AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782075079297
368 pages
Gallimard Jeunesse (14/11/2016)
3.97/5   29 notes
Résumé :
Côte d'Ivoire, fin des années 1970. Aya, dix-neuf ans, vit à Yopougon, un quartier populaire d'Abidjan rebaptisé Yop City, «pour faire comme dans les films américains». Aya a décidé de devenir médecin et d'éviter la fameuse «série C» : Couture, Coiffure et Chasse au mari. Ses amies Bintou et Adjoua, elles, s'y voient déjà et ne pensent qu'à déjouer l'attention paternelle pour passer leurs soirées au Ça va chauffer et leurs nuits à «l'hôtel aux mille étoiles»... Avec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Blandine54
  31 janvier 2017
Ce premier tome intégral regroupe les trois premiers tomes de la série Aya de Yopougon.
En 1978 Aya a dix-neuf ans et vit à Yopougon, un quartier populaire d'Abidjan en Côte d'Ivoire et rêve de devenir médecin. Son quotidien entouré de ses parents et de ses amies Bintou et Adjoua est relaté. Si Aya est particulièrement sérieuse, ses amies cherchent davantage à déjouer la surveillance des parents pour draguer.
C'est frais, coloré, enjoué, instructif, rafraîchissant, dépaysant, on n'a du mal à lâcher !
On s'habitue très vite à consulter le lexique pour comprendre le patois local.
En outre, on y trouve plusieurs recettes de cuisine.
Commenter  J’apprécie          40
beberoots
  08 juin 2017
1978, Aya a dix-neuf ans, vit à Yopougon, un quartier populaire d'Abidjan et aimerai devenir médecin. Accompagnée de ses deux amis Bintou et Adjoua, elle nous raconte son quotidien et celui de sa famille. Leur vie dans ce quartier n'est pas toujours rose, entre les garçons qui ne pensent qu'aux fesses rebondies qui roulent sous leurs yeux, les pères qui veulent marier leur progéniture avec n'importe qui, les homosexuels qui se cachent, les études qui ne sont pas accessibles à tous et surtout pas aux jeunes filles et les bébés qui sortent d'on ne sait où... Une question cependant demeure, l'herbe est-elle vraiment plus verte en France ? 
Marguerite Abouet nous dresse un tableau critique mais tout aussi amusant de son pays natal, bien servi par les dessins de Clément Oubrerie. Cette BD est explosive et enjouée, on fait la fête, la musique à fond et la bière coulant à flot, les sangs sont chauds et les mains baladeuses. Les trois jeunes femmes ne mâchent pas leurs mots et ne se laissent surtout pas marcher sur les pieds, elles se cherchent mais pas question qu'on leur dicte leur conduite ! Toutes les femmes de cette BD m'ont beaucoup fait rire, elles peuvent faire de bons gros câlins comme faire claquer les gifles !
Entre les deux intégrales qui regroupent les six tomes de la série, j'ai préféré le deuxième, j'y ai trouvé des sujets plus profonds. Cette série pose des questions de société encore actuelles aujourd'hui avec beaucoup d'humour et de tendresse. Les dossiers en fin de volume sont tout aussi intéressants, le lexique est utile et Maguerite Abouet apporte des précisions sur la culture ivoirienne. Et les recettes de cuisine, c'est le top !!
Lien : https://lesmotschocolat.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fabbo
  11 février 2020
Nous sommes en 1978, Aya est une jeune ivoirienne de 19 ans et Yopougon, le quartier populaire d'Abidjan où elle habite. Tandis que la plupart de ses amies rêvent de trouver un mari fortuné, Aya veut faire des études et devenir médecin.
Cette histoire a trois niveaux de lecture : de l'universel au singulier, en passant par le particulier. L'universalité, c'est, malgré le dépaysement de l'époque et du lieu, l'histoire de beaucoup de jeunes : le poids des traditions, les combines pour échapper à la vigilance des parents, les premiers émois sexuels. La particularité, c'est la Côte d'Ivoire, avec son français et plus spécifiquement, le parler populaire des jeunes. La singularité, c'est Aya.
Le dessin, le rythme, la galerie de personnages, le côté parfois un peu caricatural, tout concourt à faire de cette BD un incontournable de toute bonne bibliothèque. Un de ces livres que l'on a du mal à poser avant la fin.
Commenter  J’apprécie          00
LecturesdeVoyage
  14 mars 2017
J'ai adoré « Aya de Yopougon », la série de bande dessinées écrite par Marguerite Abouet et illustrée par Clément Oubrerie que j'ai lue en rentrant de Côte d'Ivoire. Yopougon, parfois aussi appelé Yop City, est un grand quartier populaire d'Abidjan, connu pour ses maquis – des restaurants en plein-air où l'on danse en fin de soirée – et son sens de la fête. Aya est une jeune fille de 19 ans. Elle est très belle et attire les regards, mais elle est sérieuse et posée et rêve d'entreprendre des études de médecine. Tout le contraire de ses deux amies, Adjoua et Bintou. Adjoua se retrouve vite enceinte de Mamadou, un beau garçon, mais un bon à rien. Ses copines l'aident à s'occuper du bébé pendant qu'elle travaille à réaliser son rêve d'ouvrir un maquis. Bintou est une vraie « ambianceuse » et n'hésite pas à monter dans les chambres du fabuleux Hôtel Ivoire qui surplombe la lagune d'Abidjan pour y retrouver Grégoire, récemment revenu de France, qui y brûle la chandelle par les deux bouts. Remise et instruite de ses nombreuses déceptions amoureuses, elle ouvrira un business de « conseils en gars » appelé « Dr. Love ».
Je me suis régalé des savoureuses expressions ivoiriennes -expliquées dans un lexique en fin de volume. Les deux premiers tomes de la série ont été portés à l'écran dans un très bon dessin animé. La BD ou le film offrent l'opportunité de découvrir la vie d'un quartier africain loin des clichés habituels, tout en abordant de front mais avec subtilité des questions telles que les mariages forcés, la prolifération des églises « nouvelles » qui ne sont que des pompes-à-fric, le harassement sexuel des femmes à l'université ou la stigmatisation de l'homosexualité.

Lien : http://www.lecturesdevoyage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
5edefidesheros
  24 avril 2020
C'est un super livre de Marguerite Abouet. En 1978, sur la côte d'Ivoire a Youpougon se trouve une fille de 19ans, Aya. Elle a deux bonnes amies: Bintou et Adjoua. le métier de ses rêves est médecin.

Léa palmer 5e3
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   06 février 2019
En 1978, la Côte d'Ivoire, mon beau pays, connut sa première campagne publicitaire télévisée. Elle vantait les mérites de la Solibra, notre bière reconnue dans toute l'Afrique de l'Ouest. Dago, un comédien à la mode, en buvait une gorgée, ce qui lui donnait la force de de passer les bus à vélo.

A chaque diffusion, c'est-à-dire tous les jours à 19 heures, mon père, cadre à la Solibra, réunissait la famille et les amis dans notre salon.

Le voici, Ignace, mon géniteur, fier comme s'il était le patron. Cette belle femme, à côté, c'est ma mère, Gants, assistante de direction chez Singer et guerisseuse à ses heures.

Assise à gauche, Adjoua, une de mes meilleures amies, avec ses parents Hyacinte et Korotoumou. Tout comme Biniou, une grande gazeuse, plus à l'aise sur une piste de danse qu'à l'école, et Koffi, son père.

Mon petit frère Fofana, le célèbre chasseur de margouillats, et Akissi, son ombre, sa sangsue, et sa petite sœur.

Et enfin moi, Aya, 19 ans, consternée qu'on puisse supposer que la bière soit une vitamine.

Nous habitons tous à Youpougon, un quartier populaire d'Abidjan, que nous avions baptisé "Yop City", pour faire comme dans film américain

Les maquis se remplissaient, ça sentait le début des vacances, et c'est alors que les choses commencèrent à se gâter...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   06 février 2019
- Son vilain crâne on dirait coco pourrit. Il est deux heures et il dort encore. Grégoire ! Grégoire ! Tu confonds le jour avec la nuit ou quoi ?

- Hein ? Maman ! Je médites !

- Sur quoi ? Ton prochain départ de chez moi ?

- Eh, maman, chez toi c'est chez moi.

- Va dire ça à tout l'argent que tu as gaspillé à l'Hôtel Ivoire sans moi.

- Maman, c'était pour faire du business.
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   06 février 2019
-Dites moi la vérité, lorsque que vous voyez ce bébé...

Est ce qu'il ressemble à mon fils Moussa ?

-En cherchant bien dans les yeux ... Monsieur Sissoko...
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   06 février 2019
Arrête de m'embrouiller avec ton français !

Tu crois quoi ? que c'est toi seule qui as la cervelle de tout le quartier pour parler gros français compliqué ?
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Marguerite Abouet (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Abouet
Premier souvenir de lecture, le héros ou l'héroïne de leur enfance, le livre qu'ils auraient aimé écrire, sont-ils organisés ou brouillons, plutôt ordinateur ou crayon… 4 minutes en tête à tête avec Marguerite Abouet et Clément Oubrerie.
autres livres classés : côte d'ivoireVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Aya de Yopougon 1

Dans quelle ville se déroule l'action ?

A Abidjan
A Ouagadougou
A Johannesburg
A Bamako

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Aya de Yopougon, tome 1 de Marguerite AbouetCréer un quiz sur ce livre