AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de addsc


addsc
  16 octobre 2018
Les choses se précisent. Dans ce second tome. Une sourde violence apparaît. Telle qu'Abercrombie en raffole. Et telle qu'il l'écrit et la décrit avec précision, passion et pertinence. Mais elle n'est pas seule. Ni omniprésente, dans ce deuxième tome. Une grande partie du récit est une lente et longue marche. Une quête comme de nombreux livres de Fantasy en comptent dans leurs pages. Rien d'anormal. Et, malgré quelques petites longueurs, on vit avec cette compagnie. On espère et on craint pour leurs vies. Car on s'attache, à ces personnages hors du commun. Enfin, pas à tous, mais presque. Bayaz reste quand même un peu dur. Lointain et froid. Jezal s'adoucit et apprend que la vie n'est sans doute pas aussi binaire qu'il le pensait. Il gagne en maturité et en intelligence. Émotionnelle, l'intelligence. Ferro, qui n'a qu'un petit rôle dans le premier tome, surprend par ses fissures même si elle reste intouchable et dure. Logen, quant à lui, est le personnage le plus intéressant. Son caractère paradoxal suscite curiosité et intérêt. Il apparaît comme quelqu'un de profondément humain malgré une violence ancrée au plus profond de son âme. de son corps. de son histoire. de l'autre côté du récit, Glokta, l'Inquisiteur, gagne des galons. Et sa personnalité devient plus intéressante. Perclus de souffrances, il apparaît comme bourré d'états d'âme auxquels il se refuse de donner une voix. Il ne s'adoucit que pour la forme mais c'est intéressant de voir qu'il possède encore une touche d'humanité. Légère. Mais présente. Voici pour les personnages principaux.

L'univers, quant à lui, est bien construit. Il prend de l'ampleur et de l'épaisseur dans ce second tome. D'autres villes apparaissent. Leurs descriptions donnent envie de déambuler dans leurs rues. de parcourir leurs venelles et leurs impasses. On voyage dans ces pages. On a envie d'y plonger pour se retrouver sur les même routes que Logen. Dans les mêmes montagnes que Ferro. Dans les mêmes ruines que Bayaz. On vit presque ce monde tant Abercrombie est doué dans la construction d'un univers cohérent et complet. C'est un vrai plaisir et c'est ce que je recherche quand mes mains tournent les pages de ce genre d'ouvrage.

Voici donc encore un livre que je conseille presque affectueusement tant j'aime cet auteur et ses écrits. Une touche de violence. Une autre d'humanité. Malgré tout. Des personnages riches. Des décors qui transportent. Et une poésie qui apporte presque de la douceur dans ces pages sanguinolentes.
Lien : https://unecertaineculture.w..
Commenter  J’apprécie          60



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (6)voir plus