AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203208735
Éditeur : Casterman (27/05/2020)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 246 notes)
Résumé :
Un récit inspiré de la vie de son ancêtre, inventeur d'un nouvel instrument de musique dans le Beyrouth des années 1960. Folle tentative pour rapprocher les traditions musicales d'Orient de d'Occident, ce piano au destin méconnu n'aura vu le jour qu'en un seul exemplaire, juste avant que la guerre civile ne s'abatte sur le Liban.

Une métaphore amusante - et touchante - de la rencontre de deux cultures, de deux mondes, qui cohabitent chez Zeina et dan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (70) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  01 avril 2016
Beyrouth, 1959. Abdallah se réveilla de bonne humeur ce matin-là au chant du canari et dans la douceur familiale. Qui plus est, il allait retrouver son ami Victor devant le cinéma pour lui annoncer une bonne nouvelle. Tout fier d'étrenner ses nouvelles bottines italiennes achetées la veille et qui faisaient "scrouitchi scrouitchi" à chacun de ses pas. Comme d'habitude, Victor attend son ami qui arrive en retard. Aussitôt, ce dernier lui apprend la grande nouvelle: il est invité par un certain Hofman qui, intéressé par son piano, souhaite le rencontrer à Vienne. Victor, aussitôt, s'invite au voyage. Les deux amis vont ainsi faire un beau voyage et visiter Paris...
Beyrouth, 2004. À 23 ans, Zeina a quitté la ville, sur la pointe des pieds, pour rejoindre Paris. Sans avoir jamais quitté le Liban qu'elle retrouve régulièrement. Élevée à travers les deux langues, l'arabe et le français, elle est encore aujourd'hui tiraillée entre ces deux pays et ces deux cultures...
Zeina Abichared nous emmène au Liban en nous racontant sa propre histoire et celle de son arrière grand-père, musicien. Ainsi, l'on voyage des années 60 à nos jours, sans toutefois mentionner la guerre. Elle évoque avec tendresse son aïeul, l'inventeur du piano oriental, personnage haut en couleur, drôle et attachant. Elle évoque également son amour pour son pays natal et la France, pour ces deux cultures si différentes et qui, à ses yeux, se complètent parfaitement. à qui elle rend, finalement, un bel hommage. La musique, quant à elle, est omniprésente et habite complètement cet album, l'auteur usant et abusant d'onomatopées. Cette lecture musicale est accompagnée d'un dessin et d'une mise en page parfaitement maîtrisés et originaux. de la petite vignette aux pleines pages, de la page muette à la page musicale, une multitude de détails et une bichromie profonde. Un récit oriental d'une grande finesse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Under_the_Moon
  23 décembre 2015
Avant de donner mon avis, je tiens à adresser un immense merci aux éditions Casterman et à Babelio pour leur confiance pour cette opération Masse critique BD.
Pour ma part, c'est le troisième ouvrage de Zeina Abirached que je lis. Et c'est avec un plaisir délectable que j'ai retrouvé ses graphismes en noirs et blancs, qui rappellent ceux de Marjane Satrapi, mais avec des fonds et des détails plus travaillés - tout particulièrement dans cette histoire.
Dans le piano oriental, Zeina Abirached s'est inspiré de l'histoire de deux personnes, dont une de sa famille. Mais l'auteur y ajoute des épisodes de sa vie à elle, entre jeunesse et âge adulte, France et Liban, français et arabe.
D'une "simple" histoire d'un passionné de musique, l'auteur a finalement réussi à nous livrer une magnifique réflexion sur les langues et cultures françaises et arabes : la façon dont elle se complètent, s'emboitent ou ne se comprennent pas.
Zeina Abirached rend ici un hommage vibrant aux langues et aux bruits : en plus de la multitude de conversation qui se croisent (élément tout à fait lambda de toute famille de culture arabe - ce qui inclut donc les musulmans, juifs et chrétiens), de nombreuses onomatopées s'invitent tout au long du récit créant ainsi une formidable polyphonie.
Et puisqu'il s'agit d'un hommage aux langues françaises et arabes, on voit que la linguistique des deux langues vient magnifier ce bruit, lui donner une saveur. Tout comme l'influence de l'arabe et sa poétique magnifie le français.
Un vrai bijou pour les yeux, les oreilles et la bouche : comme un poème arabe illustré... et en français !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
viou1108
  23 décembre 2015
Beyrouth, Liban. Ces deux noms propres m'évoquent inévitablement la guerre civile qui a ravagé le pays entre 1975 et 1990, et qui croule aujourd'hui sous l'afflux des réfugiés syriens. Ce petit état, placé sous mandat français entre les deux guerres mondiales, a connu son lot de carnages. Mais aujourd'hui, 23 décembre, avant-veille de Noël, il ne sera pas question de guerre dans cette chronique, au contraire.
Inspiré de la vie d'Abdallah Chahine, « Le piano oriental » (qu'on l'appelle BD ou roman graphique) raconte l'histoire – achevée – d'une tentative de conciliation à l'intérieur d'un seul instrument et, entrelacée à la première, l'histoire – toujours en cours – d'une réconciliation avec soi-même.
Je m'explique. La première histoire commence dans les années 1950, à Beyrouth donc, lorsque le pianiste Abdallah Kamanja cherche désespérément le moyen de jouer la musique orientale (dont les notes se subdivisent en quarts de ton) sur un piano occidental traditionnel (qui ne connaît que les demi-tons), le tout sans modifier l'aspect extérieur de l'instrument ni son clavier. Après s'être creusé la tête pendant des années, Kamanja toucha au but, parvenant à faire jouer des quarts de ton à son piano. Son invention intéressa aussitôt le facteur d'orgue viennois Frederick Hoffmann, prêt à se lancer dans la fabrication à grande échelle du piano oriental. Le rêve de Kamanja de jouer ces deux musiques en même temps sur le même instrument allait se réaliser...
La deuxième histoire est celle de l'auteure, Zeina, jeune femme née à Beyrouth au début des années 1980, dans un milieu très francophile. Elle grandit dans les deux langues, le français et l'arabe, puis part à Paris en 2004, tout en continuant à revenir régulièrement au Liban. Tiraillée entre ses deux pays, ses deux langues, ses deux cultures, elle se cherche une identité, une nationalité. Pas évident quand on s'est sentie étrangère dans son propre pays, quand la langue arabe a été, à un moment, « la langue de la violence du monde dans lequel nous vivions, la langue des miliciens, des barrages armés (...), la langue des mauvaises nouvelles, celle qu'on a envie d'oublier ».
Tranche d'histoire d'un pays du Proche-Orient fortement imprégné de culture française, « le piano oriental » est un double récit plein de charme, d'humour et de tendresse, rendu sonore et virevoltant par les nombreuses onomatopées et le graphisme foisonnant, dessiné en noir et blanc, à gros traits nets, une sorte de ligne claire. Si le récit du parcours de Zeina m'a moins touchée ou intéressée (parce pas assez approfondi à mon goût), celui du piano oriental comme un pont jeté entre deux musiques est presque un conte de Noël...
Joyeux Noël à tous !
Lien : http://www.voyagesaufildespa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Foxfire
  13 avril 2021
Lorsque je suis tombée sur cette B.D à la bibliothèque je me suis souvenue avoir lu de bons avis sur babelio à son sujet et je me suis laissée tenter. J'ai passé un très bon moment avec cette B.D.
J'ai aimé la façon dont l'auteure a traité son sujet. Elle a beau aborder des thèmes pas forcément évidents, parfois douloureux, comme le déracinement et l'identité, elle le fait avec une légèreté constante. Elle ne verse jamais dans le pathos. Au contraire, le récit est très amusant, très pétillant. A ce ton léger s'ajoute une atmosphère nostalgique très douce qui donne à l'ensemble un côté très poétique.
Le dessin vient renforcer cette atmosphère. le fond et la forme se marient parfaitement. J'ai beaucoup aimé le style de l'auteure. A la fois très simple et fourmillant de détails, c'est toujours d'une lisibilité parfaite. La mise en scène est originale tout en paraissant naturelle, il y a comme une musicalité dans la mise en images du récit, ce qui colle parfaitement à l'histoire racontée.
« le piano oriental » est une très jolie B.D qui procure une sensation de douceur et fait voyager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
jamiK
  17 mars 2018
Le dessin est en noir et blanc, avec des traits épais et beaucoup d'ornementation qui donnent un aspect oriental, et ces ornementations intègrent souvent des signes musicaux, portées, notes… C'est l'histoire d'un homme de Beyrouth, musicien, qui a modifié un piano en y ajoutant un système permettant de jouer les quarts de tons pour permettre l'interprétation de la musique orientale. C'est sa petite fille qui raconte cette histoire, avec beaucoup de tendresse, avec l'ambiance du Beyrouth d'avant la guerre, une ville au bord de la Méditerranée qui vit au rythme de l'insouciance. le rythme est reposant, le ton utilise des sujets légers, la façon de ranger les chemises dans une valise ou de resquiller au bureau avec un chapeau... pour parvenir à invoquer des sujet plus lourds, le déracinement, la langue, la famille, l'amitié… C'est traité de façon poétique, sans gravité, un peu nostalgique, une lecture calme et reposante, parlant de choses légères qui laissent planer en arrière plan des thèmes plus tragiques, le déracinement, la guerre, la fin de l'innocence, le paradis perdu...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221


critiques presse (6)
ActuaBD   22 septembre 2015
Un autoportrait d’une subtile élégance qui fait joliment le chemin entre Beyrouth et Paris.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   18 septembre 2015
Plus proche dans sa forme de la musique contemporaine que d'une sonate de Chopin, Le piano oriental sonne néanmoins juste et devrait séduire les bédéphiles mélomanes.
Lire la critique sur le site : BDGest
Bedeo   14 septembre 2015
Le Piano oriental va au-delà de la musique, de Beyrouth, Vienne ou Paris. Il illustre ce que l’humanité a de plus beau (...) en la magnifiant, cette fraternité insoupçonnée entre les cultures.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BoDoi   03 septembre 2015
Certains penseront encore, en la lisant, à Marjane Satrapi. D’autres oublieront cette référence, emportés par son usage fluide du noir et blanc, ses motifs vertigineux, son inventivité graphique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Auracan   25 août 2015
Assurément une belle réussite qui devrait ravir bon nombre de lecteurs.
Lire la critique sur le site : Auracan
LeMonde   15 juillet 2015
Ouvrage au dessin foisonnant de signes et de symboles, lui aussi à la croisée des cultures.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   21 décembre 2015
S'il existait un métronome pour le cœur des hommes, il aurait indiqué qu'Abdallah était tout allegro, avec de soudaines pointes presto...
Et cela ne facilitait pas la vie à Victor qui affichait, lui, l'imperturbable adagio
des personnes habituées aux voyages.
Victor Challita était le premier grand copain d'Abdallah.
Autant dire que ça faisait un bail qu'ils s'accordaient.
Commenter  J’apprécie          100
Under_the_MoonUnder_the_Moon   21 décembre 2015
Je me suis rendu compte que le français
et l'arabe sont intimement liés en moi
inextricables, le français
et l'arabe sont ma langue.
Je tricote depuis l'enfance une langue faite de deux fils fragiles et précieux.
Il y a deux jeux de mikados renversés en vrac dans ma tête.
C'est l'ADN de ma langue maternelle.
Commenter  J’apprécie          90
Under_the_MoonUnder_the_Moon   22 décembre 2015
Ernest, qui était bien trop timide pour regarder les clientes,
soulignait des passages entiers de texte... Et son crayon bien taillé faisait un joli bruit sur le papier un peu grêlé de ses livres en français dont il découpait une à une les pages avec le coupe-papier [...].
Il aurait voulu plonger dans ses livres
être traversé par leurs lettres.
Commenter  J’apprécie          80
marina53marina53   01 avril 2016
Avoir l'accent, enfin, c'est, chaque fois qu'on cause, parler de son pays en parlant d'autre chose...
Commenter  J’apprécie          300
NievaNieva   11 avril 2016
Pendant ces dix années, s'il n'était ni à la compagnie des chemins de fer, ni à son atelier, Abdallah Kamanja était à l'autre bout de la ville, dans une salle de concert ou une église, dans un couvent ou un théâtre, en train d'accorder un piano. Il n'y avait pas un piano dans cette ville qui eût de secret pour lui. Avec le temps s'était dessinée en lui une cartographie intime de la ville ponctuée par l'emplacement de "ses" pianos. Il les connaissait tous par cœur et du bout des doigts. Le piano du théâtre Monnot. Celui de Claudine Roukoz avec ses touches en ivoire jauni orné de deux bougies dont la cire coulait sur le bois noir. Celui du théâtre Al-Madina. Celui du conservatoire national. Le crapaud de Maryvonne Samboussik sur lequel son fils, Tarek, massacrait de temps en temps "La Lettre à Élise". Le piano à queue de la salle de concert de l'université américaine. Le piano de Varouj dont les touches étaient marquées à jamais de la cicatrice des cigarillos qu'il posait sur son clavier. Il avait une tendresse particulière pour le vieux Steinway des sœurs capucines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Zeina Abirached (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Zeina Abirached
La dessinatrice Zeina Abirached, accompagnée par le pianiste Stéphane Tsapis, propose un concert dessiné en mots et en images. Zeina Abirached y raconte le destin de son grand-père pianiste, compositeur et inventeur d'un instrument de musique unique au monde, le piano oriental.
Pour aller plus loin : https://www.bnf.fr/fr/agenda/le-piano-oriental-une-lecture-dessinee-en-musique
Pour suivre l'artiste Zeina Abirached : Instagram : https://www.instagram.com/zeinaabirached/ facebook : https://www.facebook.com/zeinabirached book : https://zeinaabirached.ultra-book.com/
Pour suivre le pianiste et compositeur Stéphane Tsapis : Facebook : https://www.facebook.com/stephtsapis Instagram : https://www.instagram.com/stephanetsapis Abonnez-vous : https://youtube.com/c/StephaneTsapis Site web : http://www.stephanetsapis.com
+ Lire la suite
autres livres classés : libanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
619 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre

.. ..