AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Aya de Yopougon - BD tome 6 sur 7
EAN : 9782070695126
120 pages
Gallimard (09/11/2010)
4.26/5   378 notes
Résumé :
À Yopougon, comme à Paris, les histoires se dénouent, les vérités éclatent et chacun va devoir faire face à son destin. À commencer par Aya, qui a toujours un compte à régler avec son prof de biologie, le harceleur. Mais toutes les vérités sont-elles bonnes à dire et les histoires toutes réglées ?
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
4,26

sur 378 notes
5
16 avis
4
18 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis

Ici s'achèvent les mésaventures d'Aya et de ses amies, peut-être un peu trop rapidement et facilement dans certains cas, mais positivement.

J'ai trouvé les dessins de meilleure qualité que les premiers tomes et le scénario également, bref j'ai vraiment aimé ce numéro 6.

C'est un peu comme des amis de longue date que l'on quitte, surtout parce que j'avais commencé à lire la série à sa sortie ce qui fait déjà un certain nombre d'années! Si vous ne connaissez pas, je vous encourage à le lire pour sa fraîcheur, sa langue et ses portraits si vivants. Et gros plus: le lexique (à peine nécessaire quand on arrive au 6ème tome, comme le souligne Marguerite Abouet sous forme de clin d'oeil), les petits points culturels sur la Côte d'Ivoire des années 70 et les recettes ivoiriennes, qu'il serait temps que je teste.

Ciao Aya!

Commenter  J’apprécie          260

Voilà,  avec ce tome 6 s'achève mon voyage avec Aya, sa famille et ses amis.

Belle balade africaine.

Le temps des réconciliations, le temps des aveux, le temps des déclarations d'amour, le temps des accusations.

Adieu Aya la solitaire, la solidaire, la sage, la confidente, l'amie, la fille.

Adieu Mamadou et Adjoua, bon vent à votre famille enfin assumée.

Adieu Gervais et Jeanne qui devrez composer avec les humeurs d'une mère acariâtre.

Adieu Moussa et ses parents enfin fiers de lui.

Adieu Innocent et Sébastien, son colocataire parisien, que les difficultés n'effraient pas.

Adieu Albert qui devra assumer son homosexualité maintenant connue.

Adieu Bintou, Hervé,  Ignace, Fanta, Grégoire et tant d'autres personnages croisés au fil des pages.

Adieu les expressions, les dictons, les dialogues qui ont ajouté du piment à une bande dessinée dans laquelle les auteurs ont su, avec talent, mêler drame et comédie, en traitant des sujets de société,  de nos sociétés, qu'elles soient africaines ou européennes.

(L'homosexualité, les violences faites aux femmes, la polygamie, les sans-papiers, la lutte de chacun pour trouver sa place ou défendre sa différence ).

Dans cette saga, il y a de l'amour, de l'amitié,  du courage, de la peur, de la naïveté, de la joie, des rires et des larmes.

Moi je vous le dis, un voyage à Yopougon s'impose, promis vous allez aimer...

Commenter  J’apprécie          200

Une jolie conclusion pour Aya et les autres habitants de Yopougon. Un tome avec quelques rebondissements surprenants, d'autres plus attendus et des scènes de choc culturel qui interpellent.

Une série de bande dessinée qui m'a permis de faire «des vacances » sympathiques.

Commenter  J’apprécie          220

Innocent est parti à Paris « pour se trouver » et c'est le fil conducteur de ce dernier tome pour tous les personnages. Tous doivent confrontés leurs choix de vie face à leurs parents. Un thème universel abordé comme lors des précédents albums avec beaucoup d'humour.

Jeanne quitte Gervais pour retourner chez son père, sa belle-mère a eu raison de sa patience et de ses nerfs. Il serait temps pour Gervais de s'affirmer devant sa mère acariâtre et égoïste.

Albert s'enlise dans le mensonge et la souffrance en cachant son homosexualité à ses proches et va épouser Isodorine qui manque singulièrement de charme et ne fait rien pour être souriante et glamour. Ce qui n'est pas une raison pour mal se comporter avec elle d'ailleurs.

A Paris, Innocent accompagne Seb au chevet de sa mère hospitalisée... le rapport des deux amis face à la maladie et à la mort est si différent. Et il est temps pour Seb aussi de vivre au grand jour son homosexualité.

Grégoire et Moussa eux sont en prison.

Pour Grégoire s'était la seule façon de sauver sa peau face à la foule qui vient de découvrir son escroquerie. Mais sa pauvre mère qui n'en peut plus d'avoir un fils pareil vient tout de même lui apporter à manger.

Moussa, lui c'est son père qui l'a mis là pour ne plus avoir à le supporter.

Aya veut à tout prix dénoncer le comportement de son professeur de biologie et le jeune homme qui l'avait renversé est venu prendre de ses nouvelles. Il est magistrat et tout à fait charmant par ailleurs…

Les traditions et les préjugés ont la vie dure mais la fin de cette histoire réserve encore bien des rebondissements et des sourires.

Commenter  J’apprécie          141

Et voilà mon voyage à Yopougon est fini..... 6 opus en compagnie de tous ces personnages à la vie truculente, drôle, parfois moins avec le parler toujours aussi imagé et fleuri :

La poule ne se lave pas et cependant son oeuf est blanc. (p64)

J'ai apprécié cette relecture . Elle offre en plus des illustrations soignées, colorées, une immersion dans un village de Côte d'Ivoire avec ses traditions, ses coutumes, mais aussi avec ses trois amies, jeunes, modernes et plus particulièrement avec Aya, une représentation de la jeunesse sous trois angles différents : les études, la fête, les responsabilités. Les relations de couple, la bigamie, les relations parents/enfants sont également traités du point de vue des adultes mais aussi des enfants. le monde bouge, même en Côte d'Ivoire, et les enfants ne sont plus toujours dans le respect des coutumes et les refusent parfois.

Un ton humoristique, gai mais avec un fond de réalité, un voyage bien sympathique en particulier grâce au vocabulaire, aux expressions et situations.


Lien : http://mumudanslebocage.word..
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation

- Isidorine, je ne suis pas l'homme qu'il te faut.

- Ce n'est que le début du commencement, tu n'as rien vu encore, je vais te créer des problèmes ...

- Pardon, Isidorine, pas de scandale, tout le monde peut se tromper.

- Pas dans affaire d'amour. Tu m'as fait perdre mon temps.

- Mais Albert, il se passe quoi ?

- Ton fils me chasse. Il ne veut plus de moi. Quelle honte ! Je me sens salie.

- Maman, j'ai agi avant de réfléchir, je suis désolé.

- Mais Albert, c'est pas comme ça qu'un homme bien doit se comporter.

- Maman, je ne l'aime pas. Isidorine, tu trouveras un homme à ta hauteur ... Adieu !

- Mais alors, Albert, pourquoi tout ce cirque ?

- Dieu te voit ô, toi Albert là ! C'est avec lui tu vas régler tes secrets.

- Viens Isidorine ! Je vais t'accompagner au car. Albert là ne mérite pas ta beauté.

- Mais Adjoua, je vais dire quoi à mes parents, hein ?

- Isidorine, dis-leur que de nos jours, là, avant d'épouser un homme, il faut savoir son horoscope.

Commenter  J’apprécie          40

- Non non Monsieur le policier ! Qu'est-ce que je vous ai fait, hein ?

- Ca fait au moins trois heures qu'on fait la queue !

- Ca ne suffit pas apparemment. Revenez encore plus tôt demain.

- Hé pourquoi moi ? Y a quelqu'un là haut qui ne m'aime pas, dêh !

- Oui, l'administration française, Inno.

Commenter  J’apprécie          90

[ les deux personnages sont à l'hôpital, au chevet de la mère de l'un d'eux qui est très malade ]

- Elle est si pâle et si méconnaissable.

- Seb, est-ce que maladie connaît beauté ?

Commenter  J’apprécie          110

- Ma mère vivante, aucune femme ne restera avec moi, Ignace. Mais merci quand même.

- Voyons, on est tous aimés par nos mères, mais elles ne dirigent pas nos vies, Gervais. Ramène-là au village, sa vie n'est pas ici [dans ton appartement].

- Je ne peux pas.

- Mais elle empoisonne ta vie et ne pense même pas à ta descendance.

(p. 80)

Commenter  J’apprécie          50

- Moussa, tu sais qu'à Paris, la valeur d'un homme ce n'est pas d'être joli, mais c'est d'avoir un peu d'argent, même lorsqu'il est laid !

- Mais, grand frère, c'est que je peux vivre facilement là-bas.

Commenter  J’apprécie          80

Lire un extrait
Videos de Marguerite Abouet (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marguerite Abouet
Animé par Willy Richert avec Nour Bernard.
Désirs de mondes : faire société
Ce qui forme une société, les racines de cette nécessité, ses impératifs, ses limites, ses dérives…
samedi 3 décembre – Avec la participation de l'autrice Marguerite Abouet, et des auteurs Christopher Bouix, Caryl Férey, Guillaume Guéraud.
Et le Club lecture du lycée Hector Berlioz, Vincennes (94) : Nour Bernard, Hadrien Coccoluto-Roussel, Mariama Fofana, Héloïse Maringe, Daphné Msika, Lucie Mustière, Macha Trioulliet, Baptiste Vieillevigne. Un grand merci à la professeure Marielle Gruyelle.
Avec la participation de Cécile Ribault Caillol pour Kibookin.fr
Avec la séquence La Tête dans les images Joanna Concejo, Monsieur Personne, Format
+ Lire la suite
autres livres classés : côte d'ivoireVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Aya de Yopougon 1

Dans quelle ville se déroule l'action ?

A Abidjan
A Ouagadougou
A Johannesburg
A Bamako

10 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : Aya de Yopougon, tome 1 de Marguerite AbouetCréer un quiz sur ce livre