackerman
23 critiques 41 citations

Antonina Zabinska-Erdman, 1908-1971, Pologne Ajouter à mes livres
29 Fighting for her People : Zivia Lubetkin, 1914-1978
Bella Gutterman
Zivia 'Cywia' Lubetkin-Zuckerman, 1914-1978, Pologne Ajouter à mes livres
30 La Rose Blanche : Les étudiantsqui se sont soulevés contre Hitler avec la seule arme de la parole
José García Pelegrín
1 critique

Sophie Scholl, 1921-1943 et Inge Aicher-Scholl, 1917-1998, Allemagne Ajouter à mes livres
31 Résistante
Gisèle Guillemot
1 critique 1 citation

Gisèle Guillemot, 1922-2013, France. Suggestion de ssstella. Ajouter à mes livres
32 Marie-Madeleine Fourcade : Un chef de la Résistance
Michèle Cointet
1 citation

Marie-Madeleine Fourcade, 1909-1989, France Suggestion de rulhe Ajouter à mes livres
33 La Légionnaire
Gérard Bardy
3 critiques 2 citations

Susan Travers, 1909-2003, Angleterre Suggestion de oran Ajouter à mes livres
34 Tomorrow to Be Brave
Susan Travers
Susan Travers, 1909-2003, Angleterre. Suggestion de oran Ajouter à mes livres
35 Le convoi du 24 janvier
Charlotte Delbo
3 critiques 1 citation

Excellent témoignage d'un convoi pour Auschwitz de 230 femmes par une des 49 rescapées. Suggestion d'Agathe Dumaurier Ajouter à mes livres
36 Danielle Casanova : L'indomptable...
Pierre Durand
Danielle Casanova, née Vincentella Perini, 1909-1943, France, Corse. Suggestion de rulhe Ajouter à mes livres
37 Regarde-toi qui meurs
Brigitte Friang
2 critiques 4 citations

Brigitte Friang, 1924-2011, France. Suggestion de Hulot Ajouter à mes livres
38 Madeleine Pauliac : L'insoumise
Philippe Maynial
11 critiques 3 citations

Docteur Madeleine Pauliac, 1912-1946, France Suggestion de Melpomene125. Ajouter à mes livres
39 Milena
Margarete Buber-Neumann
7 critiques 6 citations

Milena Jesenská (1896-1944) Tchécoslovaquie. Suggestion de michfred. Ajouter à mes livres
40 Déportée à Ravensbruck : Prisonnière de Staline et d'Hitler
Margarete Buber-Neumann
3 critiques

Margarete Buber-Neumann, (1901-1989), Allemagne. Ajouter à mes livres
41 Vivre
Milena Jesenska
4 critiques 27 citations

Milena Jesenská, (1896-1944), Tchécoslovaquie. Suggestion de michfred. Ajouter à mes livres
42 La traversée de la nuit
Geneviève de Gaulle Anthonioz
18 critiques 16 citations

Geneviève de Gaulle-Anthonioz, (1920-2002), France. Suggestion de michfred. Ajouter à mes livres
43 Une trace dans le ciel
Agnès Clancier
7 critiques 6 citations

Elle s’efforce de vider son esprit. D’oublier ce qu’elle sait. Ce qu’elle a vécu ces derniers jours, ces derniers mois. Elle doit tout effacer. Tout sauf l’enfance, la jeunesse, l’amour, les défis, la folie, ce qui, d’elle, leur sera toujours inaccessible. Ce qui la rend invulnérable. Arrêtée par la Gestapo en mars 1944, une femme tente, dans la solitude de sa cellule, de surmonter sa peur pour affronter l’épreuve de la détention et des interrogatoires. Aviatrice célèbre pour avoir, dans les années trente, battu de nombreux records internationaux, elle se remémore les moments heureux de son existence et les êtres qu’elle a aimés, puisant dans ce voyage vers le passé la force dont elle a besoin. Ce roman, inspiré de la vie de Maryse Bastié, héroïne de l’aviation, mais aussi engagée dans la résistance à l’occupant et dans la cause des femmes, nous plonge dans cette époque où des fous volants, de Mermoz à Hélène Boucher, ont laissé, souvent au péril de leur vie, des traces dans le ciel, ouvrant ainsi la voie à l’aviation moderne. Ajouter à mes livres
44 Femmes dans la guerre, 1940-1945
Christiane Audibert-Boulloche
1 critique 9 citations

Ajouter à mes livres
45 Les héroïnes du SOE
Beryl Escott
4 critiques 2 citations

En 1940, pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Britanniques établirent une organisation qui, selon Churchill, visait à " mettre l'Europe en feu ". Les agents du Special Operations Executive, " l'armée secrète de Churchill ", furent envoyés partout en Europe pour obtenir des informations, saboter les positions allemandes et organiser les réseaux de résistance. La section F du SOE, peut-être la plus illustre, agissait en France occupée. Vers 1942, le SOE avait un besoin urgent de nouvelles recrues qui n'éveilleraient pas les soupçons des Allemands ; il se tourna vers un groupe jusqu'ici négligé, les femmes. La section F engagea quarante femmes en tout, des volontaires venant de tous milieux et de plusieurs nationalités, sans expérience militaire mais passionnées par la France. 'Les Héroïnes du SOE' dresse le portrait de chacune des quarante femmes de la section F du SOE et offre un regard humain sur les raisons qui les poussèrent à risquer leurs vies pour libérer la France. xxxxx Suggestion de palamede. Lire sa chronique du 27 mai 2018. Ajouter à mes livres
46 Un train en hiver
Caroline Moorehead
5 critiques 7 citations

La plus jeudene a 17 ans, la plus âgée, 67. Un matin glacé de janvier 1943, 230 femmes enfermées dans des camps d'internement français, ces " châteaux de la mort lente ", sont conduites par la Gestapo en gare de Compiègne. Leur destination : Auschwitz-Birkenau. C'est en chantant La Marseillaise qu'elles feront leur entrée dans le camp d'extermination. Seules 49 d'entre elles en reviendront vivantes. C'est l'histoire de ces femmes que Caroline Moorehead nous raconte ici. Des femmes " ordinaires ", dont beaucoup de résistantes, qui ont tout sacrifié pour combattre le nazisme. Venues d'horizons divers, de classes sociales variées, elles vont puiser leurs forces dans l'amitié, la solidarité et l'entraide. Depuis leur arrestation, leur torture par la police française ou la Gestapo, leur voyage dans le train de la mort, leur vie dans le camp jusqu'à leur libération par l'Armée rouge en janvier 1945, ce livre restitue, avec une émotion rare, leur traversée des cercles de l'enfer. " Aussi bouleversant qu'édifiant. " The New York Times Book Review " Un livre déchirant mais nécessaire. " The Washington Post ××××× Suggestion de PrettyYoungCat. Lire sa chronique du 30 mai 2018. Ajouter à mes livres
47 Une vie de résistante : Marie-Claude Vaillant-Couturier
Gérard Streiff
Reporter-photographe, Marie-Claude Vaillant-Couturier est la première, en 1933, à montrer au monde les camps de concentration allemands. En 1942, elle est arrêtée, déportée à Auschwitz puis à Ravensbrück. Témoin de l'horreur nazie au procès de Nuremberg en 1946, elle sera une militante infatigable de la mémoire de la déportation, pacifiste et féministe de combat, élue et dirigeante communiste respectée. Grande figure de la Résistance, elle s'est éteinte en décembre 1996, à 84 ans. ××××× Suggestion de AS76. Ajouter à mes livres
48 Les Femmes dans la résistance en France
Christine Levisse-Touzé
Membres des réseaux, auxiliaires de la France libre, combattantes, les femmes entrées en résistance de 1940 à 1944 ont longtemps été victimes d’une injuste mise à l’écart. Oubli de la mémoire officielle, et plus encore de l’opinion, qui a creusé un fossé entre quelques héroïnes (Berthie Albrecht, Danielle Casanova...) et la masse des anonymes… Ces actes d’un colloque franco-allemand réunissent les interventions d’historiens et de témoins (Lucie Aubrac, Marie-José Chombart de Lauwe, Rosette Peschaud). Malgré leur statut de mineures civiles et leur assignation à des tâches traditionnelles, les femmes résistantes ont su s’imposer au sein d’un mouvement largement masculin. Elles le firent à travers des formes d’action spécifiques (« résistance au foyer », manifestations de ménagères…), et plus encore en s’insérant dans le « monde des hommes ». Leur rôle dans l’organisation des réseaux et de la presse clandestine, la présence au front des ambulancières et des volontaires féminines de la France annonçaient d’autres combats, ceux de l’après-guerre. Source éditeur (Tallandier). Ni éligibles, ni électrices, les femmes françaises, à l'issue de la défaite de 1940, n'ont pourtant pas hésité, quelles que soient leurs conditions sociales ou culturelles, à refuser l'occupation, à contester la politique du gouvernement de Vichy, à s'engager dans la Résistance ou à rejoindre Londres et les Forces françaises libres. D'autres, plus tard, ont intégré les unités de l'armée d'Afrique qui out repris le combat après le débarquement anglo-américain du novembre 1942. D'autres encore, arrêtées, ont continué de résister dans les prisons, les camps d'internement comme dans les camps de concentration. Quelle que soit leur fonction dans la Résistance, elles ont encouru les mêmes dangers que les hommes. Cet ouvrage, fruit d'un colloque qui s'est déroulé à Berlin du 8 au 10 octobre 2001, a pour ambition de restituer ce que fut le combat des femmes allemandes et françaises en France pendant la Deuxième Guerre mondiale. Source : amazon Membres des réseaux, auxiliaires de la France libre, combattantes, les femmes entrées en résistance de 1940 à 1944 ont longtemps été victimes d’une injuste mise à l’écart. Oubli de la mémoire officielle, et plus encore de l’opinion, qui a creusé un fossé entre quelques héroïnes (Berthie Albrecht, Danielle Casanova...) et la masse des anonymes… Ces actes d’un colloque franco-allemand réunissent les interventions d’historiens et de témoins (Lucie Aubrac, Marie-José Chombart de Lauwe, Rosette Peschaud). Malgré leur statut de mineures civiles et leur assignation à des tâches traditionnelles, les femmes résistantes ont su s’imposer au sein d’un mouvement largement masculin. Elles le firent à travers des formes d’action spécifiques (« résistance au foyer », manifestations de ménagères…), et plus encore en s’insérant dans le « monde des hommes ». Leur rôle dans l’organisation des réseaux et de la presse clandestine, la présence au front des ambulancières et des volontaires féminines de la France annonçaient d’autres combats, ceux de l’après-guerre. Source éditeur (Tallandier). Ni éligibles, ni électrices, les femmes françaises, à l'issue de la défaite de 1940, n'ont pourtant pas hésité, quelles que soient leurs conditions sociales ou culturelles, à refuser l'occupation, à contester la politique du gouvernement de Vichy, à s'engager dans la Résistance ou à rejoindre Londres et les Forces françaises libres. D'autres, plus tard, ont intégré les unités de l'armée d'Afrique qui out repris le combat après le débarquement anglo-américain du novembre 1942. D'autres encore, arrêtées, ont continué de résister dans les prisons, les camps d'internement comme dans les camps de concentration. Quelle que soit leur fonction dans la Résistance, elles ont encouru les mêmes dangers que les hommes. Cet ouvrage, fruit d'un colloque qui s'est déroulé à Berlin du 8 au 10 octobre 2001, a pour ambition de restituer ce que fut le combat des femmes allemandes et françaises en France pendant la Deuxième Guerre mondiale. Source : amazon xxxxx Suggestion de Parthenia. Ajouter à mes livres
49 Une Française libre : Journal 1939-1945
Tereska Torrès
1 citation

Une jeune fille passe son bac à la veille du 18 juin 1940 et décide d'aller rejoindre de Gaulle à Londres. La voici engagée à dix-neuf ans dans le Corps féminin des Forces françaises libres. Cinq années de guerre, dont quatre sous le Blitz, années pendant lesquelles elle tient scrupuleusement son journal intime - ici publié tel qu'il a été écrit, sous la seule dictée de l'instant. Autour d'elle, des hommes et des femmes s'aperçoivent que «résister» ne va jamais de soi. Elle-même observe, découvre le monde des adultes. Elle fait face avec les moyens de son âge, mais surtout avec la force de son caractère - et celle de son regard. Car d'emblée, elle a pris le parti le plus exigeant : celui de la lucidité. Naïve parfois, impudique par souci de ne pas tricher, clairvoyante surtout, Tereska Torrès livre la chronique d'un moment-clé de l'aventure de ce siècle. Un classique parmi les témoignages sur la dernière guerre. xxxxx Suggestion de Parthenia Ajouter à mes livres
50 Une jeune fille libre : Journal (1939-1944)
Denise Domenach-Lallich
Un trésor dormait au fond d'une armoire : trois cahiers retrouvés par hasard, en rangeant des papiers. Aussitôt, Denise a été rattrapée par son histoire. À l'époque où elle s'appelait encore Domenach à la ville et Duplessys pour la Résistance. Quand, de 1939 à 1944, elle a tenu son journal... Ce document est publié tel qu'il a été écrit, en secret. Il y a du Journal d'Anne Frank dans ce texte, qui passe de la gravité au caprice, avec les hauts et les bas d'une adolescente. L'intime et l'Histoire se mêlent à chaque page. Car Denise s'engage très tôt dans la Résistance, sous l'influence de son frère, Jean-Marie Domenach, futur directeur de la revue Esprit, et de Gilbert Dru, héros chanté par Aragon dans La Rose et le réséda. A la fin de la guerre, clandestine à Lyon, elle échappe de justesse à l'arrestation. Nombre de ses amis sont torturés, fusillés ou déportés. L'amour, l'aventure, le courage... toutes les émotions se bousculent. Christine Mital est allée à la rencontre de Denise. Pour combler les blancs et répondre à ses propres interrogations sur l'Histoire. De ces échanges entre celle qui y était et celle qui n'y était pas, de cette confrontation entre deux regards, naît un portrait juste et tendre, qui passionnera toutes les générations. Celui d'une jeune fille libre. xxxxxx Suggestion de Parthenia. Ajouter à mes livres
51 Le front de l'art : Défense des collections françaises, 1939-1945
Rose Valland
1 critique

Rose Valland (1898-1980) a mené au sein au Jeu de Paume, où elle était attachée de conservation, une action de résistance qui a permis la récupération d'un important nombre d'oeuvres d'art spoliées durant l'Occupation. Le service allemand chargé des spoliations, l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR), dirigé par Alfred Rosenberg, est installé au Jeu de Paume où transitent les oeuvres pillées par les nazis avant d'être envoyées en Allemagne. Sur le front de l'art, comme on l'est sur la ligne de front d'une bataille, Rose Valland dresse, au risque de sa vie, un inventaire minutieux de toutes les informations concernant les mouvements des oeuvres, leur provenance et leur lieu de destination. Après la Libération de Paris, devenue capitaine dans la 1re armée française, elle est membre de la Commission pour la récupération artistique et travaille avec les officiers des Monuments, Fine Arts and Archives (les Monuments Men) à la reconstitution du trajet des oeuvres. En 1961, Rose Valland publie un récit clair, documenté et impartial de ces années noires, Le Front de l'art - Défense des collections françaises, 1939-1945. La présente réédition de ce témoignage majeur est accompagnée d'un appareil critique établi par une équipe de chercheurs, conservateurs et archivistes spécialistes de la question de la spoliation des oeuvres d'art dans les collections publiques et privées pendant l'Occupation, et de leur récupération après la Libération. xxxxx Suggestion de Pyca/Yves Brocard Ajouter à mes livres
52 Souvenirs de guerre et d'occupation
Suzanne Bidault
Suzanne ("Suzy") Borel (1904-1995), fonctionnaire à Vichy, résistante, diplomate et écrivaine. Épouse de Georges Bidault, Président du gouvernement provisoire et Ministre des Affaires étrangères. xxxxx Suggestion de Pyca/Yves Brocard. Ajouter à mes livres
53 Une opérette à Ravensbrück. Le Verfügbar aux Enfers
Germaine Tillion
5 critiques 5 citations

Résister en écrivant, chanter à la barbe des geôliers nazis pour défendre sa dignité: dans Le camp de Ravensbrück, Germaine redonne vie à Lulu, Nénette, Marmotte et Titine, ses camarades de détention. Convoquant le souvenir des rengaines populaires, du bon vin qui réchauffe, des joyeuses tablées d'antan, elles luttent contre leur condition inhumaine avec la plus redoutable des armes : la joie de vivre. ++++++ Germaine Tillion (1907-2008), résistante et femme de lettres. Il existe plusieurs ouvrages sur sa vie et son oeuvre. ++++++ Suggestion de AS76 Ajouter à mes livres
54 Des femmes en résistance : 1939-1945
Marie Rameau
1 critique

Trente témoignages de femmes qui, pour des raisons politiques ou tout simplement parce qu'elles ne supportaient pas de voir leur pays occupé, ont choisi de résister. Trente photographies qui parlent aujourd'hui d'aventures humaines du temps jadis. ++++++ Il y a entre autres le témoignage de Denise Vernay (1924-2013), résistante. Elle était la soeur de Simone Veil. xxxxxxxx Suggestion de AS76. Ajouter à mes livres
55 "Gargamelle" : mon ambulance guerrière 2e D.B.
Edith Vézy
Sous-titre "Virginia d'Albert-Lake : De la Résistance à Ravensbrück". Née en 1910 à Dayton, Ohio (US) et décédée le 20 septembre 1997 à Dinard, France. ++++++ " Le 10 juin 1944, 4 jours après le débarquement, Virginia d'Albert-Lake est arrêtée par la "Feldgendarmerie" allemande. Américaine restée en France sous l'occupation, elle s'est engagée en 1943 dans le réseau d'évasion Comète, au sein duquel elle a participé à l'exfiltration de 65 aviateurs alliés abattus dernière les lignes ennemies. Emprisonnée d'abord à Fresnes puis au fort de Romainville, Virginia est déportée en Allemagne par le convoi du 15 août 1944. Elle est l'une des quelques Américaines à avoir été internée au camp de Ravensbrück. Elle a été libérée le 21 avril 1945 à Liebenau, à la frontière suisse, par les Forces Françaises Libres. " +++++++ Suggestion de KATULU. Ajouter à mes livres
56 Ne perdez pas leur tracé !
Georges Dunand
Ce livre retrace l'histoire de la résistante Gisela ("Gisi") Fleischmann, née à Bratislava en 1894 et morte à Auschwitz en 1944. L'auteur, Georges Dunand, était en Slovaquie comme délégué de la Croix-Rouge. Ajouter à mes livres
57 Joséphine Baker contre Hitler : La star noire de la France Libre
Charles Onana
Star internationale du music-hall, vedette incontestée du Casino de Paris et du théâtre des Champs-Elysées, Joséphine Baker fut la première artiste française noire dans les années 30 à toucher le c ur des Français par ses chansons populaires, sa beauté et sa voix angélique. Lorsque la France est attaquée en 1940 par Adolphe Hitler, la Star quitte les paillettes pour entrer dans la résistance. Militante antiraciste, épouse d'un juif, Baker refuse de voir Paris sous la botte des Nazis. Dès 1939, elle entre dans le contre-espionnage et devient, plus tard, au péril de sa vie, l'agent de propagande du général de Gaulle. Elle donne de nombreux concerts pour récolter des fonds au profit de l'armée française et aide les services de renseignements français à obtenir des informations précieuses sur les intentions de Mussolini et sur les projets secrets des Allemands. Pendant cinq ans, elle lutte contre les nazis. Après deux années d'enquête, le journaliste Charles Onana a retrouvé des archives militaires, celles des renseignements généraux et du FBI, gui révèlent comment une femme noire américaine, devenue française, a combattu Hitler et le racisme. A la fin de la guerre, elle marche à Washington avec Martin Luther King pour les droits civiques, puis adopte des enfants de toutes les couleurs et mène un combat international contre le racisme. xxxxxx Suggestion de AS76. Ajouter à mes livres
58 L'Amérique déportée
Catherine Rothman-Le Dret
Voir n° 55 "Gargamelle". xxxxxx Suggestion de KATULU. Ajouter à mes livres
59 Cecilia Razovsky and the American Jewish Women's Rescue Operations in the Second World War
Bat-Ami Zucker
Dans cet ouvrage Bat-Ami Zucker explique les opérations de sauvetage par des femmes américaines de Juives d'Europe sous contrôle nazi en prenant comme exemple Cecilia Davidson-Razovsky (1891-1968), entre autres directrice du Conseil National de femmes juives américaines. Ajouter à mes livres
60 La circassienne
Guillemette de Sairigné
4 critiques 4 citations

Leïla Hagondokoff naît en 1898 en Kabardie, dans le Caucase, au sein d'une famille de neuf enfants. Son enfance se déroule dans une taïga glaciale en proie aux attaques des Chinois et à celle des bêtes sauvages. Son père est commandant en chef des forces impériales en Extrême-Orient. Leïla et ses soeurs apprennent très tôt à soigner les blessés. A 19 ans, elle épouse un officier, ancien page du Tsar dont elle a un fils. Pour fuir la Révolution, ils traversent la Russie et gagnent Shangai où elle subsiste. Divorcée, elle part pour la France. Très vite célèbre pour sa beauté, elle devient mannequin, ouvre sa maison de couture et rencontre un milliardaire américain qui établit un trust en sa faveur. Elle épouse Ladislas du Luart et sa deuxième vie va commencer. Quand arrive la guerre d'Espagne, Leïla invente et fait financer des ambulances à l'intérieur desquelles, pour la première fois, on pratique la chirurgie lourde en zone de combat. Cette approche nouvelle sauvera des milliers de blessés. A partir de 1936, à la tête de cette formation chirurgicale mobile, elle va sur tous les fronts : guerre d'Espagne, camps d'internement de Vichy en Algérie en 1941, campagnes de Tunisie, d'Italie, de France. En 1945, elle franchit le Rhin parmi les premières et défile à Paris le 14 Juillet. Elle crée un Centre militaire de détente à Alger pendant la guerre d'Algérie puis devient la marraine et la très généreuse donatrice d'un régiment de la Légion dont elle est l'icône. Cette femme à la beauté célèbre, à la volonté de fer, au grand courage physique, au fort caractère, d'une grande humanité, entretint jusqu'à sa mort sa légende et ses mystères. +++++ Suggestion de Levant +++++++ Ajouter à mes livres
61 Si tu parles, Marianne
Bruno Doucey
Comme une longue lettre d'amour pour que la mémoire de Marianne Cohn ne s'éteigne jamais, Bruno Doucey s'adresse à elle et revient sur son histoire trop brève. Née en 1922 en Allemagne, Marianne Cohn, jeune fille juive engagée très tôt au sein de la Résistance, sauve de la déportation plusieurs centaines d'enfants en les faisant passer clandestinement en Suisse. Un poème de Marianne, retrouvé dans la poche de l'un d'entre eux, constitue son seul témoignage des atrocités perpétrées par les nazis, des souffrances endurées pour ne pas trahir. Je trahirai demain dit-elle, dans cette ode à la liberté. Marianne sera assassinée par ses tortionnaires le 8 juillet 1944, en Haute-Savoie, à quelques jours de la Libération. ++++++ Suggestion de Junie ++++++ Ajouter à mes livres
62 Friedl Dicker-Brandeis : Vienna 1898-Auschwitz 1944
Elena Makarova
Dans cet ouvrage l'écrivaine israélienne, Elena Makarova, (née à Bakou en 1951) retrace la vie de l'artiste peintre et éducatrice autrichienne, Friedl Dicker-Brandeis, née à Vienne en 1898 et morte à Auschwitz en 1944. Au camp de concentration nazi de Theresienstadt ( Terezin en République tchèque) de décembre 1942 jusqu'à son transfert à Auschwitz, en septembre 1944, elle donna des cours d'art-thérapie. En 1999, une exposition itinérante fut organisée des oeuvres de ses jeunes élèves entre autres en Allemagne, aux États-Unis, au Japon et en France. Ajouter à mes livres
63 La Rose blanche
Inge Scholl
26 critiques 34 citations

L'histoire de trois étudiants munichois décapités en 1943, après la défaite des forces allemandes à la bataille de Stalingrad, pour avoir été les animateurs d'un mouvement de résistance, la rose blanche. Ajouter à mes livres
64 Lettres et carnets
Hans Scholl
12 critiques 31 citations

Le 22 février 1943, Hans (né en 1918) et Sophie Scholl (née en 1921) étaient guillotinés avec leur camarade Christoph Probst. Quelques semaines plus tard, trois autres membres de la « Rose blanche » (le professeur Kurt Huber et deux autres étudiants : Willi Graf et Alexander Schmorrel) connaissaient le même sort. Leur crime ? Avoir peint des « Vive la liberté » dans les rues et distribué des tracts à l’université de Munich pour appeler les Allemands à la résistance en invoquant Schiller, Fichte, Lao-Tseu et Goethe, et avoir dénoncé le crime dont la culpabilité suivra à jamais le peuple allemand : « Depuis la mainmise sur la Pologne, trois cent mille juifs de ce pays ont été abattus comme des bêtes. C’est là le crime le plus abominable perpétré contre la dignité humaine, et aucun autre dans l’histoire ne saurait leur être comparé… » Dans diverses villes d’Allemagne, d’autres suivaient déjà leur exemple… Idéalistes, graves mais aussi très sensibles aux joies du monde, Hans et Sophie Scholl, lui étudiant en médecine, elle étudiante en philosophie, avaient commencé par rejoindre les Jeunesses hitlériennes avec la ferveur des enfants de leur âge et un enthousiasme romantique. Mais cette adhésion fut de courte durée. L’emprise de Hitler sur la société se renforçant, la servilité des adultes gagnant du terrain, la chape de plomb du conformisme obligé se faisant suffocante, les atrocités se multipliant, les jeunes gens sortirent de l’adolescence avec la conviction qu’ils devaient élever la voix contre un régime meurtrier. Ajouter à mes livres
65 Sophie Scholl : Die Comic-Biografie
Heiner Lünstedt
Cette bande dessinée de Heiner Lünstedt et Ingrid Sabisch est un hommage à Sophie Scholl (1921-1943), l'étudiante munichoise qui a résisté à Hitler. Cet ouvrage contient une postface de Dr. Hildegard Kronawitter de la Fondation La Rose Blanche ("Weiße Rose Stiftung e.V."). Ajouter à mes livres
66 Journal 1942-1944 - Suivi de Hélène Berr, une vie confisquée
Hélène Berr
44 critiques 92 citations

Il y avait sûrement en 1942 des après-midi où la guerre et l'Occupation semblaient lointaines et irréelles dans ces rues. Sauf pour une jeune fille du nom d'Hélène Berr, qui savait qu'elle était au plus profond du malheur et de la barbarie ; mais impossible de le dire aux passants aimables et indifférents. Alors, elle écrivait un journal. Avait-elle le pressentiment que très loin dans l'avenir, on le lirait ? Ou craignait-elle que sa voix soit étouffée comme celles de millions de personnes massacrées sans laisser de traces ? Au seuil de ce livre, il faut se taire maintenant. écouter la voix d'Hélène et marcher à ses côtés. Une voix et une présence qui nous accompagneront toute notre vie. » Patrick Modiano +++++++ Suggestion de doublepage +++++++ Ajouter à mes livres
67 Madeleine
Jean Overton Fuller
'histoire de Noor Inayat Khan (1914-1944) Non, ce n'est pas encore une histoire de résistance, mais beaucoup plus, la brève épopée d'une âme pure, la prise de conscience tragique d'un être d'une haute spiritualité pour qui la lutte effective contre l'oppression était la seule voie possible. Grand prêtre de la religion soufi, le père de Noor lui avait inculqué les grands principes philosophiques hindous et toute son enfance s'était déroulée dans une atmosphère d'élévation de pensée et de renoncement de soi-même pour la vérité. En 1939, la question ne se pose pas pour la jeune fille.... Ajouter à mes livres
68 France Bloch-Sérazin, Une femme en résistance (1913-1943)
Alain Quella-Villéger
4 critiques 2 citations

Le rôle des femmes dans la Résistance, qui plus est juives et/ou communistes, est longtemps resté un point aveugle de l’historiographie des années 1940-1945. Cette biographie historique vient ainsi réparer un oubli en faisant renaître, à partir d’un travail d’archive rigoureux, la figure emblématique et méconnue de France Bloch-Sérazin, chimiste de premier plan et militante communiste engagée tôt dans la résistante française. France Bloch-Sérazin, « morte pour la France », a été arrêtée à Paris par la police de Vichy et guillotinée par les nazis à Hambourg en février 1943, alors qu’elle n’avait pas trente ans. Voici donc le portrait d’une femme de combat, au plus près des témoignages et grâce aux lettres inédites, aux rapports de filature, aux interrogatoires de police. Celles et ceux qui l’ont connue gardent le souvenir d’une femme passionnée, symbole de courage, de générosité, de haute valeur humaine. Autour d’elle : son mari Frédo Sérazin, résistant mort pour la France à Saint-Étienne ; son père, l’écrivain Jean-Richard Bloch, tenant d’un milieu intellectuel foisonnant, uni par des valeurs politiques et morales d’engagement ; une famille dispersée par la guerre, de l’Amérique du Sud à l’URSS, des prisons françaises aux camps d’extermination. En toile de fond, c’est aussi un pan central de la résistance communiste parisienne, organisée autour du XIVe arrondissement et de Raymond Losserand, qui nous est révélée et dont le couple France Bloch-Frédo Sérazin incarne l’idéal, l’union de la culture et du prolétariat. Ajouter à mes livres
69 The women who spied for Britain
Robyn Walker
1 critique 2 citations

Espionage is one of the world's oldest professions, and it played an integral role in Allied successes and failures during the Second World War. Equal to men in both their bravery and in the sacrifices they made, the female undercover operatives of the Second World War deserve to have their incredible stories told. The Women Who Spied for Britain traces the fascinating and sometimes tragic stories of eight women who put their lives on the line and made invaluable contributions to the British war effort. Drawn from many different walks of life, including a princess, a beauty queen, a war widow, a teenage girl and a bawdy Australian journalist, all of these women shared a sense of adventure, daring and determination that allowed them to embrace the role of secret agent. Trained in the art of clandestine warfare, guerilla tactics and radio operation, these women worked closely with resistance movements throughout Occupied Europe. Their stories are portraits of courage, offering a mixture of thrilling adventure, gutsy humour, hard-fought triumphs and, for far too many, horrific tragedy. Ajouter à mes livres
70 The spy who loved
Clare Mulley
1 critique 1 citation

The Untold Story of Britain's First Female Special Agent of World War II In June 1952, a woman was murdered by an obsessed colleague in a hotel in the South Kensington district of London. Her name was Christine Granville. That she died young was perhaps unsurprising; that she had survived the Second World War was remarkable. The daughter of a feckless Polish aristocrat and his wealthy Jewish wife, Granville would become one of Britain's most daring and highly decorated special agents. Having fled to Britain on the outbreak of war, she was recruited by the intelligence services and took on mission after mission. She skied over the hazardous High Tatras into occupied Poland, served in Egypt and North Africa, and was later parachuted behind enemy lines into France, where an agent's life expectancy was only six weeks. Her courage, quick wit, and determination won her release from arrest more than once, and saved the lives of several fellow officers―including one of her many lovers―just hours before their execution by the Gestapo. More importantly, the intelligence she gathered in her espionage was a significant contribution to the Allied war effort, and she was awarded the George Medal, the OBE, and the Croix de Guerre. Granville exercised a mesmeric power on those who knew her. In The Spy Who Loved, acclaimed biographer Clare Mulley tells the extraordinary history of this charismatic, difficult, fearless, and altogether extraordinary woman. (Source Amazon). Ajouter à mes livres
71 Irena Sendlerowa : Juste parmi les nations
Gilbert Sinoué
6 critiques 2 citations

A partir de 1942, au péril de sa vie, Irena Sendlerowa, employée au Comité d'Aide sociale de Varsovie, réussit à faire évader près de deux mille cinq cents enfants du ghetto juif, alors gardé jour et nuit par les soldats nazis. Rusant auprès des autorités, elle les fait passer par les caves ou par les canalisations, dans des boîtes en carton, des valises, des sacs à dos, des taies d'oreiller, sous des ordures et même, une nuit, dans une boîte à outils. Irena Sendlerowa (1910-2008), résistante polonaise, a été déclarée "Juste parmi les nations" en 1965. Suggestion de "isanne". Ajouter à mes livres
72 Irena Sendlerowa : La mère des enfants de l'Holocauste
Anna Mieszkowska
1 critique 1 citation

Héroïne polonaise, Irena Sendlerowa a sauvé deux mille cinq cents enfants juifs du ghetto de Varsovie, soit deux fois plus que l'homme d'affaires Oskar Schindler, immortalisé par le film de Steven Spielberg. Avec ce livre, nous la suivons dans des courses haletantes et mille subterfuges, des rues tragiques du ghetto aux prisons de la gestapo, pour sauver «ses» enfants et tant d'autres... Sa parole limpide nous dévoile une galerie de portraits saisissants de courage et d'humanité, parcelles de vie parfois anonymes, trop brèves souvent. Ce livre est un hommage à ceux qui donnèrent leur vie pour sauver des milliers d'autres. Au-delà, nous découvrons la formidable organisation polonaise clandestine que fut Zegota, la commission d'aide aux Juifs. Une biographie inédite, le coeur d'une femme témoignant que le courage, le don de soi et l'espérance, au coeur de la nuit, peuvent être sans limites. Ajouter à mes livres
73 Ces femmes espagnoles : De la Résistance à la Déportation
Neus Catala
Avec ce livre et les témoignages recueillis, Neus Catalá, exilée républicaine espagnole, résistante en France et déportée à Ravensbrück, rend justice au femmes qui comme elle, très tôt se sont engagé dans le combat antifasciste jusqu'à ses dernnières conséquences, la déportation et souvent la mort. Préface de Geneviève de Gaulle Anthonioz. Suggestion de Pecosa. Ajouter à mes livres
74 Scholars of Mayhem
Daniel C. Guiet
1 critique 1 citation

Dans cet ouvrage de Daniel C. Guiet en hommage à son père, Jean-Claude (1924-2013), opérateur radio du SOE ("Special Operations Executive"- Direction des opérations spéciales) en 1944 dans le Limousin, il est aussi question de Violette Szabo, née Bushell en 1921 à Levallois-Perret et morte le 5 février 1945 à Ravensbrück. Officier SOE, nom de code "Louise". Ajouter à mes livres
75 Young, brave and beautiful
Tania Szabó
SOE agent Violette Szabó was one of the most incredible women who operated behind enemy lines during the Second World War. The daughter of an English father and French mother, and widow of a French army officer, she was daring and courageous, conducting sabotage missions, being embroiled in gun battles and battling betrayal. On her second mission she was captured by the Nazis, interrogated and tortured, then deported to Germany where she was eventually executed at Ravensbrück concentration camp. Violette was one of the first women ever to be awarded the George Cross, and her fascinating life has been immortalised in film and on the page. Biographie de l'auteur : TANIA SZABÓ is the daughter of Violette. She is a multilingual translator and was a language tutor at her own Language Studio in Jersey for over thirty-five years. Through her family, as well as person Ajouter à mes livres
76 ODETTE AGENT S 23.
Jerrard Tickell
Le livre relate l'activité d'Odette Sansom (1912-1995), héroïne française du Special Operations Executive, qui fut courrier (agent de liaison) dans le réseau SPINDLE de Peter Churchill actif dans le sud-est de la France, et qui fut arrêtée en avril 1943 avant d'être déportée à Ravensbrück. Contrairement à Violette Szabo, elle a survécu à l'enfer du camp de la mort nazi. Comme elle a épousé en secondes noces Peter Churchill, parfois elle est désignée comme Odette Churchill. Ce Peter n'avait rien à voir avec son homonyme Winston. Ajouter à mes livres
77 La guerre n'a pas un visage de femme
Svetlana Alexievitch
27 critiques 60 citations

La Seconde Guerre mondiale ne cessera jamais de se révéler dans toute son horreur. Derrière les faits d'armes, les atrocités du champ de bataille et les crimes monstrueux perpétrés à l'encontre des civils, se cache une autre réalité. Celle de milliers de femmes russes envoyées au front pour combattre l'ennemi nazi. Svetlana Alexievitch a consacré sept années de sa vie à recueillir des témoignages de femmes dont beaucoup étaient à l'époque à peine sorties de l'enfance. Après les premiers sentiments d'exaltation, on assiste, ou fil des récits, à un changement de ton radical, lorsque arrive l'épreuve fatidique du combat, accompagnée de son lot d'interrogations, de déchirements et de souffrances. Délaissant le silence dans lequel nombre d'entre elles ont trouvé refuge, ces femmes osent enfin formuler la guerre telle qu'elles l'ont vécue. Un recueil bouleversant des témoignages poignants. Suggestion de IJKLM_P. Ajouter à mes livres
78 Vera Atkins, une femme de l'ombre : La résistance anglaise en France
Sarah Helm
A travers la biographie de Vera Atkins (1908-2000), une femme d'exception chargée de recruter et d'encadrer des agents anglais pour la résistance en France, voici un aspect de la Seconde Guerre mondiale, peu connu dans notre pays, voire occulté pour des raisons idéologiques et politiques. En 1940, sous l'égide de Churchill, les Anglais créent un organisme des services secrets, le SOE (Special Operation Executive). Vera Atkins devient le " cerveau " de la section F, qui parachutera sur la France occupée plus de 400 agents dont une centaine disparaîtront. Fin 1945, sous l'uniforme britannique, Vera entreprend une quête solitaire à travers l'Allemagne en ruine pour connaître le sort des victimes et notamment des femmes agents. La piste éprouvante passe par l'interrogatoire d'anciens tortionnaires nazis et aboutit aux horreurs des camps de concentration. Vera découvre aussi l'étendue des erreurs fatales - et des trahisons - du SOE. Le récit, nourri d'interviews de survivants et de proches de Vera Atkins, donne une image contrastée et complexe du climat de l'époque, et renforce le mystère dont s'est entourée jusqu'à sa mort " la personne la plus puissante du SOE ". En fouillant dans le passé de Vera Atkins et en la suivant dans sa quête en Allemagne, Sarah Hehn nous propose un livre qui se lit comme une passionnante enquête policière. Ajouter à mes livres
79 La Gestapo m'appelait la souris blanche : Une Australienne au secours de la France
Nancy Wake
3 critiques 1 citation

Après avoir vécu et travaillé à Paris pendant les années trente, Nancy Wake épouse un Français et s’installe à Marseille. Cette union idyllique prend fin avec le début de la Seconde Guerre mondiale. Désormais associée à la mise en place d’un réseau permettant à des soldats alliés de quitter la France après la défaite de 1940, Nancy va devoir en faire autant pour échapper aux serres de la Gestapo. C’est à Londres qu’elle reçoit au sein des « Special Operations Executive » la formation qui fait d’elle un agent secret en même temps qu’une spécialiste du sabotage. De retour en France, où elle a été parachutée, elle y devient une figure de proue du plus important maquis d’Auvergne dont elle sait faire un magnifique instrument de combat. Tant par ses responsabilités matérielles que par sa capacité à procurer des armes à ses membres, elle force le respect. Ajouter à mes livres
80 Ma vie dans les services secrets
Noreen Riols
5 critiques 2 citations

Lorsque la France s'effondre en 1940, Winston Churchill aide de Gaulle à passer à Londres et fonde le SOE, ou Special Operations Executive. Objectifs de cette armée secrète : infliger le maximum de pertes aux Allemands dans les pays qu'ils occupent, créer des réseaux de résistance et informer Londres des mouvements de l'ennemi. Pour cela, il faut former des agents bilingues capables de sauter en parachute, de tuer par tous les moyens, d'envoyer des informations par radio, de faire sauter des ponts. Et tout cela dans le plus grand secret, sécurité oblige. Noreen Riols sort à peine de l'adolescence lorsqu'elle se voit contrainte de travailler dans une usine de munitions ou de rejoindre la Royal Navy. Mais s'apercevant qu'elle parle couramment français, quelqu'un l'expédie dans un bâtiment de Baker Street où règne une activité aussi folle qu'entourée de mystère. Sans le savoir, Noreen Riols vient d'atterrir au QG du SOE. Recrutée à la section F (comme France), elle va travailler quatre ans durant sous les ordres du colonel Buckmaster et débriefer des agents revenus de France, servir d'appât, trouver des codes, faire passer des messages. Soixante-dix ans plus tard, seule survivante de la section F avec Bob Maloubier, Noreen se souvient de ce que furent ces années et nous dit les êtres d'un courage exceptionnel qui aidèrent tant la France à retrouver la liberté. Tour à tour aimables, plaisants, humoristiques et terrifiants, ces souvenirs sont l'oeuvre d'une femme aussi exceptionnelle qu'extraordinairement modeste. +++++ Suggestion de stef6534 +++++ Ajouter à mes livres
81 Résister toujours
Marie-José Chombart de Lauwe
5 critiques 1 citation

M.-J. Chombart, résistante, est arrêtée et déportée à Ravensbrück en 1942. A la fin de la guerre, elle reprend ses études de médecine. Par la suite, elle s'engage contre la torture pendant la guerre d'Algérie et rejoint la Ligue des droits de l'homme dans les années 1960. Elle offre également son soutien aux Mères de la place de Mai durant la dictature argentine. +++++ Suggestion de stef6534 +++++ Ajouter à mes livres
82 La plastiqueuse à bicyclette
Jeanne Bohec
1 critique

Le 1er juin 1940, Jeanne Bohec décide de partir pour l'Angleterre. Elle n'a pas entendu le discours du général de Gaulle, mais tout la pousse instinctivement à refuser la défaite. Elle a tout juste vingt et un ans. Après un entraînement dans une école de sabotage anglaise, elle est parachutée en France. Experte en explosifs, elle devient instructeur dans sa Bretagne natale où elle forme les groupes de résistants à leur maniement. A bicyclette, elle parcourt la région sans relâche, avec efficacité et audace, n'hésitant pas à demander l'aide des camions de l'armée allemande quand la côte est trop rude… Jeanne Bohec se trouvera au cœur du dispositif de la Résistance qui, en juin 1944, soutient le débarquement allié lors du plus important parachutage de la guerre en France. Elle participe au célèbre "Plan vert", dont l'objectif est de faire sauter toutes les voies ferrées dans le Morbihan. +++++ Suggestion de stef6534 +++++ Ajouter à mes livres
83 Le chardon et le bleuet
Janet Teissier du Cros
1 citation

Ces mémoires couvrent la période 1939-1945 et se situent dans le village cévenol de Valleraugue, dans la zone libre de la France occupée où l'auteure a choisi de se mettre à l'abri avec ses enfants. Dans ce récit du quotidien, elle décline du plus intime au plus large le thème de l'appartenance et de la déchirure, du partage affectif et moral auquel elle se trouve confrontée par sa position (étrangère ayant adopté la France), dans un pays par ailleurs coupe en deux, face au jeu des divisions et des alliances subies ou assumées, tantôt avec une force et une conviction absolues, tantôt dans le doute et le découragement. Mais cette chronique où tout faut événement, de la quête de nourriture à l'annonce de l'armistice, ne suffirait pas à faire de cet ouvrage un texte d'exception si l'intelligence et les dons d'observation de l'auteure n'éclairaient avec tant de perspicacité les motivations de chacun. L'écriture fine et élégante, sait restituer l'émotion des moments les plus forts tout en laissant s'exprimer l'humour, l'insolence et le rire d'une jeune femme profondément éprise de la vie. +++++ Suggestion de stef6534 +++++ Ajouter à mes livres
84 Sous la schlague - Fresnes-Sarrebruck-Ravensbrück-Schönfeld (1943-1945)
Henriette Lasnet de Lanty
3 critiques 3 citations

Henriette Lasnet de Lanty a 47 ans en 1943. Simple femme au foyer, elle s'occupe de ses cinq enfants dans le XVI éme arrondissement de paris, rue de la Pompe. Personne ne se doute que sous son apparente tranquillité elle participe activement à la Résistance. Servant de boîte aux lettres, elle récupère des informations et, sous son insoupçonnable camouflage de parfaite ménagère, distribue les consignes et ordres de mission aux agents parisiens en allant faire ses courses. Mais quand le réseau tombe, elles est dénoncée, arrêtée : c'est le début d'un véritable calvaire qu'elle va affronter avec un courage hors du commun. Les prisons françaises et leurs sordides interrogatoires, la déportations, les camps, Ravensbrück, Schönfeld … Sous les coups de schlague de ses gardiennes, elle trouve encore la force de saboter les pièces qu'on lui demande de fabriquer et, sans broncher, résiste toujours, à sa manière, aux humiliations, à l'angoisse de ne pas revoir ses enfants, son mari déporté comme elle, à l'horreur permanente de la mort de ses camarades. Même une fois libérée, les Américains n'ont que faire de ses femmes qui encombrent les routes, les soldats français eux-mêmes se méfient de celles qu'ils pensent être venues ici travailler de leur plein gré. Henriette Lasnet de Lanty va encore devoir traverser l'Allemagne dévastée par la guerre, seule, à pied. Ceci est son témoignage. +++++ Suggestion de stef6534 +++++ Ajouter à mes livres
85 Femmes en résistance, tome 1 : Amy Johnson
Régis Hautière
24 critiques 7 citations

Entièrement scénarisée par Régis Hautière et Francis Laboutique, avec le concours de l’historienne Emmanuelle Polack, cette tétralogie dont chacun des albums est mis en images par un dessinateur différent s’attache aux destins et parcours croisés de cinq femmes d’exception au cours de la Seconde Guerre mondiale. Quatre d’entre elles, toutes mortes très jeunes (Amy Johnson, Sophie Scholl, Berty Albrecht et Mila Racine), ont réellement existé. Seule la cinquième, Anna Schaerer, journaliste, est un personnage fictif, qui permet de faire le lien entre ces différentes héroïnes, qui au cours du conflit n’ont pas toutes été dans le même camp. Chacun des albums de cette grande saga en forme de biopic peut se lire séparément, l’ensemble formant néanmoins un ensemble narratif cohérent. Dessiné par Pierre Wachs, le premier tome de Femmes en résistance évoque l’itinéraire mouvementé de l’aviatrice britannique Amy Johnson, dont la passion et le talent pour l’aviation, alors totalement inhabituels pour une femme, ont constitué un formidable défi face aux préjugés de son époque. +++++ Suggestion de stef6534 +++++ Ajouter à mes livres
86 Femmes en résistance, tome 2 : Sophie Scholl
Emmanuelle Polack
15 critiques 17 citations

1942, Munich. Sophie Scholl, jeune étudiante, dénonce le régime nazi au travers d'actions non violentes. Mais son combat au nom de la liberté et de l'honneur, elle devra le payer au prix fort. +++++ Suggestion de stef6534 +++++ Ajouter à mes livres
87 Femmes en résistance, tome 3 : Berty Albrecht
Régis Hautière
9 critiques 2 citations

Berty Albrecht : l'une des grandes figures de la résistance. Scénarisée par Régis Hautière et Francis Laboutique, avec le concours de l historienne Emmanuelle Polack, cette tétralogie dont chacun des albums est mis en images par un dessinateur différent s'attache aux destins et parcours croisés de cinq femmes d'exception au cours de la Seconde Guerre mondiale. Quatre d'entre elles, toutes mortes très jeunes (Amy Johnson, Sophie Scholl, Berty Albrecht et Mila Racine), ont réellement existé. Seule la cinquième, Anna Schaerer, journaliste, est un personnage fictif, qui permet de faire le lien entre ces différentes héroïnes, qui au cours du conflit n'ont pas toutes été dans le même camp. +++++ Suggestion de stef6534 +++++ Ajouter à mes livres
88 Femmes en résistance, tome 4 : Mila Racine
Emmanuelle Polack
9 critiques 12 citations

1943. À tout juste 22 ans, Mila Racine prend tous les risques pour aider des enfants juifs à fuir l'occupant nazi, en leur faisant franchir clandestinement la frontière suisse. Son courage et son abnégation permettront à de nombreuses vies d'être sauvées. Ce quatrième et dernier tome de la série révèle les liens qui unissent Clair, la narratrice de notre début de XXIe siècle, et ces quatre « Femmes en résistance » découvertes au travers des archives de sa tante. +++++ Suggestion de stef6534 +++++ Ajouter à mes livres
89 Une vie bouleversée
Etty Hillesum
43 critiques 161 citations

De 1941 à 1943, à Amsterdam, une jeune femme juive de vingt-sept ans tient un journal. Le résultat : un document extraordinaire, tant par la qualité littéraire que par la foi qui en émane. Une foi indéfectible en l'homme alors qu'il accomplit ses plus noirs méfaits. Car si ces années de guerre voient l'extermination des Juifs en Europe, elles sont pour Etty des années de développement personnel et de libération spirituelle. Celle qui note, en 1942, " Je sais déjà tout. Et pourtant je considère cette vie belle et riche de sens. A chaque instant. ", trouve sa morale propre et la justification de son existence dans l'affirmation d'un altruisme absolu. Partie le 7 septembre 1943 du camp de transit de Westerbork, d'où elle envoie d'admirables lettres à ses amis, Etty Hillesum meurt à Auschwitz le 30 novembre de la même année. +++++ Suggestion de CATHY69 +++++ Ajouter à mes livres
90 Et tu n'es pas revenu
Marceline Loridan-Ivens
169 critiques 255 citations

J’ai vécu puisque tu voulais que je vive. Mais vécu comme je l’ai appris là-bas, en prenant les jours les uns après les autres. Il y en eut de beaux tout de même. T’écrire m’a fait du bien. En te parlant, je ne me console pas. Je détends juste ce qui m’enserre le cœur. Je voudrais fuir l’histoire du monde, du siècle, revenir à la mienne, celle de Shloïme et sa chère petite fille." +++++ Suggestion de CATHY69 +++++ Ajouter à mes livres
91 L'amour après
Marceline Loridan-Ivens
52 critiques 134 citations

« Le téléphone sonne. C’est Charlotte qui m’appelle d’Israël. Nous étions dans la même classe à Montélimar. Elle a été arrêtée après moi, mais je ne l’ai pas croisée à Birkenau. — Qu’est-ce que tu fais en ce moment ? demande-t-elle. — Je travaille sur l’amour. Un silence alors, comme si le mot amour s’égarait, se cognait dans sa tête. Elle ne sait qu’en faire. — L’amour au camp ou quoi ? — Après les camps. — Ah, c’est mieux. L’amour au camp, j’en ai pas vu beaucoup. » Comment aimer, s’abandonner, désirer, jouir, quand on a été déportée à quinze ans ? Retrouvant à quatre-vingt-neuf ans sa « valise d’amour », trésor vivant des lettres échangées avec les hommes de sa vie, Marceline Loridan-Ivens se souvient… Un récit merveilleusement libre sur l’amour et la sensualité. +++++ Suggestion de CATHY69 +++++ Ajouter à mes livres
92 Seducing and Killing Nazis
Sophie Poldermans
1 critique

Traduction du titre en Français : Séduire et tuer des nazis. This is the astonishing true story of three teenage Dutch girls, Hannie Schaft and sisters Truus and Freddie Oversteegen, that has inspired many throughout the world.When Nazi Germany invaded the Netherlands in World War II, these girls took up arms against the enemy by seducing high-ranking Nazi officers, luring them into the woods and killing them. They provided Jewish children with safe houses and gathered vital intelligence for the resistance. They did what they did "because it had to be done." Above all, they tried to remain human in inhuman circumstances. Hannie Schaft was executed by the Nazis three weeks before the end of the war and became the icon of female Dutch resistance. Truus and Freddie Oversteegen survived the war, but were forever haunted by the demons of their past. Ajouter à mes livres
93 Je ne vous ai pas oubliés : Liberté. 1945
Andrée Dumon
2 critiques 1 citation

Andrée Dumon, née en 1922 à Bruxelles. Nom de code : Nadine. « Il est frappant de voir avec quelle simplicité, comme si c’était une évidence, [Nadine] raconte ce qu’elle n’acceptera jamais elle-même de qualifier d’héroïsme. Et pourtant, c’était bien de l’héroïsme que de prendre consciemment le risque d’être arrêtée et exécutée pour refuser la défaite et l’occupation, pour agir face à l’inacceptable, pour venir en aide à des hommes pourchassés, pour contribuer à la Libération, pour résister, en somme. » Ajouter à mes livres
94 Andrée De Jongh : Une vie de résistante
Marie-Pierre d' Udekem d'Acoz
1 critique 1 citation

Andrée De Jongh a 24 ans en 1940. Cette jeune femme à la personnalité hors du commun cofonde, construit, dirige et inspire le réseau Comète, filière d'évasion de militaires anglais perdus en Belgique, jusqu'à son arrestation en janvier 1943. 00Revenue des camps, elle entreprend, après la guerre, des études d'infirmière pour pouvoir se consacrer totalement aux lépreux. Son travail la conduit du Congo au Sénégal en passant par le Cameroun et l'Éthiopie. Toute sa vie fut déterminée par son courage et son esprit de résistance. Cette biographie complète et illustrée d'Andrée De Jongh se base sur de nombreux documents inédits, issus de ses archives personnelles. Ajouter à mes livres
95 L'espionne. Virginia Hall, une Américaine dans la guerre
Vincent Nouzille
Virginia Hall fait partie des héroïnes oubliées de la Seconde Guerre mondiale. Cette Américaine à la beauté envoûtante et au caractère rebelle fut l'une des plus grandes espionnes en France. La Gestapo de Lyon la considérait comme "l'agent allié le plus dangereux". Klaus Barbie aurait donné n'importe quoi pour mettre la main sur cette "garce..." Rien ne laissait présager un tel destin. Fille d'une riche famille de Baltimore, Virginia Hall est secrétaire dans les ambassades américaines durant les années 1930. Amputée de la jambe gauche à la suite d'un accident, elle se voit barrer l'entrée dans une carrière diplomatique. Elle démissionne de l'administration américaine lorsque la guerre se profile en Europe, préférant vivre sa vie. Alors que les États-Unis restent neutres, elle s'engage dans l'armée française peu avant la débâcle de juin 1940. Réfugiée à Londres, Virginia est recrutée par les services secrets britanniques (SOE). Elle est la première femme envoyée en France pour une longue mission d'espionnage. Officiellement, elle s'installe à Vichy et à Lyon comme reporter américaine. En réalité, elle prend contact avec la Résistance, transmet de précieux renseignements à Londres, organise des évasions spectaculaires, cache les agents de passage. Virginia, multipliant les fausses identités, devient le relais incontournable du SOE. +++ Suggestion de Melpomene125 - Laure Barachin. Ajouter à mes livres
96 De wedergeboorte van een moffenmeid
Jan Hopman
1 critique

Traduction libre du titre en Français : La renaissance d'une tondue. Le sort tragique d'une résistante néerlandaise Thea Hoogensteijn (1918-1956), qui, comme secrétaire du commandant du service de sécurité nazi aux Pays-Bas, a passé des informations vitales pour les Juifs persécutés à la résistance. Considérée comme collaboratrice, elle a été emprisonnée après la guerre et s'est ensuite exilée en Suède et au Venezuela, où elle est morte d'un cancer à 38 ans. Ajouter à mes livres
Commenter  J’apprécie          17397