AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070615438
144 pages
Éditeur : Gallimard (11/10/2007)
4.19/5   447 notes
Résumé :
Comment Ignace expliquera-t-il à sa femme son deuxième bureau et ses nouveaux enfants?
Qui est cette mystérieuse inconnue qu’Albert voit toutes les nuits à l’Hôtel aux mille étoiles ?
Adjoua pourra-t-elle à s’en sortir en vendant des claclos toute la journée ? Mais surtout : qui sera élue Miss Yopougon? Et Aya ! A-t-elle besoin de se mêler de toutes les histoires de Yop City ?
Les réponses à ces questions et à bien d’autres encore dans le troisi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 447 notes
5
10 avis
4
16 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  23 avril 2013
Le grand jour de Miss Yopougon approche à grand pas. Aya s'affaire autour de Félicité, leur bonne, afin que celle-ci puisse prendre confiance en elle. de nombreux problèmes surviennent alors pour toutes ces femmes obligées de faire la queue devant le coiffeur, Innocent, sosie de Mickaël Jackson, ou le tailleur. C'est pendant cette soirée qu'Innocent, travesti en femme, rejoint en pleine nuit Albert, le frère d'Adjoua. Ces derniers n'osent pas avouer leur amour de peur de décevoir leurs familles.
Quant à Aya, depuis l'arrivée surprise de la maîtresse de son papa, Jeanne, et de ses deux enfants qui veulent venir s'installer chez eux, c'est le branle-bas de combat. Sa maman ne veut pas en entendre parler et lui demande de choisir entre elle ou sa maîtresse.
Adjoua, elle, a une idée afin de subvenir aux besoins de son fils: elle voudrait ouvrir un maquis mais l'argent lui manque. Une main généreuse lui viendra-t-elle en aide?
Moussa, lui, profite de l'absence de ses parents, partis à un enterrement, pour se la couler douce chez lui avec son ami Yao.
Bintou, toujours éprise de son parigot, Grégoire, ne supporte plus la vie à Abidjan et voudrait partir avec lui à Paris. Ce dernier étant retourné vivre chez sa maman, supportera-t-elle encore longtemps les allées et venues de ses conquêtes?
Bien des péripéties attendent nos trois héroïnes ainsi que leurs amis dans ce troisième volet. de nombreux personnages, jusqu'ici secondaires, occupent un rôle de plus en plus important et ceci ne fait qu'accroître des évènements et aventures. Ici sont abordés deux sujets tabou en Cote d'Ivoire: l'homosexualité et les mariages arrangés.
Mais l'album reste toujours aussi plaisant à lire et rafraichissant. Les dessins sont à la hauteur des tomes précédents ainsi que la palette de couleur qui vous saute aux yeux.
Avec cette fois, les recettes du soukouya et du poulet braisé façon Adjoua.
Aya de Yopougon... Ijioh! Quelles histoires!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
cuisineetlectures
  26 juillet 2013
Dans ce troisième tome il est question de mariages arrangés dans une société qui fait la part belle aux hommes au comportement assez lâche et paresseux. Ce sont les rapports entre les hommes et les femmes qui sont scrutés heureusement sans dogmatisme ou ton militant mais avec beaucoup d'humour…. Moussa est toujours le souffre-douleur de son père, Grégoire un dragueur invétéré, le vieux Koffi veut prendre une seconde épouse, Bintou veut monter sa petite affaire, mais qui va gagner le concours de Miss Youpougon ?
Et la France fait fantasmer tout le monde...
Le ton reste léger mais l'histoire gagne en moments de gravité…. Et le rythme est toujours aussi trépident !
Commenter  J’apprécie          210
Under_the_Moon
  14 mars 2017
Ca y'est le grand jour est arrivé : on s'apprête à élire Miss Yopougon ! Alors tout le quartier est en liesse.
Et pendant ce temps la vie du quartier continue avec ses personnages de plus en plus intéressants.
Cette galerie de portraits à l'ivoirienne où personne n'est épargné, mais toujours avec humour fut , une fois de plus, une bonne lecture pour moi. Rien d'extraordinaire dans ce tome, c'est vrai, mais ça suffit.
Et l'épisode des femmes qui se rebellent ... !! aïe aïe aïe !!! ces messieurs n'ont qu'à bien se tenir !!
Commenter  J’apprécie          150
kouette_kouette
  14 mai 2015
Le 3e tome de Aya de Youpongon a été pour moi plus distrayant que les deux précédents.
D'abord parce qu'on voit que les femmes sont des battantes et qu'elles retombent sur leurs pattes, mais surtout parce que l'humour est plus grinçant (sur les hommes, les rivalités féminines, les fonctionnaires...).
Et puis, cerise sur le gâteau, il y a ces proverbes africains pleins de charme qui m'étaient complètement inconnus. Petit florilège :
"les fesses ont beau grossir, elles n'étouffent pas l'anus"
"dans la vie chaque cul à son caleçon"
"l'homme c'est comme le lit d'hôpital, il peut recevoir plusieurs maladies"
"les boutons qui sont entre les fesses de ton voisin ne doivent pas te déranger"
"il n'y a que les montagnes qui ne se croisent pas"
Commenter  J’apprécie          120
Ziliz
  22 avril 2012
--- SPOILERS PROBABLES SUR LES TOMES 1 & 2 ---
Le concours de Miss Yopougon occupe fébrilement les jeunes filles et le résultat va bien sûr faire grincer quelques dents. Un vieil ami d'Ignace se verrait bien lui aussi avec une deuxième femme, très jeune, de surcroît - quid de son épouse officielle ? Albert, le frère d'Adjoua, est amoureux, et Bintou s'imagine déjà à Paris aux côtés de Grégoire, lequel passe ses journées à dormir, au grand désespoir de sa mère. La France est un rêve pour beaucoup, c'est la perspective de gagner plus, d'être libre, de vivre mieux, quoi.
Ce troisième épisode est riche en aventures, en surprises, et le suspense est savamment dosé grâce à l'alternance des personnages. le graphisme est toujours aussi charmant, les couleurs sont superbes, et les expressions ivoiriennes nous immergent pleinement dans l'ambiance locale. Les hommes restent tout aussi antipathiques (coureurs, lâches, paresseux pour la plupart) que dans les précédents opus, mais les femmes, dotées de bons sens, de courage, et solidaires entre elles, ne se laissent pas longtemps abuser et finissent par reprendre le dessus.
Un album très agréable, à lire en étant bien concentré tant il s'en passe !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
Lecturejeune   01 mars 2008
Lecture jeune, n°125 - Retour à Yop City, épisode 3. Sur fond d’élection de « miss Yopougon », les démêlés familiaux d’Aya se poursuivent : son père a « un deuxième bureau », entendait une double vie ; son oncle Koffi veut prendre pour seconde épouse Rita, la jeune amie d’Aya… Mais les femmes de ses messieurs s’organisent et ne s’en laissent pas compter, le statut de « chef de famille » est sérieusement mis à mal ! La jeune fille devient également la confidente d’Inno le coiffeur qui évoque sa relation homosexuel avec Albert et son envie de partir à Paris. Aya elle entend poursuivre son objectif, entrer à l’université. Toujours aussi drôle et enlevé, ce troisième tome est aussi plus dense et douloureux. Statut de la femme, homosexualité, départ du pays pour la France… nombre de problèmes se posent à la société de Yopougon, qui devra faire face et évoluer. Bien entendu on espère une suite ! Hélène Sagnet
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   16 mars 2017
Chez nous, si tu choisis de faire des études de psychologue, de psychiatre, de pédopsychiatre ou de tout ce qui va avec des «psy», c'est que tu n'as pas envie de travailler après tes études ou bien tu veux simplement perdre ton temps sur les bancs de l'école à user ton pantalon ou ta jupe. Parce que lorsque tu sors de là avec ton diplôme, tu ne trouves pas de patients. Pour la simple et bonne raison que les africains pensent que si on va voir ce genre de médecins, c'est que l'on a un début de folie. Or la folie pour les Africains est la pire des maladies sur terre, sauf peut-être ne plus manger de kédjénou de poulet, ni de sauce arachide, ni de poisson braisé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
petitsoleilpetitsoleil   08 décembre 2012
- Ignace, vous savez pourquoi je vous ai convoqué ?
- Pour être franc, pas vraiment, patron.
- Bon ... Ignace, vous n'êtes pas dans le travail en ce moment.
- Si patron. Qui vous a dit ça ?
- Votre silhouette, Ignace.
- Vous êtes comme un zombie, il faut vous ressaisir ! Vous êtes un homme, nom de Dieu !
- Ah patron, les problèmes vont me tuer !
- Vous les provoquez aussi, Ignace, non ?
- Patron, vous êtes au courant de ma situation ?
- Comme tous ici, Ignace.
- Mais pourtant, je n'ai jamais rien dit à ...
- Remerciez Gervais, qui m'a tout expliqué.
- Ah ! Jeanne et Gervais complotent dans mon dos, maintenant !
- Calmez-vous Ignace, vous n'êtes pas dans un téléfilm brésilien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PeteplumePeteplume   16 février 2017
— Il fait peur ! Avec une main il peut assommer un bœuf.
— Moussa, les fesses ont beau grossir, elles n'étouffent pas l'anus.
— Ah bon ? Yao, ça fait rire mais ça veut dire quoi ?
— Ton père a beau être gros et fort, il aura toujours un point faible.
— Et je vais le trouver où son point faible ?
— Ah mon ami... réfléchis un peu. Ne me laisse pas faire tout le travail.
— Je veux bien Yao, mais si je savais, là, je ne te demanderais rien.
— Bon... La prunelle de yeux de ton père c'est qui ?
— Euh, la Solibra... son argent... ma mère peut-être ?
— Non, non et non, Moussa
— Après, je ne vois plus, dêh!
— Ah bon ? Et toi alors ?
— Qui ça ? Moi, Moussa?
— Tu es bien le fils de ton père, non ?
— Oui, c'est ce que ma maman dit.
— Alors c'est toi la prunelle de yeux de ton père. Sache-le aujourd'hui.
— Mais alors pourquoi il me traite si mal ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BookaddictBookaddict   24 octobre 2013
- Merci Bonaventure ! grâce à toi, ces funérailles sont très réussies.
- Oui il aurait été fier.
- Je ne crois pas : Il a vécu pauvre, il ne pouvait pas se soigner, et là il a les funérailles d'un ministre.
- J'aurais préféré lui donner cet argent pour ses soins
- Regarde-les Simone, des profiteurs de la mort !
- Ils sont sapés ! ils se croient dans les maquis.
....
- Simone, j'ai l'impression qu'ils laissent mourir les gens intentionnellement pour faire la fête. !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NudaliMMNudaliMM   25 mars 2012
-Son vilain crâne on dirait coco pourri. Il est deux heures, il dort encore.Grégoire! Grégoire! Tu confonds la jour avec la nuit ou quoi?
-Hein? Maman ! Je médite !
-Sur quoi? Ton prochain départ de chez moi?
-Eh, maman. Chez toi c'est chez moi.
-Va dire ça à tout l'argent que tu as gaspillé à l'hôtel ivoire sans moi.
-Maman, c'était pour faire du business.
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Marguerite Abouet (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Abouet
Une web série originale pour s'immerger dans l'univers intime des créatrices et créateurs de littérature jeunesse.
Avec Marguerite Abouet , écrivaine, scénariste et réalisatrice.
La pause Kibookin est une production du Salon du livre et de la presse jeunesse avec le soutien de la Sofia et du Centre Français d'exploitation du droit de Copie.
autres livres classés : côte d'ivoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Aya de Yopougon 1

Dans quelle ville se déroule l'action ?

A Abidjan
A Ouagadougou
A Johannesburg
A Bamako

10 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Aya de Yopougon, tome 1 de Marguerite AbouetCréer un quiz sur ce livre

.. ..