AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365772641
Éditeur : Urban Comics Editions (04/10/2013)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Il y a 15 ans, Dashiell Bad Horse fuyait la pauvreté et le désespoir de la réserve indienne de Prairie Rose pour trouver, espérait-il, un monde meilleur. De retour il y a quelques mois, il se met au service l'homme le plus influent de réserve, le redoutable Red Crow, avec un agenda précis en tête. En mission pour le FBI, Dash doit réunir les preuves qui feront tomber le parrain dans les filets de ses supérieurs. Il a aujourd'hui atteint son but, seulement un homme l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Presence
  04 décembre 2014
Ce tome fait suite à le prix du salut (épisodes 43 à 49). Il contient les épisodes 50 à 55, parus en 2011. C'est l'avant dernier tome de la série. le scénario est de Jason Aaron, et les illustrations de R.M. Guéra.
Épisode 50 - Jason Aaron revient sur l'histoire des amérindiens à partir de 1876, sur une forme donnée à leur extermination, et sur le parcage en réserve de force. Il donne également une leçon de comment scalper (à déconseiller aux âmes sensibles). Cet épisode est illustré par R.M. Guéra et il contient quelques pages de dessinateurs invités : 1 page dessinée par Timothy Truman (auteur connu pour sa série post-apocalyptique Scout mettant en scène un amérindien, et pour ces bandes dessinées sur leur histoire, par exemple The true story of Simon Girty, the renegade, en VO), 1 par Brendan McCarthy (connu pour son penchant pour le psychédélisme, par exemple Spider-Man : Fever), 1 par Jill Thompson (l'excellent Bêtes de somme), 1 par Jordi Bernett (Torpedo), 1 par Denis Cowan, 1 par Dean Haspiel (Cuba, my revolution), 4 par Igor Kordey, et 1 par Steve Dillon.
Aaron expose une pratique ignoble liée à l'extermination des amérindiens et il intègre dans sa narration les dessins pleine page des artistes invités qui semblent correspondre à des illustrations qui auraient pu se trouver en fin de volume. Timothy Truman illustre à merveille le vent de la révolte d'une jeunesse opprimée. Jill Thompson réalise un magnifique portrait d'Agnes Poor Bear. Brendan McCarthy capture la facette la plus merveilleuse de Catcher.
-
Épisodes 51 à 55 - Lincoln Red Crow fait appliquer les décisions qu'il a prises dans le tome précédent, malgré le désaccord de Chunka. Wooster T. Karnow s'en tient à son nouveau code de conduite à ses risques et périls. Baylis Earl Nitz essaye de reprendre contact avec Dashiell Bad Horse. Rath se fait coffrer. Dashiell récupère ses nunchakus. Arthur Pendergrass vit mal sa séparation d'avec Festus. Beaucoup de confrontations violentes et brutales s'en suivent.
Comme à son habitude, R.M. Guéra insuffle une plausibilité maximale à chaque endroit, et une personnalité intense à chaque individu. le lecteur peut ainsi se retrouver transporté dans un laboratoire clandestin synthétisant de la méthamphétamine, dans le quartier général de Rath, avec un de ses sbires à compter les recettes, à préparer les colis de drogue et à recevoir les coursiers, ou dans une cellule de prison. Il peut tout aussi bien sentir la chaleur du soleil couchant sur le bas coté de l'autoroute à la frontière de la réserve Prairie Rose, ou la froideur de la nuit dans les collines avoisinant la réserve. En pleine planque devant une installation illicite, il va craindre ce que cache chaque ombre ; comme dans un lieu confiné, il va redouter ce qui se trouve derrière chaque encoignure. Chaque action se déroule en fonction du lieu dans lequel elle se situe, l'agencement du lieu imprime sa logique et ses contraintes sur les mouvements des personnages, leur évolution dans l'espace. Au milieu de ces espaces à la conception rigoureuse, le lecteur en vient même à ne pas remarquer que par 2 ou 3 fois, Guéra s'économise sur les décors le temps d'une page, ou une page et demie.
Ce tome est également l'occasion de revoir de nombreux personnages déjà croisés lors des précédents, et le lecteur retrouve des visages familiers dont la personnalité saute aux yeux. Il y a l'attitude posée et impressionnante de Lincoln Red Crow. La détermination silencieuse de Dashiell Bad Horse se lit sur ses traits durs et marqués. La rage de Shunka couve à fleur de peau dans son visage crispé, son attitude rigide. L'incroyable morgue et le sentiment d'impunité irradie du visage de Rath, encore un individu à la présence incroyable. Baylis Earl Nitz reste toujours aussi terrifiant dans son mépris pour les autres, l'intensité de sa haine pour Red Crow. Il faut voir son visage contorsionné hurler le nom de Red Crow dans le casino pour recevoir de plein fouet cette émotion dévastatrice.
Arrivé à ce neuvième tome, l'avant dernier de la série, la question se pose de savoir ce que le lecteur attend du récit. Il ne s'agit pas d'une question de pure rhétorique, mais plutôt de prendre conscience que le déroulement du récit lors des tomes précédents a tissé une narration d'une grande richesse, brassant plusieurs thèmes complexes, développant chaque personnage pour en faire des individus aux motivations différenciées et crédibles, aux aspirations particulières, aux défauts très humains. de ce fait le lecteur a acquis le sentiment qu'il ne peut pas y avoir de résolution simple ou définitive de chaque conflit, de chaque difficulté. Ces individus ont une vie propre, et comme pour chacun d'entre eux il n'y a pas de solution magique aux difficultés de la vie. Or Aaron choisit d'orchestrer plusieurs confrontations au travers desquelles le lecteur peut avoir l'impression de le voir tirer les ficelles de ses personnages pour apporter des résolutions bien tranchées. En fonction de l'attente du lecteur il pourra être satisfait par ces issues bien nettes, ou un peu déconcerté par ce qui ressemble à des duels qui tombent à point nommé, de manière trop providentielle. C'est comme si Aaron avait eu le souci de tenir ses promesses en matière de conflit de manière simple et directe. C'est un aspect qui peut surprendre dans la mesure où Aaron continue à faire montre d'une finesse psychologique qui met en lumière de nouvelles facettes des personnages principaux. de même les agissements de Festus s'inscrivent dans le thème de l'animisme et des croyances amérindiennes, mais le résultat verse plus dans la farce que dans le drame.
Aaron et R.M. Guéra font converger la majeure partie de leurs fils narratifs pour apporter des résolutions à plusieurs conflits. L'histoire est très prenante et très intense. La forme du récit est plus directe que dans les tomes précédents, sans rien perdre de la finesse psychologique des personnages, mais en proposant des aboutissements très tranchés. La série se conclut dans le tome 10 (épisodes 56 à 60).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MahaDee
  23 novembre 2016
Dashiell Bad Horse a pour mission de faire tomber Lincoln Red Crow, le chef de la police de la réserve de Prairie Rose et… de la mafia locale. Dans ce volume, l'heure de s'amender est venue pour Red Crow. A la surprise générale, il décide de mettre fin à toutes ses activités illicites. Dashiell, gravement blessé, découvre l'identité de l'assassin de sa mère.
Je décris un personnage pour chacun des 10 volumes de la série :
Volume 09 – L'Officier Franklin Falls Down
Franklin est l'officier le plus intègre de la réserve. Il est aussi un des seuls à ne pas avoir été engagé par Red Crow. le dossier Gina Bad Horse lui a été confié, mais loin de lui apporter une reconnaissance appréciable, ses découvertes le mettent avant tout en danger. En discutant avec Laurence Belcourt, condamné à tort pour le meurtre de deux agents fédéraux, Falls Down apprend la véritable identité de l'assassin. Capturé par Catcher, il parvient à s'échapper, aidé par ce qu'il pense être l'esprit de Gina.
Commenter  J’apprécie          90
Franz
  07 août 2016
Amputé du bras droit, le bas empire.
Après une terrible introduction du scalpeur scalpé, flashback de la tragique histoire amérindienne, le pénultième volume de la série Scalped plonge là où le précédent et trépidant opus avait laissé le lecteur sonné. Lincoln Red Crow a décidé de détruire tous ses laboratoires clandestins fabriquant des drogues de synthèse, provoquant colère, peurs et violences. Hors de la réserve lakota, le shérif Wooster Karnow veut en faire autant, mettant au trou de gros méchants, épargnant Dino le borgne. Dans sa prison de White Haven s'entassent déjà Wade Rouleau, père de Dash Bad Horse, Catcher, meurtrier mystique, James Festus Selby, minable dealer diligenté par Red Crow pour occire Catcher puis, peu après, Shunka, bras droit du caïd. le jeu de massacre n'élimine pas nécessairement les cibles. Pour Dashiell Bad Horse, blessé et hospitalisé, la mâchoire fracturée, le moment est venu d'affronter Shunka. L'épisode se clôt sur un cliffhanger infernal.
La série ne faiblit jamais, conservant lisibilité dans l'éclatement, cohérence dans la polyphonie, souplesse dans la violence. le lecteur ne peut bouder son séjour en enfer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
yvantilleuil
  01 janvier 2014
Voilà donc déjà l'avant-dernier tome de cette saga Vertigo totalement indispensable pour tous les amateurs de polars bien sombres. Ce neuvième tome, qui reprend les épisodes US #50 à #55, entame donc la dernière ligne droite de cette série et cela se ressent car Jason Aaron commence à faire le ménage à Prairie Rose.
L'album s'ouvre par l'épisode #50, sorte de numéro anniversaire dont Jason Aaron profite pour revenir sur l'histoire des amérindiens à partir de 1876 jusqu'à la création de Prairie Rose et qui voit défiler bon nombre de guest stars au dessin. Si le lecteur y apprend comment scalper, il découvre surtout toute la violence et la haine qui a servi de base à la création de la réserve indienne et qui est à l'origine de la misère actuelle. Visuellement, plusieurs dessinateurs livrent des pleines pages illustrant des personnages importants de la réserve. Outre R.M. Guéra qui illustre la majorité de l'épisode, le lecteur retrouve donc également des artistes de renom, tels que Timothy Truman, Brendan McCarthy, Jill Thompson, Jordi Bernett, Denis Cowan, Dean Haspiel, Steve Dillon et Igor Kordey
La suite renoue avec l'intrigue en cours et permet de retrouver Dash Bad Horse dans un bien sale état suite à sa bagarre avec Catcher qui ponctuait brillamment le huitième tome. Suite aux événements du volet précédent, plusieurs personnages ont d'ailleurs décidé de donner une nouvelle direction à leur vie. Red Crow a choisi le chemin de la rédemption en mettant fin à ses activités illégales et même le Sheriff Karow se transforme progressivement en héros. Mais le personnage le plus intéressant de cet arc intitulé « A Couteaux Tirés » est indéniablement Shunka. Après avoir dévoilé son homosexualité, Jason Aaron continue de torturer cet homme finalement beaucoup plus sensible qu'il ne paraît.
Visuellement, le trait nerveux et dynamique de R.M. Guéra dégage énormément de puissance lors de l'affrontement final entre Dash et Shunka et parvient à restituer toute la tension et le désespoir qui règne au sein de cette enclave indienne du Dakota du sud depuis le début de cette saga sombre et violente.
Encore un excellent tome, que vous retrouverez dans Mon Top de l'année
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Ctucorrect
  10 juillet 2019
On approche du dénouement, un épisode particulièrement violent et sanglant, et graphiquement très sombre. Mais toujours aussi bon, aucune perte de souffle.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
Sceneario   07 octobre 2013
A couteaux tirés joue avec nos nerfs. Jamais, vous n'aurez lu un récit aussi dur et tendu. Et pourtant, Aaron et Guéra nous ont déjà fait "souffrir" avec quelques tomes bien violents mais là... Jamais je n'ai été pris comme cela ! Vivement le prochain volume !!!
Lire la critique sur le site : Sceneario
Sceneario   27 août 2012
Malgré [une] violence souvent assez crue, l'écriture de Aaron garde toute sa finesse avec une caractérisation vraiment très poussée, et une étude psychologique générale vraiment très bien sentie.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Videos de Jason Aaron (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jason Aaron
Vidéo de Jason Aaron
autres livres classés : bande dessinée policièreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
185 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre