AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2864248778
Éditeur : Métailié (23/08/2012)

Note moyenne : 2.58/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Née en Voïvodine (alors yougoslave, aujourd'hui en Serbie), Ildiko, double de l'auteur, a d'abord été élevée en hongrois par sa grand-mère. A six ans, elle rejoint ses parents en Suisse. Deux patries, deux langues, deux libertés.
Ildiko raconte alternativement des histoires d'émigration et des anecdotes de Voïvodine : la Mercedes embourbée sur les routes défoncées de l'ex-Yougoslavie, le quotidien dans le restaurant de ses parents en Suisse où elle donne un c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
joedi
  20 octobre 2012
Ildiko, double de l'auteur, est née en VoÏvodine (ex Yougoslavie aujourd'hui Serbie) ainsi que sa cadette Nomi. Elles sont élevées par leur grand-mère qu'elles appellent Mamika. A l'âge de six ans, Ildiko et sa soeur Nomi vont rejoindre leurs parents émigrés en Suisse Allemande. Ildiko est la narratrice de ce roman qui a une large connotation autobiographique. Ildiko raconte sa vie familiale dans le restaurant de ses parents en compagnie de sa soeur Nomi. Elles deviennent des jeunes filles aux mentalités de vraies suisses que leurs parents ne comprennent pas toujours. Malgré son intégration réussie, Ildiko ressentira toujours la nostalgie de sa Mamika ; sans l'avouer, elle reproche à ses parents de l'avoir « enlevée » à l'affection de sa grand-mère.
Ildiko, narratrice, alterne les faits présents avec des séjours antérieurs dans son pays natal.
La critique de ce roman qui vante sa grande virtuosité stylistique s'adresse, je pense, à sa version originale en langue allemande, Pigeon vole ayant été primé du Buchpreiss de Francfort en 2010.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jostein
  15 octobre 2012
Pigeon, vole est avant tout une histoire de famille, celle de Rozsa et Miklos Kocsis. Les parents quittent la région de la Voïvodine située au nord de la Yougoslavie (ou au sud de la Hongrie) pour tenter leur chance en Suisse. Après plusieurs emplois, des années de galère, ils font venir leurs filles, Idliko, la narratrice et Nomi qui étaient dans un premier temps restées avec leur grand-mère Mamika.
" Allons Rozsa, ce qu'on voulait, c'est que les enfants aient une meilleure vie que nous."
Mais le statut d'immigré est difficile, il faut s'intégrer, passer le concours de naturalisation et être accepté par la municipalité.
"ici, nous n'avons pas encore un destin digne d'un être humain, nous devons le conquérir à force de travail."
La famille réunie s'investit dans la gérance d'un café. Là se mêlent les serveurs de différentes parties des Balkans et des clients suisses. Idliko et Nomi sont maintenant de toutes jeunes femmes, elles vivent leurs expériences dans ce nouveau pays. Si Nomi est plus sociable, naturelle, Idliko perçoit davantage la difficulté de vivre l'exil. Elle pense à sa famille restée au pays en état de guerre, à ses cousins enrôlés d'office dans l'armée yougoslave, à ses tantes et oncles qui connaissent la faim. Et elle s'éprend d'un jeune serbe, Dalibor très marqué par son exil lui aussi.
La lecture est complexe car l'auteur entremêle les paragraphes sur la vie en Suisse et les souvenirs des retours au pays pour des évènements familiaux. Chaque fois, Mamika fait découvrir aux deux filles, des épisodes de la vie de leur père, de leur grand-père. C'est une occasion pour l'auteur de décrire l'histoire du pays depuis la seconde guerre mondiale avec la période fasciste puis la période communiste et la guerre des Balkans.
Mamika joue un rôle important de transmission de la mémoire et après son décès, Idliko en parle en utilisant le "vous" qui est à la fois une marque de respect mais aussi peut-être une intention de reproche dans le fait que c'est Mamika qui les a amenées en Suisse pour rejoindre les parents.
Le style de l'auteur n'est pas forcément très fluide puisqu'elle mélange parfois dans la même phrase le déroulé des gestes et les pensées ou paroles des personnages. Se mêlent aussi les mots étrangers.
Mais l'ensemble donne une vision très pertinente sur la douleur de l'exil et les difficultés d'intégration. Si l'histoire de famille prime sur la grande histoire, l'auteur dresse tout de même un aperçu très intéressant et enrichissant de ce pays éclaté.
La narratrice, Idliko est un jeune fille tiraillée entre l'amour pour son pays, ses souvenirs de famille et sa nouvelle vie en Suisse où elle découvre ses premiers émois. C'est une jeune fille sensible, qui sait nous conter les épisodes comiques comme les périodes de doute.
L'auteur confie ainsi sa propre expérience, sans exagérer les informations politiques mais en contant une histoire de famille, de sa propre famille dans un rythme personnel et particulier.
Lien : http://surlaroutedejostein.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
kathel
  22 octobre 2012
Je suis bien ennuyée… Ce roman avait tout pour me convenir : une histoire de famille, le thème de l'exil et de la difficile adaptation à un pays étranger, l'histoire des pays de l'est en arrière-plan. Un premier roman de surcroît et cela m'ennuie vraiment de déclarer forfait à la moitié du livre, mais je n'arrive pas à m'y intéresser et je me sens complètement inapte à apprécier le style bien particulier de l'auteur.
Idilko et sa soeur Nomi, alors adolescentes, font route pour retrouver le temps d'un été leur Mamika dans l'ex-Yougoslavie où elle est restée. Les deux jeunes filles vivent en Suisse où leurs parents ont réussi à reprendre un restaurant. Les jeunes filles grandissent ou rajeunissent, les époques s'emmêlent un peu, mais les instantanés de vie de famille sont sympathiques, à défaut d'être totalement attachants. J'ai partagé avec plaisir quelques moments, un mariage, une retour dans une maison d'enfance, l'ouverture d'un restaurant, avant de me rendre compte que j'attendais autre chose, qui n'arrivait pas.
De plus, le style très particulier me freinait constamment, à croire qu'il fallait que je gagne cette lecture à la sueur de mon front ! Sans doute ne suis-je pas assez disponible actuellement pour mériter de m'y trouver à l'aise. Les phrases sont très très longues, avec des qui et des que à n'en plus finir. Les dialogues sont de plus intégrés sans cérémonie, ni ponctuation, dans la narration, et je trouve ce procédé original mais pas indispensable. Moi qui adore les écritures sobres, je n'étais pas à la fête. Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un problème de traduction, je crois que la version française tente de rendre au mieux la version suisse-allemande. Malheureusement, cela m'a fait arrêter plusieurs fois en cours de lecture pour attaquer d'autres livres un peu plus fluides, et je n'ai pas réussi à éprouver autre chose qu'un certain ennui en le reprenant. Je suis désolée pour l'éditeur et Babelio qui m'ont fait parvenir ce roman pour Masse critique.
Lien : http://lettresexpres.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Lisbei13
  08 novembre 2012
Ildi et Nomi sont deux soeurs qui vivent en Suisse depuis que leurs parents ont décidés de quitter leur terre natale pour tenter leur chance dans un nouveau pays, la Suisse ... pays qui ne plaisante pas avec l'immigration, et le processus qui permettra à Miklos, à sa femme et à ses filles de devenir citoyens suisses sera long et parfois humiliant ... mais payant. Après une dizaine d'années, la famille est réunie en Suisse, et prend la gérance d'un bar-restaurant tout à fait respectable ... le travail est dur et les escapades au pays natal revêtent les atours des jours de fête, de la douceur de vivre et le visage de Mamika, la grand-mère qui a servi un peu de mère aux deux filles pendant les premiers temps de l'immigration des parents, avant qu'ils n'aient le droit de faire venir leurs filles auprès d'eux.
Le récit balance donc entre le temps présent et celui des souvenirs, entre l'Est et l'Ouest, entre le désir d'être totalement fondu dans ce nouveau pays et cette nouvelle culture, et la nostalgie irrépressible de la terre natale. Et puis il y a la guerre qui déchire l'ex-Yougoslavie, le siège de Sarajevo qui agite les consciences de ceux "passés à l'Ouest", les drames qui déchirent les familles dont une partie a quitté le pays, abandonnant les siens derrière elle ...
Tout cela décliné et mélangé dans une langue riche et sensuelle, mais une langue parfois difficile à lire, qui mêle sans cesse les sons et les sentiments, les actes et les rêveries, les scènes et les souvenirs ... (dans des séquences stylistiques souvent longues et qui alourdissent un peu la lecture).
Un roman atypique et parfois dérangeant, et plus encore quand on réalise qu'il ne parle pas de temps reculés, mais bien de notre époque contemporaine, avec nos idéaux et nos préjugés, parfois durement secoués par la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TRIEB
  02 août 2012

Pour paraphraser le titre d'un essai récent, nous pourrions nous demander, à l'issue de la lecture de l'ouvrage de Melinda Nadj Abonji, ce qu'est une intégration réussie pour des immigrés.
C'est d'abord, nous dit l'auteure, encore et toujours une immense souffrance, une déchirure toujours douloureuse .Certes, l'intensité de cette douleur est variable, elle n'en est pas moins une constante : c'est le cas de la famille Kocsis, dont les parents Rosza et Miklos quittent la Voïvodine pour la Suisse alémanique, en compagnie de leurs enfants Ildiko et Nomi.
La province dont ils sont originaires, est une contrée d'expression magyare, rattachée à la République populaire de Yougoslavie, puis à la Serbie, après l'éclatement de la Yougoslavie.
L'auteure décrit ainsi les tests et multiples pièges dont un immigrant candidat à une future citoyenneté suisse doit sortir vainqueur ; tests sur la langue allemande, sur l'histoire suisse , l'observances des règles de propreté , dont ce pays est si fier …Elle dépeint magnifiquement l'angoisse générée par la réponse des autorités du pays d'accueil : « Je n'étais pas depuis longtemps en Suisse, et je me souviens de nombreuses nuits sans sommeil (…) Aujourd'hui encore, j'entends sa voix , suraiguë tant elle était blessée , trois ans , dix mois et douze jours avant qu'enfin arrive l'autorisation d'accès au territoire suisse pour les enfants. »
L'émigration, pour ces gens d'Europe centrale, c'est aussi la suspicion dont ils sont frappés à raison même de leurs origines : « Nous n'avons pas encore un destin digne d'un être humain, nous devons le conquérir à force de travail. »
La famille Kocsis, l'auteure nous le fait découvrir au cours du roman, a été spoliée par le régime communiste dans l'immédiat après-guerre, elle est touchée par l'éclatement de la Yougoslavie, un de ses membres se trouvant enrôlé de force dans l'armée serbe , un autre Papuci , interné dans un camp de travail-il y en avait aussi en Yougoslavie- torturé .Il en fait le récit aux enfants de la famille , puis se mure dans un silence seul capable selon lui de sauvegarder un peu de dignité .
La famille Kocsis est reconnue, intégrée dans la vie suisse , elle possède un restaurant ,Le Mondial, dans lequel des Suisses « de souche », les Mueller, les Pfister, Hungerbuehler, Walter, et autres citoyens respectables ,adoubent , par leurs satisfactions de clients , les Kocsis , ces « Yougos » enfin lavés de tout péché originel ,à l'occasion du vote intervenant pour leur naturalisation : « Que ceux qui sont pour la naturalisation de la famille Kocsis lèvent la main ! Un océan de mains se lève. »
L'histoire, tragique, cruelle, n'est jamais loin dans cet ouvrage, elle est l'arrière-plan de cette odyssée des Kocsis .C'est un beau roman sur les potentialités de résilience d'un être humain d'une collectivité, après des épreuves telles que celles décrites dans l'ouvrage de Melinda Nadj Abonji.
A lire absolument !

Lien : http://www.bretstephan.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
kathelkathel   22 octobre 2012
Tu veux tous nous envoyer dans la tombe, dit l’oncle Moric, qui est venu se camper à côté de papa dès que les musiciens se sont mis à jouer, il est si près qu’il le toucherait presque de son nez couperosé, tu veux nous envoyer à la guerre, siffle l’oncle Moric, hein, ou bien est-ce que ça t’est seulement sorti de la bouche comme ça ? Maman, toujours belle dans sa robe vert pré, semble désemparée et personne ne l’écoute quand elle dit, vous ne pourriez pas remettre cette discussion à un autre jour ? Papa et oncle Moric se crachent des mots à la figure, tu veux nous envoyer à la guerre, n’arrête pas de répéter l’oncle Moric, papa crie arrête donc, voyons, arrête enfin, il souffle des volutes de fumée moqueuses vers le haut de la tente, t’as perdu ton humour, il s’est caché au fond de ton caleçon des dimanches ? Les guirlandes sont devenues des petites bouées colorées qui se balancent sur une mer de fumée et de jurons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
joedijoedi   19 octobre 2012
Papa tempête, après une courte pause, il faut qu'il laisse libre cours à ses jurons, les mots, grossiers, brutaux, sortent de sa bouche comme des poissons agiles, je ne lui ai jamais dit que je n'aime rien tant que d'entendre ses jurons et ses insultes ; ... j'ai la certitude que papa passe à l'artillerie lourde pour que sa langue maternelle ne refroidisse pas, tant que les jurons s'écoulent librement, les mots aimés ne peuvent pas mourir, n'est-ce-pas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
joedijoedi   17 octobre 2012
Les pauvres types, dit ma mère comme devant la télé, mais au lieu de changer de chaîne, nous passons notre chemin, nous poursuivons notre route dans notre boîte réfrigérée qui a coûté une fortune et nous rend si imposants qu'on dirait que la route est à nous, mon père met la radio pour que la musique transforme cette trivialité en un rythme de danse et guérisse en un clin d'oeil le pied bot du réel ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
AifelleAifelle   20 octobre 2012
Mamika, j'essaye de me souvenir comment s'est passée cette arrivée dans notre nouveau chez-nous, le nouvel appartement, le nouveau lit, les nouveaux jouets, avoir des toilettes dans l'appartement, une télé, le téléphone ; ça a fait quel effet, ouvrir la porte et entrer dans un monde complètement étranger, dans un appartement dont le loyer dépassait ce que maman gagnait en un mois ?, que s'est-il passé au fond de moi, de Nomi, quand nous avons découvert la zone asphaltée devant l'immeuble, les plantes décorant les rebords des fenêtres, les balcons, et l'aire de jeux derrière la maison ? Aussi souvent que je cherche à me souvenir du premier jour, des premiers jours en Suisse, je n'y arrive pas, le souvenir se brise à la gare, au moment où nous étions sur le quai, accueillis par maman et papa".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
joedijoedi   18 octobre 2012
Maman et sa soeur, ma tante Icu, qui ont dit à propos du travail manuel que le mouvement des mains doit rappeler le cours tranquille d'un fleuve, qu'on pétrisse une pâte, qu'on fasse des confitures, qu'on brode, reprise, les mains doivent doucement s'échauffer, tout sera réussi, même la plus difficile des pâtes, celle du gâteau roulé.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Melinda Nadj Abonji (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Melinda Nadj Abonji
Payot - Marque Page - Melinda Nadj Abonji - Pigeon, vole
autres livres classés : suisseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
818 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre