AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Découvrez les meilleures listes de livres


Les gueules cassées


Première guerre mondiale


1 Les gueules cassées : Les médecins de l'impossible
Martin Monestier
1 critique

Autodidacte, encyclopédiste du bizarre, archéologue du pire, briseur de tabous, rien n'arrête Martin Monestier dans sa quête de l'inimaginable, du scandaleux et de l'occulte. Livre après livre, cet enquêteur de l'extrême pousse l'érudition des incongruités et des extravagances humaines à son comble et révèle ainsi une histoire du monde telle qu'on ne l'a jamais écrite. C'est le cas, cette fois encore, avec ce dernier ouvrage insolite. Ses nombreux livres, au carrefour des sciences humaines et du journalisme, sont tous des oeuvres de référence, sans cesse réédités et traduits en de nombreuses langues. La Grande Guerre de 1914-1918 a vu plus de 70 millions d'hommes de 19 nations s'entretuer sur plusieurs fronts pendant plus de quatre ans. Un conflit qui s'est soldé par près de 10 millions de morts, 20 millions de blessés. Parmi ces derniers, des dizaines de milliers, administrativement qualifiés de " faciaux ", et trivialement dénommés " baveux " et " gueules cassées ". Leurs blessures de la face sont les plus dévastatrices, cruelles et hideuses qui soient. Ces hommes s'inscrivent aujourd'hui dans l'inconscient collectif comme un symbole des désastres humains nés d'une guerre tragique. Les " gueules cassées " restent souvent méconnaissables à leur sortie de l'hôpital. Leurs blessures ont aussi un effet psychique ravageur. Le visage est lié à la personnalité, l'identité intime, qui les confronte à leur propre dévastation psychique. " J'appartiens pour toujours à un groupe d'hommes stigmatisés, à la face ravagée et qui n'a plus rien d'humain. Nous sommes une chose sans nom. Un amas monstrueux de chairs déchiquetées, de pansements, de pus, de fièvres empaquetées, le tout teinté par l'ombre des canons. ". Cet album est également un hommage aux chirurgiens militaires de ce conflit, qui sont les fondateurs de la chirurgie maxillo-faciale, réparatrice et restauratrice moderne. Chirurgiens appelés par les blessés de la face " mécaniciens de génie ", " artiste de l'impossible " ou encore " Notre Père à tous ", écrira l'un d'eux. l'élaboration de cet ouvrage n'a été rendue possible que grâce à la collaboration du Musée du Val-de-Grâce, qui a exceptionnellement ouverte à l'auteur ses collections uniques, parmi les plus riches du monde et encore inaccessibles au grand public. Ajouter à mes livres
2 Les médecins dans la Grande Guerre, 1914-1918
Sophie Delaporte
Pendant la guerre de 1914-1918, le monde médical connaît une mobilisation sans précédent. Par le nombre d'abord, avec plus de six mille médecins engagés sur le front ou à l'arrière, et par les questions nouvelles qui suscitent des débats passionnés. Ce premier conflit mondial du XXe siècle pose aux médecins des questions médicales et éthiques inédites auxquelles ils doivent répondre dans l'urgence. Les dégâts effroyables infligés au corps des combattants, à une échelle jusque-là inconnue, l'affluence et l'encombrement des formations sanitaires obligent les médecins à remettre en cause les principes énoncés jusqu'à l'entrée en guerre : opérer ou non les blessés de l'abdomen, amputer ou conserver le membre atteint, soigner ou juger les blessés qui refusent les soins et ceux qui s'infligent des mutilations pour échapper au front. Une question qui engage le médecin dans le terrible processus de la justice de guerre, dont on connaît la rigueur implacable. Ajouter à mes livres
3 Visages de guerre
Sophie Delaporte
Longtemps, la parole des combattants blessés au visage a échappé à l'historien. L'itinéraire de souffrance des gueules cassées, du milieu du XIXe siècle jusqu'à nos jours, prend ici appui sur la trajectoire de trois hommes qui ont combattu l'un durant la Grande Guerre, le deuxième en Indochine, le dernier en Afghanistan. Menant des comparaisons dans le temps et dans l'espace, Sophie Delaporte s'appuie sur des fonds d'archives pour la plupart inédits ainsi que sur de nombreux entretiens menés en France, en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis avec les principaux acteurs de conflits récents, à commencer par les blessés eux-mêmes. En insistant sur l'impact des modalités de combat sur les atteintes au visage depuis la guerre de Sécession, l'auteure s'attache à décrire la manière dont les soignants se sont appliqués à rendre visible cette catégorie de blessés. Elle analyse l'impact des guerres sur la construction de la discipline chirurgicale en croisant les itinéraires de ceux qui ont voué leur vie à l'ériger en spécialité à part entière. Dans une perspective très originale dont elle est l'une des pionnières dans le monde, Sophie Delaporte mobilise l'histoire des guerres et de la médecine pour nous confronter à un phénomène central de l'époque contemporaine. Ajouter à mes livres
4 Gueules cassées. Les Blessés de la face de la Grande Guerre
Sophie Delaporte
" Sophie Delaporte comble un vide comme si l'expérience était proprement indicible. Pionnier et précieux. " Le Monde. " Elle a accompli un travail remarquable, remontant le chemin de croix de ces soldats, traitant aussi bien de la médecine d'urgence, de la chirurgie réparatrice de la face que de leurs souffrances et de leur détresse morale. " Anne Muratori-Philip, Le Figaro. " L'ouvrage écrit par Sophie Delaporte fait partie de ceux qu'on a le devoir de regarder en face. Comme le visage de ces hommes défigurés qu'on ne pouvait, littéralement, plus dévisager ". Christophe Violette, Ouest-France. " L'auteur s'est penchée sur ces " oubliés de l'histoire ", dont beaucoup, défigurés, ont terminé leur vie à l'écart des leurs et du monde, vivant en autarcie dans des institutions spécialisées. " Antoine de Gaudemar, Libération. Ajouter à mes livres
5 Gueules cassées... et alors ? Sourire quand même
Corine Valade
2 critiques

Un quatrième engin explose, libérant des milliers d'étoiles étincelantes tout aussi éphémères que meurtrières.» Au c?ur de l'enfer, cette fraction de seconde suffit à faire d?Étienne, à 20 ans, une gueule cassée... Blessé au visage pendant la première guerre mondiale, Étienne se mure d'abord dans la solitude et le silence. Il accepte difficilement d'être hospitalisé afin de subir de nombreuses opérations, à une époque où la chirurgie faciale n'en est qu'à ses balbutiements. Si la souffrance physique est intense, le tourment moral, lui, est insupportable. Mais au c?ur du havre de paix que représente le domaine des Gueules Cassées, grâce à des rencontres fortuites et à des amitiés sincères, le jeune homme s'apaise, retrouve une identité qu'il croyait perdue et réapprend enfin à sourire... Dans ce récit bouleversant, Étienne côtoie tour à tour Victor, un gamin des tranchées, Gaston, l'instituteur de Moussy-le-Neuf, Marie, l'ouvrière attirante et inaccessible, Clément, le poète, des pensionnaires du château de Moussy-le-Vieux et Albert Jugon, un des trois fondateurs de l'Union des blessés de la face et de la tête. Témoins d'événements majeurs de l'entre-deux-guerres, ils nous font tous partager une aventure humaine hors du commun... Ajouter à mes livres
6 Vie des martyrs 1914-1916
Georges Duhamel
5 critiques 10 citations

Août 1914, la guerre commence. pendant quatre ans, elle lèvera un lourd tribut : 1.500.000 morts et un nombre énorme de mutilés. « Il n'est pas une ville française jusqu'où ne viennent saigner les blessures ouvertes sur le champ de bataille. Pas une ville française qui n'ait assumé le devoir de soulager une part de cette souffrance », écrit Georges Duhamel. Mais suffit-il de panser, de guérir, pour éteindre la dette contractée envers ces hommes ? Ceux qui voient les blessés bordés dans des lits blancs, jouant aux cartes et se reprenant à vivre, savent-ils tout ce que cachent de douleur leurs pansements immaculés ou d'abnégation leurs sourires et leurs plaisanteries ? Engagé volontaire dès les premiers jours, chirurgien militaire, Georges Duhamel assiste au long supplice que tous subissent et dont seulement quelques-uns triomphent, pour en demeurer à jamais marqués. Vie des martyrs est un témoignage inou-bliable sur la grandeur de ces hommes simples qui se sont battus' pendant la Grande Guerre et que Georges Duhamel a voulu faire revivre dans toutes les mémoires. Ajouter à mes livres
7 Gueule d'amour
Aurélien Ducoudray
7 critiques 6 citations

1918, la guerre est finie, la paix est signée. Outre les familles des 1.375.800 morts et disparus, la patrie française doit s?occuper des 4.266.000 blessés. Parmi eux se trouvent 10 à 15.000 mutilés de la face. Les « gueules cassées », comme on les appellera. Insensible aux médailles qu?on lui propose, notre héros découvre, jour après jour, les réalités de sa nouvelle « condition ». Mi-homme, mi-curiosité, il tente de survivre à la violence du regard d?autrui. En particulier celui des femmes (dont la sienne) qui préfèrent lui tourner le dos en toutes circonstances? Si les compagnies un peu trop compatissantes ou la visite de bordels spécialisés permettent de réguler certains besoins physiques, les besoins de l?âme, eux, ont bien du mal à trouver satisfaction? Un beau jour, il rencontre Sembene, un colosse d?origine Africaine. Une drôle de « gueule », lui aussi, avec ses dents taillées en pointe. Entre les 2 compères, c?est un partage d?expériences en tous genres qui démarre? Un travail de fiction remarquable mené par Aurélien Ducoudray, par ailleurs journaliste spécialisé dans les documentaires et mis en scène par une jeune auteure de dessins animés. Un récit poignant sur des êtres hors normes, meurtris dans leur chair pour leur pays et pourtant soumis à la violence du regard de leurs compatriotes. Des « broyés » de la guerre qui ont gardé la vie, mais pour vivre un nouveau cauchemar. Une plongée sans concession dans le douloureux processus d?acceptation du handicap facial par les gueules cassées, mais aussi dans les dérives d?une société partagée entre curiosité, compassion et dégoût. Ajouter à mes livres
8 La Maison Assassinée
Pierre Magnan
32 critiques 24 citations

Au début du siècle, cinq personnes sont massacrées à coup de couteau dans une auberge de Haute-Provence. En 1920, un survivant croit découvrir les coupables, mais deux d'entre eux, un nouveau riche et le propriétaire d'un moulin a huile, sont assassinés à leur tour avant que Séraphin Monge ait pu accomplir sa vengeance. Le justicier Monge entreprend alors de démolir la maison maudite de fond en comble... Ajouter à mes livres
9 La chambre des officiers
Marc Dugain
177 critiques 113 citations

"La guerre de 14, je ne l'ai pas connue. Je veux dire, la tranchée boueuse, l'humidité qui traverse les os, les gros rats noirs au pelage d'hiver qui se faufilent entre les détritus informes, les odeurs mélangées de tabac gris et d'excréments mal enterrés, avec, pour couvrir le tout, un ciel métallique uniforme qui se déverse à intervalles réguliers comme si Dieu n'en finissait plus de s'acharner sur le simple soldat. C'est cette guerre-là que je n'ai pas connue." Dans les premiers jours de 14, Adrien F., lieutenant du génie, est fauché par un éclat d'obus sur les bords de la Meuse. Défiguré, il est transporté au Val-de-Grâce où il séjournera cinq ans dans la chambre des officiers. Au fil des amitiés qui s'y noueront, lui et ses camarades, malgré la privation brutale d'une part de leur identité, révéleront toute leur humanité. De cette épopée dramatique, émouvante, mais drôle aussi parfois, on retiendra que des blessures naît aussi la grâce. Marc Dugain, quarante et un ans, retrace avec ce premier roman la destinée particulière de son grand-père. Ajouter à mes livres
10 Le Der des ders
Didier Daeninckx
8 critiques 8 citations

Pour Eugène Varlot, ancien Poilu de la Grande Guerre reconverti en détective privé, les lendemains de victoire ont un goût plutôt amer. Tenaillé par un cauchemar obsédant qui le replonge dans l'enfer des tranchées, le voici engagé par un certain colonel Fantin. L'homme nourrit quelques doutes quant à l'intégrité conjugale de son épouse. Et Varlot, bien malgré lui, revivra des épisodes forcément douloureux du conflit... Ajouter à mes livres
11 Gueule cassée
Sébastien Gehan
1 critique

Rescapé de l'enfer de Verdun, il n'est pas seulement défiguré, il est mort vivant.Une nuit, la septicémie l'avait enlacé dans une longue étreinte mortelle. La fièvre le faisait divaguer. Léon avait tendu l'oreille. C'était incompréhensible, même si le mot « maman » revenait souvent. Léon ne connaissait que trop ce dialecte des derniers instants. Ce sursaut de vie sortait de tous les corps agonisants en un torrent de paroles insensées avant le râle fatidique. Alors Léon s'était rendormi. Même la mort, il s'en foutait.Peut-on encore mesurer l'horreur de la guerre quand le temps recouvre peu à peu les souvenirs ? Les combattants de la Grande guerre sont revenus bousillés, cassés dans leur chair et dans leur crâne.Sébastien Gehan évoque avec délicatesse et talent les affres d'un « revenant » au visage défiguré.EXTRAITLe soldat Luc Martin revient du front de Verdun pour une permission de quelques jours dans son village. Arrivé à la maison, il dépose son sac, s'assoit bien fatigué et s'abandonne à ses pensées. Ses yeux ciel d'orage s'embuent. Une vague de tristesse s'abat sur lui comme un torrent brise les digues sous la force de flots trop longtemps contenus. La source de ce chagrin lui est aussi inconnue que ces lieux. Il repense au train, à ces wagons jetés sur les rails, à cette étrange sensation de son corps ballotté au milieu de tous ces visages inconnus, à l'impression déplaisante de n'être qu'un bouchon de liège lâché sur un fleuve de métal et de fumées noires. Il se remémore les paysages entraperçus au cours de son périple, ces myriades de champs émeraude, ces échardes de forêts, ces bras de rivière indolents. Il se rappelle les odeurs de l'hôpital, l'éther, le chloroforme, la Javel jetée à grands baquets pour nettoyer les flaques de sang sombre comme le goudron. Il repense à ces visages familiers, sans noms, sans prénoms, bandés de partout, tantôt momies silencieuses, surtout momies hurlantes de douleur. Ajouter à mes livres
12 La valse des gueules cassées
Guillaume Prévost
32 critiques 11 citations

Portée par un héros aussi sympathique que mystérieux, La Valse des gueules cassées inaugure une nouvelle série policière qui nous entraîne avec brio et esprit dans le tourbillon des lendemains de la Grande Guerre. Printemps 1919. Dans une France exsangue qui n'en finit pas de panser ses plaies, un cadavre est découvert au sous-sol d'un hangar abandonné de la gare Montparnasse, le visage atrocement mutilé. C'est la première affaire de François-Claudius Simon, jeune inspecteur à la brigade criminelle et lui-même rescapé des tranchées, qui est chargé de remonter la piste du tueur. Bientôt, les meurtres se succèdent, suivant le même rituel macabre : non content d'exécuter ses victimes, tous d'anciens soldats, l'assassin les transforme en gueules cassées. Pourquoi cet acharnement ? Pourquoi l'horreur après l'horreur ? Au fil de son enquête, François-Claudius perdra quelques illusions, découvrant qu'il peut être dangereux de se frotter à sa hiérarchie quand le cynisme politique utilise sans vergogne la souffrance des poilus, ses frères de combat... Mais cette première affaire finalement résolue avec brio lui ouvrira aussi les portes d?une carrière promise à un bel avenir. Et puis il y rencontrera l'amour, sous les traits de la lumineuse et rebelle Elsa, ne se doutant pas encore qu?il va devoir, pour elle, entreprendre une enquête d'une autre ampleur : sur son propre passé, dont il ne connaît pas grand-chose et dont il a toujours prétendu ne rien vouloir savoir... Ajouter à mes livres
13 Au revoir là-haut
Pierre Lemaitre
1026 critiques 885 citations

« Pour le commerce, la guerre présente beaucoup d'avantages, même après. » Sur les ruines du plus grand carnage du XX° siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu'amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec Ses morts... Fresque d'une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d'évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l'après-guerre de 14, de l'illusion de l'armistice, de l'État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l'abomination érigée en vertu. Dans l'atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants. Ajouter à mes livres
14 L'ambulance 13, tome 6 : Gueules de guerre
Alain Mounier
8 critiques 5 citations

Chirurgien militaire, Louis Bouteloup est désormais entre les mains de ses pairs. Grièvement blessé et défiguré sur le front alsacien, il peut cependant compter sur les talents de sculpteur d'Émilie pour retrouver un visage. Mis hors du cadre de l'armée, Louis est confronté aux peurs de l'arrière, aux monstrueux canons bombardant la capitale. Il découvre aussi le sentiment profond qu'il éprouve pour Émilie. Sera-t-il trop tard pour reconstruire leur vie ? Ajouter à mes livres
15 Gueules cassées, tome 1 : Au bénéfice des lâches
Weissengel
4 critiques 1 citation

Augustin Dagneau et Noah Feuchtner ont tous deux connu les tranchées de la première guerre mondiale, chacun sous un drapeau différent. Cela ne les a pas empêchés de nouer, au lendemain d'un conflit dont ils sont revenues meurtris, une solide amitié. Paris, 1919, à la recherche de marchandises volées, les deux anciens combattants mettent le doigt sur un trafic qu'ils auraient préférés ne jamais connaître : le commerce du pillage des champs de batailles à peine désertés. Hantés par le souvenirs de leurs compagnons perdus au front, Noah et Augustin décident de poursuivre cette piste, sans savoir jusqu'où les mènera leur quête. Ajouter à mes livres
16 Pour un peu de bonheur, tome 1 : Félix
Laurent Galandon
20 critiques 10 citations

Printemps 1919. Quelques mois après l'Armistice, Félix Castelan, un "poilu", revient dans son village natal. Mais il n'est plus le même homme: un obus allemand lui a emporté la moitié du visage. À cette blessure physique s'ajoute une blessure psychologique. Regardé comme une bête curieuse par certains, Félix comprend qu'il aura du mal à retrouver sa place parmi les siens, entre une femme infidèle et un fils qui se souvient à peine de lui. Au même moment, une série de meurtres mystérieux met le village en émoi. Un policier, lui aussi ancien blessé de guerre, arrive de Paris pour mener l'enquête ... Ajouter à mes livres
17 Le Droit Chemin, Tome 2 : La nuit de la Goule
Wilfrid Lupano
5 critiques 4 citations

Sur ordre de leur surveillant, La Goule, la petite bande retourne au château des Drumont pour commettre un larcin. Sauf Marcel, qui refuse tout net. Prêt à endurer le courroux du commanditaire, le jeune homme entend s'expliquer avec lui et en profiter pour tirer au clair cette affaire de portrait, un nu réalisé par Jeanne. Mais il est loin de se douter de la vérité ni de ce qui l'attend... Ajouter à mes livres
18 Le phare des sirènes
Rascal
9 critiques 6 citations

Après la guerre, Ange, le gardien de phare que tout le monde appelle Gueule cassée, guette depuis sa tour de pierre le retour de Swidja, son amour perdu. Ajouter à mes livres
19 Faucheurs de vent, tome 1 : Le Carrousel des cabochards
Thierry Lamy
3 critiques

Les vrais pilotes prennent tout de haut... Même la mort.1917, Première Guerre Mondiale, front Ouest. Alexandre Marais, as de l'aviation française, a la particularité d'avoir été défiguré et de dissimuler ses blessures de guerre sous un masque. Meurtri dans sa chair et dans son âme, il n'a plus que le vol et les combats aériens comme raisons d'exister. Il était le meilleur, jusqu'à ce que Louis Lafitte, jeune pilote fanfaron et avide de gloire, soit muté dans son escadrille. Alors qu'on leur confie la mission d'abattre Nikolaus Stipetic, terreur du ciel de l'armée allemande, une rivalité s'installe entre ces deux hommes que tout oppose...Avec Faucheurs de vent, Thierry Lamy nous plonge dans l'univers passionnant des premiers combats aériens et de leurs pionniers au courage exemplaire. Une histoire de camaraderie et de rivalités au souffle romanesque, emportée par l'ampleur du trait de Cédric Fernandez (Saint-Exupéry) et sa science du dessin d'aviation. Ajouter à mes livres
20 L'atelier des gueules cassées
Amazing Ameziane
4 critiques 4 citations

1914, la Première Guerre mondiale éclate. Anna Coleman, sculptrice à Boston, décide d'accompagner son mari, médecin, en France lorsque celui-ci est appelé pour y diriger un hôpital militaire. Profondément choquée par les ravages que la guerre a fait subir aux soldats, Anna n'a plus qu'une idée en tête : mettre son art au service des blessés de guerre en créant un atelier de prothèses faciales. Elle espère ainsi changer la vie et redonner dignité à ceux qui n'osent plus affronter le regard des autres après avoir tant donné pour leur pays. Pendant qu'Anna essaye par tous les moyens de mettre sur pied son atelier à Paris, Félix Bontarel et Antonin de Mussan sont sur le front, leur vie ne tient qu'à un fil... Ajouter à mes livres
21 Je voulais te dire
Louisa Young
17 critiques 7 citations

Tout les sépare, tout les unit… Nadine et Riley sont deux jeunes Londoniens issus de milieux très différents, mais amis depuis l’enfance. Au moment où leur complicité pouvait prendre un tour plus tendre, des considérations de classe se dressent brusquement sur leur chemin. C’est alors qu’éclate la Grande Guerre. Ils n’ont que 18 ans. Riley passera trois ans dans les tranchées des Flandres et de la Somme, tandis que Nadine s’engagera comme infirmière. Quand il revient, il n’est plus le même homme, ce qui lui est arrivé sur le champ de bataille l’aura changé pour toujours. Ne pouvant pas imaginer que Nadine puisse encore vouloir de lui, il fera tout pour la repousser. Mais le destin lui compliquera la tâche… Louisa Young décrit avec éloquence la fin d’un monde, les dévastations morales et matérielles causées par le premier conflit mondial, l’incompréhension qui règne entre les combattants et ceux qui ne savent rien de ce qui se passe au front. Elle fait aussi – et c’est une des grandes originalités eu roman – le récit du remarquable travail de pionnier accompli par les chirurgiens de la reconstruction faciale. Et, dans cette histoire d’un amour passion que tout contrarie, elle dépeint avec subtilité les relations sociales dans une Angleterre en pleine métamorphose. Ajouter à mes livres
Commenter  J’apprécie          189

Ils ont apprécié cette liste