AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742778012
Éditeur : Actes Sud Junior (01/10/2008)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 65 notes)
Résumé :

Le bonheur et la honte après l'annonce de l'acquittement. Mais pour Célia, c'est de sa vie qu'il s'agit. Une vie sans Alex, et pourtant une vie à vivre.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  23 décembre 2015
La mort d'Alex a bouleversé la vie de Celia, sa petite amie de seize ans :
« Depuis, ma vie ne dure qu'un jour.
Le matin quand je me lève, je me fixe un but, toujours le même : atteindre la fin de la journée. Sans pleurer. Sans craquer. Sans devenir folle. »
Il faut dire que la jeune fille a été accusée de meurtre et placée en détention. C'est la vie dans sa petite cellule qu'elle décrit ainsi.
Le roman s'ouvre sur une bonne nouvelle, un soulagement pour Celia et ses parents : elle est acquittée. La mère d'Alex l'accusait d'avoir tué son fils, de l'avoir poussé. Mais non, il est tombé dans la piscine, et c'est quand même pas sa faute, à Celia, si la piscine était vide ce jour-là malgré la chaleur, s'ils ont joué avec le tuyau d'arrosage pour se rafraîchir, et si, et si...
Un roman très court et "d'une seule voix", comme l'indique le nom de la collection. Seule Celia s'exprime ici. Il n'empêche qu'on adopte successivement différents points de vue grâce aux réflexions de la jeune fille, et si on se prend un coup de poing à la fin, c'est parce qu'on a lu le texte d'une traite, d'un souffle. Mais à vrai dire * attention spoil * *
Merci L.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
trust_me
  08 juillet 2014
Célia, 16 ans, vient d'être acquittée. Ce verdict sonne pour elle comme un soulagement. C'est de sa vie qu'il s'agit. « Une vie foutue mais une vie à vivre ». Une vie qui ne dure qu'un jour, avec, chaque matin, le même objectif : « atteindre la fin de la journée. Sans pleurer. Sans craquer. Sans devenir folle. »
Tout s'est joué en quelques secondes au bord d'une piscine vide. La jeune fille chahutait avec Alex, son petit ami. Un moment de déséquilibre et il est tombé la tête la première. Mort sur le coup. La mère du garçon a vu la scène de la fenêtre de la cuisine. Elle a accusé Célia d'avoir poussé son fils. Parole contre parole. Détention provisoire, procès, acquittement. Célia se confie, exprime sa souffrance, remonte le fil des événements avant et après la tragédie. D'une seule voix.
Une grosse claque ce texte. le témoignage est saisissant. Sans pathos. Sans colère ni amertume, même vis-à-vis de son accusatrice, qu'elle ne porte pourtant pas dans son coeur : « Je ne crois pas que je lui en veuille. Je la déteste mais j'imagine que si c'était elle qui avait été au bord de la piscine, chahutant avec son fils, et moi dans sa cuisine à les épier de loin, alors oui j'aurais vu ce qu'elle a vu, oui je l'aurais accusée d'avoir poussé Alex bien qu'elle soit sa mère. Parce qu'une mort aussi bête est sûrement plus facile si on lui attribue un coupable. »
La voix de Célia dit l'impossible retour en arrière, la douleur, l'avenir en pointillé, l'amour perdu à jamais : « Parce que oui, je l'aimais, je l'aimais pour la vie. Et aujourd'hui, il est parti. Et aujourd'hui je voudrais pouvoir l'oublier pour avoir moins mal. Et aujourd'hui je ne voudrais surtout pas l'oublier. Que jamais il me quitte. »
Et puis cette fin, terrible, dont je ne peux pas vous parler... Une claque je vous dis.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
ClassBook
  03 avril 2017
L'histoire parle de Célian, une jeune fille de 16ans. le lieu de l'histoire est comme le litre l'indique, au bord d'une piscine vide. Avec Alex, son petit ami, ils s'amusaient ensemble jusqu'au moment où Alex tombe dans la piscine totalement vide. C'est à ce moment que la vie de Célia est anéantie en quelques secondes car elle va se faire accuser de meurtre par la suite. Vous verrez au long de cette courte nouvelle comment la vie de Célia change en quelques instants.
La piscine était vide est un très court roman, c'est un texte plutôt théâtral que Gilles Abier a écrit, facile à lire. Il y a un vrai bouleversement au long de cette histoire et choque le lecteur suite à la mort de Alex.
Pour ma part, je n'ai pas trop aimé ce livre car je trouvais que l'histoire n'était pas très amusante, trop tragique pour moi. Ce genre de roman ne me plait pas trop car il n'y a pas assez d'actions. Cela ne m'accroche pas trop.
Victor
***************
Une histoire tragique
Célia, seize ans, vient tout juste d'être acquittée. Acquittée du meurtre de son petit ami, Alex. Ce verdict sonne pour elle comme un soulagement. Mais c'est de sa vie qu'il s'agit, une vie ''foutue mais une vie à vivre'' sans Alex. Une vie qui ne dure qu'un jour, avec, chaque matin, le même objectif : « atteindre la fin de la journée. Sans pleurer. Sans craquer. Sans devenir folle. ».C'est un après-midi, sous une chaleur insupportable, alors que Célia passait un moment avec son petit-ami, que le drame est arrivé. Tout s'est joué en quelques secondes, … au bord d'une piscine vide. La jeune fille chahutait avec Alex. Puis, un moment de déséquilibre où Alex est tombé la tête la première contre la carrelage de la piscine. Il mourra sur le coup. La mère du garçon, a vu la scène de la fenêtre de la cuisine. Elle a accusé, Célia d'avoir poussé son fils volontairement. Détention provisoire, procès, acquittement. Célia se confie, exprime sa souffrance, remonte le fil des événements avant et après la tragédie.
Un monologue raconté de manière très touchante. J'ai adoré ce livre. Il se lit très facilement. Gilles Abier utilise un langage accessible aux plus grands comme aux plus petits pour raconter une histoire très touchante. L'histoire d'une jeune fille à qui il va arriver un drame.
(Davina)
****
Résumé :
Célia, 16 ans est accusée d’avoir tué son copain Alex en le faisant tomber dans une piscine vide, la mère de ce dernier affirme avoir vu Célia le pousser.
Critique :
La piscine était vide est un court récit qui se lit très rapidement. Et malgré cela, nous avons le temps de nous attacher aux personnages présents. L’histoire est un monologue qui fait des va-et-vient dans le temps, plus l’histoire avance et plus on apprend des choses intéressantes. L’histoire peu anodine, est prenante et nous offre un suspense intenable, savoir si le personnage que l’on suit est coupable ou non. Malgré le fait que le récit soit à la première personne, l’avis des autres personnages est donné, ce qui rend la chose beaucoup plus intéressante. La dernière page nous retourne complément, et nous fait parvenir une vision totalement différente de l’histoire, tout est remis en question, les personnages et les actions de ces derniers, et la vérité nous est libre d’interprétation. Je conseille énormément ce livre, qui est écrit avec une grande intelligence et qui apporte un dénouement incroyable.
Note : 5/5
Maxime
*********
Ce court livre «La piscine était vide» est écrit par Gilles Obier en 2008.
Ce livre nous raconte l’histoire de Célia : Jeune lycéenne de 17 ans qui vient accusé d’avoir tuer son petit-ami, Alex. Après un long jugement, la décision est prise : Célia n’est pas coupable. Maintenant que Célia est libre, devant elle il y a un grand avenir mais sans Alex.
J’ai adoré ce livre. Au début je ne voulais pas le commencer, puis, puisque j’avais rien à faire j’ai commencé à le lire et en même pas 30 minutes j’ai «mangé» ces 58 pages.
Ce livre nous parle de Célia, fille de mon age, qui vit une vie normale comme la mienne mais qui vient bouleversée par un horrible accident, la mort d’Alex.
Alex, jeune garçon qui avait toute une vie devant lui meurt, dans un jour d’été, dans une piscine vide. Célia, témoin de la mort de son « mec » vient accusé, par la mère de ce dernier, d’avoir poussé ce jeune garçon est d’être la coupable de sa mort.
Gilles Abbier, nous fait voir avec des mots simple mais en même temps fortes comment une vie peut changer d’une minute à l’autre.
J’ai adoré ce livre et je le répèté encore une fois. Je reste encore sans mots pour la fin excellente et frappante que cet auteur nous a donné.
Comme note je donne, sans hésitation, 5/5
(Sara)
 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Kawane
  11 juin 2015
Une chute dans un piscine, un mort : Alex , l'amoureux de Célia seize ans, celle-ci va être accusé de meurtre et tout la procédure judiciaire se met en route....
Dans le style ce roman "colle" à l'actualité. C'est cruel, violent parfois, violence retrouvée même dans les mots de l'auteur , à l'image de notre société contemporaine à laquelle hélas sont confrontés nos adolescents....
Style acéré comme un couteau les phrases courtes portent les mots avec verve et efficacité.
Un roman assez poignant. qui a "des tripes"!
Commenter  J’apprécie          140
emmyne
  13 avril 2012
Un récit court, dense, un monologue. Un texte fort, proche du texte théâtral, à écouter, à ressentir. Pour l'éprouver. Eprouvant. Pour réfléchir.
Cette collection d'Actes Sud Junior porte bien son nom D'une seule voix : " des textes d'un seul souffle. Les émotions secrètes trouvent leur respiration dans la parole. Des textes à murmurer à l'oreille d'un ami, à hurler devant son miroir, à partager avec soi et le monde. "
( A noter : la grosseur de la typographie est choisie pour faciliter la lecture à voix haute ).
Ces textes - ce texte - interpellent. Cependant, malgré son intensité, la narration est sobre, au plus direct, au plus juste sans être cru, aucune complaisance avec les mots et les sentiments soi-disant adolescents. Un récit qui bouscule parce qu'il touche terriblement à la conscience de soi. Les phrases de ce livre, ce sont à la fois les expériences marquantes et les questions, une violence intérieure.
La piscine était vide relate l'accident qui a coûté la vie au jeune Alex, qui a entraîné son amie Célia dans un procès. le récit alterne l'historique de la relation amoureuse entre les deux adolescents et les rapports conflictuels avec la mère jusqu'au jour du drame aux heures qui suivent l'annonce de l'acquittement.
C'est le récit du premier amour, celui du deuil, du déni et du doute; deuil-déni-doute qui ne concernent pas que la mort. C'est une parole qui interroge sur le sens de la parole, celui qu'il donne à la vie, ce tout-puissant pouvoir; qui interroge encore sur la justice. Vivre avec une culpabilité. Une confrontation intime à entendre.
" Cest de ma vie qu'il s'agit. Une vie foutue mais une vie à vivre. "


Lien : http://www.lire-et-merveille..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
wistiti95wistiti95   28 octobre 2012
Les jours trop noirs, les jours où la rage m'étrangle, les jours où je la maudis, je m'accroche à l'ironie qui doit la ronger. L'ironie de ses bonnes intentions. Forcément qu'elle se rappelle les paroles vertueuses qu'elle a tenues quelques minutes plus tôt, après s'être finalement décidée à nous apporter une carafe de citronnade avec deux verres. Des paroles en réponse à la réflexion d'Alex qui trouvait qu'aujourd'hui était la journée idéale pour avoir une piscine, une piscine pleine. Des paroles qu'elle lui a balancées, d'un air inspiré. Il fallait, c'était important, qu'il ouvre les yeux et qu'il prenne conscience que l'environnement était en danger. Et pas seulement pour lui. Ce geste qu'elle faisait, elle, de ne pas remplir la piscine, elle ne le faisait pas pour elle, ni pour lui, mais pour ses petits-enfants. Et le monde dans lequel ils vivraient.
Oui, sauf qu'aujourd'hui son fils n'aura jamais d'enfant. Aujourd'hui son fils est mort. Il est mort parce que la piscine était vide.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Livresse_des_MotsLivresse_des_Mots   24 juillet 2014
J'ai arrêté de boire de l'eau en prison, histoire de plus pleurer. Mais ça n'a pas marché. T'as beau crever de soif, tu peux encore chialer toutes les larmes que tu veux. T'as beau demander à ta mère de te laver ton vieux doudou, un lapin gris aux grandes oreilles qu'on t'a autorisée à garder, avec la même lessive que ton mec mort, insister pour qu'elle le trempe carrément dans l'assouplissant avant de la mettre en machine, histoire que son odeur de propre bien imprégnée envahisse ta cellule ; la nuit, tout ce que tu respires, c'est la honte, la solitude et l'incompréhension.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
hotaruhotaru   13 novembre 2011
Je fixais son corps qui paraissait embrasser le carrelage... dans l'attente qu'il s'anime, qu'Alex se relève.... c'est là qu'il y a eu ce long silence horrible. Comme si le monde prenait une pause. Comme si plus rien n'existait hormis le sang d'Alex qui s'étendait lentement.
Commenter  J’apprécie          50
desmotsdeuxfemmesdesmotsdeuxfemmes   16 novembre 2014
"Il fallait , c'était important, qu'il ouvre les yeux et qu'il prenne conscience que l'environnement était en danger. Et pas seulement pour lui. Ce geste qu'elle faisait, elle, de ne pas remplir la piscine, elle ne le faisait pas pour elle, ni pour lui, mais pour ses petits-enfants. Et le monde dans lequel ils vivraient."
Commenter  J’apprécie          40
KawaneKawane   15 avril 2015
J'ai envie de crier, de crier et de pleurer. De pleurer de joie. Mais je ne peux pas. Entre mes larmes, je vais sourire. Et sa mère est là qui me regarde. Ses yeux ne m'ont pas quitté de tout le procès. (...) J'ai seize ans et j'étais accusée d'avoir tué Alex. Son fils. Mon mec"
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Gilles Abier (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilles Abier
Vidéo de Gilles Abier
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur ''La piscine était vide''

Comment s'appelle le personnage principal ?

Célia
Cécillia
Anna

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : La piscine était vide de Gilles AbierCréer un quiz sur ce livre
.. ..