AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226176128
Éditeur : Albin Michel (22/02/2007)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Aujourd'hui, que vivent vraiment les femmes ?

Les femmes n'en peuvent plus de faire le grand écart entre le travail et la vie familiale, d'être accablées de tâches ménagères, de se débattre dans le divorce, d'être affamées par les régimes, terrifiées par leur poids et par leurs rides, de recevoir de la société le message qu'elles ne sont jamais assez belles, performantes, bonnes mères, bonnes épouses.

Il est temps de faire le bilan de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Aela
  26 août 2013
Eliette Abécassis et Caroline Bongrand expriment à merveille l'exaspération de toute une génération "post-féministe" qui a certes profité des avancées dans le domaine de la condition féminine, débarrassée ainsi du légendaire corset qui comprimait nos grands-mères et arrière grands-mères, mais qui se trouve néanmoins prise dans l'étau d'un autre système de répression.
Pour les femmes de "maintenant" il s'agit de relever des défis bien difficiles, et notamment faire le grand écart entre le travail et la vie familiale, se débattre dans les tâches ménagères avec l'aide toute symbolique des conjoints quand ils sont là, affronter les rigueurs d'un divorce, être affamées par les régimes, affronter les risques de cancer dûs à certains traitements "en vogue", faire tout pour être belle et attirante tellement la pression sociale fait que si on n'est pas attirante on ne vaut rien.
Il est donc temps de faire le bilan de la condition féminine.
Certes il y a eu des avancées non négligeables depuis 30 ans mais il reste encore beaucoup à faire!
C'est un essai très bien documenté, les auteures manient l'humour à ravir..
Certes le constat n'est pas très gai mais au moins le livre a le mérite de poser les vrais problèmes, en attendant que des solutions soient trouvées, mais il est à craindre que cela prendra un certain temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
ChtiteEmilie
  27 août 2018
Le Corset invisible, la condition de la femme des années 2000. Cet essai nous promettait de nous révéler la femme d'aujourd'hui, loin des revendications féministes des années 70. Que la femme se doit d'être une Wonder Woman sinon elle n'existe pas. Si constat il y a, les auteures ne sont pas allées plus loin que d'enfoncer des portes ouvertes.
- le piège du féminisme:
Cette partie là est intéressante mais pas assez argumentée, elle met en avant ce qui différencie une femme d'un homme sur le point de vue psychologique et physique. le fait que les femmes n'ont pas les mêmes priorités que les hommes. Mais peu de temps ensuite, on vient vers cette même femme que l'on découvre dans le livre, cette trentenaire, mère et divorcée. Difficile de s'identifier quand on est ni mère, ni divorcée.
Puis on en vient à survoler des passage tel l'IVG, les grossesses tardives, la PMA ou encore le choix de ne pas avoir d'enfant et l'on trouve des passages qui n'ont rien à voir dedans tel les sex-toys, la pornographie, les réseaux sociaux. Les violences faites aux femmes sont survolés et pas un mot sur le viol.
- L'esclavage moderne:
Là un chapitre sur les mères en long en large et en travers, la desesperate housewife dans toute sa splendeur et là encore un passage qui n'a rien a faire dans le sujet, la prostitution.
- le corset invisible:
Là il est questions du dictât de la mode, la chirurgie, les régimes....mais aussi de la ménopause et la pilule. L'anorexie et la boulimie sont abordés comme des phénomènes de mode pour éviter de voir en face qu'il s'agit de maladies mentales.
- Portraits de femmes:
On retrouve les portrait d'une femme de 20, 30, 40, 50,60 et + de 60 ans. Intéressant à découvrir.
Pour finir ce livre, quel avantage d'être une femme si c'est pour porter ce fard d'eau là. Ce livre est déprimant à souhait. Foncez plutôt vers d'autres auteurs, comme Elisabeth Badinter par exemple, qui sont plus enrichissants dans leurs façons de penser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
sylvie
  28 novembre 2008
Eliette Abécassis et Caroline Bongrand, sont deux romancières qui se sont rencontrées et leurs échanges sur la condition féminine ont fait émerger un projet qu'elles ont mené à bien : ce livre étonnant et détonnant.
Elles ont fait le constat pour leur compte et celui de leurs contemporaines de la grande difficulté à vivre des femmes. Prises qu'elles sont, à tout âge, dans les filets des images idéales imposées, puis intégrées, elles sont poussées à lutter en permanence dans des combats perdus d'avance, parce inatteignables. Les auteurs proposent un regard lucide sur la condition féminine aujourd'hui, et osent en montrer les facettes cachées et taboues, qui produisent bien des dégâts.
Libérées du "corset" par leurs mères et leurs grands-mères, voilà les femmes d'aujourd'hui emprisonnées dans un autre, plus pervers et peut-être plus nocif, et qu'elles s'imposent elles mêmes pour être toujours "plus".
Les mères et les grands mères ont gagné leurs droits contre les hommes, les filles et les petites filles semblent devoir continuer la lutte contre elles-mêmes, et c'est là que ça se corse !
Il est sans doute temps de tirer la sonnette d'alarme et de tenter de réfléchir pour faire en sorte que cette violence cesse ou change de cible.
C'est ce que tentent de faire les deux auteurs de cet ouvrage, en quatre chapitres assez convaincants et faciles à lire :
Le piège du féminisme : Il ne s'agit pas là de dénigrer les luttes et les avancées réelles qu'elles ont engendrées mais de reconnaître ce qu'elles ont fait bouger et comment, d'observer ce qui se passe sans tabou, et de constater qu'il y a encore beaucoup de chemin à faire.
L'esclavage moderne : je citerai deux extraits qui traduisent bien le contenu de cette deuxième partie construite de manière originale en une sorte de compilation de différents articles sur la condition de la femme aujourd'hui. Certains sont très droles et savoureux comme "La femme est un chasseur solitaire" : "L'ODYSSEE DU YAOURT"
"Pour une femme aujourd'hui, il s'agit d'être belle, soignée, intelligente, bonne mère, bonne épouse, bonne intendante, bonne maîtresse de maison, bonne employée, bonne manageuse, bonne vendeuse. Toute femme qui ne répond pas à chacune de ces conditions pense qu'elle a échoué face aux opportunités offertes par le féminisme." (p;69)
"Le paradoxe est étonnant : les femmes aujourd'hui ont conquis leur dignité, leur indépendance, leur maturité et, en même temps, ont une piètre image d'elles mêmes."(p:142)
Le corset invisible : C'est le coeur du livre et je pense que ces quelques pages méritent vraiment d'être lues. Ce texte est un réquisitoire contre la violence faite au corps des femmes et à leur féminité.
Il fulmine contre la croisade menée pour éradiquer la cellulite, phénomène naturel érigé en véritable malédiction à bannir,
il accuse la dictature des régimes d'engendrer boulimie et anorexie,
il dénonce l'interdiction de vieillir, qui fait mener une guerre perdue d'avance contre les rides à coup de crèmes et de chirurgie esthétique,
il fustige la manière dont la ménopause est promue au rang de véritable maladie à soigner avec des hormones dont on ne sait pas si elles ne provoquent pas, elles, justement, de vraies nouvelles pathologies...
Une quatrième partie propose des portraits de femmes dans lesquels chacune d'entre nous peut se retrouver un peu...
La conclusion nous laisse un peu sur notre faim, parce qu'elle ne propose pas vraiment de solutions à la sortie de ce piège infernal qui vient de nous être exposé...
des liens et une image sur le blog :
Lien : http://sylvie-lectures.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
som
  01 janvier 2015
Les femmes d'aujourd'hui plus libres que leurs mères ? Vaste plaisanterie selon les auteures. Certes, il y a eu de nombreuses avancées législatives en France depuis la fin de la Seconde guerre mondiale (droit de vote, pilule, légalisation de l'avortement…), mais depuis d'autres entraves ont insidieusement remplacé les contraintes d'hier. La femme contemporaine se doit non seulement d'être intelligente, jeune et belle, mince, dynamique et performante dans son travail, une mère parfaite et une amante de choc. N'en jetez plus, il y a là bien de quoi faire craquer la plus solide des amazones.
En s'appuyant sur plusieurs entretiens et quelques études sérieuses, sans négliger toutefois des clichés et idées toutes faites, Eliette Abécassis et Caroline Bongrand dessinent le portrait d'une génération post-féministe confrontée à bien des défis.
Si les questions posées sont pertinentes et les témoignages souvent touchants, l'approche globale se s'affranchit pas d'une approche par trop ethno centrée, pour ne pas dire bobo-urbaine, alors que certaines conclusions proposent des raccourcis bien audacieux. Ce qui m'a le plus gênée cependant, en tant que femme, est ce positionnement systématique de victime de la société, en oubliant un peu trop la force de caractère, le tempérament de celles, nombreuses, qui s'affranchissent de ce corset social au quotidien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nattila5
  13 janvier 2014
Le corset dont parle ce livre n'est pas un accessoire de lingerie fine inédit. C'est un carcan pour l'âme, le coeur et le corps que les femmes s'imposent. Balayées les pimpantes femmes au foyer des années 50, enterrées les femmes de Stepford des années 70, la femme actuelle a décidé d'atteindre la perfection ultime. Elle a le devoir d'être belle et jeune et mince à tout jamais, élégante et raffinée en tous temps et en tous lieux. Elle se doit de conjuguer avec brio sa carrière, sa vie de mère, sa vie d'épouse ... et la logistique du foyer. Un aller-simple vers l'échec, l'épuisement et la désillusion. C'est pourquoi il est urgent de lire ce livre ... et de poser ses valises.
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
MarikristinMarikristin   20 août 2015
La crèche présente de nombreux défauts : manque de place, manque de souplesse. Comment fait celle qui doit rester au travail après dix-sept heures, lorsque la crèche ou la garderie ferme à dix-huit heures et qu’elle travaille à une heure de chez elle ? Comment fait celle qui rentre à vingt heures trente, qui n’a pas vu son enfant de la journée, voire de la semaine ? Comment fait celle qui, payée au SMIC, élève seule son enfant ? La question de la garde des enfants est cruciale dans la vie des femmes. En général, les femmes, si elles le pouvaient, aimeraient se consacrer à leurs bébés la première année. Certaines aimeraient les allaiter, et on connaît les avantages de l’allaitement, favorable au développement physique et affectif du bébé : il développe les défenses immunitaires et tisse un lien affectif entre la mère et son bébé. La meilleure crèche pour l’enfant, c’est l’allaitement. Au sein il se calme, il est serein. Il est là où il devrait être à son âge. Comme le souligne Claude Didierjean-Jouveau, présidente de la Leche League française, dans Les Dix Plus Gros Mensonges sur l’allaitement10, en Norvège 99 % des enfants sont allaités à la naissance. Pourquoi la France ne permet-elle pas aux bébés de bien commencer leur vie ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
FifrildiFifrildi   12 août 2016
Que vivent les femmes aujourd'hui? Elles n'en peuvent plus de faire le grand écart entre le travail et la vie familiale, d'être accablées de tâches ménagères, d'être affamées par les régimes, terrifiées par leur poids et par leurs rides, de recevoir de la société le message qu'elles ne sont jamais assez belles, performantes, bonnes mères, bonnes épouses. Il est temps de faire le bilan de la condition féminine et de tenter de comprendre ce qui ne va pas... La femme moderne se voulait libérée, elle se retrouve "esclavagisée", prise dans un corset, mais un corset invisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MarikristinMarikristin   20 août 2015
Dès que la femme est enceinte, elle sait qu’il lui faudra ne pas trop grossir. Elle s’applique à ne prendre qu’un kilo par mois pour ressembler à ces femmes enceintes qu’elle voit dans les magazines féminins, des femmes célèbres qui affichent leur corps resté parfaitement mince, des jambes et des fesses galbées, et dont seul le ventre est protubérant. La femme se restreint, fait constamment attention à ce qu’elle mange, se pèse souvent. Elle a faim. Pourtant, après le cinquième mois, elle se désole de constater que, malgré ses efforts soutenus, elle grossit inexorablement. Les derniers mois, toute femme enceinte ressent un besoin vital de manger, non par gourmandise mais parce qu’il lui faut davantage de calories pour fabriquer son bébé. Or, d’un point de vue organique, le bébé passe avant la femme. La priver ou l’encourager à se priver de nourriture aura des conséquences néfastes sur l’organisme maternel. Et plus tard la femme se retrouvera avec de graves carences.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sylviesylvie   28 novembre 2008
"La société entretient avec la femme des rapports sado- maso. En cherchant à briser son corps et son esprit, son esprit par son corps, la société lui impose un corset invisible. Apparemment libre, la femme, en vérité, ne peut plus ni marcher, ni respirer, ni manger, ni vieillir, ni finalement vivre. Anorexique, boulimique, dysmorphophobique, elle s’étiole, abime sa santé, sa joie de vivre, et, dans des cas extrêmes, meurt de cette quête impossible. La femme doit comprendre que ce n’est pas elle qui est en cause, ce n’est pas d’elle qu’elle doit douter, c’est de la société actuelle. Pour libérer la femme du corset invisible, c’est la société qu’il faut changer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MarikristinMarikristin   20 août 2015
La mère est enveloppante pour son enfant et le père doit être, comme le dit Edwige Antier, « l’enveloppe de l’enveloppe ». Interrogée par une mère sur la manière de faire dormir sa petite fille de quinze mois qui ne faisait toujours pas ses nuits, Edwige Antier a répondu : « Prenez-la avec vous dans votre lit. Dans toutes les sociétés traditionnelles les enfants dorment dans le lit de leurs parents jusqu’à l’âge de deux ans. Le bébé a besoin de sentir l’odeur de sa mère. » Interrogé sur ce même sujet, un pédiatre du courant opposé a répondu : « Mettez-la au bout de l’appartement, laissez-la pleurer, fermez toutes les portes, mettez des boules Quies dans vos oreilles ou la musique à fond pour ne pas entendre ses pleurs. » Devant les avis contradictoires, la mère qui s’efforce de faire le mieux possible est perdue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Eliette Abecassis (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eliette Abecassis
Soirée de lancement de l'ombre du Golem avec Benjamin Lacombe et Eliette Abécassis au Comptoir Général (Paris 10).
Lecture dessinée en musique.
Dans la catégorie : Role social de la femmeVoir plus
>Groupes sociaux>Femmes>Role social de la femme (109)
autres livres classés : femmesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
354 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre