AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Djamyang Khandro (Traducteur) Ngor Ewam Phende (Traducteur)
ISBN : 2020591200
Éditeur : Seuil (14/10/2005)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Voici le récit de la vie merveilleuse de 84 mahasiddha (en sanscrit " grands accomplis "), grands sages bouddhistes de l'Inde ancienne (VIIe-XIIe siècle). Ces sages sont particulièrement vénérés dans la tradition tantrique du bouddhisme, leVajrayana, car ils sont à l'origine de la diffusion de ses doctrines et de ses pratiques de méditation. Ces récits, à la manière de contes, rapportent l'essence del... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
LivresBouddhistesZuiHo
  04 août 2018
Un dépaysement fascinant sur la vie folle des maîtres indiens du bouddhisme tantrique

Ce n'est pas la vie de 84 grands singes merveilleux que vous lirez dans cet ouvrage, mais bien celle de grands sages : les Mahasiddhas (« Grands Accomplis »). Ces 84 personnages aux vies mythiques, fantasques et fantastiques sont des exemples pour le bouddhisme tantrique du Tibet, nommé Vajrayana.
Ils ont vécu sur une période allant du VIIème au XIIème siècle. Ces vies contées par Abhayadatta (XIème siècle – dont on sait peu de choses) sont vraiment savoureuses, surprenantes, incroyables : ces personnages sont des super-héros avant l'heure. Mais la sagesse bouddhiste imprègne ces légendes dorées. Ayant développé la Sagesse supérieure et la méditation au-delà de l'humain, ils ont acquis des capacités surnaturelles. Je vous ai aussi déjà parlé des Chants Adamantins de Saraha traduits par Lara Braitstein : la tradition des Mahasiddhas commence avec lui.
Mais surtout, s'ils en font usage, l'image que donne Abhayadatta de leurs existences fait de cet ouvrage un petit fleuron dans son genre : franchement, ce n'est pas tous les jours qu'on lit un tel livre. Dans ma bibliothèque bouddhiste, il semble bien que ce soit le seul. Donc, vraiment, je vous conseille chaudement de le lire : vous allez vous divertir. Apprendre aussi !
On rêve quand même à lire toutes ces vies merveilleuses. Doit-on n'y voir que des fables, ou des vies joliement emballées, ou encore le témoignage de choses inouïes et réellement incroyables que nous sommes aujourd'hui incapables de revivre ? Qui a encore des siddhis de nos jours ? Pour moi c'est un mystère, car les occidentaux sont en grande partie « déconnectés du Divin ». Même si l'on peut s'exercer à rejoindre et voir en direct le Divin lové en nous, le formatage de nos cervelles d'occidentaux nous empêche de nous lâcher pleinement sur ces sujets. Sinon on est vite rangés dans la case des givrés du bocal. Nous ne sômmes pas des guru, des siddhas, ni des moines pour l'immense majorité des bouddhistes de France : nous ne sommes pas des experts, nos vies ne sont pas consacrés « à Cela ».

Revenons à ces vies merveilleuses. Il faut savoir qu'elles viennent du tibétain et ont donc été traduites en français depuis le tibétain. Des dessins représentant les Mahasiddhas émaillent de-ci de-là les vies merveilleuses des guru indiens. Sur 84 guru, on ne compte de 4 femmes et 5 moines. Quand vous l'aurez en main – je vous le souhaite ! – ne soyez pas surpris : le lama qui écrit l'introduction fait au début un marketing offensif pour le bouddhisme tantrique du Tibet. Après on apprend des choses.
Toujours dans l'introduction, voici la méthode pour obtenir des super-pouvoirs : « Si, avec un pur esprit de ferveur, l'on fait offrande au Lama, océan de vertus, rapidement seront obtenus les Siddhis suprêmes et ordinaires« . le lama ajoute plus loin que n'importe qui sans aucune condition peut devenir semblable à de tels sages. Comme vous le lirez dans ces vies, on ne devient pas n'importe comment un tel être. C'est toute une histoire et c'est le cas de le dire.

A moins de vouloir se divertir, je ne recommanderais pas ce livre pour découvrir le bouddhisme. Dans cette tradition-là, préférez le livre de Kalou Rinpoché, La Voie du Bouddha dont j'ai déjà parlé.
Pour finir, je vous donne quelques noms des Siddha :
– Luhipa : celui qui mange les entrailles de poisson
– Tsamaripa : le cordonnier
– Khadgapa : l'épée
– Shalipa : l'homme-loup
Bonne lecture !
Zui Ho.
Lien : https://livresbouddhistes.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   22 janvier 2016
Dans la compréhension de l’union de ces deux phases [développement et résorption], il [Guru Kalapa] abandonna la conception dualiste du moi et d’autrui et adopta un comportement de complète spontanéité. Tous les gens de Radzapura dirent alors de lui :

– C’est un fou.

Il leur répondit :

– La saisie d’un moi entraîne le concept d’autrui. Cette dualité nous conduit à chérir une nature propre. Si le sage le comprend, dans l’ensemble des déités de la conceptualisation et dans la lettre A, comme l’arc-en-ciel s’évanouit dans l’azur, se dissolvent naissance, cessation et essence propre. Moi le fou, le moi ne gouverne pas mes actions. L’action spontanée dans la non-dualité est félicité, la réalisation de l’incessante clarté est félicité, la méditation des six consciences (des objets des sens) est félicité, le fruit de l’absence de quête de réalisation est félicité. (pp. 102-103)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
enkidu_enkidu_   22 janvier 2016
Il y avait au pays de Kapilasatru un brahmane [Guru Kukkuripa] qui, ayant foi dans le Véhicule Tantrique, adopta le comportement d’un yogui.

Parti mendier, il trouva une chienne affamée sur le chemin conduisant à Lumbini. Pris de compassion, il l’emmena avec lui. Aux abords de la ville, il regarda autour de lui et aperçut une grotte vide. Il y laissa la chienne et partit à la recherche d’aumônes.

Au bout de douze années passées dans cet endroit, il obtint certains pouvoirs mondains tels que la clairvoyance. Alors, il reçut une invitation de la part des Trente-Trois Dieux à laquelle il accéda, laissant derrière lui la chienne seule dans la grotte. Elle demeura là, buvant et mangeant ce qui surgissait du sol qu’elle grattait.

Les dieux firent de grandes offrandes au yogui qui, se souvenant de la chienne, songea à retourner à ses côtés. Les dieux lui dirent :

– Atteindre de telles qualités que les vôtres et ne pas pourtant être capable de mettre un terme à ce souci d’un chien, une telle attitude n’est pas convenable ! Demeurez ici, insistèrent-ils à plusieurs reprises, s’opposant à son projet.

Un jour pourtant, il ne les écouta plus et s’en retourna à la grotte où il retrouva la chienne. Il était en train de la caresser lorsqu’elle se transforme en Dakkini qui lui dit :

– C’est bien, c’est bien, noble fils ; tu n’es pas tombé sous l’emprise des obstacles mais tu es revenu recevoir les Siddhis sacrés. Tes pouvoirs passés n’étaient rien ; ils n’étaient dus qu’à une légère purification des vues erronées. Loin d’être dignes d’admiration, de tels pouvoirs sont soumis au changement. La mère va maintenant te donner les pouvoirs de l’immense et ineffable.

Lui ayant parlé ainsi, elle lui révéla les symboles de l’union de la méthode et de la sagesse. La vue non changeante et correcte naquit en lui et il obtint les plus excellents pouvoirs. (pp. 122-123)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Dans la catégorie : BouddhismeVoir plus
>Religion comparée. Autres religions>Religions d'origine hindoue>Bouddhisme (225)
autres livres classés : Bouddhisme tantriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Abhayadatta (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1178 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre