AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848591587
Éditeur : Zinedi (16/03/2017)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Utilisant le fil rouge de la guerre, l’auteure explore le thème « être vivante », le déclinant autour du combat de trois femmes avant, pendant, et après.
L’histoire s’inscrit dans un contexte africain, mais dans un pays imaginaire, le Diamonda, souhaitant ainsi marquer l’aspect universel de cette thématique. Le lecteur ne manquera pas de faire le rapprochement avec nombre d’événements actuels ou récents.
Trois jeunes femmes sont contraintes de renonc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  23 juin 2017
Trois femmes africaines, Émeraude, Flora et Fatima, vont nous conter chacune leur destin, dans un chapitre différent. Elles sont très éprouvées par leur vie actuelle au milieu de la guerre qui ravage leur pays.
Si on les appelle « des survivantes », elles préfèrent le terme de « vivantes » car elles refusent de baisser les bras et affrontent les pires difficultés imaginables.
Leurs vies sont différentes, certes, mais leurs destins sont liés car dans le « Diamonda » - pays Africain imaginaire – elles se voient obligées d'abandonner le monde qu'elles ont connu.
Elles découvrent ainsi la difficulté d'être une femme pendant que le monde se dirige inexorablement vers la violence. Mais comme elles refusent de se laisser abattre malgré les terribles épreuves traversées, elles ont en commun « L'ESPOIR », le désir de vivre alors que, justement, elles subissent de multiples sévices.
Avec leur farouche volonté elles parviennent toujours à relever la tête et à continuer de lutter.
Si ce livre « Et je suis restée debout, vivante » d'Évelyne Abondio est petit, il s'en dégage une très grande force.
En lisant les différents récits de chacune des héroïnes, on a l'impression de les entendre parler. Elles nous font aussi un peu découvrir l'Afrique, mais on reste aussi, bien dépaysés au fur et à mesure de la lecture ainsi que de plus en plus proches d'elles et de leurs souffrances.
L'auteure, franco-ivoirienne, juriste de formation, dit qu'elle a été « happée » par le monde des livres dès son plus jeune âge et que c'est « la tête dans les étoiles » qu'elle s'est laissée guider par sa mère.
C'est un beau roman, c'est une belle histoire (je n'irai pas citer une chanson qui nous vient à l'esprit), tragique car l'auteure utilise le fil de la guerre pour décrire ces trois destins.
Depuis longtemps les femmes ont mené un dur combat pour revendiquer leur place et leurs droits (mais pas partout malheureusement).
Évelyne Abondio est arrivée, avec une écriture simple et captivante à nous offrir cet ouvrage bouleversant et n'oublions pas que, de par le monde, d'autres femmes luttent de leurs côtés, alors que nous sommes au XXIème siècle.
Croyez-moi, on ne sort pas indemne de ce récit que l'on peut pas lâcher avant d'arriver à la dernière page.
Et c'est justement là, que se trouve la conclusion : c'est Fatima qui la clame : « Et je suis restée debout. Vivante » (page 153).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
tchouk-tchouk-nougat
  23 mai 2017
Evelyne Abondio va nous raconter un morceau de vie de quatre femmes africaines qui ont vu leur destin changer de cap. Alors que leur pays est en proie à la guerre civile, Emeraude, Fatima, Flora et Jamina vont s'apercevoir qu'elles doivent prendre leur vie en main. Qu'elles peuvent décider et agir pour elles-mêmes mais aussi pour les autres.
C'est un beau récit qui nous relate ce bref instant où la vie bascule, où le destin prend un virage inattendu. Dans la souffrance ou dans la joie, avec leurs fragilités et leurs forces ces femmes se révèlent à elles-mêmes dans un monde violent.
L'écriture est simple et puissante à la fois. Riche en émotion, elle sait parfaitement nous transporter dans les hésitations, remises en question et décisions de ces femmes hors du commun et pourtant pas si éloignées que ça.
J'ai trouvé dommage la brièveté de ce petit bouquin, qui ne peut nous montrer que cette minuscule tranche de vie où tout bascule. On aurait aimé suivre un peu plus le chemin de ces quatre femmes, les voir mener le combat qu'elles ont décidé. C'est trop bref et on est un peu frustré d'en savoir si peu finalement même si je comprends bien que l'accent voulait être mis sur ces moments où tout change.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
dazboness
  29 mars 2017
Un livre que je n'ai pu lâcher avant sa conclusion, d'une grande sobriété d'écriture, au propos aussi émouvant qu'efficace. Sans volonté autre que de transmettre une soif de vivre, et de vivre dans un monde apaisé.
Vivantes oui, c'est bel et bien le mot qui résume ce que sont les femmes dont nous suivons le récit. Pas juste des survivantes comme on serait tenté de les qualifier, mais bel et bien des « vivantes » : des femmes dont les épreuves et la volonté ont forgé le caractère sans assécher leurs âmes ; des femmes dont la vision du monde tel qu'il est et peut devenir est fondateur d'un véritable espoir. Des femmes comme il en existe tant de par le monde et dont on ne voit que trop peu l'influence.
L'auteure nous fait accompagner ces femmes à travers des rencontres essentielles, et les horreurs auxquelles elles font face. Pourtant, jamais ne seront utilisés des descriptions inutilement sordides ou des grandiloquences pompeuses : simplement une justesse des mots, une pudeur des personnages et une compréhension naturelle partagée entre ces femmes, l'auteure et le lecteur.
Les personnages principaux sont justes et touchants, mais les autres personnages satellites ne sont pas en reste et j'ai une tendresse particulière pour Moo dès sa première apparition pour ne citer qu'elle.
Une lecture humaine et humaniste qui a résonné dans mon âme bien plus que de nombreux ouvrages bien pensants que j'ai pu lire. Parce que le propos est simplement celui d'une femme racontant la vie de femmes nous racontant la vie.
Le fait que je sois un lecteur et non une lectrice change-t-il quoi que ce soit à mon appréciation ?
Je ne crois pas car si les femmes sont le roman, les hommes aussi y montrent une évolution face aux rencontres et au malheur.
Et si je suis né homme en France il aurait pourtant suffi de si peu de choses pour que je naisse femme dans un pays semblable à celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Marieemmy
  24 avril 2018
Ce roman se déroule sur le continent africain, dans un pays imaginaire (Diamonda) où règne une guerre civile et l'on suit le parcours de 3 femmes en guerre contre elles-même et leur avenir.
Émeraude décide de se libérer du joug marital en quittant son mari avec leurs filles.; Flora, étudiante qui fui sa ville abandonnée par les siens et qui va, sur son chemin d'exode, rencontrer Jérémia et les siens ainsi que Môo et Mme Toura. Et enfin, Fatima, la plus jeune, étudiante propulsée dans un monde d'adultes avant l'âge qui va tout faire pour prouver l'innocence de son oncle qui l'a recueilli.
C'est une ode au féminisme vu qu'il n'y a que des héroïnes féminines (pour 1 fois, c'est assez rare pour être souligné!) qui se battent contre la domination masculine, contre les affres de cette guerre afin de faire vaincre la Liberté Les evenements vont leur faire prendre conscience que l'essentiel réside dans leur conscience et leur coeur.
J'ai vu dans ce roman l'expression de la difficulté d' être une femme dans une situation de violence, mais aussi des d'horizons d'espoirs, de beautés, de libération et du pouvoir appartenant à chaque femme qui décide de se battre pour la liberté, et pour elle même et ce envers et contre tout.
Dès les premiers chapitres, je me suis attachée à ces femmes-guerrières, à la sincérité de l'auteure qui transparait dans ses mots, à cette lutte. Je me suis sentie marchant à côté de ces femmes, les soutenant à conquérir leur nouvel avenir plus serein, plus respectueux et la paix.
Je remercie les Editions Zinedi et Evelyne ABONDIO pour la découverte de ce roman coup de poing, fort et d'espérer être moi aussi une Vivante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
KateMoore
  04 juin 2017
Je voulais d'abord remercier Babelio pour sa Masse Critique et les Editions Zinedi de m'avoir permis de lire ce roman d'Evelyne ABONDIO.
L'histoire est celle de trois jeunes femmes contraintes de renoncer au monde tel qu'elles l'ont toujours connu.
D'abord, Émeraude, institutrice, qui s'éteint à petit feu dans un mariage malheureux. Puis, Flora, élève ingénieur agronome en pleine crise existentielle. Et enfin, Fatima, étudiante en droit qui tente de donner un sens à sa vie.
Le virage que prend leurs destins est l'occasion, pour ces femmes intelligentes, sensibles et généreuses, de faire le point sur leurs rêves, leurs ambitions...
Les épreuves traversées les forcent à se débarrasser du superflu et à arriver à percevoir que l'essentiel se trouve au coeur de leur conscience.
En cela, elles sont aidées par des personnages secondaires hauts en couleur, des passeuses de vérité : une politicienne militante de la paix, une déesse de la mer aux allures de patronne de bar, une assistante sociale en fuite, une infirmière à la retraite prête à sacrifier sa vie, une avocate intrépide…
L'histoire se passe en Afrique, dans un pays imaginaire, appelé le Diamonda. Evelyne ABONDIO souhaite, ainsi, montrer l'aspect universel de ces problématiques.
Ce roman démontre la difficulté à devenir, et à être une femme, lorsque la marche du monde dérape vers la violence. Et pourtant, au delà de l'Afrique, même dans nos pays civilisés, les femmes doivent se battre sans cesse pour garder leurs acquis et pour conquérir d'autres droits.
Comme le disait Simone de Beauvoir, en 1949, dans son essai, "Le deuxième sexe" : "On ne naît pas femme, on le devient."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   24 juin 2017
Mais un jour, nos dirigeants arrêteront de nous prendre pour des Boukis l’hyène, ou des moutons de Panurge si on préfère. Ils nous proposeront un programme politique autre que Chasser celui qui est au pouvoir ou Rester le plus longtemps possible. L’État signifiera autre chose que le train de vie luxueux des proches du pouvoir. Les gens pourront aller et venir sans crainte, vaquer à leurs occupations, imaginer leur vie. Espérer.
Un jour… Il est encore permis de rêver, que je sache. P.69
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
nadiouchkanadiouchka   01 décembre 2017
Dans mon cœur, je les appelais « les Vivantes », celles qui se battent pour la vie. Elles avaient récemment annoncé à la télévision qu’elles cherchaient des volontaires pour aller parler de paix et de réconciliation un peu partout dans le pays.
P.112
Commenter  J’apprécie          180
nadiouchkanadiouchka   12 octobre 2018
On ne change pas les taches d’un léopard, aurait ronchonné ma grand-mère, sentencieuse.
P.15
Commenter  J’apprécie          242
ChezLoChezLo   27 mars 2017
La guerre a donné un coup d'arrêt au progrès - au lieu d'avancer, nous reculons ! -, on nous dit que c'est temporaire. Des élections présidentielles sont même prévues prochainement ! En attendant, tout le monde est fébrile. Normalement, nous devrions être heureux de pouvoir prendre en charge notre destin pour une fois qu'on nous demande notre avis ! Mais il règne une drôle d'atmosphère ici. La confiance a définitivement foutu le camp de ce pays. Et ce qui nous lie à présent, c'est la peur.

Les gens ont beau vociférer leur désarroi dans les seules institutions qui leur consacrent du temps, les églises, temples et mosquées, on dirait que même le noble et le sacré restent sourds, aveugles et muets. Jour après jour, l'horizon s'étire, famélique, déprimé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GangoueusGangoueus   15 octobre 2017
En réalité, bien souvent, il nous alourdit, nous les femmes, car, par sensibilité, culpabilité, ou manque d'imagination, nous passons beaucoup de temps à le rafistoler, encore et encore, au fil des accidents de parcours, avec du ruban adhésif ou du sparadrap, tout dépend du degré d'importance des accidents. En tout cas, au début, la femme est toujours volontaire pour que ça marche. Elle a tellement envie de vivre son rêve qu'elle porte le poids de la chimère sur ses épaules, y compris son homme, qui la guide pour avancer en lui donnant des coups de pieds nerveux, tel un cavalier sur sa monture. C'est assez impressionnant de voir à quel point une femme peut courir vite et loin avec cette étrange charge, malgré son attirail de séduction, talons hauts périlleux, boubous, chatoyants ou robes moulantes, maquillage dernier cri, coiffure internationale de haute technologie ! [...] Je ne juge pas mes soeurs, soyons clairs. Un jour, peut-être qu'un homme m'attirera moi aussi et que je me mettrai en position sur les starting-blocks pour une course à talons à aiguilles à la chasse de l'homme trophée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : femmesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1746 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre