AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782843032486
225 pages
Éditeur : La Dispute (30/01/2014)
Résumé :
Comment le genre est-il actuellement pris en compte dans les enseignements et dans la recherche, en France ? Quelle information et quelle diffusion sont possibles pour les résultats des recherches ? Quelles sont les ressources disponibles pour étendre celles-ci ? Comment les études de genre nourrissent-elles les formations professionnelles, tant initiales que continues ?

Conçu par l’Association nationale des études féministes, et rédigé par de nombreu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  28 avril 2015
L'égalité entre les femmes et les hommes n'est ni optionnelle ni conditionnelle
Contre les réactionnaires de tous horizons qui dénoncent les théorisations autour du genre, qui assignent aux êtres humains des places/rôles en fonction de leur « sexe », au nom de la nature, des religions, des coutumes, des modes, des idoles, des rites ou des traditions, et qui parlent souvent de complémentarité pour refuser l'égalité…
Contre celles et ceux qui assènent, en dépit des évidences, que l'égalité est déjà là…
Il importe de développer les études sur les luttes de femmes, les rapports sociaux de sexe, le genre… pour comprendre les différents agencements sociaux qui concourent au maintien des hiérarchies et des inégalités dans toutes les sociétés et ici dans le monde académique.
En introduction, les auteures proposent « le concept de « genre » est désormais reconnu et largement usité dans le domaine de la recherche en tant que système d'organisation sociale qui, fondé sur des rapports de pouvoir, bi-catégorise et hiérarchise les sexes – à l'avantage des hommes et des attributs référés au masculin -, tant symboliquement que matériellement »
Sommaire :
Liminaire : Genèse et enjeux de l'institutionnalisation des recherches féministes
Chapitre 1 : Les liens entre la recherche féministe, les associations et les pouvoirs publics : le triangle de velours
Chapitre 2 : Enseignement sur le genre : des recensements à l'institutionnalisation
Chapitre 3 : La diffusion des savoirs sur le genre
Chapitre 4 : Les inégalités professionnelles dans l'enseignement supérieur et la recherche
Chapitre 5 : Harcèlement sexuel et violences sexistes à l'université et dans l'enseignement supérieur
Propositions d'orientations stratégiques
Postface
Complété de 8 annexes
Etranger au monde universitaire, je choisis de n'évoquer que quelques éléments de ce livre, en lien à des thématiques déjà abordées dans d'autres textes.
Les auteures soulignent, entre autres, le « poids de l'universalisme ou d'un anti-féminisme profond, la culture est très hostile à la prise en compte de la dimension sexuée de la réalité sociale ». En fait, un certain universalisme très réducteur (voir sur ce sujet, Christine Delphy : Un universalisme si particulier. Féminisme et exception française (1980-2010)) Et comme autrefois, la critique marxiste, « la critique féministe, qui mettait en doute l'universalité et la neutralité proclamées du discours académique, était fort mal reçue ». Sans oublier la stigmatisation des termes mêmes, comme « études féministes ». Les auteures discutent de la notion de « genre », de son utilisation « en dépit de son ambiguïté » et détaillent les différents liens entre la recherche féministe, les publications, les associations et les pouvoirs publics.
Elles indiquent que « le caractère structurel des inégalités fait l'objet d'un « consensus mou », tandis que la conception universaliste de la citoyenneté s'oppose à la notion de « besoins spécifiques » et laisse peu de place pour les « actions positives » et les « mesures de compensation » des discriminations avérées ». J'aurais écrit : conception abstraite de l'universalisme citoyen considérant que cet universalisme est déjà là, alors qu'il reste à construire concrètement (ce qui par ailleurs ne dit rien sur les tensions entre universalisme abstrait et concret). Quoiqu'il en soit, je ne vois pas comment la construction de l'égalité peut contourner des mesures d'« actions positives ». Ce chapitre, comme les suivant, se termine sur des recommandations.
J'ai notamment été intéressé par le chapitre sur la diffusion des savoirs, les publications et les éditions, l'enjeu des traductions, le caractère sexiste de la plupart des manuels scolaires dès le primaire, l'absence de figures féminines dans l'histoire construite et enseignée, la place des colloques, ou globalement l'important retard pris en France « dans la prise en compte du genre à tous les niveaux ». Je souligne aussi, en annexe 2, une lettre au ministère de l'éducation nationale de septembre 2012 dont j'extraits une phrase : « Aucun scientifique sérieux ne songerait aujourd'hui à faire reposer le caractère féminin ou masculin sur les seules données biologiques ».
Les auteures analysent en détail les inégalités professionnelles dans l'enseignement supérieur et la recherche, dans « l'accès aux professions qui fabriquent du savoir ». Elles parlent d'égalité « L'égalité entre les femmes et les hommes n'est en effet ni optionnelle – je l'applique ou non – ni conditionnelle – je ne l'applique que si elle présente un intérêt -, elle appartient au répertoire des principes fondamentaux du droit », de l'aveuglement aux inégalités professionnelles, de l'importance de prendre en compte « la variable genre », des parcours scolaires et universitaires très différenciés selon le sexe, de déplacement des inégalités dans le temps et les niveaux éducatifs, de filières « les filières les plus prestigieuses, qui conduisent aux carrières les mieux rémunérées, restent très masculines », des discriminations indirectes dans les recrutements, du pilotage scientifique par les hommes et des administrations par les femmes, des résistances à l'accès des femmes aux plus hauts échelons, de l'invisibilisation de leurs travaux, des systèmes d'évaluation institués…
Le dernier chapitre est consacré au harcèlement sexuel et aux violences sexistes. Les auteures reviennent sur le continuum des violences exercées par les hommes, son caractère protéiforme, social et politique, la place des relations hiérarchiques, les dénis et l'impunité… Elles parlent des stratégies des agresseurs, des réactions des victimes, des multiples et multidimensionnelles conséquences, de la camaraderie et du soutien entre hommes, des législations, du dispositif mis en place à Lille-3…
« le passage de l'affirmation du principe d'égalité à l'égalité nécessite la reconnaissance réelle de l'existence des inégalités, la volonté de les faire disparaître, la mobilisation coordonnée de tous, notamment financière, et la mise en place de mesures contraignantes, visant l'efficacité, faisant rupture avec les mesures d'affichage ».

Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
dede   28 avril 2015
Le concept de « genre » est désormais reconnu et largement usité dans le domaine de la recherche en tant que système d’organisation sociale qui, fondé sur des rapports de pouvoir, bi-catégorise et hiérarchise les sexes – à l’avantage des hommes et des attributs référés au masculin -, tant symboliquement que matériellement
Commenter  J’apprécie          30
dede   28 avril 2015
Le passage de l’affirmation du principe d’égalité à l’égalité nécessite la reconnaissance réelle de l’existence des inégalités, la volonté de les faire disparaître, la mobilisation coordonnée de tous, notamment financière, et la mise en place de mesures contraignantes, visant l’efficacité, faisant rupture avec les mesures d’affichage
Commenter  J’apprécie          20
dede   28 avril 2015
L’égalité entre les femmes et les hommes n’est en effet ni optionnelle – je l’applique ou non – ni conditionnelle – je ne l’applique que si elle présente un intérêt -, elle appartient au répertoire des principes fondamentaux du droit
Commenter  J’apprécie          20
dede   28 avril 2015
Le caractère structurel des inégalités fait l’objet d’un « consensus mou », tandis que la conception universaliste de la citoyenneté s’oppose à la notion de « besoins spécifiques » et laisse peu de place pour les « actions positives » et les « mesures de compensation » des discriminations avérées
Commenter  J’apprécie          10
dede   28 avril 2015
Aucun scientifique sérieux ne songerait aujourd’hui à faire reposer le caractère féminin ou masculin sur les seules données biologiques
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : rechercheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Le seigneur des Anneaux

Quel est le métier de Sam ?

cuisinier
ébéniste
jardinier
tavernier

15 questions
4274 lecteurs ont répondu
Thème : Le Seigneur des anneaux de J.R.R. TolkienCréer un quiz sur ce livre