AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264018083
317 pages
10-18 (01/04/1994)
3.59/5   11 notes
Résumé :
La résistance d’un petit clan d’intellectuels dans un pays africain sous la coupe de l’un de leurs amis qui a progressivement pris les habits d’un tyran. Ce petit groupe d’intellectuels revenus de l’étranger après avoir fini leurs études ne comprennent pas que l’un des leurs soit devenu cet animal furieux. Décidés, ils se lancent dans une résistance contre ce régime dictatorial et son tenant. Mais, la tenaille du régime totalitaire se fait de plus en plus menaçante ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
afriqueah
  17 mai 2022
Après son génial « le monde s'effondre », le Nigérian Chinua Achebe saute quelques dizaines d'années pour retranscrire une (une !! ) dictature africaine inventée, n'est-ce pas.
« Son excellence », débonnaire, rappelle qu'il est militaire, voulant, dans l'approbation silencieuse la plus complète, laisser entendre qu'il est juste un homme qui a le pouvoir, mais pas plus que ça. Débonnaire, demandant cependant que ses ordres soient avalés, digérés sans contestation possible et ils le sont.
D'ailleurs, Son Excellence n'a pas le temps, il est en dialogue avec la Reine d'Angleterre ou le président des USA . Des commentaires?
Les requêtes, doléances ou autres pétitions de la région Nord touchée par la sécheresse ( on sait que Chinua Achebe a lutté en faveur du Biafra ) sont, qu'on se le dise, en réalité des racoleurs de passagers des gares routières, revendeurs de drogue et autres criminels.
Ce même débonnaire, pardon, Son Excellence a dans le même temps des doutes quant à la fiabilité de l'Honorable Commissaire à l'Information, qu'il finit par appeler Chris . L' Attorney Général s'empresse, à mots couverts, de rappeler le danger, certes pas certain, mais à prévoir de sa déloyauté. Son Excellence conclut, merci : il est de mes amis. de débonnaire, il devient Machiavel.
Le duo s'élargit, un journaliste, Ikem, assiste aux séances (obligatoires dans certains pays) de mise à mort et en ressort écoeuré, révolté contre le système.
Les trois ont étudié dans le même grand lycée classique de la capitale nigériane, puis en Angleterre dans une université prestigieuse. Celui qui est devenu Son Excellence, Sam, était de loin le plus brillant, comprenant tout avant les autres.
Enfin, vu de plus près, pas vraiment crétin.
Mais ayant une pente à suivre ce que les autres attendent de lui, surtout les Anglais, donc, il a choisi la carrière militaire.
« Pas très intelligent, mais pas méchant ».
Et avant tout, comédien.
On assiste donc, avec des africanismes dans la manière d'appeler « mon frère » un homme que l'on veut détruire, hop, une petite noix de kola ( noix extrêmement amère qui se mâche pendant des heures pour tromper la faim)et le recours aux contes animaliers , sortes de fablesDe La Fontaine tropicales, à l'évaluation à la baisse ou mieux dit à la descente en flèche d'un tyran.
Un clown sans importance.
Histoire universelle de coup d'Etat, mensonges d'Etat lorsque le journaliste révolté a, malgré ses menottes, menacé les policiers, qui l'ont abattu de bonne foi, corruption à tous les étages, le tout raconté dans un mélange de fables et d'ironie.
Réflexion aussi, qui pour moi donne toute sa profondeur aux « termitières de la savane » sur la préférence nostalgique du chauffeur opprimé qui roule en un tacot rafistolé pour le chef qui roule, lui, en Mercedes. Ce respect, « cette insistance de l'opprimé à vouloir que son oppression se fasse en grand style ! », cette acceptation de l'inégalité, doit être revu dans le sens de l'histoire, or c'est malheureusement une faiblesse humaine de tous les temps et de tous les régimes, nous dit Chinua Achebe.
Pourtant l'histoire progresse, dialectiquement. Dit en langage africain : « Tant que les lions n'auront pas leurs propres historiens, l'histoire de la chasse glorifiera toujours le chasseur ».

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          398
jcjc352
  15 décembre 2021
Un pays, un dictateur , un coup d'état et des assassinats politiques de gêneurs : On est en Afrique mais on pourrait être ailleurs car le style d' Achebe n'est pas significatif de l'Afrique
Dans la narration on ne sent pas une africanité comme chez Alain Mabanckou dans  Black Bazar ou une négritude comme chez Ouologuem C'est à peine si on se rend compte avec cette écriture universelle que les personnages sont noirs c'est à dire africains
On a l'impression que c'est une écriture pour des blancs et non pour des noirs et c'est dommage car des coups d'état et des dictateurs il y en a en occident
Une modernité occidentale dans le récit, dans le style, dans les idées, dans les personnages a peine teintés
D'autre part on en reste comme bien des proses occidentale dans le monde d'en haut avec un copinage de lettrés tous sortis du même moule des facultés anglaises, avec pour thème récurrent de la corruption et le du fossé abyssal entre élites et populaces
Un livre de papotage politique des élites qui s'interrogent, hésitent et en fin de compte acceptent à minima cet état des choses
le colonialisme sous-tendu mais dictature bien africaine
Un monde africain bien enraciné dans ses travers notamment la violence brute et perpétuellement au bord du précipice qui toutefois a passé le cap du post- colonialisme mais pas pour le meilleur
Un livre bien trop lisse ce n'est pas ce que le lecteur dont l' européen mais pas que lui, demande. La transposition des problèmes occidentaux en copié-collé vers l'Afrique n'intéresse pas. Il y a certainement une autre façon d'en parler et surtout de mettre en valeur les spécificités africaines, très peu abordées ou de manière indigente, car il y en a et ce sans faire un documentaire. le développement de l'opposition paysanne : un monde en retard sur les populations citadines, des pratiques religieuses mi chrétienne mi animistes, l'exploitation des richesses par des entreprises internationales, l'aménagement du territoire : distribution de l'eau, éducation etc. Achebe est passé à coté de son sujet même en fiction
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
afriqueahafriqueah   17 mai 2022
Le bus s’était jusque –là comporté en voyou, se préoccupant à peine de la sécurité de ses passagers et chassant avec la dernière brutalité les petits véhicules de la chaussée, comme si les droits de la circulation n’était qu’une question de dimension.
Commenter  J’apprécie          242
afriqueahafriqueah   17 mai 2022
Mais, même dans les dictatures du prolétariat où les réformes sont censées être radicales, brutales, une sorte de tolérance atavique paraît s’attarder, contre toute attente, pour le grand chic des datchas et les magasins spéciaux, etc, à l’usage de l’élite révolutionnaire. Par conséquent, ce n’est peut être pas une question de système social, après tout, mais une faiblesse humaine fondamentale. Rien ne peut la guérir, sans doute, que la diffusion généralisée d’une certaine culture politique, lente à croitre, patiente et obstinée, comme le jeune arbre planté par David Diop au bord du désert, juste avant l’année des merveilles où l’Afrique se couvrit soudain, de façon si spectaculaire, de nations et d’Etats indépendants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
afriqueahafriqueah   17 mai 2022
Ce que nous racontons est comme le milieu d’un énorme boa, qu’un ignorant prend pour un tronc d’arbre et sur lequel il s’installe pour une prise de tabac… Oui, nous attaquons notre petite histoire, les yeux fous et la langue déliée…. L’histoire survit à la guerre et au guerrier, parce qu’elle se poursuit lorsque les tambours de guerre se sont tus avec les exploits des combattants intrépides … l’histoire est notre maitre et nous conduit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
afriqueahafriqueah   17 mai 2022
Mais combien de temps faudra-t-il pour comprendre qu’exercer le pouvoir, c’est comme se marier avec une femme qui vit de l’autre côté du Niger : on se retrouve vite au milieu du fleuve en train de pagayer la nuit.
Commenter  J’apprécie          10
lesptitchatslesptitchats   10 avril 2013
- L'oppression de la femme a été fondé au départ sur le dénigrement grossier. On l'a accusée d'avoir causé la chute de l'Homme. Elle est donc devenue un bouc émissaire -non pas innocent, mais coupable, qui mérite amplement toutes les souffrances que l'Homme a voulu lui imposer par la suite. Voilà la Femme telle que la présente la Livre de la Genèse. Ici, nos ancêtres, qui n'ont pas eu la chance d'entendre parler de l'Ancien Testament, ont inventé exactement la même histoire, avec une couleur locale un peu différente. Au commencement le Ciel était tout près de la Terre. Mais tous les soirs la Femme en coupait un morceau pour le mettre dans sa marmite ou, selon une autre version, ne cessait de le cogner avec son pilon sans faire attention chaque fois qu'elle pilait le mil, ou bien encore -la capacité d'invention de l'homme est tellement prodigieuse - essuyait ses mains sales sur la face des cieux. Quelles qu'aient été ses provocations, le Ciel en colère finit par s'éloigner, et Dieu avec.
" Voilà le genre de préjugé naïf qui convient aux goûts primitifs de l'Ancien Testament. Pour le Nouveau, il fallait une stratégie plus éclairée, plus raffinée, plus tendre même, en apparence évidemment. Alors l'idée est venue à l'Homme de faire de son épouse la Mère de Dieu lui-même, de la prendre de dessous ses pieds, où elle se trouvait depuis la Création, et de la porter avec vénération jusqu'à un joli piédestal bien en vue. Là-haut, complétement isolée du sol, elle n'aura pas plus son mot à dire dans les décisions pratiques de la société qu'aux temps où elle était écrasée. La seule différence, c'est que maintenant l'Homme n'éprouve plus aucun sentiment de culpabilité. Il peut s'asseoir tranquillement et se féliciter de sa générosité et de sa galanterie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Chinua Achebe (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chinua Achebe
"Things Fall Apart" by Chinua Achebe, Part 2: Crash Course Literature 209.
In which John Green concludes teaching you about Chinua Achebe's Things Fall Apart. You'll learn about the historical contexts of Things Fall Apart, including 19th century colonization and 20th century decolonization. We're going to learn a little bit about Achebe's childhood between two cultures, cover Okonkwo's sad, sad end, and even learn a little about The Babysitters Club.
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Le monde s'effondre

Lequel de ces noms ne désignent pas un personnage du livre?

Okonkwo
Unoka
Umuofia
Ekwefi

9 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Tout s'effondre de Chinua AchebeCréer un quiz sur ce livre