AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Découvrez les meilleures listes de livres


Al-Andalus

Liste créée par Pecosa - 48 livres. Thèmes et genres : Andalousie (Espagne) , espagne , conquête , reconquête , histoire

Etrangement d'actualité. Al-Andalus est l'ensemble des territoires de la péninsule ibérique et de la Septimanie qui furent sous domination musulmane de 711 à la chute de Grenade en 1492. Quelques titres. (pour les romans, voir la liste Romans historiques. A travers l'Espagne, du Moyen-Âge au XVIIe siècle)


1 L'Espagne musulmane, VIIIe-XIe siècle
André Clot
10 citations

La domination musulmane en Espagne commença en 711 avec le débarquement du berbère Tarik, s'étendit rapidement grâce au prince omeyyade Abdar Rahman, qui fonda l'émirat de Cordoue (756) et culmina à la fin du Xe siècle. L'auteur dépeint les hauts faits et la civilisation des grands émirs qui consolidèrent, agrandirent le royaume et combattirent les royaumes chrétiens du nord de la péninsule. Il fait une large place au rôle de l'Espagne musulmane, toutes religions confondues, dans la transmission de la pensée et des ?uvres des écrivains, des philosophes et des mathématiciens de la Grèce antique, aux " intellectuels " d'Occident. Il dépeint l'essor de l'architecture dont l'influence se répandit dans toute la France centrale et la société hispano-musulmane. C'est la reprise de Tolède en 1085 qui fut la première grande étape de la " Reconquista ". En 1270, l'Espagne musulmane se réduisit au petit royaume de Grenade qui subsista encore 222 ans, et dont la conquête par les Rois catholiques acheva l'unité de la péninsule. Ajouter à mes livres
2 Histoire de l'Espagne musulmane
Evariste Lévi-Provençal
La dette de l'Europe envers l'Espagne musulmane est d'une importance sans égale. Les règnes des califes Abd al-Rahman III et Al-Hakam II constituent l'époque la plus faste de l'histoire d'Al-Andalus. Ce foyer de haute culture fut un trésor inestimable pour l'Europe médiévale. Il lui rendit accessibles des outils culturels et scientifiques, comme le système positionné) des chiffres (les chiffres arabes), les fonctions mathématiques trigonométriques, et tant d'autres choses, parmi lesquelles de nombreuses traductions. É. Lévi Provençal étudie les institutions, la vie sociale et quotidienne d'Al-Andalus. Ajouter à mes livres
3 Histoire médiévale de la péninsule ibérique
Adeline Rucquoi
2 critiques 4 citations

L'histoire de la Péninsule ibérique entre 409 et 1516 n'est pas seulement celle des Wisigoths, des Arabes, de la Reconquête et des Rois Catholiques. Elle est avant tout l'histoire d'une ancienne province romaine, où l'héritage antique resta vivace grâce à l' " unification " wisigothique, au maintien des liens avec la Méditerranée orientale et méridionale et à la permanence du droit romain. L' " ouverture " vers l'Europe occidentale et septentrionale à partir de la fin du XIe siècle n'y entraîna pas de profonde rupture avec ce passé, donnant ainsi à l'évolution ibérique son originalité dans l'ensemble des nations en gestation. Ajouter à mes livres
4 L'Espagne musulmane au Xème siècle: Institutions et vie sociale
Evariste Lévi-Provençal
Ajouter à mes livres
5 Al-Andalus, 711-1492. Une histoire de l'Andalousie arabe
Pierre Guichard
1 critique

Les sept siècles de présence musulmane en Espagne, de 711 à 1492, ont permis l'éclosion d'une civilisation dont témoignent la mosquée de Cordoue, l'Alhambra de Grenade, ou la pensée d'Averroès. Apport majeur à la culture de l'Islam médiéval, elle est aussi une étape décisive de l'histoire de l'Occident. Sans toutefois mythifier une Andalousie conviviale, celle du califat où les trois religions monothéistes auraient vécu en harmonie, l'auteur brosse une histoire précise de cette Andalousie arabe. II retrace les conflits qui s'y déroulent et évoque les réalisations dont elle est le théâtre, proposant ainsi une synthèse de nos connaissances sur la civilisation andalouse. Spécialiste de l'histoire de l'Espagne musulmane et de ses relations avec le monde chrétien, Pierre Guichard est professeur d'histoire médiévale à l'Université Lumière (Lyon II). Ajouter à mes livres
6 Regards sur al-Andalus (VIIIe-XVe siècle)
François Géal
Al-Andalus - telle est l'expression qui désigna très tôt, sous la plume des auteurs arabes, les territoires de l'Espagne soumis à la domination musulmane. Depuis la fin du XXe siècle, qui a vu la publication des synthèses d'historiens éminents, les travaux sur le royaume d'al-Andalus ont pris un nouvel essor. Les chercheurs s'appuient principalement sur les résultats des explorations archéologiques, sur la publication de nouvelles sources ou sur la rigoureuse déconstruction des anciennes. Les apports scientifiques français, issus d'horizons divers, constituent autant d'approches complémentaires sur l'histoire d'al-Andalus. Ce sont quelques-unes de ces voies nouvelles qu'entend faire découvrir cet ouvrage, abordant sous des angles variés - territorial, juridique, politique, économique, linguistique ou culturel - les huit siècles de présence musulmane en Espagne, de l'invasion de 711 à la chute du Royaume de Grenade en 1492. Ajouter à mes livres
7 Le Portugal musulman VIIIème-XIIIème siècle. : L'Occident d'al-Andalus sous domination islamique
Christophe Picard
Entre Méditerranée et océan Atlantique, l'Occident ibérique, conquis par les Arabo-musulmans à partir de 711, a été largement imprégné par la culture de la dernière grande civilisation méditerranéenne et orientale présente cinq siècles durant dans la région. La conquête chrétienne - et non la reconquête - commencée dès les premières décennies du VIIIe siècle et achevée, dans la zone occidentale, en 1250, a donné naissance au Portugal et au royaume de Castille, tandis que disparaissait la domination de l'islam et que refluaient les élites musulmanes au profit de nouvelles forces dominantes qui conservèrent toutefois, de manière consciente ou non, de nombreuses marques de ce passé musulman dans leur patrimoine. Pourtant, jusqu'à une période récente, seule la zone centrale d'Al-Andalus et les grandes dynasties ont retenu l'attention des historiens. Les recherches sur l'Orient ibérique ont représenté la première étape dévoilant la diversité d'Al-Andalus et l'importance, pour son élaboration, de ses régions périphériques. Les travaux en cours, s'ajoutant à des sources écrites et matérielles partielles mais nombreuses, permettent de montrer à quel point l'Occident d'Al-Andalus, marqué par sa proximité avec l'océan Atlantique, a connu un épanouissement qui mérite un examen attentif et a pesé de tout son poids sur les transformations de la société d'Al-Andalus. La restitution de cette histoire régionale et des grands traits de la société luso-arabe permettent également de reprendre les grandes questions qui animent le débat scientifique sur Al-Andalus. Ajouter à mes livres
8 L'Espagne et la Sicile musulmanes aux XIe et XIIe siècles
Pierre Guichard
Menacés par l'expansion de la Chrétienté, les prolongements européens de l'islam brillent encore d'un vif éclat aux XIe et XIIe siècles. L'islam sicilien se survit dans l'art « arabo-normand » de Palerme. À l'époque d'Averroès et des grands monuments de Séville, l'islam andalou connaît encore une période prestigieuse sous les Almohades. Mais le fragile équilibre qui s'était instauré dans la péninsule ibérique entre la force féodale des royaumes chrétiens et les vastes constructions étatiques « hispano-maghrébines » est définitivement rompu avec la grande progression de la Reconquête dans la première moitié du XIIIe siècle. Ajouter à mes livres
9 Histoire des juifs sépharades : De Tolède à Salonique
Esther Benbassa
L?histoire des Juifs dans la péninsule Ibérique sous les régimes musulman et chrétien figure dans les pages glorieuses de la coexistence et de l?épanouissement culturel au Moyen Âge en Europe. Les grandes figures philosophiques et littéraires, de Maïmonide à Ibn Gabirol, de Juda Halévi au kabbaliste Nahmanide, voient le jour dans ces terres bénies. En 1492, après l?édit d?expulsion, c?est la conversion ou l?exil, et la fin d?une présence multiséculaire. Les Sépharades se dispersent autour du bassin méditerranéen. Les marranes, surtout du Portugal, prennent aux siècles suivants le chemin du départ, et ils rejoignent les communautés déjà formées ou en créent d?autres, notamment à Amsterdam, patrie de Spinoza, et dans le Sud-Ouest de la France. Mais la majorité s?installe cependant en terre d?Islam. L?Orient se transforme ainsi en foyer culturel judéo-ibérique conscient de sa spécificité. Comme les Ashkénazes, les Sépharades ont dû faire face aux grands défis de l?histoire juive de ces derniers siècles. Décimés par le génocide, ils connurent également le déracinement des temps modernes, tout en conservant la mémoire de leur grandeur d?antan. Ajouter à mes livres
10 Les Juifs espagnols au Moyen Âge
Luis Suárez Fernández
I. Le problème juif au moyen age espagnol II. Les juifs sous la domination musulmane III. L'émigration vers les royaumes chrétiens IV. Les juifs aux XIIIe siècle V. L'origine des tensions VI. La pression législative VII. Les juifs et la révolution trastamare VIII. La solution finale IX. La reconstruction partielle X. L'expulsion des juifs Ajouter à mes livres
11 Juifs d'Andalousie et du Maghreb
Haïm Zafrani
Suggestion de Dan D. Ajouter à mes livres
12 Tarik ou la conquête d'Allah
Patrick Girard
1 critique 9 citations

En 711, l’Europe occidentale est confrontée pour la première fois de son histoire à l’islam. Conduite par le Berbère Tarik Ibn Zyad, qui donnera son nom à Gibraltar (Djebel Tarik), une armée, venue de Tanger, débarque en Espagne et soumet la quasi-totalité du royaume. Loin d’être un » choc des civilisations « , cette conquête est le fruit d’une intrigue ourdie par l’exarque byzantin de Septem (Ceuta) et par certains nobles chrétiens. Kurtuba (Cordoue) devient la capitale de l’Espagne où cohabitent Arabes, Berbères, Chrétiens et Juifs. Dès 750 s’y établit l’un des rares survivants de la dynastie omeyyade, Abd al-Rahman, chassé de Bagdad. Lui et ses descendants vont asseoir leur pouvoir sur al-Andalous en usant tantôt de clémence, tantôt de violence. C’est cette extraordinaire page d’histoire que raconte Patrick Girard sur fond d’Andalousie médiévale. Au fil de ces pages, on découvre des êtres de chair et de sang, des humbles et des puissants, des figures lumineuses ou sanguinaires, en proie aux passions les plus diverses. Ajouter à mes livres
13 Abdallah le Cruel
Patrick Girard
5 citations

En 852, l’accession au trône du pieux émir Mohammad marque les débuts d’une longue crise dont auront à souffrir les différentes communautés d’al-Andalous (Musulmans arabes, berbères ou mozarabes, Chrétiens et Juifs). Incapable de faire fructifier l’héritage que lui a laissé son père, l’émir assiste, impuissant, à l’éclatement de son royaume. Partout, en province, des seigneurs, musulmans ou chrétiens, secouent le joug du pouvoir central et se taillent des fiefs indépendants. Parmi eux se distingue Abdallah le Cruel (888-912), dont le long règne justifiera pleinement le surnom. C’est cette période troublée et sanglante de l’histoire de l’Espagne musulmane que raconte ici Patrick Girard. Une fresque haute en couleur où l’on voit, entre autres, les familles arabes s’affronter pour le contrôle de Séville cependant qu’à Cordoue, intrigues et complots se multiplient. Unique lueur d’espoir et seule consolation pour l’émir vieillissant et solitaire, son petit-fils, Abd al-Rahman, né quelques jours avant l’assassinat de son père. Le jeune homme aura toutes les qualités requises pour restaurer l’autorité chancelante de la dynastie omeyyade. Ajouter à mes livres
14 Le calife magnifique
Patrick Girard
8 citations

Le très long règne d?Abd al-Rahman III (912-961) marque l?apogée de l?Andalousie omeyyade, où coexistent désormais en paix les trois religions du Livre. En quelques années, le successeur d?Abdallah le Cruel impose son autorité en mettant au pas les seigneurs rebelles et en s?emparant de Bobastro, repaire du plus illustre d?entre eux.Trop confiant dans ses capacités, Abd al-Rahman se lance dans une campagne désastreuse contre les royaumes chrétiens du Nord où il essuie une cinglante défaite à la bataille de Santas Markas. Il saura néanmoins acquérir une renommée inégalée en reprenant le titre de calife, porté jadis par ses ancêtres. La splendeur de Cordoue, alors la plus belle ville d?Europe, et de ses somptueux palais, contribue à rehausser son prestige. Il devient le souverain le plus respecté et le plus puissant de l?Occident avec qui l?empereur de Constantinople et celui de Germanie concluront des traités d?alliance.Dans ce roman, troisième volume de la saga al-Andalous, défilent des personnages hauts en couleur, musulmans, chrétiens et juifs, tous familiers d?un calife qui aura bien mérité son surnom d?Abd al-Rahman le Magnifique. Ajouter à mes livres
15 Ideologie omeyyade : construction legitimite du califat de cordoue...
Gabriel Martinez-Gros
Nul n'est prophète parmi les siens. Muhammed le vérifia quand le clan dominant de sa propre tribu, les Omeyyades, rejeta la religion qu'il annonçait et le chassa de La Mecque. Vaincus, convertis du bout des lèvres, les Omeyyades devaient pourtant, peu après la mort du Prophète (632), s'emparer du Califat, c'est-à-dire de la direction de cet Islam dont ils n'avaient d'abord pas voulu, et conduire sa rapide expansion, de l'Indus à l'Atlantique. Mais tous n'avaient pas oublié leur péché originel. En 750, les Omeyyades sont renversés, et presque exterminés. Un des leurs réussit à fuir en Espagne, aux confins négligés de l'Empire. Deux siècles plus tard, contre toute attente, la puissance omeyyade s'y est affermie, tandis que leurs ennemis déclinent en Orient. Le temps semble venu de reprendre le Califat, ou du moins de le revendiquer en droit. Cette légitimité que leurs sujets andalous vont s'efforcer d'établir, non sans peine, est le thème de ce livre. Car si leur projet politique avortera, les Omeyyades auront, pour les besoins de leur idéologie, fondé les grands traits de la culture andalouse, l'une des plus brillantes de l'Islam et de l'Europe médiévale. Ajouter à mes livres
16 Les royaumes de Taifas : Apogée culturel et déclin politique des émirats andalous du XIe siècle
Pierre Guichard
Synthèse sur les royaumes de taifas du XIe siècle, de la crise du califat de Cordoue à l'intégration de l'Andalus à l'empire almoravide : éclatement politique d'Al-Andalus, émergence de pouvoirs indépendants, constitution d'Etats de plein exercice, apogée et disparition des taifas, société civile et pouvoir, géographie, économie et sociétés urbaines, armées et guerres, etc. Ajouter à mes livres
17 Les Almoravides. Le Djihâd Andalou (1106-1143)
Vincent Lagardère
Ajouter à mes livres
18 Ibn Khaldoun. Histoire des Benou'l-Ahmar, rois de Grenade, traduite par M. Gaudefroy-Demombynes
Abd al-Rahmân ibn Muhammad Ibn Haldun
Ajouter à mes livres
19 L'Islam et la Chrétienté latine du Xe au XIIIe siècle
Pierre Guichard
Ajouter à mes livres
20 Les Carolingiens et al-Andalus. : VIIIème-IXème siècles
Philippe Sénac
Ajouter à mes livres
21 Charlemagne et Mahomet: En Espagne (VIIIe-IXe siècles)
Philippe Sénac
Après avoir soumis la plus grande partie de la péninsule Ibérique, ceux que les sources latines, peu curieuses de savoir qui sont Arabes et musulmans, désignent sous le nom de Sarrasins, se lancent dans la conquête de la Gaule méridionale. Ils y demeurent jusqu'au milieu du VIIIe siècle. Alors débute une histoire marquée par des combats, mais aussi par des accords, des trêves et des ambassades, sans oublier le négoce et la piraterie. Derrière des épisodes guerriers aussi célèbres que la bataille de Poitiers ou la défaite de Roncevaux, se révèle un autre récit, celui des relations diplomatiques entretenues par les souverains francs avec les musulmans d'al-Andalus, qu'il s'agisse des rebelles de la vallée de l'Ebre ou des émirs de Cordoue. Cette histoire qui se déroule aux confins occidentaux du monde méditerranéen ne peut s'écrire sans qu'y soient mêlés les intérêts des califes de Bagdad, les ambitions de Byzance et les politiques des petites principautés musulmanes de l'Afrique du Nord. S'élabore ainsi toute une série d'échanges qui traduit l'intérêt désormais porté par les souverains carolingiens à cette Espagne devenue al-Andalus. Mais, sous l'effet de difficultés croissantes au sein de l'Empire caroligien, le rêve d'une reconquête se dissipe. Un statu quo précaire éloigne alors les descendants de Charles Martel de la péninsule Ibérique qui disparaît peu à peu des chroniques. Avant que, déformé et embelli, le souvenir des combats ne resurgisse une fois passé l'an mil pour le plus grand profit des chevaliers francs lancés dans les Croisades d'une part, la reconquête de l'autre... Ajouter à mes livres
22 Gouverner en Islam entre le Xe Siècle et le XVe Siècle (Iraq jusqu'en 1258, Syrie, Hijaz, Yémen, Égypte, Maghreb et Al-Andalus)
Mohamed Ouerfelli
Ajouter à mes livres
23 Tolède, XIIe-XIIIe. Musulmans, chrétiens et juifs : Le savoir et la tolérance
Autrement
La tempête plonge sur la ville dressée sur son rocher dans un élan vers le ciel. Vision tellurique d'une ville mythique, frontière au Moyen Âge de la guerre et du sacré, de l'Orient et de l'Occident. Tolède 1085. Avant-poste militaire de la Reconquête sur l'Islam espagnol, îlot de tolérance, haut lieu du savoir. Un rôle complexe et paradoxal. Arabes, Juifs, Castillans, Francs, Mozarabes, Mores convertis... une population hétérogène cohabite dans une cité marquée par l'Islam, médina aux maisons serrées les unes contre les autres dans un réseau de ruelles tortueuses. Au coin des rues, des églises qui ont pour clocher un minaret... Dans ce décor, dans cette ambiance, fleurissent les sciences. Architecture, astronomie, mathématiques, philosophie, médecine surtout connaissent un essor exceptionnel grâce aux traducteurs et aux savants qui vont révéler à l'Europe les ?uvres d'Euclide, Ptolémée, Hippocrate, Galien ou Aristote. Ville-phare, symbole pendant deux siècles, avant l'Inquisition et l'expulsion des Juifs, d'une relative tolérance, Tolède nous montre que du brassage des cultures jaillit l'esprit. Ajouter à mes livres
24 Séville musulmane au début du XII e siecle
Evariste Lévi-Provençal
Ajouter à mes livres
25 la civilisation hispano-mauresque
Philippe Aziz
Ajouter à mes livres
26 Identité andalouse
Gabriel Martinez-Gros
Dans son précédent ouvrage, L'Idéologie omeyade, Gabriel Martinez-Gros s'attachait à cerner les traits de la dynastie des Omeyyades de Cordoue (756-1031), originaire de La Mecque, qui avait régné à Damas de 661 à 750 avant de fonder l'Espagne musulmane. Il montrait notamment, en analysant la production historiographique et littéraire du Xe siècle, que jamais les Omeyyades ne renoncèrent à leurs droits sur l'empire musulman tout entier, au nom de leur identité arabe, celle du Prophète. Or, malgré la disparition définitive des Omeyyades en 1031, les Andalous continueront à se réclamer de cette identité, avec la passion renforcée que nourrit l'obstacle d'une réalité souvent contraire. Ils en tireront une conception originale de leur histoire et sauront même l'incarner sur la rive maghrébine, ainsi que le montre le récit de la fondation de Fès. L'auteur insiste sur le cas d'Ibn Khaldûn (1332-1406), né à Tunis de souche sévillane, qui, en historien et en philosophe de l'histoire, sut le mieux dénoncer les faux-semblants de cette identité à laquelle tout prouve, par ailleurs, qu'il était profondément attaché. Ajouter à mes livres
27 Ce que la culture doit aux Arabes d'Espagne
Juan Vernet Gines
Panorama historique, magistrale synthèse et savante vulgarisation, ce livre veut faire l'inventaire de ce que la culture doit aux Arabes d'Espagne. Ici, le mot arabe renvoie à une langue : celle qu'employèrent des Arabes certes, mais aussi des Persans, des Turcs, des Juifs et des Espagnols. Langue de la transmission des savoirs les plus divers de l'Antiquité, de l'Orient ancien et du monde musulman au Moyen Age occidental. Ces savoirs, l'Islam les accrut d'apports décisifs, qu'il s'agisse de la philosophie, des sciences (de la médecine à la géologie, du nautisme à l'astronomie), des arts (de la narrativité à la musique, du vêtement à l'architecture). L'analyse minutieuse du mouvement des traductions est admirablement cernée. Les pages sur la littérature et l'art lyrique nous amènent tout naturellement à Dante et aux troubadours. Car cet héritage andalou a changé l'Europe médiévale et sa conception de l'amour, avant de nourrir le majestueux déploiement scientifique de la Renaissance. Dans la polémique déclarée ou implicite sur le rôle historique des Arabes, ce livre a, assurément, sa place. Ajouter à mes livres
28 L'Andalousie arabe. Une culture de la tolérance, VIIIe-XVe siècle
María Rosa Menocal
Dans l'Espagne médiévale, les musulmans, les juifs et les chrétiens ont su inventer la tolérance. La culture andalouse de cette période est celle des mélanges, une société prospère et riche de splendeurs, où dialoguent et circulent des idées, des textes, dans des langues elles-mêmes métissées. Avec érudition et une véritable écriture, Maria Rosa Menocal retrace l'histoire de l'Andalousie entre le VIIIe et le XVe siècle, à partir de "motifs" ou figures remarquables : poètes, troubadours ou philosophes, intellectuels, hommes de sciences et politiques ; le "joyau du monde" c'est aussi les palais, les bibliothèques ou les jardins, les mosquées et les synagogues. Le rayonnement de cette civilisation et les relations qu'elle développa avec l'Europe et le Bassin méditerranéen se trouvèrent stoppées par la montée de l'intolérance religieuse, l'avènement de la peste noire ; dans une violence extrême, les autodafés marquèrent la destruction des trésors d'al-Andalus. Ce récit nous invite à envisager l'histoire des influences intellectuelles européennes d'une autre façon, notamment les relations entre Orient et Occident. L'auteure montre que cette formidable période fait résolument partie de notre héritage culturel et sans doute de notre avenir, jusqu'à Paris, Alexandrie, Sarajevo... les contours du monde occidental se trouveraient ainsi redessinés. Ajouter à mes livres
29 Pensers d'al-Andalus. La Vie intellectuelle à Cordoue et Séville au temps des Empires berbères (fin XIe siècle-début XIIIe siècle)
Dominique Urvoy
I - Aperçu historique II - Les éléments d'une culture Chapitre I L'organisation de l'espace et la connaissance du monde Chapitre II L'organisation du temps et le gouvernement des hommes Chapitre III L'émotion esthétique et la communication Chapitre IV Macrocosme et microcosme Chapitre V La vie religieuse et le statut de la raison Ajouter à mes livres
30 Al-Andalus. Anthologie
Brigitte Foulon
1 critique 2 citations

La Grande Mosquée de Cordoue, le palais de l'Alhambra surplombant Grenade, l'Alcazar de Séville aux patios ombragés témoignent de l'empreinte de la civilisation arabo-musulmane en Espagne. Pendant près de huit siècles - de 711, date de la conquête par les musulmans, à 1493, année de la fin de la Reconquista par les Rois Catholiques -, le sol ibérique, partagé entre Orient et Occident, fut à la croisée des cultures. Composé de récits, de chroniques et de poèmes traduits de l'arabe, de traités de géographie, de lettres et même de recettes de cuisine ; ce volume retrace l'histoire tumultueuse d'Al-Andalus, l'Espagne musulmane. On y découvrira les hauts faits de valeureux guerriers - Mûsâ et Târiq, les premiers conquérants ou le Cid, qui par ses exploits reprit Valence des mains des Maures -, mais aussi la vie du peuple andalou, et tous les chefs- d'oeuvre de la littérature d'alors, du Collier de la colombe d'Ihn Ifarm aux ouvrages d'Averroès, en passant par les zadjals, poèmes marqués par le mélange des langues. Faire revivre, par les textes, une civilisation devenue mythique : voilà le pari superbement relevé par Brigitte Foulon et Emmanuelle Tixier du Mesnil dans cette anthologie à nulle autre pareille. Ajouter à mes livres
31 Al Andalus, l invention d'un mythe
Serafin Fanjul
Universitaire espagnol et arabisant mondialement reconnu, Serafín Fanjul a consacré sa vie à l'étude de l'islam comme phénomène religieux, sociologique, économique et politique. Ses travaux majeurs, dont le présent ouvrage est la première traduction en français, ont fait grand bruit en Espagne et l'on peut aisément comprendre pourquoi. Il s'est en effet penché principalement sur Al-Andalus, cette Espagne médiévale dite des trois cultures, où la domination politique de l'islam aurait permis pendant des siècles d'extraordinaires échanges culturels entre les communautés islamique, chrétienne et juive, sur fond de cohabitation harmonieuse.Il montre avec érudition comment l'imaginaire des romantiques est passé par là, laissant en héritage une vision du passé hispanique qui relève davantage du fantasme que de la réalité. La vérité historique a été emportée par la croyance, et celle-ci est d'autant plus séduisante que les sirènes du conformisme ont su la détourner à leur profit pour faire de l'Espagne d'alors un véritable paradis perdu du multiculturalisme européen.Face aux partis pris stériles et lieux communs en tout genre, Serafín Fanjul entend dissiper la brume pour « retrouver l'Espagne ». Et la réalité historique que son travail restitue est celle d'une péninsule où règnent entre les communautés l'intolérance et le conflit, la souffrance et la violence, bien loin de l'ouverture et de l'apaisement trop souvent soutenus. La minutie de l'argumentation de Fanjul permet ainsi d'entrevoir, à rebours de la représentation habituelle, une Espagne qui a trouvé dans la Reconquista la voie de l'émancipation et de la libération. Ajouter à mes livres
33 Cordoue des Omeyyades
Antonio Muñoz Molina
2 critiques 5 citations

Ce livre est né du regard émerveillé que pose Antonio Munoz Molina sur la ville qui fut trois siècles durant le joyau de la culture arabe, la rivale de Bagdad, le pont entre l'Orient et l'Occident. Sa beauté, le luxe de ses demeures, son architecture et l'extrème sophistication de sa vie quotidienne fascinaient les voyageurs. Depuis sa fondation en 711 par des cavaliers berbères et arabes qui chassèrent les Wisigoths d'Espagne, jusqu'à sa destruction au 11° siècle dans une atroce guerre civile, l'histoire de Cordoue est tissée de légendes, d'érudition, de découvertes scientifiques et d'un art de vivre où savants, poètes, musiciens, médecins et magiciens oeuvrèrent à la magnificence d'Al Andalus. D'Abd-al Rahman 1er à Al Mansur, Antonio Munoz Molina nous raconte la merveilleuse histoire de Cordoue et sa fin tragique dont la cause ne fut pas, contrairement à ce que l'on a longtemps cru, l'oeuvre des chrétiens, mais celle de ses propres habitants. Ajouter à mes livres
34 Le Chant d'al-Andalus : Une anthologie de la poésie arabe d'Espagne, édition bilingue arabe-français
Hoa Hoi Vuong
2 critiques 3 citations

Pendant près de huit siècles - de la conquête omeyyade en 711 à la chute de Grenade en 1492 -, la poésie arabe s'épanouit de façon admirable sur le sol andalou. Elle développe avec aisance son caractère propre ; ses poèmes en strophes, relevés par des termes dialectaux, invitent au chant. Il est aujourd'hui difficile de contester son influence sur l'art des troubadours. La poésie andalouse nous toucherait ainsi de la façon la plus directe. Ce volume rassemble l'essentiel des chants d'al-Andalus. Les voix de quarante poètes, hommes ou femmes, princes ou gens du peuple, courtisans ou soufis, sont convoquées ; les différents genres poétiques sont déclinés à travers leur diversité régionale et leur évolution. Chaque période littéraire est précédée d'un résumé historique, et chaque poète d'une notice biographique et critique. A côté de nombreuses odes classiques (qasida), le recueil propose à part égale des pièces lyriques en strophes (muwashsha et zajal), qui constituent la marque distinctive de la poésie andalouse. Une attention particulière a été donnée à la restitution des différents mètres et rimes. Ajouter à mes livres
35 Le poète Vizir Ibn Zamrak : Du Faubourg d'Al Baycine au Palais de l'Alhambra
Muhammad ibn Yusuf Ibn Zamrak
Ibn Zamrak est l'un des derniers grands poètes néo-classiques de l'Andalousie (1333-1398). Célèbre de son vivant, il eut l'insigne privilège de voir sa poésie utilisée pour orner les œuvres architecturales réalisées en son temps, en particulier la cour des Lions, le patio de los arrayanas et la salle de las hermanas. Ce sont les poèmes et les muwashshahâts pleines de fraîcheur qui nous révèlent un poète fasciné par la beauté : celle de la feme d'abord qu'il évoquera avec beaucoup de délicatesse et de tendresse en nous faisant part de tout ce qui la rend désirable. Celle de la nature ensuite, de Grenade en particulier avec son Alhambra qui se dresse frère et altière dans un environnement enchanteur. C'est à travers des tableaux suggestifs, à la manière d'Ibn Khafadja, cet amant de la nature qu'il admirait tant, qu'Ibn Zamrak nous fait part de son admiration infinie de ce don du ciel embelli par la main de l'homme ce sont tantôt les jardins fleuris, les ruisseaux au doux murmure, les jets d'eau rafraîchissants, les canalisations " où, comme l'observe joliment Louis Massignon, le transparent liquide, en partant des veines cachées, vivifie tout ". Ajouter à mes livres
36 Poesie Andalouse du Xie Siecle Voir et Decrire le Paysage Etude du Recueil d'Ibn Hafaga
Brigitte Foulon
Cet ouvrage se propose d'explorer les représentations paysagères de la poésie arabe médiévale, à travers l'étude de l??uvre poétique d'Ibn Hafaga, qui vécut dans la partie orientale d'al-Andalus entre les XIe et XIIe siècles et reçut le surnom de « jardinier » (al-gannan), tant ses descriptions de jardins et d'espaces naturels enchantaient ses contemporains. Ajouter à mes livres
37 Al-Andalus revisité : Aux sources de l'histoire arabe du Don Quichotte
André Stoll
Ajouter à mes livres
38 L'art Mudéjar. L'esthétique islamique dans l'art chrétien, Exposition Musée sans frontières
Musée sans frontière
Ajouter à mes livres
39 L'alhambra de grenade
Collectif
Ajouter à mes livres
40 Architecture maure en Andalousie
Marianne Barrucand
2 critiques

La spécificité historique de l?Espagne par rapport au reste de l?Europe tient essentiellement à ses relations intenses avec l?Orient. Sous le commandement du Berbère Tarif ibn Malik, un petit détachement débarque à l?été 710 à l?ouest de Gibraltar. Les troupes islamiques qui le suivent quelques mois plus tard réussissent, en quelques années à peine, à conquérir de larges territoires en Espagne qu?elles nomment "al-andalus". C?est ainsi que s?ouvre une période de mixité culturelle de près de huit siècles. Malgré l?intolérance et l?animosité latente entre les communautés, un mélange de cultures s?établit entre musulmans, chrétiens et juifs, qui sera à l?origine de grandes réalisations. Ajouter à mes livres
41 Les Andalousies de Damas à Cordoue
L'Oeil
Ajouter à mes livres
42 Moorish Culture in Spain
Titus Burckhardt
Ajouter à mes livres
43 La joie des âmes dans la splendeur des paradis andalous
Saadane Benbabaali
La joie des âmes dans la splendeur des paradis andalous (Bahdjat an-noufous fî bahâ'i djannât al-Andalous) Ouvrage bilingue sur la poésie et la musique arabo-andalouses en collaboration avec Saadane Benbabaali aux Editions ANEP. Alger novembre 2010 Ajouter à mes livres
44 La musique arabo-andalouse
Christian Poché
Ce livre éclaire les origines arabes et andalouses d'une musique élaborée depuis le IXe siècle, qui puise ses sources à la fois en Orient et en Occident, le long d'un croissant qui relierait Mossoul à Saragosse. La musique arabo-andalouse existe aujourd'hui dans sa forme classique, la nouba, suite chantée et instrumentée qui apparaît comme une préfiguration de certaines grandes formes classiques, mais aussi dans d'autres musiques arabes comme le malhûn, le chaabi et le hawzi. Elle conserve une vitalité extraordinaire dans tous les pays du Maghreb, fait l'objet d'innombrables concerts, enregistrements, analyses et polémiques... Elle peut même faire figure d'emblème de la conscience culturelle arabe. Ajouter à mes livres
45 La Reconquista, d'al-Andalus à l'Espagne catholique: Sept siècles de reconquêtes en péninsule Ibérique (Grands Événements t. 11)
Romain Parmentier
Ajouter à mes livres
46 Histoire de la Reconquista
Philippe Conrad
2 citations

Du VIIIe au XVe siècle, la reconquête chrétienne de la péninsule Ibérique va refouler méthodiquement l'Islam andalou et fixer pour longtemps certains traits caractéristiques de l'histoire et de la société espagnole. Cet ouvrage explique donc l'histoire de la reconquête ibérique du VIII au XVe siècle, avec un prolongement au début du XVIIe pour l'expulsion des Morisques. Ajouter à mes livres
47 En Espagne chrétienne, XIe-XVe siècles : La Reconquista
Béatrice Leroy
Béatrice Leroy, agrégée et docteur, éminente médiéviste, auteur de nombreux ouvrages de référence sur l'Espagne au Moyen-Age, a conçu ce livre comme une histoire globale (politique, militaire, sociale et culturelle). Cette synthèse, claire, alerte et documentée permettra de s'initier aux réalités de la reconquête et de mieux connaître ces hommes et ces femmes qui ont construit l'Espagne au Moyen-Age. Ajouter à mes livres
48 Les Juifs d'Espagne : histoire d'une diaspora 1492-1992
Henry Méchoulan
1492. L'Espagne conquérante lance ses caravelles à la découverte d'un Nouveau Monde cependant que, championne de l'Occident chrétien, elle achève la Reconquista sur les Maures et parachève le travail de l'Inquisition en chassant ses Juifs, présents dans le pays depuis 1 400 ans. Certains, que les Espagnols appelleront avec mépris " marranes ", sont convertis de force mais continuent de professer leur religion en secret. D'autres - la majorité - prennent les routes de l'exil et essaiment dans toute l'Europe : Bordeaux, Londres, Amsterdam, Gênes, Venise, Livourne, Istanbul et jusque dans le Nouveau Monde. Envers et contre tout, ils continueront à pratiquer leur religion. Intégrés au pays d'accueil, ils n'en resteront pas moins séfarades, n'oubliant ni l'Espagne, ni leur langue d'origine. Leur histoire, composite, est à l'image de leur diaspora. Les meilleurs spécialistes, universitaires et chercheurs de chaque pays concerné, apportent leur contribution, sous la direction d'Henry Méchoulan. Ajouter à mes livres
49 Histoire des Marranes
Cecil Roth
1 citation

1942 - L?Espagne, à l?apogée de sa gloire, achève la Reconquista, chasse les Arabes de la Péninsule, lance ses vaisseaux à la conquête de l?Amérique et expulse les Juifs, présents dans le pays depuis 1400 ans. Certains d?entre eux, convertis de force par l?Inquisition, vont continuer à pratiquer en secret leur religion. Les Espagnols les appelleront de façon méprisante marranos et ce nom leur restera. Avec le temps il prendra même une résonance romantique à l?image de leur histoire faite de clandestinité, dans l?Europe de la Renaissance, mais aussi dans le Nouveau Monde Ajouter à mes livres
Commenter  J’apprécie          309