AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782226141620
162 pages
Éditeur : Albin Michel (20/08/2003)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 72 notes)
Résumé :
"Elle devait avoir hâte de rentrer, et pourtant, elle avait bien voulu l’aider, lui l’inconnu, qui n’avait pas de toit. Lui le nomade, qui était de passage, le migrant comme ils disent." Le nouveau roman d’Éliette Abécassis joue un drame en lieu clos – un quai de gare – et respecte l’unité de temps tragique d’une nuit pour que deux êtres, a priori aussi différents qu’incompatibles R... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Zabouille
  22 septembre 2020
Deux êtres, en perdition, fuient leurs routines et les repères de leurs vies. Leurs chemins de fuite finissent par se croiser, au détour d'un voyage en train.
Lui. Migrant clandestin. Tentant de trouver une vie meilleure, il quitte sa terre d'origine. Au bout de son voyage tumultueux, on le débarque dans une église où d'autres compagnons de la même infortune s'y trouvent.
"Il s'était défait de ses chaînes, dans la nuit, juste un sac, pour se libérer, partir sans y penser, pour éviter la peur du lendemain et de tous les jours qui suivraient, pour fuir la terreur. Il a plié bagage, pour sauver sa vie."
Elle. Employée administrative en charge des migrants. Elle y est aussi dans cette église mais pour accomplir sa mission. Sa vie n'est plus ce qu'elle était, une vie à la dérive, une vie si différente. Comme un air de changement flotte autour d'elle.
Il a provoqué leur rencontre, sur les rails de ce trajet ferré, il l'a repérée, est allée vers elle.
Sa situation complexe l'a poussé à ces côtés, à son bras, comme s'il était ce compagnon qu'il aurait tant aimé être.
"On peut aimer quelqu'un sur un mot, un geste. Une façon d'être."
Ils échangent quelques mots. S'apprivoisent. Quelque chose serait-il en train de se tisser ?
"Dans la détresse qu'il y avait dans ses yeux, il peut voir sa profondeur."
Une très belle histoire sous la délicate plume de Eliette Abecassis. Un joli roman, aux chapitres courts rythmant la lecture. Petit goût amer à la fin, que j'aurai tant aimé différente.
"Il voulait rester sur la route toute la vie ; ne jamais aller là-bas. C'est pour cette raison qu'il s'était laissé embarquer dans le camion. Il ne voulait plus qu'errer, devenir une âme errante."
https://littelecture.wordpress.com/2020/09/14/clandestin-de-eliette-abecassis/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
daniel_dz
  03 décembre 2018
Un homme et une femme sur un quai de gare. Il est migrant. Au bout du quai, des policiers l'attendent parce qu'il a voyagé sans billet et sans papiers; il s'attarde sur le quai parce qu'il est tombé amoureux de la femme. Elle est juriste stagiaire, chargée par le Préfet de régler le problème des migrants; elle tombe sous le charme et tente de le soustraire au regard des policiers. Dénouement dramatico-romantique. Une belle plume, certes, mais sans âme.
Je ne sais plus ce qui m'a poussé à entamer la lecture de ce livre-ci d'Éliette Abécassis. J'aurais dû me méfier quand la bibliothécaire m'a dit qu'il était rangé dans la réserve…
J'ai beaucoup aimé les premiers livres que j'ai lus d'Éliette Abécassis: « Et te voici permise à tout homme », « La dernière tribu », « Un secret du docteur Freud ». Et puis j'ai déchanté avec mes lectures suivantes, pour m'emballer de nouveau avec « Le palimpseste d'Archimède ».
Je vous recommanderais ces livres-là plutôt que « Clandestin ». Car si son thème est intéressant et son style très fluide, ce livre ne m'a procuré aucune émotion, comme s'il avait été écrit sur commande, par un auteur sans empathie (j'ai songé un moment à « Ada » d'Antoine Bello, qui met en scène une machine programmée pour écrire des succès littéraires). Faire se rencontrer ces deux personnages-là est original, certes. Mais à part ça, combien n'a-t-on pas lu d'histoires d'un homme tombant amoureux d'une belle inconnue, ou d'une femme séduite se rendant compte de la fadeur de son couple ?
Ma lecture a été rapide, presque distraite, sans attache. Peut-être étais-je dans un mauvais jour… Ou peut-être jugeais-je ce livre à l'aune de « Vingt-quatre heures de la vie d'une femme » de Stefan Zweig… À vous de juger ! Cette expérience ne me suffira cependant pas pour écarter Éliette Abécassis, mais sans doute éprouverai-je moins d'ardeur à me précipiter sur un autre de ses livres. Sauf si vous me convainquez du contraire, je suis ouvert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
NCJ
  14 juillet 2015
Encore un livre que j'ai dévoré. L'écriture d'Eliette est tranchée, directe, parfois brève mais pourtant enrobée de sensibilité et de poésie.
Elle nous raconte une histoire forte avec pour seuls décors un train et le quai d'une gare et pour horizon quelques heures à la tombée du jour.
Un moment intense donc, où le destin d'un homme et d'une femme se croise. Des inconnus qui s'appellent du regard, des inconnus qui semblent se reconnaître...
Lui est "sans papier", elle travaille pour la Préfecture afin que la Communauté "cesse d'être une passoire".
Au-delà de cette histoire, j'ai ressenti l'émotion de l'auteure et bien évidemment aussi ses convictions que j'ai partagées...
Lien : http://uneautrelecture.blogs..
Commenter  J’apprécie          180
Ladydede
  17 juin 2013
Clandestin est un roman court d'Eliette Abécassis. Avec son style, l'auteure nous parle d'une rencontre sur un quai qui va à jamais changer la vie d'une femme et d'un homme. le lecteur ne connaît ni le nom de cette femme, ni celui de cet homme. le lecteur suit deux personnes dont le destin semble les unir, malgré des vies et des situations différentes.
Clandestin est mon premier livre de l'auteur Eliette Abécassis. J'ai découvert son style d'écriture et je dois avouer que j'ai été enchanté. Son écriture est très poétique et très rythmée. L'auteure fait de petits paragraphes et alterne avec les deux voix des personnes qui parlent de leur passé, de leur présent et de leur avenir. Malgré leur anonymat, le lecteur se sent proche des deux personnages principaux. Il voit un amour grandissant et une volonté de survivre au temps et à la vie en général. J'ai beaucoup apprécié le message de l'auteure qui est certes un peu simplet mais rempli de vérité. Clandestin est un petit roman à lire pour apprendre à regarder différemment les autres sur un quai de gare...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
lecassin
  22 décembre 2011
"Clandestin".
le temps de la traversée d'un quai de gare, un homme tente d'échapper à son destin : clandestin, sans papiers, il dispose de la longueur du quai pour séduire la femme rencontrée dans le train et dont il porte la valise, afin d'échapper - du moins le pense-t-il - au contrôle de Police...
"Alors, il s'est dit qu'il avait jusqu'au bout du quai pour la séduire."
Un thème brûlant où Eliette Abécassis explore la naissance du sentiment amoureux, la rencontre improbable entre deux êtres...
Élégant et rythmé... En un mot, efficace.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
line70line70   18 mars 2011
La mémoire passe son temps à oublier, à classer, à rejeter ce qu'elle ne juge pas important, ou qu'elle estime trop important. C'est la vie qui s'écoule, et qui reprend le dessus. La vie n'aime pas la mémoire. Elle l'encombre. Elle la fige, la soumet au filtre de sa vérité impitoyable. Elle empêche d'agir. Si on se souvenait de tout, la vie serait sans surprise. L'étonnement ne vient que de l'oubli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
LadydedeLadydede   07 juin 2013
Ils se sont regardés, l'un après l'autre, sans vraiment oser faire un pas. Ils étaient arrêtés sur le quai, qui se vidait peu à peu de ses voyageurs. Tous deux progressivement dévêtus par la foule. Bientôt, ils seraient sans protection, nus.
Commenter  J’apprécie          70
daniel_dzdaniel_dz   03 décembre 2018
Dans son pays, le fait que deux personnes ne discutent pas est un signe de bonne entente, et l’on peut très bien se retrouver entre amis non pour parler ensemble, mais pour se taire ensemble. Ici, il n’a jamais vu les gens se retrouver dans le silence.
Commenter  J’apprécie          40
leonceleonce   22 juin 2018
Sur le quai, un enfant marchait. Il pleurait.
C'était un garçon aux boucles brunes, aux grands yeux bleus, et aux joues rebondies. Il avançait en tirant un sac où il y avait un arc et une flèche en jouet.
Il regardait partout de son visage rond clair, de ses grands yeux. Il marchait seul sur le quai. Et voici qu'il croise le chemin de la jeune femme . Il avance une main vers, comme pour lui faire un signe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NCJNCJ   14 juillet 2015
"Elle se dit que c'est l'homme qui est proche de l'enfant, et non la femme. Car ils aiment jouer."
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Eliette Abecassis (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eliette Abecassis
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "Les passagers du siècle" de Viktor Lazlo, Éditions Grasset - également disponible en poche "Trafiquants de colères" de Viktor Lazlo, Éditions Grasset "Nos rendez-vous" de Eliette Abécassis, Éditions Grasset "La carte des regrets" de Nathalie Skowronek, Éditions Grasset "Un enfant" de Patricia Vergauwen et Francis van de Woestyne, Éditions Grasset
autres livres classés : immigrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1944 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..