AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352947979
Éditeur : Bragelonne (22/10/2014)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 112 notes)
Résumé :
Présentation de l'éditeur
« J’ai prêté le serment de venger la mort de mon père. Je suis peut-être la moitié d’un homme, mais ce serment était entier. »
Né faible aux yeux de son père, le prince Yarvi a juré de récupérer un trône dont il n’a pourtant jamais voulu. Mais il doit d’abord affronter la cruauté de sa propre famille, les humiliations de l’esclavage, ainsi que les eaux amères de la Mer Éclatée. Tout cela avec une seule main valide.
C’es... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  04 février 2015
Ce roman est présenté et vendu comme un roman Young Adult parce qu'il est centré sur le parcours d'un personnage adolescent. On est donc certes dans le roman d'apprentissage, mais l'auteur ne sacrifie en rien à sa formule spaghetti et on retrouve avec plaisir le mélange action, aventure et humour noir truffé de dialogues incisifs.
Comme d'autres auteurs avant lui, y compris de bien connus auteurs britanniques, Joe Abercrombie glisse un peu de la fantasy à l'historique. Ici l'aspect fantasy se résume au mythe de la guerre des Elfes contre la Déesse Unique qui aurait eu pour dommages collatéraux la multiplicité des divinités et la présence de moult ruines elfiques de part et d'autre de la mer éclatée.
La mer éclatée pourrait être la Mer Baltique, la Vansterland, le Gettand et le Trovenland pourraient être la Norvège, la Suède et le Danemark, l'Impératrice du Sud une reine byzantine, les indigènes septentrionaux les Lapons et les Finnois, les habitants de la rive orientale des Baltes et des Slaves… On retrouve même les tensions entre païens tenant des anciennes croyances et chrétiens partisans de la nouvelle religion.

Tout au long du récit, nous suivons Yarvi, prince handicapé avec sa main mutilée et destiné à la prêtrise, qui doit monter sur le trône à la suite de l'assassinat de son père et de son frère aîné. Il prête le serment de châtier les meurtriers des siens…. Nous voilà donc parti pour une bonne vieille histoire de vengeance qui va être le moteur de l'une bonne vieille trilogie ! J'ai tout de suite pensé au pitch de "La Trilogie de l'empire" de Feist et Wurts. Est-ce que Yarvi va suivre la même route que Mara des Acoma ?
Mais si on connaît ses classiques, on peut aussi penser à une autre histoire qui s'est déroulée IRL. Un adolescent malin mais malingre, qui n'a que son nom pour le protéger contre les maîtres de guerre et les animaux politiques qui lorgnent sur son héritage… Est-ce que cela rappelle quelque chose ? Mais oui, le neveu du divin Jules : celui qui était Octave et qui est devenu Auguste !
Rapidement Yarvi comprend qu'on l'a trompé sur l'identité de ceux qui ont tué son père et son frère… mais il est déjà trop tard !

Et toute la progression des personnages et de l'histoire se structure autour d'une série aphorismes que Yarvi comprend, utilise et détourne au fur et à mesure de son odyssée sur la mer éclatée et ses rivages. Difficile de ne pas penser aux tirades des films de Sergio Leone genre « le monde se divise en deux : ceux qui ont la corde au cou et ceux qui la coupent, ceux qui ont un revolver chargé et ceux qui creuse. Toi, tu creuses ». Mieux j'ai retrouvé l'esprit d'un chouette western spaghetti aujourd'hui méconnu : "Le Dernier jour de la colère" de Tonino Valerii (1967). Dans le film, le jeune Scott Mary interprété par Giuliano Gemma, est un paria qui rêve de voir la communauté l'accepter. Il est pris en main par Frank Talby, un vieux pistolero ambivalent, interprété par Lee van Cleef, qui va lui apprendre à la dure comment devenir un homme et affronter les dures réalités de la vie à coup de règles/leçons numérotées.
A l'image d'un Quentin Tarentino, Joe Abercrombie vient nous du monde de la vidéo et est un grand cinéphile (ceux qui ont envie d'aimer tous les films et tous les genres de films, pas ceux qui s'extasient sur les trucs que personne ne comprend sauf eux pour ensuite cracher sur tout le reste au nom du mieux disant culturel). Il est fort à parier qu'il connaît ses classiques et que nous sommes en face d'une chouette histoire de Vikings spaghetti dont il me tarde de lire la suite !
Celui qui aura déjà fait un bout de chemin avec Joe Abercrombie reconnaîtra vite l'univers de l'auteur et ses personnages fétiches :

Et là où l'auteur m'a bluffé c'est la manière dont il brouille les cartes :


On retrouve donc humour de l'auteur britannique, ses punchlines, ses personnages à la fois attachants et hauts en couleurs, ainsi que ses scènes d'action qui déchirent ! Mais il a allégé son style et a carrément lâché du lest sur le grimm & gritty. Nous sommes donc en présence d'un page-turner fantasy accessible à tous : les chapitres sont courts et rythmés, avec des cliffhangers qui donnent envie de passer à la suite. Les easy readers n'ont donc désormais plus aucune excuse pour ne pas se lancer dans la découverte des univers de Joe Abercrombie.
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6018
Ichirin-No-Hana
  11 janvier 2017
La moitié d'un roi est le premier tome de la trilogie de fantasy La Mer éclatée écrit par l'auteur anglais Joe Abercrombie. On suit dans ce premier volume, Yarvi, jeune prince du royaume de Gettland. Ce héros qui finalement n'en est pas réellement un est handicapé depuis la naissance par une main gauche complètement atrophiée. A cause de son handicap, Yarvi ne se destine pas du tout à la guerre et au combat aux côtés de son père et son frère ainé, mais se destine plutôt à devenir Ministre, sorte de prêtre-conseillé. Loin d'être idiot et prêt à passer son examen pour pouvoir prendre ses fonctions, Yarvi deviendra, bien malgré lui, le nouveau roi de son pays après la mort surprise de son père et de son frère aîné, tous les deux morts après la trahison du pays voisin. S'ensuivra alors des complots, des aventures périlleuses et surtout des rencontres qui transformeront notre jeune roi en homme.
Comme expliqué précédemment, Joe Abercrombie a l'originalité de nous proposer un protagoniste plutôt original et c'est vraiment le point fort du roman pour moi. Loin des héros guidés par une prophétie qui cherche à vaincre un mal ancestral, Yarvi part quand même avec pas mal de désavantages dans sa quête initiatique. Comme on s'en doute, sa main gauche est un handicap très difficile à assumer devant un peuple qui reste particulièrement dubitatif et qui a des problèmes à respecter ce nouveau roi qui n'est même pas capable de tenir une épée et un bouclier en même temps. Ce choix de héros par l'auteur est particulièrement intelligent car on ressent beaucoup d'empathie pour celui-ci, qui malgré ce petit souci essaye de vraiment faire ce qu'il peut et qui n'a qu'une envie, être aimé par les gens qui l'entourent. de plus, Yarvi est un personnage plutôt peureux et plus porté sur les livres que sur les combats au début du roman, mais qui, finalement, à travers les épreuves difficiles, saura grandement évoluer et c'est très intéressant à suivre.
Malgré une intrigue qui manque parfois de profondeur, le récit n'en reste pas moins très haletant et addictif. le roman se lit très rapidement tant on est pris dans l'aventure avec Yarvi, on est complètement dans l'action et on ne veut plus qu'une chose : avoir le fin mot de l'histoire et savoir comment nos personnages vont s'en sortir. Les rebondissements sont très présents et notre Yarvi n'en ressortira pas indemne. Joe Abercrombie ne dorlote pas ses personnages et l'on est souvent surpris concernant le destin de certains.

Lu en même pas deux jours, La Moitié d'un roi est un premier tome qui ouvre sur une trilogie pleine de promesses. Avec un rythme très haletant, Joe Abercrombie n'en laisse pas de côté ses personnages qui sont tous très originaux et passionnants à suivre. Malgré une histoire qui manque parfois de subtilité, l'auteur nous propose un premier tome addictif et qui finalement peut se suffire à lui-même mais m'a donné envie d'en découvrir beaucoup sur l'univers et de retrouver Yarvi qui, j'en suis sûre, n'a pas encore tout dévoilé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
TheWind
  31 décembre 2018
La mer éclatée a tout l'air d'une belle saga de dark fantasy et pourtant elle en prend joyeusement le contre pied.
Quand l'humour cynique prend le dessus sur l'horreur, quand les héros flamboyants ne sont pas forcément ceux qu'on croit, quand la naissance d'une belle idylle fait chou blanc, quand le destin prétendu glorieux du héros se termine en pied de nez...le roman prête bien plus à sourire qu'à se blottir tremblant de peur sous le plaid.
Alors, comédie ou tragédie ? Ni l'une ni l'autre. Ou plutôt les deux à la fois.
L'une sert l'autre intelligemment et vice versa.
Allez hop ! A moi le deuxième tome !
Commenter  J’apprécie          264
basileusa
  20 décembre 2014
Tout d'abord un grand merci à Babelio et Bragelonne pour m'avoir permise de découvrir ce livre et cet auteur dont je n'avais entendu que du bien ! Je suis heureuse que ma 200 unième critique tombe sur ce livre.
La moitié d'un roi est un très bon livre de fantasy ,une bonne surprise !
Yarvi ,né avec une seule main valide ,doit monter sur le trône de son royaume suite à la mort de son père et de son frère ,tués par le royaume voisin. Yarvi est un jeune homme faible et manquant de courage . Pourtant il jure de se venger de la mort de son père....mais dés la première attaque mené avec l'aide de son oncle ,tout bascule pour lui .
Trahison ,revanche, retournement de situation ,rythme haletant , tout y est pour faire de "la moitié d'un roi" un excellent roman de fantasy . Impossible de le refermer une fois commencé ! C'est un premier tome mais l'histoire est bouclée à la fin .Une fin d'ailleurs très réussie car je n'avais pas imaginé ce dénouement.
Et je découvre ainsi un nouvel auteur dont je vais m'empresser de lire les autres livres,en attendant la suite de ce premier tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
Tatooa
  23 février 2016
J'avoue tout, ces bouquins sont à ma fille... Elle n'hésite pas, elle, à débourser 20 euros et plus pour un bouquin, signe indubitable qu'elle fait bien partie de la génération "euro".
Et j'avoue tout, je me suis régalé. Pas autant que pour "la première loi", mais quand même, c'était top ce premier tome, surtout pour de la littérature "young adult". C'est plus léger, plus convenu et beaucoup moins complexe dans les complots, mais ça se laisse lire avec un grand plaisir. Trop vite, cependant, pour un bouquin aussi cher, enfin, de mon point de vue...
C'est bien écrit, bien traduit, les aphorismes y sont légions et il est amusant de voir comment Yarvi s'en dépêtre au fur et à mesure qu'il grandit, parce qu'il grandit, ce petit, à la force du poignet ! (Je sors ?)
On le suit avec bonheur, parce qu'il est le faible, l'exclu et qu'on a envie qu'il leur claque le beignet à tous, ces fort en gueule et ces brutasses épaisses qui ne connaissent que la loi du plus fort.
Les personnages principaux de la "quête" (les esclaves) sont très attachants, et même si on voit venir les "trucs" d'assez loin, ça n'a aucune importance, parce que c'est juste que du bonheur à lire, avec un brin d'humour noir, un peu comme on savoure un bon western spaghetti dont on connaît d'avance toutes les ficelles, comme dit Alfaric fort justement.
Bref, c'est de la littérature "jeunesse", de la "fantasy simple" pour qui en a beaucoup lu, mais il n'empêche que ça reste d'un excellent niveau, que c'est très divertissant, facile à lire, et que j'ai envie de connaître la suite. Hop, à moi le tome 2 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193

critiques presse (2)
Elbakin.net   24 octobre 2014
Bien écrit, bien construit, Half A King constitue un premier tome solide et qui possède un charme indéniable, quand il veut bien s’en donner la peine.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Elbakin.net   25 juillet 2014
Bien écrit, bien construit, Half A King constitue un premier tome solide et qui possède un charme indéniable, quand il veut bien s’en donner la peine.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   31 janvier 2015
Il n'existait qu'une Déesse avant que les elfes lui déclarent la guerre. Dans leur arrogance, ils ont utilisé une magie si puissante qu'elle a ouvert la Dernière Porte. Tous ont succombé et la Déesse Unique a été brisée en de nombreux éclats. (Yarvi désigna le gigantesque bâtiment en construction.) Dans le Sud, certains croient que la Déesse Unique ne peut pas avoir été brisée. Que les multiples dieux n'en sont que différents aspects. Il semblerait que le Haut Roi ait trouvé un intérêt dans leur théologie. Lui, ou grand-mère Wexen. (Il y réfléchit.) À moins que l'intérêt soit d'attirer les bonnes grâces de l'impératrice du Sud en priant à sa mode. (Il se souvint de la lueur avide dans les yeux de la vieille ministre quand il s'était prosterné devant elle.) Ou bien elle suppose que ceux qui se plient devant une Déesse Unique accepteront plus facilement le pouvoir universel du Haut Roi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MarieCMarieC   22 mars 2016
Un roman léger, pétillant et frais comme un verre de limonade (la comparaison tiendrait sans doute aussi avec un verre de bière, mais là, je serais en terrain moins connu).

L'intrigue est assez classique, linéaire, voire rectiligne : le jeune Yarvi, handicapé par une main atrophiée de naissance s'apprête à abandonner son statut de prince et une famille qu'il déçoit pour entrer dans la prêtrise. Mais son père et son frère sont assassinés. Le voilà roi, ou du moins moitié de roi, puisqu'il lui manque la moitié de ses mains. Et embarqué à contre-coeur dans une guerre pour venger son père. De complot en trahison, il se retrouve esclave et rameur, à préparer sa fuite et la reconquête de son trône... Derrière cette simplicité, et une grande facilité de lecture, plusieurs développements inattendus viennent pimenter l'histoire et lui donnent une tonalité plus sombre et ambigue qu'on ne pourrait s'y attendre dans les premiers chapitres.

L'auteur développe également un véritable talent pour camper ses personnages, non pas par de longues descriptions, mais par petites touches, dialogues pleins d'autodérisions, traits d'humour... qui, sans alourdir l'intrigue viennent l'enrichir de héros attachants : Yarvi, hésitant entre remarques vachardes et autocomplaisance ; le mystérieux Personne, si attaché à son épée ; la belle esclave navigatrice, apparemment prête à laisser tomber un masque de cynisme dont on se demande toujours s'il est vraiment feint, les deux "méchants" dépeints comme de formidables ogres...

Un roman tout à la fois facile et dense, qui ravira sans difficultés tous les amateurs de fantasy.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MarieCMarieC   28 mars 2016
Un roman léger, pétillant et frais comme un verre de limonade (la comparaison tiendrait sans doute aussi avec un verre de bière, mais là, je serais en terrain moins connu).

L'intrigue est assez classique, linéaire, voire rectiligne : le jeune Yarvi, handicapé par une main atrophiée de naissance s'apprête à abandonner son statut de prince et une famille qu'il déçoit pour entrer dans la prêtrise. Mais son père et son frère sont assassinés. Le voilà roi, ou du moins moitié de roi, puisqu'il lui manque la moitié de ses mains. Et embarqué à contre-coeur dans une guerre pour venger son père. De complot en trahison, il se retrouve esclave et rameur, à préparer sa fuite et la reconquête de son trône... Derrière cette simplicité, et une grande facilité de lecture, plusieurs développements inattendus viennent pimenter l'histoire et lui donnent une tonalité plus sombre et ambigue qu'on ne pourrait s'y attendre dans les premiers chapitres.

L'auteur développe également un véritable talent pour camper ses personnages, non pas par de longues descriptions, mais par petites touches, dialogues pleins d'autodérisions, traits d'humour... qui, sans alourdir l'intrigue viennent l'enrichir de héros attachants : Yarvi, hésitant entre remarques vachardes et autocomplaisance ; le mystérieux Personne, si attaché à son épée ; la belle esclave navigatrice, apparemment prête à laisser tomber un masque de cynisme dont on se demande toujours s'il est vraiment feint, les deux "méchants" dépeints comme de formidables ogres...

Un roman tout à la fois facile et dense, qui ravira sans difficultés tous les amateurs de fantasy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlfaricAlfaric   07 janvier 2015
- Un bon roi sacrifie tout pour gagner, et poignarde ceux qu’il doit poignarder. Le grand guerrier est celui qui respire toujours quand les corbeaux se régalent. Le grand roi est celui qui regarde brûler les carcasses de ses ennemis. Que mère Paix pleure les méthodes, mère Guerre se ravira du résultat.
- C’est ce qu’aurait dit mon oncle.
- C’est un homme sage et un ennemi digne. Peut-être que tu le poignarderas dans le dos et qu’on pourra le regarder brûler ensemble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AlfaricAlfaric   04 février 2015
- Comment une Déesse Unique peut-elle diriger le monde ? S’enquit Rulf, ses bras grands ouverts englobant la sinistre ville et son peuple. Comment une Déesse peut-elle à la fois être en faveur du bétail et du poisson, de la mer et du ciel, de la guerre et de la paix ? Ça n'a aucun sens.
- Peut-être que la Déesse Unique est comme moi, intervint Sumaelle.
Elle était allongée sur le gaillard d'arrière, appuyée sur un coude, la tête posée sur son épaule décharnée et une jambe pendant dans le vide.
- Fainéante ? grommela Jaud.
Elle sourit.
- Elle choisit la voie, mais beaucoup de petits dieux enchaînés à elle rament à sa place.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Joe Abercrombie (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joe Abercrombie
On repart à la découverte de Joe Abercrombie, avec cette fois sa trilogie "La Première Loi".
Je vous avais déjà parlé de cet auteur avec le premier tome de la moitié d'un Roi : (vous vous souvenez ?)
- Tome 1, L'éloquence de l'épée, ré-édité ensuite sous le nom de Premier sang : - Tome 2, Déraisons et Sentiments : - Tome 3, Dernière querelle :
C'est quoi ces petits liens ? C'est un lien "affilié" qui nous permet de toucher un (tout petit) pourcentage si vous achetez des livres via le lien proposé. Donc si le livre vous intéresse, n'hésitez pas à les prendre via ces liens pour soutenir notre travail, ça ne vous coûte pas plus cher !
_____________________
N'hésitez pas à vous abonner et à commenter, ça nous fait toujours plaisir !
Pour nous suivre : https://www.facebook.com/TooManyBooksTV https://www.instagram.com/toomanybooksfr
Instagram d'Audrey : http://www.instagram.com/linilim_/ Instagram de Timo : http://www.instagram.com/abrutim
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1308 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre