AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782259277228
220 pages
Éditeur : Plon (11/04/2019)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Adolphe Goldstein est un homme d’affaires à succès. Son commerce a de l’avenir : son créneau, c’est la mort. Un être humain décède toutes les cinquante-quatre secondes en France. Un eldorado ! Jusqu’à présent, le trépas demeurait un sujet tabou, ne s’accommodant pas de la liberté du commerce. Mais demain, grâce à Adolphe, organiser sa fin sera considéré comme un acte aussi évident que préparer son mariage. C’est la loi de l’offre et de la demande. Tout le monde meur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
coquinnette1974
  20 juillet 2019
Je remercie chaleureusement les éditions Plon pour l'envoi, via net galley, du roman Pour que le jour de votre mort soit le plus beau de votre vie de Lionel Abbo.
Vous connaissez tous le métier de Wedding Planner ? Une personne qui planifie, organise votre mariage et fait en sorte que tout se déroule selon vos souhaits ?
Adolphe Goldstein, lui, est ... Death Planner ! Il ne planifie pas les mariages, mais la mort des gens.
Un être humain décède toutes les cinquante-quatre secondes en France. Un eldorado !
Jusqu'à présent, le trépas demeurait un sujet tabou, ne s'accommodant pas de la liberté du commerce.
Mais demain, grâce à Adolphe, organiser sa fin sera considéré comme un acte aussi évident que préparer son mariage.
C'est la loi de l'offre et de la demande. Tout le monde meurt. Il va alors proposer à ses clients le moment et la façon dont ils quitteront ce monde.
Le résumé m'attirait, j'ai bien compris dès le départ que l'auteur allait user d'humour noir, de cynisme et je pense que c'est aussi ceci qui me tentait dans ce roman.
Adolphe est juif.. Quelle idée d'appeler son fils ainsi, c'est un prénom lourd à porter. Est ce à cause de ce dernier qu'Adolphe se lance dans le commerce de la mort ?
En tout cas le sujet le passionne de plus en plus, il devient de plus en plus cynique, quitte à perdre les gens qu'il aime.
Pour que le jour de votre mort soit le plus beau de votre vie est un roman qui m'a intéressé. Il est assez court, je l'ai d'ailleurs lu d'une traite.
L'auteur manie parfaitement les mots, l'humour noir. Lionel Abbo écrit bien.
Malheureusement je n'ai pas été totalement convaincue par ma lecture. En le refermant, j'ai eu une sensation d'inachevé.
J'ai eu l'impression que ce roman n'était pas totalement fini, la fin m'a vraiment laissé sur ma fin. Cela a presque gâché ma lecture, et c'est dommage car autrement j'ai passé un très bon moment en compagnie de ce roman.
Mais un truc à fait que.. c'est pas crédible, prévisible mais.. il y a un truc qui m'a gèné. Je ne peux pas dire quoi, sans spoiler et il est hors de question que je spoile la fin d'un roman !
Au final, mon avis est mitigé.
Ma note : seulement trois étoiles et demie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
livrement_ka
  11 mai 2019
Titre :  POUR QUE LE JOUR DE VOTRE MORT SOIT LE PLUS BEAU JOUR DE VOTRE MORT
Auteur : Lionel LABBO
Editions : Plon
Genre : roman
Nombre de pages : 167
Date : 2019 (avril)
Prix : 17 €

Présentation physique du livre :
Un livre de moyen format comprenant un peu plus de 150 pages
La couverture représente une couronne mortuaire avec un ruban où figure le titre du livre.

Résumé : 
Adolphe Goldstein est un homme d'affaires à succès. Son commerce a de l'avenir : son créneau, c'est la mort. Un être humain décède toutes les cinquante-quatre secondes en France. Un eldorado ! Jusqu'à présent, le trépas demeurait un sujet tabou, ne s'accommodant pas de la liberté du commerce. Mais demain, grâce à Adolphe, organiser sa fin sera considéré comme un acte aussi évident que préparer son mariage. C'est la loi de l'offre et de la demande. Tout le monde meurt. Il va alors proposer à ses clients le moment et la façon dont ils quitteront ce monde. Pourquoi craindre cet instant inéluctable, pourquoi le subir alors que l'on peut décider du moindre détail de son départ ? Choisir sa mort comme on choisit sa vie. Porté par cette mission qu'il juge d'utilité publique, jusqu'où ira Adolphe pour convaincre et évangéliser le monde ?

Sur l'auteur et son univers 
Lionel Abbo crée et développe des émissions pour les chaînes de télévision et les plateformes. Il est aujourd'hui à la tête des activités digitales d'une grande société de production internationale. Il connaît bien les habitudes, le fonctionnement et les tabous de ce monde : la mort fait partie des derniers sujets dont le divertissement ne s'est pas encore emparé.

Sur les éditions
Lisez! est la plateforme du groupe Editis , au service des lecteurs, pour cultiver leur plaisir de lire.
Lisez! réunit les ouvrages de près de quarante maisons d'édition d'Editis (Robert Laffont, Lonely Planet, Pocket,  Plon, Perrin, Presses de la cité, First, la Découverte, Sonatine, Nathan, cherche midi, Le Robert, Julliard...).
Sur Lisez!, vous retrouverez tous les romans,les récits, les documents, les essais et les ouvrages pratiques que vous aimez mais aussi toutes les informations sur vos auteurs favoris, leur actu, les nouveautés...
Partageons ensemble notre amour des livres, nos coups de coeur et notre passion de créer! 


AVIS
Un grand merci à l'auteur pour m'avoir par l'intermédiaire d'instagram proposé son livre pour en faire une chronique.

Début du livre 
Je m'appelle Adolphe Goldstein. Fils unique de parents juifs ashkénazes cachés par une famille corse durant la seconde guerre mondiale, j'ai été conçu, nommé et élevé comme le symbole de la survie d'un peuple à la haine d'un homme.
La première phrase du livre est déjà un début assez prometteur.
Je me suis lancée dans la lecture de ce livre, un peu par hasard et en le faisant passer devant tous les autres qui étaient avant.
Cet homme au prénom d'Adolphe, est juif. Et oui l'histoire commence déjà pas mal. Ce dernier va trouver le moteur de sa vie dans la mort.
Ce moment qui est tabou pour tout le monde, parce qu'il fait peur, parce que pour beaucoup ce n'est pas un moment de bonheur ni de réjouissances.
Donc Adolphe décide au départ de monter une entreprise de pompes funèbres avec un concept un peu original.
Et après quelques temps de galère, une cliente va lui ouvrir les voies du succès.
Son crédo ne se limitera plus alors à proposer un enterrement digne de ce nom et à l'image du défunt, mais également de choisir le jour et les circonstances de sa mort.
Et tout ça notamment pour prouver à ses parents qu'il peut devenir quelqu'un, sans pour autant être médecin.
Puis à un moment, Adolphe semble empreint d'une vocation et d'une mission qui risque d'aller au-delà de la légalité. En dépit de toutes ses explications qui semblent au final très justes, il est des choses qui ne se font pas.
Et l'amour dans tout ça : Eva encore un pied de nez à l'histoire et une incroyable coïncidence. 
Cette Eva qui va avec sa décision changer la vie d'Adolphe au détour d'un simple jeu.
Les petites pointes d'humour s'apprécient tout au long du livre ; pas de l'humour grotesque ni vulgaire, de l'humour au second degré, grinçant et noir, mais qui rend le livre plus qu'agréable.
J'ai vraiment apprécié cette autre manière d'appréhender ce jour fatidique et de pouvoir en prendre le contrôle.

Le style de l'auteur
Un style qui permet d'appréhender un sujet que l'on aime que peu aborder. La mort sous toutes ses formes.
Un premier roman vraiment réussi... vivement le prochain.

Le genre
Un roman qui met au jour un tabou pour beaucoup mais qui malheureusement touchera tout le monde à un moment donné.

La forme de l histoire
Plusieurs chapitres composent ce livre et on vit au rythme pensées et des actions d'Adolphe.
Une écriture fluide et un texte très aéré font de ce livre une lecture vraiment agréable.

Conclusion : 
Je vous conseille ce livre pour une lecture détente, légère.... quoique peut être pas tant que ça au final.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
StefEleane
  30 septembre 2019
Adolphe Goldstein se lançait dans une carrière de journalisme sans grande conviction. Plus pour faire plaisir à la femme de sa vie. Fraichement arrivé à Paris, il trouve un petit boulot dans un journal. Son rôle, écrire des articles sur les sujets que les autres ne veulent pas. Un jour, on l'envoie pour la Toussaint interviewer le patron d'une entreprise de pompe funèbre. C'est le moment où il trouve sa voix, où il commence sa nouvelle vie jusqu'à se perdre.
Quoi de plus louable de faire en sorte que le dernier voyage d'un être cher soit réalisé dans les meilleurs conditions. Qu'il ne soit pas formalisé, standardisé, mais au contraire qu'il reflète la personnalité, les goûts de la personne aimée. Tout est réalisable quand on peut y mettre le prix, et ça, Adolphe Goldstein l'a bien compris.
Mais plus le temps passe et plus les demandes sortent des limites qu'il s'était données. D'ailleurs, n'est-il pas un artiste de la mort ? Et plus le temps passe et plus ses barrières de bien et de mal, de possible et d'impossible se déplacent.
Ce sera le moment de vérité. Vous saurez qui ont été vos vrais amis ; qui vous a aimé ; qui vous a déjà oublié ; qui prendra la peine de venir vous rendre hommage une dernière fois. La plupart du temps, c'est une déception. On se rend compte qu'on n'a pas compté sur les bonnes personnes, qu'on est passé à côté de relations merveilleuses, qu'on est parti sans dire à ceux qui comptent vraiment qu'on les a aimés. On a envie de revenir, de sortir du car pour se rendre à son propre enterrement et dire : « Ne pleurez plus, je suis revenu. » Mais c'est impossible. Ils ne comprendraient pas, vous traiteraient d'imposteur, ce que vous êtes quand on y réfléchit bien. Simuler sa mort, c'est renoncer à sa vie. Alors, nous vous proposerons deux solutions : repartir de zéro, sous une nouvelle identité, avec un nouveau visage et plus aucun souvenir de votre existence passée ; ou mourir pour de bon. Vous avez fait le plus dur.
Lionel Abbo nous propose un roman à prendre en dérision, mais qui donne le ton de notre société actuelle. Afin d'assouvir un désir de gloire, l'homme est prêt à tout. L'offre et la demande n'ont jamais autant été aussi présente qu'ici. Et plus on creuse l'âme humaine et plus celle-ci s'assombrira. L'abject est proche avec les médias. le sensationnel fait fructifier des producteurs sans âmes et limites.
D'ailleurs, l'auteur n'a-t-il pas appelé son personnage Adolphe. Un nom tombé est désuétude. Il fallait déjà être culotté pour le nommer comme cela, mais la femme de sa vie se nomme Eva. Est-il fou ? Non , il prévient ses lecteurs . Rien n'est à prendre à la lettre dans ce roman, ici est la place à l'humour, noir de préférence.
Lien : https://lesciblesdunelectric..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
titiseb77
  25 mars 2020
#PourQueLeJourDeVotreMortSoitLePlusBeauDeVotreVie
#NetGalleyFrance
On ne peut être qu'intriguée par un titre pareil, un titre à rallonge, joliment coloré mais qui parle d'un sujet malheureux puisqu'il traite de la mort. Et pourtant, l'auteur a réussi à nous faire voir le bon côté de la mort et à en oublier le côté obscur, mais jusqu'à où va cette tolérance.
Nous suivons Adolphe Goldstein, jeune juif, qui a pour démarrer dans la vie, un prénom plus que douteux, et pourtant, celui-ci va réussir dans un domaine où personne ne l'attendait, puisque son business sera la mort, il s'installe donc à Paris et propose à chacun de choisir sa mort, que ce soit la façon de mourir, jusqu'à la date de celle-ci et cela pour une somme raisonnable, le voilà donc vite richissime, mais un jour, il va être sollicité par quelqu'un et cela va lui changer radicalement la vie.
J'ai aimé l'humour de l'auteur, les personnages tous crédibles et plaisants, le thème de la mort, qui même si elle est angoissante, peut dans une certaine mesure faire rire. La fin a été pour moi un peu gâchée par une scène décrite et qui fait partie de mes angoisses (pouvant aller jusqu'aux cauchemars), que je ne révélerais pas pour ne rien vous dévoiler et par une scène que j'avais pressenti.
Malgré tout, j'ai passé un très bon moment de lecture avec ce livre et suivrait très volontiers cet auteur.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
CROCBOOKS
  16 juillet 2019

Une nouvelle fois, je remercie l'équipe des éditions Plon pour l'expédition de cette fiction à l'humour grinçant. Merci à Lionel Abbo pour sa confiance. Il n'est pas toujours facile de confier son premier roman, aux blogueurs :p.
Dans ma famille, la fin de vie est un sujet comme un autre... Avant l'âge de dix ans, mon grand-père maternel m'a expliqué ce qu'était la mort. Je me souviens de ses paroles : « Ce n'est pas celui qui meurt qui souffre, mais plutôt ceux qui restent ». Autre discussion entre un grand-père et sa petite-fille, alors que nous passions à pied, devant une entreprise de pompes funébres. - Moi : « Louis, qu'est-ce que c'est cette grande boîte ? » Lui : - « C'est un cerceuil, c'est là-dedans que les gens se reposent quand ils sont trop fatigués pour continuer à vivre. Un jour, moi aussi, je serai allongé à l'intérieur ! ». - Je ne veux pas rester sans toi avais-je répondu en lui serrant très fort, la main. Plus tard, dans le cadre de mes études suppérieures en communication, je me suis intéressée au vampirisme et même à la vie après la mort. J'actualise sans cesse mes connaissances dans ce domaine.
« Pour que le jour de votre mort soit le plus beau de votre vie » a tout d'un grand roman. le style d'écriture est aérien, l'humour noir et le cynisme d'Adolphe Goldstein en font une oeuvre originale. le personnage principal vous propose de choisir le jour, l'heure et les circonstances de votre décés. En agissant ainsi, il invite le lecteur à s'interroger sur sa façon de consommer et de consumer son existence. Dans le même temps, il pose la question de l'éthique et nous encourage à relativiser face à notre inéluctable disparition. La fin m'a laissé perplexe c'est la raison pour laquelle cette expérience livresque ne se solde pas par un coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
lesecondsoufflelesecondsouffle   11 août 2019
Ce sera le moment de vérité. Vous saurez qui ont été vos vrais amis ; qui vous a aimé ; qui vous a déjà oublié ; qui prendra la peine de venir vous rendre hommage une dernière fois. La plupart du temps, c'est une déception. On se rend compte qu'on n'a pas compté sur les bonnes personnes, qu'on est passé à côtés de relations merveilleuses, qu'on est parti sans dire à ceux qui comptent vraiment qu'on les a aimés. On a envie de revenir, de sortir du car pour se rendre à son propre enterrement et dire : « Ne pleurez plus, je suis revenu. » Mais c'est impossible. Ils ne comprendraient pas, vous traiteraient d'imposteur, ce que vous êtes quand on y réfléchit bien. Simuler sa mort, c'est renoncer à sa vie. Alors, nous vous proposerons deux solutions : repartir de zéro, sous une nouvelle identité, avec un nouveau visage et plus aucun souvenir de votre existence passée ; ou mourir pour de bon.

Vous avez fait le plus dur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
aurelietroquieraurelietroquier   12 mai 2019
Ce qui nous tue dans la disparition des autres, c'est la surprise. Certains l'espèrent mais personne n'ose la prévoir. C'est précisément cela qui rend la mort si douloureuse.
Mais l'attente est la pire des punitions. Quand la Faucheuse est en retard, la vie devient interminable. Chaque jour de plus est un jour de trop. On gâche de l'oxygène, des vivres, du temps tandis que d'autres en manquent terriblement. Et moi je sers à quoi, si je ne suis plus la moitié de toi ? L'espérance de vie porte bien mal son nom lorsqu'on ne peut la partager avec personne. L'éternité est une prison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LalectriceamoureuseLalectriceamoureuse   26 juin 2019
Méfie-toi de ce que tes yeux voient, car ce n'est qu'une facette de la réalité. Méfie-toi de ce que ton cœur ressent, car il existe de multiples interprétations du même moment.
Commenter  J’apprécie          20
DianeRocchDianeRocch   28 février 2020
J’aimerais rester gravé dans vos mémoires, souiller vos âmes, ouvrir une brèche dans votre morale. En posant une simple question : comment souhaitez-vous mourir ? 
Commenter  J’apprécie          20
aurelietroquieraurelietroquier   12 mai 2019
L'enterrement est un moment de grâce. Un flot de quiétude au milieu du vacarme. Le temps de quelques minutes de recueillement, les esprits solitaires se réunissent, s'oublient pour se tourner ensemble vers la même direction, ce caveau de terre qui mène au ciel. Chacun prie dans sa langue. Chacun prie son dieu. On regrette. On espère. On abandonne. On pense à des mots. On panse des maux. Parfois un cri de douleur vient fendre le silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Lionel Abbo (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Apollinaire

Dans quelle capitale européenne est né Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky, dit Guillaume Apollinaire ?

Paris
Rome
Londres
Varsovie

10 questions
131 lecteurs ont répondu
Thème : Guillaume ApollinaireCréer un quiz sur ce livre