AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2845925646
Éditeur : Presses du Châtelet (07/05/2014)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Cet ouvrage est consacré aux doctrines, apparemment disparates, de l’ésotérisme ; à ses applications ensuite, souvent réputées aventureuses. Un sujet qui concerne toutes les civilisations, leurs mythes, leurs symboles, leurs religions, leurs philosophies et leurs déclinaisons, plus ou moins souterraines, telles que l’astrologie, l’alchimie, la magie, les techniques de divination…
Selon Abellio en cette fin de cycle historique, nous entrons dans une période de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
enkidu_
  11 octobre 2014
Même si la conclusion d'Abellio ressemble, dans sa condamnation du dualisme cartésien (sujet pensé-objet pensé, là où la Tradition non seulement la dépasse, mais enseigne que ce dualisme est "biunivoque", le sujet n'est pas que "actif" et l'objet n'est pas que "passif"), à celle de l'école dite pérennialiste (René Guénon, Julius Evola, Frithjof Schuon, ...) sa démarche est toute autre : en effet, notre auteur, loin de répudier l'Occident dans son entièreté au profit de l'Orient (la mort de Guénon au Caire en soufflant, pour derniers mots, "Allah", est symptomatique), voit plutôt dans sa tradition intellectuelles un grenier de potentialités de rétablissement "gnostique" (plus spécifiquement, la phénoménologie husserlienne, même si il surligne sa limitation à l'intentionnalité du sujet, là où l'objet aussi "répond") - citant en exemple Sri Aurobindo, un sage moderne de l'Inde (l'Orient idéal, donc) qui n'a découvert ses propres richesses métaphysiques qu'après avoir étudié en Occident.
Avec cet optimisme quant à sa propre civilisation, s'accompagne bien sûr un discours opératif qui diffère de celui des pérennialistes, non seulement sur des cas "secondaires" (le mouvement de révolte estudiantine des années 60 - l'ouvrage a été publié en 1973 - n'est pas une lubie "moderne", mais un champ d'espoirs pour l'avenir) mais aussi sur des questions plus primordiales, comme celle des religions organisées ou "d'autorité", selon le mot de l'auteur qui les condamne, justement a contrario des pérennialistes qui s'inscrivent dans les "orthodoxies" respectives des différentes religions majeures.
L'intérêt majeur, toutefois, reste dans les élaborations complexes des "sciences des nombres", en mettant en rapport les traditions relatives au Yi-King ou la Kabbale - il ne nie pas l'Orient, mais ne lui donne pas le monopole du Salut mondial comme le mouvement pérennialiste - avec des données plus larges (spirituelles et scientifiques). Les développement sur les cas particuliers de l'alchimie (dont il admet non seulement la symbolique de la Grande Oeuvre comme cheminement spirituel mais aussi, contre Carl Gustav Jung dont il souligne toutefois l'érudition, de sa nature opérative et pratique) et de l'astrologie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
michelblondeau
  10 juillet 2014
Si vous vous passionnez pour l'ésotérisme, mais que vous le conciliez avec une intelligence rationnelle, si vous aimez les grandes traditions orientales et occidentales, mais que le ton pédant et les obsessions réactionnaires de Guénon, ou encore les approximations et les idées fascisantes d'Evola, vous agacent, ce livre est pour vous !
Abellio y évoque la tradition primordiale, le Yi-king, la Kabbale, le symbolisme de la croix - via une fascinante hypothèse d'allure structuraliste - , l'alchimie, l'astrologie... C'est très dense, le genre de livre dont on lit et relit des passages pour les assimiler et les méditer.
Il y est question de tradition, mais aussi de notre époque - la parution initiale date de 1972 - , qui se caractérise selon l'auteur par la constitution d'un nouvel esprit gnostique, dont il situe l'origine en 1964, l'année des premiers mouvements étudiants et contre-culturels à Berkeley. Au contraire des guéonniens qui ratiocinent sur la dégénérescence et le kali yuga, Abellio sait découvrir un sens ésotérique positif à l'époque contemporaine.
Le titre joue sur le double sens du mot "fin" : achèvement et but. La fin de l'ésotérisme est de disparaître en se désoccultant, pour résumer grossièrement l'idée. Dévoilement qui est le travail de notre époque, et auquel le livre d'Abellio participe activement.
Cette réédition est accompagnée d'une préface de Pacôme Thiellement, pas dépourvue d'intérêt elle non plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   11 octobre 2014
Découvertes respectivement en 1781, 1846 et 1930, c’est-à-dire peu avant la Révolution française, les révolutions de 1848 et la montée guerrière des fascismes, les trois planètes Uranus, Neptune et Pluton marquent trois ek-stases successives de la dialectique de l’individu et des masses pris ensemble dans le couple devenant paroxystique de la guerre et de la révolution planétaires.

Uranus tout d’abord vit l’apparition d’une nouvelle forme de conscience individuelle ou plutôt individualiste au sein des sociétés, l’affirmation de l’autonomie de l’homme considéré en tant que tel et irréductible à tout autre homme. Cette notion des « droits de l’homme », qui caractérise la Révolution de 1789 et, après elle, tout le capitalisme libéral du XIXe siècle et son apologie de la concurrence poussée jusqu’à l’anarchie, était tout à fait nouvelle dans notre cycle d’histoire, et cela tout ensemble en mode d’ampleur, par son universalisme, puisqu’il s’agissait de l’homme en soi, indépendamment de son rang et de sa race, et en mode d’intensité, par son aspect radical, inconditionnel et en quelque sorte transcendant à toute possibilité sociale. En conformité de la nature explosive d’Uranus, qui est la planète des nouvelles formes d’énergie, cette découverte symbolisa la contradiction fondamentale des valeurs d’autorité et de liberté aux prises dans toute société et qui se trouva dès lors intensifiée d’un seul coup de façon irréversible.

Un demi-siècle plus tard, dans une deuxième phase dialectique, Neptune signifia une réintégration de l’individu dans les masses (mais des masses déjà activées par Uranus) en sorte que la conscience individuelle, dans sa revendication libertaire, se fit notamment conscience révolutionnaire de classe. Ce fut le commencement d’une ère révolutionnaire portant en germe l’universalité de la révolution anticapitaliste, cependant qu’au même moment le capitalisme libéral se « massifiait » lui aussi dans le développement spontané des trusts et des monopoles et débouchait dans l’impérialisme par une sorte de divinisation paradoxale de la concurrence de masse considérée comme le moteur d’un progrès matériel indéfini.

La troisième phase marque enfin l’aboutissement de cette dialectique par la montée conjointe des fascismes et des communismes et la généralisation de la guerre révolutionnaire. Dialectiquement le national-socialisme allemand et le fascisme italien marquèrent une résurgence de la revendication individualiste contre l’ère collectivisante et également apatride du marxisme et du capital financier. Les forces souterraines du sang et du sol exprimés par Pluton prétendirent réaffirmer les pouvoirs sélectifs de l’esprit contre la dissolution dans la matière, mais il n’y avait là qu’une illusion qui résultait elle-même d’une inversion, car l’esprit ne peut aspirer qu’à l’universel. Aussi cette période de la mobilisation des consciences individuelles au sein des masses fut-elle surtout l’ère des chefs hiératiques : Hitler, Mussolini, Staline et Mao, sur lesquels se projetèrent les rêves individualisants des hommes perdus au sein des foules domestiquées et fanatisées. Cette ère, dans laquelle nous sommes encore, voit l’extension à la planète entière d’une guerre révolutionnaire ou d’une révolution guerrière qui se tient à la pointe extrême de la contradiction des sociétés historiquement condamnées.

Le système astrologique englobant les trois planètes nouvelles doit alors s’ouvrir, pour être complet, sur une ou plusieurs planètes transplutoniennes marquant l’amorce, à la fin de l’ère des guerres planétaires, d’un nouveau cycle de civilisation tout à fait différent du nôtre et équilibrant les valeurs plutoniennes d’agression et de compression par les valeurs complémentaires et opposées de coordination et d’expansion. (pp. 213-215)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Video de Raymond Abellio (3) Voir plusAjouter une vidéo

Roland Giraud candidat d'un jeu arbitré par Jacques Capelovici
Roland GIRAUD est le candidat du jeu. Il doit répondre à une question alambiquée de Jacques CAPELOVICI sur son métier de comédien. Les jurés - Jean François CAP, Lucien BARNIER, France NORMAND, Philippe GUILLAUME et Raymond ABELLIO - donnent ensuite leur avis sur la réponse de Roland GIRAUD.S'engage une polémique sur la formulation de la question de Jacques CAPELOVICI dont c'est la...
autres livres classés : gnoseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1165 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre