AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

René de Ceccatty (Traducteur)Ryôji Nakamura (Traducteur)
EAN : 9782070394739
272 pages
Gallimard (05/06/1996)
3.28/5   30 notes
Résumé :
"L'amour pour les faibles cache toujours une volonté de meurtres", prévient l'auteur en exergue de ce roman surréaliste japonais. Ou plus exactement d'un récit hyperréaliste, à la croisée du roman policier, du texte pornographique et de la fable poétique, proche en cela de l'esprit de Calaferte. C'est ce qui se dégage de Rendez-vous secret. Partant à la recherche de sa femme, qui a disparu dans des conditions pour le... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique

Difficile de s'attacher à cet étrange livre de Kôbô Abé

Livré sous la forme atypique d'un exercice de mémoire effectué par le personnage principal soumis aux ordres d'un médecin-cheval, on accède tantôt aux pensées du narrateur, tantôt à la description de ses actes à la troisième personne, ceci étant censé lui permettre de trouver le recul nécessaire qui manque à sa réflexion sur le drame qu'il est en train de vivre. Ce drame, d'ailleurs, c'est la perte de sa femme, emmenée de force par deux ambulanciers à 4h du matin. Depuis, « l'homme » n'a plus aucune nouvelles d'elle et ne sait même pas si elle est encore vivante. Isolé du reste du monde, coupé du commun de ses semblables, il devra se rendre directement à l'hôpital s'il désire éclaircir les raisons de cet enlèvement inexpliqué.

Cette trame n'est qu'un prétexte permettant à Kôbô Abé de se livrer à la description d'un monde qui hésite entre le fantastique, l'horreur et la comédie. de long en large, on traverse des lieux empreints de maladie et de perversion, mais sans que jamais la souffrance ni la douleur ne soient explicitement évoquées. Il semblerait d'ailleurs que celles-ci n'existent pas ou qu'elles se manifestent à la rigueur par le sentiment de honte que l'homme éprouve vivement à plusieurs égards tout au long de son récit. Un regard désabusé recouvre l'ensemble et encore une fois, il est difficile de dire s'il s'agit là d'un rire sain qui ferait preuve d'une certaine décontraction face à la dureté des expériences subies par certains personnages, ou s'il ne s'agit au contraire que d'un mépris cruel et égoïste pour les tares qui affectent les patients et médecins de l'hôpital (car en effet, il ne me semble pas qu'il existe un personnage de ce livre qui ne soit dénué de vice ou d'handicap, qu'il s'agisse de l'homme cheval, de l'infirmière nymphomane, de la maman-couette ou de la petite fille aux os liquides).

« Il paraît que mes os coulent petit à petit comme de la gélatine. Quand je change de position, l'effet de la pesanteur change aussi, tu vois, et comme l'écoulement de mes os se modifie, mes nerfs se tendent et ça me fait mal. »

Cette ambigüité du regard porté par l'homme sur les personnages qui l'entourent se transforme rapidement en malaise dans l'esprit du lecteur. Envie de rire et envie de vomir alternent sans cesse. On a l'impression de tanguer et ce d'autant plus que l'hôpital est un vrai labyrinthe, une institution dominée par des règles absurdes et une mécanique implacable. Si on ne se choppe pas non plus un mal de tête, c'est un miracle. Finalement, cet hôpital rend plus malade qu'il ne soigne.

« Il est entendu que l'agence doit convaincre le malade de suivre le conseil émis par la salle de médecine générale, mais, si le malade lui-même ou l'un de ses parents peut exprimer sa volonté, il faut en principe la respecter, ce qui fait que le malade, en général, aboutit dans un service tout à fait banal comme ceux des maladies internes, de chirurgie, de psychiatrie. On ne peut pas reprocher à un malade de ne pas connaître exactement sa propre maladie, mais c'est ennuyeux pour ceux qui travaillent dans un service restreint. On en arrive même à des cas extrêmes, où tous les malades hospitalisés ne sont que des médecins et des infirmières qui ont demandé leur admission dans ces petits services par fidélité. »

L'impression de malaise doit sans doute beaucoup à la solitude immense qui règne dans cet hôpital et qui n'est certainement qu'une prolongation de l'inhumanité des rapports entre les êtres humains, tels que la perçoit Kôbô Abé. Cette solitude ne se traduit pas par une isolation mais au contraire par un érotisme très explicite qui aboutit souvent à des scènes de sexe mécaniques, techniques, dénuées de toute émotion et de toute chaleur humaine.

« En réalité, le pénis du médecin de garde devint le soir même un jouet entre les mains des infirmières et si certaines tentèrent de copuler, la majorité d'entre elles s'amusa plutôt à l'aspirer avec un aspirateur ou à essayer de voir jusqu'à combien de feuilles de photocopie il pouvait déchirer, et ainsi le lendemain matin il était réduit à un lambeau de viande ensanglantée qui ne pouvait plus servir à rien. »

« […] il y a des mensonges sociaux comme d'appeler mariage l'annoncement du commencement de la copulation ou de baptiser lune de miel la retraite momentanée pour s'adonner à la copulation, n'est-ce pas ? L'obscénité est soudain occultée, non ? Un acte sexuel ritualisé obtient sans problème un laissez-passer du noyau relationnel. »

Est-ce que tout cela mène quelque part ? Est-ce utile que tout cela mène quelque part ? Pour finir, l'homme ne sait même plus ce qu'il est venu chercher dans cet hôpital. Tout n'était peut-être qu'une machination destiné à le faire se perdre totalement. Et c'est réussi, pour l'homme comme pour le lecteur.

« Au-delà de la mer noire, où les feux des bateaux partis pêcher la seiche clignotent, se dessine, à l'horizon, une demi-lune orange et replète et, toute médiocre qu'elle est, cette image, tant de fois vue, produit en moi une peur inimaginable. »


Lien : http://colimasson.over-blog...
Commenter  J’apprécie          40

L'écriture : remède ou poison ?

Une femmes est enlevée par deux ambulanciers, son mari se rend à l'hôpital et part à sa recherche. Un roman aux accents très kafkaïen, car le protagoniste se heurte à une administration et un lieu labyrinthique. On le voit construire des hypothèses, avec un soin scrupuleux, le seul franchissement de l'entrée de l'hôpital est une aventure en soi, ses pérégrinations sont rocambolesques, inquiétantes, voir fantastiques. L'humour ici est très particulier, un peu grinçant. La galerie de personnages est parfois un peu effrayante, vecteurs d'humiliations, de cruauté et de malaise. L'érotisme même de certaines scènes est déshumanisé à l'extrême. L'homme n'est jamais isolé mais toujours renvoyer à la solitude de son propre regard. Un grand roman, de ceux qui vous marque, qui dérange l'esprit et les profondeurs qui sommeillent en nous.

Commenter  J’apprécie          50

Un homme part à la recherche de son épouse, qui a disparu dans des circonstances rocambolesques mais surtout mystérieuses, emportée par des ambulanciers en pleine nuit. Avec comme prétexte l'inlassable recherche de sa femme, l'auteur nous emmène petit à petit dans un univers complexe, dans lequel la comédie, le suspense, le fantastique, voire l'horreur s'entremêlent. Certains personnages comme l'homme cheval ou la petite fille aux os liquides me suggèrent que l'auteur se penche sur les tares et les maladies qui frappent l'être humain. C'est aussi et sans doute une réflexion sur un monde déshumanisé tel cet hôpital dans lequel cet homme recheche sa femme et se voit obligé de se plier aux règles absurdes imposées par cet endroit labyrinthique. Il faut bien avouer que j'ai à la fois ri en participant aux innombrables démarches qu'entreprend cet homme, et à la fois ressenti un malaise profond, indéfinissable à la lecture de certains passages. Une pincée de sexe froid et de violence complètent le tout. En résumé, un livre que j'ai vraiment beaucoup aimé, différent, surprenant, dérangeant et assez cynique. Un auteur japonais brillant que je recommande aux friands de découverte (ce le fût pour moi, bien que le livre soit sorti il y a plus de 20 ans... )

Commenter  J’apprécie          20

L'histoire en temps réel de l'enlèvement d'une femme par une ambulance secouriste.

Le roman se déroule à travers les yeux de son mari qui part à sa recherche.

Ici, les personnages et les lieux sont anonymisés de façon Kafkaïenne. Les rencontres les plus anodines se trouvent mêlées à un lubrique trafic voyeuriste. Il semble que chacun ai une histoire peu avouable sur le dos, alors il faut se méfier de tout le monde.

Simple dans la structure, mais trop métaphorique pour moi ; impossible de voir le bout de l'intrigue. Je n'ai pas eu le courage de le finir.

Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation

La démangeaison est une sensation qui, lorsqu’un corps physiologique étranger stagne ou s’accumule aux alentours d’un organisme, appelle sa dispersion au moyen d’une friction mécanique (pour parler en termes plus ordinaires : l’acte de se gratter). D’abord, le mécanisme sensoriel dermatologique, qui a été stimulé par ce corps étranger, produit tout autour une matière qui s’appelle ATC (ma mémoire me trompe peut-être) et, en envoyant un signal à l’encéphale, crée la sensation de démangeaison. Médiatisé par cette sensation, naît le désir de se gratter. Egalement dans le cas de pulsions sexuelles, une matière semblable à l’ATC s’accumule sur la muqueuse génitale. Mais ici, la sensation n’est pas aussi nette que la démangeaison, c’est quelque chose de vague comme une « bouffée de chaleur » ou un « élancement ». Par conséquent, le conditionnement du côté de l’encéphale joue beaucoup. Tant que le conditionnement d’inhibition n’est pas levé, cette bouffée de chaleur ou cet élancement ne risquent pas de se transformer concrètement en acte sexuel. Autrement dit, tant que le surveillant qu’est le noyau relationnel n’a pas la gentillesse d’appuyer sur le bouton, en connaissance de cause, on ne peut pas se sentir une quelconque disposition.

Commenter  J’apprécie          30

Sa mère était morte. Elle s’est développée à partir d’un œuf à maturité qu’on a extrait juste après la mort. Son père était un centilitre de sperme mixte qu’on a emprunté à la banque du sperme. Elle manque totalement de sentiment familial. Ce qu’on pourrait appeler le « sens relationnel » entre êtres humains est complètement absent de chez elle. […] Par exemple, il semble que le goût de la solitude soit une sorte d’instinct de retour au nid. Et que finalement les sensations épidermiques soient la source de toutes ses émotions. Puisqu’elle ne possède même pas de source à laquelle vouloir remonter.

Commenter  J’apprécie          20

[…] il y a des mensonges sociaux comme d’appeler mariage l’annoncement du commencement de la copulation ou de baptiser lune de miel la retraite momentanée pour s’adonner à la copulation, n’est-ce pas ? L’obscénité est soudain occultée, non ? Un acte sexuel ritualisé obtient sans problème un laissez-passer du noyau relationnel.

Commenter  J’apprécie          40

Le veilleur lui avait appris comment passer inaperçu dans un hôpital. Naturellement, le costume de ville ne posait aucun problème, mais comme ceux qui le portaient ne pouvaient être que des visiteurs ou des livreurs, cela limitait nécessairement la marge de manœuvre et l’emploi du temps. Tout de même, le plus sûr serait d’enfiler une blouse blanche. Mais il existait de subtiles nuances entre celles des médecins, des ingénieurs, des employés et, paraît-il, on pouvait les subdiviser jusqu’en douze catégories. Ainsi il était malaisé d’en obtenir une. Pour en acheter à un stand, il fallait exhiber sa carte professionnelle. En deuxième lieu, il y avait l’uniforme des malades ou des techniciens. Pour les malades, il n’existait pas de règle fixe. Qu’il s’agît d’une chemise de nuit ou d’un pyjama, il suffisait qu’on pût coucher avec ce vêtement. […] Enfin, pour les techniciens, il était inutile de préciser qu’il était souhaitable de recourir à un vêtement qui eût toutes les apparences d’un habit de travail.

Commenter  J’apprécie          00

Quand la mauvaise conscience prend le masque de la curiosité, l’homme, retourné comme un gant, devient un autre renversé. L’intoxication d’espionnite aiguë. La relation avec le monde extérieur, qui se constituait autour de la perception visuelle, se détruisait et cela causait un vertige pareil à l’ivresse que suscite la crainte des hauteurs. Mosaïque de temps qui peuvent coexister simultanément mais dont on ne peut jamais avoir l’expérience unitaire. Cela ressemble à de l’obscurité.

Commenter  J’apprécie          00

Videos de Kôbô Abe (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kôbô Abe
Rendez-vous secret Marque-page 23-06-2011
autres livres classés : japonVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus






Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
699 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre