AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La brûlure du chocolat (43)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
diablotin0
  04 mai 2017
Sur un ton léger, parfois humoristique, Barbara Abel nous raconte l'histoire de Zoé, jeune femme qui à la suite d'un choc émotionnel se retrouve amnésique. le moment n'est jamais bien choisi mais là, ce n'est vraiment pas le moment puisque zoé doit se marier dans une semaine et qu'elle doit rendre à son éditeur son dernier livre !
On plonge alors avec zoé au coeur de sa famille, de son univers pour tenter de recouvrer sa mémoire.
On se doute bien que l'on va apprendre quelque chose mais quoi ? Barbara Abel nous distille tout au long du livre des petits indices nous permettant de nos mettre progressivement sur la voie ( c'est un peu écrit sous la forme d'un thriller).
Le titre qui m'a intrigué au début prend sens vers la fin avec poésie.
J'ai vraiment apprécié non seulement l'histoire mais aussi le style, le ton. Barbara Abel a vraiment une plume bien à elle, elle sait allier l'humour à des sujets graves, je n'ai encore jamais été déçue . Merci.
Commenter  J’apprécie          313
verobleue
  31 janvier 2014
Zoé Letellier, 29 ans, se retrouve à l'hôpital, victime d'une amnésie rétrograde causée par un choc émotionnel. Incapable de savoir qui elle est, de reconnaître le garçon qu'elle doit épouser dans quelques jours ou même d'envoyer son très attendu manuscrit à une éditrice…
Elle s'applique, aidée par la famille et les amis à la quête de toute sa vie. Mais, cela se complique avec ce que cachent certains et ce que révèlent d'autres. Particulièrement lorsqu'elle se rend compte qu'elle allait faire une grande annonce à sa famille.
On se passionne, on veut comprendre cette histoire qui se révèle tortueuse, contradictoire, pleine de secrets de famille et de rancoeurs.
Zoé se découvre finalement très loin de l'image d'Epinal imaginée au départ.
L'écriture est dynamique, imagée, pleine d'humour. Avec parfois un style maladroit.
J'aime beaucoup l'écriture de Barbara Abel et la réflexion sur les titres de ses livres. Titre, qui ici, « La brûlure du chocolat » trouve sa signification dans la saveur souvent âcre du chocolat noir qui, après une note sucrée, brûle le fond de la gorge.
Tout comme la vie.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Antyryia
  02 juin 2017

Qu'est-ce que j'ai bien pu raconter ce soir là ?
Tout ce dont je me rappelle, c'est que j'étais au téléphone et que j'ai longuement discuté avec différentes personnes. Mais le lendemain matin, mes paroles comme celles de mes interlocuteurs avaient définitivement sombré dans un gigantesque trou noir, une dimension parallèle à jamais inaccessible.
C'est la seule amnésie dont je me souvienne. Si jamais bien sûr on peut se souvenir d'une amnésie.
M'a-t-on révélé un secret si terrible que mon esprit a préféré l'enfouir à jamais ?
Vu mon mal de tête le lendemain matin, je soupçonne davantage les ravages de l'alcool.

Zoé Letellier n'avait quant à elle pas bu une goutte quand sa vie entière a disparu. Elle a toujours ses acquis ( elle sait toujours parler, écrire, lire, se servir d'un ordinateur ... ). Mais au niveau des souvenirs personnels, c'est le néant absolu. Elle ne reconnaîtra pas ses parents quand elle se réveillera dans son lit d'hôpital. Pas plus que son frère jumeau Mathias ou sa grande soeur Lola.
Pire, elle ne reconnaîtra pas son propre visage dans un miroir, comme si elle le découvrait pour la première fois.
"Je m'appelle Zoé, j'ai trente ans et je suis atteinte d'amnésie rétrograde suite à un choc émotionnel."
Quel est ce choc qui a d'un seul coup effacé la totalité de son vécu ?
Quelle révélation a pu être ainsi rejetée en bloc par son esprit qui n'a trouvé que ce moyen de la protéger ?
Vaut-il mieux retrouver la mémoire ou tout recommencer de zéro ?
"Cette amnésie dont tu souffres, c'est sans doute ce qui pouvait t'arriver de mieux."
La question est purement rhétorique. Zoé n'a pas vraiment le choix. Elle doit réparer ce court-circuit qui l'a plongée dans les ténèbres. Parce qu'elle a quelques petits problèmes à résoudre rapidement.
- Elle se marie dans moins d'une semaine avec un homme dont, bien sûr, elle ignore tout désormais.
- Elle découvre qu'elle a un amant dans son entourage mais elle ne sait ni qui, ni pourquoi.
- Et elle apprend également que son éditrice attend d'urgence son second manuscrit après le succès d'Amères friandises, son premier roman devenu un véritable best-seller. L'apparent fichier de cette suite étant protégé par un mot de passe dont la jeune femme n'a évidemment aucune idée...
Et Zoé n'est pas encore au bout de ses surprises.
Pas facile de prendre sa propre vie en cours de route.
Alors chacun lui parlera tour à tour pour l'aider à déverrouiller cette mémoire scellée. Ses parents, son frère, sa soeur, sa meilleure amie ou Julien le fameux fiancée évoqueront un passé personnel ou commun, en profitant parfois pour embellir un peu le rôle qu'ils y ont joué. Les fragments d'histoires s'additionneront les uns aux autres, pas toujours de façon très logique. Les jours passeront, et le compte à rebours vers le jour du mariage est en marche.
"Jusqu'où suis-je prête à aller pour connaître la vérité ?"

Barbara Abel n'a pas écrit que des thrillers psychologiques. Quand elle a quitté les éditions du masque pour rejoindre celles du Fleuve noir, elle a d'abord écrit deux romans un peu différents, qui s'intercalent entre Illustre Inconnu et le célèbre Derrière la haine. le premier, le bonheur sur ordonnance ( 2009 ), était une comédie qui offrait entre deux moments cocasses des pistes de réflexion sur l'accession à la félicité personnelle et qui mettait en scène une femme littéralement condamnée à être heureuse sous peine de mort.
Et le second, écrit un an plus tard, c'est celui-ci : la brûlure du chocolat. Il évoque principalement l'importance des souvenirs et de la mémoire dans la construction de soi, la quête de sa propre identité. A nouveau des thèmes sérieux mais racontés au travers d'une histoire totalement farfelue.
Difficile de le classer dans une catégorie. Thriller, comédie, soap opéra, drame, essai, autobiographie ? Plusieurs genres ici s'entremêlent mais ce qui est sûr en revanche, c'est qu'il y a bien la touche Barbara Abel. Une écriture reconnaissable en quelques lignes seulement et une nouvelle histoire de famille pas comme les autres. Familles qui ont toujours été le terrain de jeu favori de l'auteure belge, et cette fois c'est à celle des Letellier qu'elle s'attaque. Comme tant d'autres elle a des failles que ses membres s'efforceront de dissimuler tout en embellissant une vérité qui n'existe que dans leur imaginaire.

Thriller policier non en tout cas. Pourtant tous les ingrédients sont là : Un choc psychologique d'une telle ampleur que son raz-de-marée emporte avec lui la totalité des souvenirs de Zoé, une famille aux petits secrets tellement nombreux qu'il va falloir - tant pour Zoé que pour le lecteur - les résoudre les uns après les autres pour voir la tragique vérité émerger progressivement. le suspense et les rebondissements sont nombreux pour parvenir aux ultimes révélations. le roman est construit comme les horreurs domestiques que sait très bien concocter Barbara Abel par ailleurs, mais ici vous n'avez pas d'éléments comme le meurtre, l'enlèvement ou la vengeance. En revanche, la manipulation est bien présente. Comment ne pas refaçonner à son avantage les souvenirs de quelqu'un qui n'en n'a plus aucun ?

Autobiographie non plus et pourtant ... On retrouve un peu de Barbara Abel dans le personnage de Zoé Letellier. C'est celle-ci qui parle tout au long du roman, qui apostrophe régulièrement le lecteur comme pour le prendre à témoin.
"J'aurais du écrire des romans policiers" : L'auteure véritable n'en profite-t-elle pas pour nous faire un clin d'oeil au passage ?
Et ça n'est pas tout. Abel et Letellier partagent un même signe zodiacal ( elles sont toutes deux sagittaires ), ou un même éditeur ( ou presque : l'une est au fleuve noir, la seconde chez ... rivière rouge ).
Il y a donc une sorte de mise en abîme, comme si Barbara Abel nous invitait à la retrouver parfois au travers de la narratrice Zoé, les deux se confondant parfois.
"Admirons au passage l'étonnante originalité des dialogues."
Et la mise en abîme ne s'arrête pas là. On sent que l'auteure s'est vraiment beaucoup amusé lors de cette rédaction, tant avec les mots que d'un point de vue stylistique.
Parce qu'au-delà de cette première identification, il y en a une seconde entre Zoé et Mélanie. Mélanie étant l'héroïne d'Amères friandises, le roman écrit par notre amnésique, qui tentera de retrouver la mémoire en lisant et découvrant son propre roman qui de toute évidence parle d'elle. Mais comment distinguer les éléments autobiographiques intégrés à son propre livre des pures inventions ?
La brûlure du chocolat est également un livre dans lequel on ressent tout l'amour de Barbara Abel pour la langue française.
"Elle se joue de nous au travers des lapsus et des jeux de mots par exemple."
C'est sans prétention mais les jeux de mots y sont nombreux et on sent que l'auteur s'est amusée dans la construction de ses phrases, dans la manipulation du vocabulaire.
"Et que dans un texte, une coquille sans son q, c'est un peu comme une couille dans le potage."
Elle joue avec l'intonation et la signification des mots, et fait par exemple d'étranges parallèles entre des noms qui se ressemblent mais qui à une lettre près changent totalement de sens. Embrasser, embarrasser et embraser en étant les principales illustrations.

L'humour du roman est en partie du à cet aspect, à cette plume qui joue avec les double sens, habile avec les mots, complice avec le lecteur.
"Ma fille a perdu la mémoire, on ne vous l'aurait pas rapportée par hasard ?"
On s'amuse aussi des réactions de certains personnages stéréotypés. Il est totalement inconcevable pour certains membres de la famille que le mariage n'ait pas lieu, peu importe que leur fille n'ait plus le moindre souvenir de l'homme qu'elle doit épouser. de même, il est impossible que l'information relative à l'amnésie de Zoé filtre auprès du public pour ne surtout pas remettre en cause la sortie de son second roman sur lequel des producteurs ont déjà réglé les droits d'une future adaptation cinématographique. Ce qui donne bien sûr droit à des scènes délirantes et décalées. On s'amuse des déboires, des réactions et des quiproquos de chacun.
Mais à l'image du titre ( qui trouvera son explication dans les dernières pages ), on est dans un roman doux amer, l'auteur joue avec nos émotions et on passe très facilement du rire aux larmes, de la comédie à la tragédie. Parce que Zoé n'est pas la seule à être bouleversée par ce qui lui arrive. Pour le fiancé c'est terrible également : Il se retrouve du jour au lendemain avec une bien aimée qui ne se rappelle plus de ce qu'ils ont vécu ensemble, de leur premier rendez-vous, des sentiments qu'ils sont censés partager et qui ont disparu. On rit certes mais le fonds du sujet demeure sérieux et la souffrance transparaît également. Les personnages veulent se racheter. Les erreurs commises sont légion. Mais vaut-il mieux saisir cette opportunité et tenter de tout recommencer ou affronter des vérités si tragiques que l'une d'entre elles a créé cet électrochoc ?
On oscille vraiment entre drame et comédie, en fonction des passages, des personnages et de l'angle sous lequel on choisit d'aborder ce mélodrame.

"Beurk ça pue le roman à l'eau de rose."
Au moins elles en sont conscientes ...
Parce que c'est la que le bât blesse. Les révélations sont d'ordre sentimental en grande majorité et je ne pensais pas lire uniquement des rebondissements dignes des feux de l'amour. C'est dommage parce que le fonds du sujet comme l'écriture étaient intéressants mais au final, tout ce que vous allez savoir c'est qui a couché avec qui. Parce que mis à part l'histoire du manuscrit perdu, absolument tout est d'ordre amoureux. le mariage aura-t-il lieu ? Lola va-t-elle divorcer ? Julien est-il le fils du facteur ? Comment Pamela va réagir en découvrant que son petit copain l'a trompé avec sa meilleure amie Jennifer ? Qui sont les vrais parents de Kevin, qui vient d'apprendre qu'il a été adopté ?
Et j'exagère à peine.
Alors je ne dis pas non plus qu'aucune de ces révélations n'est fracassante, mon côté voyeur a quant à lui été satisfait et j'ai lu certains de ces ressorts dramatiques avec un petit plaisir coupable. Simplement, c'est un peu trop ici et je pense qu'il y avait matière à explorer autrement le sujet de la mémoire.
De façon à ce que cette histoire loufoque, on puisse quand même y croire un peu.
Ici , si vous aimez le réalisme, passez votre chemin.
Peut-être qu'à l'image de Zoé, Barbara Abel avait elle aussi été pressée par son éditeur pour rendre son manuscrit ?

Mais bon, malgré tout, le roman se lit vite et bien, parvient à susciter quelques émotions et interrogations, et parfois c'est tout ce dont on a besoin quand on lit en mode détente.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          243
Ancolie
  28 décembre 2012
Zoé, écrivain à succès, perd la mémoire suite à un choc psychologique. Notre héroïne, dépendant de sa famille et de ses amis, va à la pêche aux souvenirs tel un commissaire de police. Qui suis-je ? Qu'y a-t-il à l'origine de mon choc émotionnel ? Qui est-donc cet homme que je m'apprête à épouser ? Car oui, Zoé doit se marier dans trois jours avec Julien, un homme que visiblement elle trompait…
Ici rien de très intellectuel, on peut s'en douter vu le résumé, mais qu'est-ce que ça fait du bien de temps en temps ! le récit est fluide et bien construit. Une lecture pour s'aérer les neurones avec une bonne qualité d'écriture est appréciable.
C'est un roman qui m'a fait penser à ceux de Didier van Cauwelaert qui alliaient humour et légèreté sans être niais. le thème est traité avec fantaisie mais aussi avec intelligence. Comment vivre sans souvenirs ? Quel est le poids des secrets de famille ? Comment peut-on rendre sa vie meilleure ? Des questions qui nous taraudent entre deux éclats de rire.
Bref, de la détente pure que je recommande vivement à ceux qui ont envie à la fois de lire et de s'amuser, sans se prendre la tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
VivianeB
  27 avril 2014
Très bonne découverte de cette auteure qui a su tout au long de ce livre relater cette histoire avec brio, simplicité et en faisant planer un suspens prenant.
Commenter  J’apprécie          100
wiggybis
  30 décembre 2011
Un livre sympathique, drôle et bien écrit à propos d'une jeune femme qui, suite à un choc émotionnel, est devenue amnésique.
La seule chose qui m'ai déçue dans ce livre est le passage dans l'église vers la fin. J'ai trouvé la situation grotesque et la scène un tantinet trop longue. Sinon, comme je l'ai écrit, c'est un livre sympathique avec une bonne intrigue.
Commenter  J’apprécie          90
Cindol
  05 mars 2019
C'est lors du dernier SMEP que nous avons eu le plaisir de rencontrer cette belle personne qu'est Barbara Abel et c'est lors de notre entrevue que nous avons enfin pu acquérir ce roman de l'auteur qui est chez nous totalement introuvable en rayon. Lorsque nous lui avons dit que nous aimerions le lui acheter, elle a paru toute gênée et nous a avoué qu'il s'agissait là de son premier roman, qu'il n'avait rien à voir avec ce que nous avions lu d'elle jusque là et que nous risquions d'être déçu. Nous avons bien évidemment confirmé, ce à quoi elle nous a répondu : Vous êtes sûrs ? 😉 Voilà l'un des nos plus beaux souvenirs de ce salon, qui soit dit en passant est un rdv incontournable si vous avez l'occasion de vous y rendre. C'est simple, si vous ne l'avez pas fait, vous avez raté votre vie de lecteur (cerise sur le gâteau, il n'y a pas d'âge limite et ça coute moins cher qu'une Rolex 😉)
Pour ce qui est de ce roman, je confirme ce qu'elle nous avait annoncé, il n'a strictement rien à voir avec ce qu'elle a pu écrire par la suite mais il n'en demeure pas moins qu'on reconnait par moment sa « patte » et que, même s'il ne s'agit pas là d'un thriller, il n'en est pas moins agréable à lire. Cette Brûlure du chocolat » manque c'est vrai parfois de panache, on sent la « jeunesse » de son écriture et il ne rentrera pas dans mes livres préférés de l'auteur mais ce n'est pas pour autant que je n'ai pas passé un bon moment avec lui. C'est léger, tout en traitant de plusieurs sujets plus graves tels que l'amnésie, les non-dits, la « vérité » ou la communication mais c'est vraiment un bon premier roman à mon sens et je comprends le succès qui a suivi pour cette femme qui le mérite amplement. Tant par son talent d'écriture que par sa personne (oui je l'ai rencontré en vrai, je l'ai touché, j'ai des photos et j'me la pète : et alors 😉)
Plus sérieusement, si l'occasion vous est donnée de vous procurer ce petit roman pour vous faire passer un bon moment, n'hésitez pas, il y a peu de chance pour que vous le regrettiez. En tout cas pour ma part, et en faisant abstraction du contexte dans lequel il a été acheté, je ne le regrette absolument pas et je vous le conseille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
angge59
  08 mai 2016
J'ai adoré ce livre.
Quel sujet, je me pose parfois la question.
Zoé es très attachantes, des rebondissements, et une histoire très bien ecrit.

A regret, j'ai dû refermé le livre
Commenter  J’apprécie          60
chevalierortega33
  20 avril 2014
Un Barbara Abel bien loin de ses derniers romans ... Zoé amnésique doit se marier ans quatre jours et pour son entourage, pas question de remettre la cérémonie ... même si elle ne se souviens pas de son fiancé. Une reconstruction en quatre jours, où chacun(e) se donne le beau rôle.
Une intrigue bien menée, sans hémoglobine. Un bon moment de lecture !
Commenter  J’apprécie          60
bibliobleue
  05 octobre 2014
Barbara Abel offre au lecteur un titre énigmatique, une couverture alléchante et une histoire au suspens passionnant.
Son écriture est dynamique et humoristique.
On dévore le roman comme une tablette de chocolat.
Un vrai moment de plaisir !
Lien : http://bibliobleu.blogspot.fr
Commenter  J’apprécie          50


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Derrière la haine" de Barbara Abel.

Quel cadeau le parrain de Milo offre-t-il au garçon pour ses 4 ans ?

un ballon de foot
une petite voiture
des gants de boxe

10 questions
56 lecteurs ont répondu
Thème : Derrière la haine de Barbara AbelCréer un quiz sur ce livre

.. ..