AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacques Mailhos (Traducteur)
EAN : 9782351780077
401 pages
Éditeur : Gallmeister (04/01/2007)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 108 notes)
Résumé :
Le monstre est en marche : le super-excavateur géant Goliath, le plus terrifiant engin jamais construit par l'homme, menace les déserts de l'Ouest. C'est compter sans le farouche Hayduke et ses amis, bien décidés à enrayer la course du titan. Le Gang de la Clef à Molette est de retour ! S'engage alors un combat désespéré contre la "Machine" industrielle. Les usines explosent, les bulldozers s'évanouissent dans la nature... Contre l'asservissement des esprits, tous l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Pcpa
  21 décembre 2019
Suite du Gang de la clef à molette, écrit 14 ans plus tard et publié en 1989, année de sa mort. Il est ainsi le dernier roman écrit par Edward Abbey. On y retrouve la même bande de personnages déjantés qui luttent encore et toujours contre le développement effréné du capitalisme et de l'industrie au XXeme siècle aux Etats-Unis.
L'écriture est toujours aussi dense mais un peu moins fouillis que lors du premier opus. C'est par ailleurs drôle, même très drôle : il y a de l'humour partout dans chaque description ou situation. Il y a aussi pas mal de sexe par rapport au premier tome, ne dit on pas que les hommes deviennent lubriques avec le temps...
Au final le roman est plein de rythme et d'humour, il y a aussi énormément de poésie dans l'écriture d'Edward Abbey, qui est incontestablement un grand écrivain Américain du XXème siècle.
Mention spéciale pour la remarquable traduction de Jacques Mailhos.
Commenter  J’apprécie          598
Allantvers
  24 octobre 2020
On prend les mêmes et on recommence ? Oui et non, les ingrédients sont là mais le plat est gâché.
Cela ne tient pas aux épices : le ton est toujours aussi piquant, vif, narquois, rock'n'roll et enlevé avec cette apologie joyeuse et grinçante d'anarchie mâtinée d'éco-terrorisme révélant un auteur toujours au taquet de ses convictions et de sa répugnance profonde pour ses compatriotes.
Cela ne tient pas non plus aux décors, toujours aussi somptueux, faits de canyons sans fonds aux couleurs éblouissantes et à la faune riche et hostile, fiers et vieux comme le monde.
Et le problème ne vient pas non plus des personnages car ils sont tous là, très légèrement vieilis mais toujours aussi jubilatoirement vivants, bien qu'un poil moins crédibles dans leurs costumes de papier là où dans le roman original ils sortaient littéralement de la page : Bonnie et Doc désormais mariés, forment un couple si improbable qu'il en est parfait; Seldom Seen Smith traine toujours sa dégaine de mormon déjanté et surtout Hayduke, Georges Washington de son petit nom, n'a pas perdu un gramme ni de sa rage de détruire la civilisation en marche ni de sa vulgarité légendaire. Même le méchant de l'histoire, l'épouvantable évêque mormon Love, est remonté comme un coucou tout au long du roman.
Mais malgré tout cela il m'a manqué l'essentiel, ce qui faisait pour moi tout le sel du Gang d'avant ce Retour du gang : le gang lui-même ! Car à part une scène finale un peu too much et franchement téléphonée, jamais on ne voit ensemble cette bande improbable de pieds nickelés aussi efficaces dans l'action que mal assortis dans la vie, chacun étant introduit dans le récit de manière isolée à la faveur d'une construction narrative décousue voire poussive par moment,à tel point que je me suis même ennuyée.
La faute au temps qui a passé peut-être entre les deux romans ? C'est fini les seventies, on n'y croit plus m'a semblé dire l'auteur entre les lignes et à son corps défendant. Et Goliath a continué d'avancer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Apikrus
  13 septembre 2018
Un roman cynique et militant, à l'image du 'Gang de la clé à molette' (1e opus), et malheureusement indémodable…
Pour qui a lu le premier volet : on reprend les mêmes et on recommence… ou presque. On retrouve en effet Georges Hayduke, Seldom Seen, Doc Sarvis, et Bonnie. Si Georges et toujours aussi révolté et turbulent, les deux derniers se sont en revanche assagis et élèvent leur fils. Impossible pour Georges d'accepter la mise en service d'une excavatrice géante pour construire une autoroute vers des gisements de minerai. Il lui faudra donc croiser le fer. Et pour cela, il doit convaincre ses anciens acolytes de l'aider dans son entreprise de sabotage. La mobilisation citoyenne d'activistes écologistes non-violents pourrait en effet ne pas faire le poids face aux industriels et aux autorités.
Quelle est la meilleure méthode pour limiter le saccage de notre environnement : l'opposition non violente ou le terrorisme ? Bien sûr il s'agit ici d'un roman, et sa réponse n'a pas valeur absolue.
Les collusions entre politiques et industriels restent néanmoins d'actualité près de 30 ans après l'écriture de ce roman. La dénonciation d'Edward ABBEY est tout à fait salutaire puisqu'elle met en évidence la violence institutionnelle qui en résulte contre l'intérêt commun.
A lire si vous avez aimé le premier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Sharon
  18 juillet 2016
Tout d'abord, je dois dire que je préfère nettement le titre original, à savoir Hayduke lives ! Cependant, pour le lectorat français, ce titre-ci a le mérite d'être clair, et c'est bien la suite du gang de la clef à molette que nous avons entre les mains.
Le révérend Love est en forme, si, si, vraiment très en forme, preuve que Doc Sarvis a vraiment fait du bon boulot. Il est revenu à ses premières amours. Non, je ne parle pas de sa femme, avec laquelle il a eu onze enfants, comme le lui commande son église, je parle de sa volonté d'asservir la nature afin que l'homme puisse en tirer le plus de profit possible. Son discours est parfaitement rôdé, parfaitement logique, pour peu que l'on apprécie la logique des politiciens de tout poil, et des religieux de tout bord. Love applique à la lettre les préceptes qu'il enseigne, et sa détermination n'a fait que croitre – les moyens pour la mettre en oeuvre aussi.
Ses opposants aussi ont pris du poil de la bête. Non, je ne parle pas des quatre membres du gang, je parle des activistes d'Earth First ! Ils sont nombreux, sympas, non-violents, et, en dépit de leur nombre, de leur engagement, ne semblent guère avoir de chance face à la force (armée) des gentils tenants du progrès et de l'argent. Ils ne manquent pas de moyen, et ils ont la loi de leur côté – enfin… parce qu'ils savent la contourner, et mettre devant le fait accompli avant que tous les recours ne soient déposés. C'est cela aussi, l'Amérique.
Pendant ce temps, et bien nos trois héros n'ont pas vraiment envie de s'en mêler : leur période de probation est presque terminée. Doc Sarvis, qui exerce dans des conditions plus modestes que dans le gang, n'en reste pas moins un bon médecin, il est marié à Bonnie, ils ont un petit garçon Reuben, et Bonnie attend leur second enfant. Une famille des plus ordinaires, presque comme celles qu'a fondé Seldom Seen avec ses trois femmes. Reste donc Georges Hayduke, bien vivant, de retour, qui n'a pas envie de laisser faire les choses, mais qui a bien l'intention d'en découdre et de faire revenir dans la lutte ses amis. Ils aiment bien Georges, ils l'aiment même beaucoup mais… non, sans façon. du moins dans un premier temps.
Et oui : on peut être rangé, avoir une petite vie bien tranquille et s'engager malgré tout, parce que l'on a des convictions, que le quotidien n'a pas émoussé, non, juste un peu mis de côté. Et l'énergie, l'envie de lutter, est là, elle transparaît dans l'écriture, énergique, vive, pleine d'ironie parfois, de colère aussi, face au gâchis programmé. Pour ne pas oublier aussi que parler, c'est bien, agir, c'est mieux.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Charybde2
  13 juillet 2013
Trois ans après le "Gang de la clef à molette", les 4 activistes doivent reprendre du service...
Écrit en 1989, et publié juste après la mort de l'auteur en 1990, publié en 2007 chez Gallmeister dans une belle traduction de Jacques Mailhos, "Hayduke lives !" reprenait l'action de "The Monkey Wrench Gang" à peu près trois ans après la fin du roman fondateur, alors que Hayduke était supposé mort et que Doc, Bonnie et Seldom Seen Smith s'étaient en apparence rangés des clefs à molette...
Dans le même style forcené et débridé que le premier roman, le gang se reforme donc, tout en entretenant toujours, dans ses rêves éveillés, le fantasme de la destruction du barrage de Glen Canyon, pour trouver un moyen de stopper l'excavatrice géante Goliath, qui a entrepris de dévaster une colossale surface de la Kaibab Forest pour créer des acccès quasi-autoroutiers à une future mine d'uranium...
Quatorze ans après le "Gang de la clef à molette", avec des personnages désormais très familiers au lecteur, une partie de l'accent se déplace sur les activistes de "Earth First !", particulièrement radicaux mais résolument non-violents, reflet littéraire de l'organisation qui s'est réellement créée entretemps aux États-Unis puis dans le reste du monde, inspirée en grande partie par les écrits d'Edward Abbey, pour mettre en oeuvre des moyens de lutte plus décidés que ceux des ONG environnementales classiques jusqu'alors, considérées comme trop tièdes et au fond trop passives face aux agissements des entreprises minières et du BTP, toujours plus redoutables et imaginatives dans leurs contournements des lois de protection de la nature pourtant peu à peu mises en place depuis 1975...
Presque plus "sérieux" que son prédécesseur, mais déplaçant astucieusement ses points de joyeuse folie combattante, "Le retour" est bien le complément indispensable du "Gang".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90


critiques presse (1)
Actualitte   27 mars 2018
Edward Abbey s’incline devant ses maîtres : Hardon, Aldo Leopold et… pourquoi pas ?… Abbey lui-même, que, comble du jubilatoire, il cite aussi.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
PcpaPcpa   24 décembre 2019
Le véhicule approche en bondissant sur les cahots, et elle voit qu'il s'agit d'un 4 x 4 Ford Bronco transportant un chapeau, une tête, un homme. Chapeau Stockman. Crâne rasé. Eh, merde, se dit-elle, c'est l'évêque. Encore furieux, je parie. Mais au moins on est maintenant supérieurs en nombre : moi, Orval, l'évêque, et peut-être la fille. Nous sommes quatre et ils ne sont que trente.
Commenter  J’apprécie          203
Charybde2Charybde2   13 juillet 2013
Doc n'est pas là, parti à l'aube à l'usine à trauma pour une greffe de moelle osseuse. Encore une pauvre enfant, une fillette de même pas dix ans, de la région de St. George. Encore une leucémie aiguë. Doublée d'un cancer des ganglions lymphatiques. Plutôt courant dans ce coin, le Sud de l'État, par rapport à la population humaine relativement peu nombreuse. Cas insuffisants en nombre, bien sûr, pour prouver quoi que ce soit, bien que cette région se trouve ous le vent des terrains d'essai militaires. Le gouvernement fédéral nie toute responsabilité et les juges fédéraux, nommés à vie sur leurs postes à 89 500 $ par an par le gouvernement fédéral tranchent - systématiquement - en faveur du gouvernement fédéral. Personne ne sait pourquoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ApikrusApikrus   23 août 2018
J'y ai mis le temps, d'accord, mais je l'ai fait, bon Dieu, je l'ai érigée et j'l'ai rentrée et j'l'ai rendue heureuse. Je crois. J'l'ai pas entendue se plaindre, ça c'est sûr. Toute façon, comme dirait le vieux Seldom, le jour où j'pourrai plus la dresser, j'retournerai les femmes la tête en bas et j'la leur f'rai tomber dedans. C'est tout.
(p. 312)
Commenter  J’apprécie          130
Fanvin54Fanvin54   24 février 2014
- T'es qu'un enfoiré d'antinucléaire, lance une voix dans la foule.
- Et comment ! Cette bougresse d'industrie de l'uranium a presque entièrement dévasté le Sud-Est de l'Utah. Maintenant ils veulent attaquer l'Arizona Strip. J'suis contre. J'suis...
-T'es un contriste, Seldom. T'es contre tout.
Commenter  J’apprécie          90
CrazynathCrazynath   31 mars 2015
Le fin croissant, signe d'espoir, luit dans le ciel de l'Ouest. assez proche, presque prise dans les bras de la lune, scintille Vénus, la planète de l'amour, rare comme le radium, pure comme le platine et plus précieuse que l'or.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Edward Abbey (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edward Abbey
Edward Abbey & Robert Crumb.
autres livres classés : écologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1473 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre

.. ..