AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782253934158
352 pages
Le Livre de Poche (19/01/2022)
3.52/5   73 notes
Résumé :
Paul est encore adolescent quand il s’éprend de Giovanni, le menuisier de ses parents, pendant des vacances estivales sur une petite île italienne. Premier amour. Plus tard, à New York, c’est avec la belle Maud qu’il pense construire une vie de couple. Il l’aime et la jalouse fiévreusement. Trop peut-être.
Manfred, lui, est d’abord une silhouette aperçue sur un court de tennis à Central Park, avant d’obséder Paul, corps et âme. Il finira par vivre avec lui. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
3,52

sur 73 notes

5Arabella
  26 juillet 2019
Récit à la première personne, un narrateur Paul, qui par certains côtés semble ressembler à l'auteur, qui a vécu dans les endroits et de la même manière que celui-ci, se raconte. D'une façon discontinue, il évoque quelques moments clés de sa vie, en entremêlant passé et présent, souvenirs et l'instant en cours. Ce qui relie ces différents points de sa vie est le sentiment amoureux, l'attirance, le désir intense, le mouvement vers l'autre qui fait, ou qui donne envie de sortir de soi, de construire un nous. Difficile, rarement abouti, Paul a du mal à être simple, à vaincre ses barrières. Mais d'une certaine façon, il préfère peut-être l'imagination, l'attente, ou le souvenir, à un assouvissement qui fait disparaître tout le mystère et tous les possibles pas encore advenus.
Giovanni, Maud, Manfred, Chloé, Heidi font surgir des fantasmes, éveillent l'imaginaire, mais au fond restent lointains, comme des continents mystérieux entrevus dans la brume. Parfois le vent dissipe un peu la brume, les continents semblent se rapprocher pour un temps, mais un autre coup de vent va rapidement les dissimuler et les éloigner. Resteront les souvenirs et les rêves de ce qui a été entraperçu, de ce qui aurait pu être si seulement…
Un beau livre, mélancolique et doux, qui au-delà d'une aspirations primordiale à une union, à un contact, se confronte à un sentiment irrémédiable de solitude, de l'impossibilité de pénétrer l'autre, de s'oublier soi-même. Paul restera toujours enfermé dans son univers, les rencontres qu'il fait et les sentiments qu'il éprouve ne font au final que nourrir cet univers intérieur sans le transformer réellement au contact des gens auquels il s'attache. Ce pourquoi, le côté inaccessible, impossible, des attachements qu'il éprouve est ce qui le séduit le plus : la distance qui ne pourra être franchie, ou alors juste pour un court moment est ce qui lui convient le mieux, le travail intérieur autour de l'aimé ne pourra que plus facilement se déployer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
coquinnette1974
  14 avril 2019
Grace aux éditions Grasset, via net galley, j'ai eu le plaisir de lire Les variations sentimentales d'André Aciman.
Paul est encore adolescent quand il s'éprend de Giovanni, le menuisier de ses parents, pendant des vacances estivales sur une petite île italienne. Premier amour. Plus tard, à New York, c'est avec la belle Maud qu'il pense construire une vie de couple. Il l'aime et la jalouse fiévreusement. Trop peut-être. Il y aura aussi Manfred puis Chloé sans oublier Heidi, une jeune musicologue...
Paul nous parle de ses amours, de ses émois. Il est dans la séduction, homme, femme.. il varie.
Les variations sentimentales est un roman qui porte bien son titre.
J'avais beaucoup aimé Appelle-moi par ton nom d'André Aciman, c'est donc avec plaisir que je me suis plongé dans son nouveau roman.
J'ai bien aimé découvrir Paul et ses amours, c'est sympathique, agréable à lire toutefois cette fois ci je n'ai pas eu de coup de coeur. Il manque quelque chose pour me captiver totalement et je n'arrive pas à définir quoi !
J'ai apprécié ma lecture, les personnages, l'histoire mais pas de là à mettre cinq étoiles. En fait, je dirais qu'il est légèrement en dessous de son premier roman, tout simplement :)
Mais Les variations sentimentales est un bon roman qui se lit rapidement et avec plaisir. Je sais déjà que je lirais le prochain ouvrage de cet auteur :)
Ma note : 4 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
tristantristan
  03 avril 2019
Certes, il y a toujours cette belle écriture, fine, douce, linéaire et donc sans à-coups mais, il n'y a pas de magie dans ce qui est évoqué. Et ce, même si l'on fait abstraction de "Call me by your name". Comment en vouloir à l'auteur si chaque artiste n'est en définitive l'auteur que d'un seul chef-d'oeuvre?
Commenter  J’apprécie          200
DemainJeLis
  12 mars 2019

Se faire des films. S'imaginer des histoires. Fantasmer.
André Aciman a réussi un coup de maître : dire non l'amour mais le fantasme, qui ne s'incarne dans une personne que pour mieux s'en détacher, au gré des rencontres et des hasards de la vie.
Dans Les Variations Sentimentales, le fantasme devient le réel héros de l'histoire : il double la réalité, la percute, la téléscope. Avec lui, les être aimés se suivent, se surimposent, se heurtent parfois.
Le génie de ce livre, c'est d'être construit comme une fugue : parallèlement au récit, une deuxième voix apparaît, elle dit les variations du désir, les modulations de la passion en contrepoint. C'est le fantasme qui parle, avec sa soif d'aventure, son besoin irrépressible de s'inventer et de se réinventer.
Roland Barthes disait du fantasme qu'il est un “roman de poche”. André Aciman lui donne ses lettres de noblesses littéraires, il en fait le moteur de l'histoire, de toute histoire. Pour notre plus grand bonheur.












Se faire des films. S'imaginer des histoires. Fantasmer.
Avec Les variations sentimentales, André Aciman a réussi un coup de maître : dire non pas l'amour mais le fantasme, ce “petit roman de poche que l'on transporte toujours avec soi et que l'on peut ouvrir partout sans que personne y voie rien” (Barthes).
Ce n'est pas l'amour fou et sa soif d'absolu, c'est le désir et son besoin d'aventures, ce moteur à histoire qui n'en finit pas d'inventer, au gré des rencontres et des hasards de la vie.
André Aciman raconte une vie sentimentale dans laquelle les êtres aimés se suivent, se surimposent, se heurtent parfois, comme autant d'incarnations d'un désir qui ne s'incarne dans une personne que pour s'en détacher.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
hazzunah
  24 mars 2019
Après Call me by your name, j'attendais beaucoup du nouveau roman d'Andre Aciman. Ça n'a pas été le même coup de coeur absolu, mais j'ai apprécié retrouver sa plume à la fois brute et poétique, sa manière un peu proustienne de construire ses phrases, sa façon de parler de l'amour et de toutes ses variations.
Dans ce roman, nous suivons Paul dans ses aventures amoureuses — ou dans ses fantasmes jamais assouvis. À peine adolescent, Paul s'éprend de Giovanni, le menuisier de l'île italienne où il passe ses vacances. J'ai beaucoup aimé l'ambiance de ce premier amour et j'espérais vraiment que la « chute » allait être ce à quoi je m'attendais. Aciman ne m'a pas déçu. Par la suite, Paul est adulte. Il s'éprend tour à tour de Maud, du beau Manfred — silhouette qui le hante et le consume — de Chloé l'insaisissable, puis de Heidi, dont les mots le séduisent.
À travers ce personnage, Aciman raconte ainsi le désir — souvent fugitif mais toujours sublime, vivant, terrifiant. Paul rêve, aime, jalouse, charme hommes et femmes. Il fait l'amour avec son corps — mais aussi avec les mots. Et c'est très beau, souvent. (La preuve, j'ai beaucoup corné les pages de mon livre pour retenir des citations.)
Ce qui m'a le moins plu, dans ce roman, c'est le personnage principal... J'avais aimé le côté intellectuel d'Elio — dans CMBYN — et chez Paul il m'a quelque peu énervé... Il y avait quelque chose de pénible à le voir tergiverser sur ses désirs, à hésiter, puis à retomber dans une mélancolie de l'amour déçu. En fait, après réflexion, je crois que j'aime beaucoup trop les histoires où le héros/l'héroïne s'enflamme pour une seule et même personne, jusqu'à la mort. Ce n'est jamais le cas de Paul qui s'attache brusquement puis se détache au gré du temps... En somme, c'est un personnage très humain. Et pour moi qui ait en tête un « idéal » romantique enfiévré nourri par les fictions (lol), c'était peut-être trop réel... Laissez-moi croire que l'amour ne se fane jamais, qu'il dévaste tout.
Dans tous les cas, ce roman est très beau et me confirme qu'Aciman est un écrivain dont j'adore définitivement l'univers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
LaPresse   07 juin 2019
Le résultat est un roman mouvant auquel il est difficile de s'accrocher, tout comme Paul qui passe son temps à changer ses cibles d'intérêt.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeFigaro   14 février 2019
L'auteur du roman à succès Call me by your name, adapté au cinéma, nous entraîne dans la vie sentimentale mouvementée d'un américain.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
michelblaisemichelblaise   20 novembre 2021
Le passé peut être ou non un pays étranger. Il peut se transformer ou rester inchangé, mais sa capitale s'appelle toujours Regret, et ce qui le traverse est et le grand canal des désirs immatures, qui se jette dans un archipel de minuscules possibles qui ne se sont jamais vraiment produits, mais ne sont pas irréels pour autant et pourraient encore se réaliser même si nous craignons qu'ils ne le fassent jamais...

Le regret est le moyen d'espérer des choses que nous avons depuis longtemps perdues sans pourtant les avoir jamais vraiment eues... L'espoir sans la conviction.

Nous sommes déchirés entre le regret, qui est le prix à payer pour les choses que nous n'avons pas faites, et le remords, qui est le coût de les avoir faites. Entre l'un et l'autre, le temps joue ses tours pendables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Olivia-AOlivia-A   13 février 2019
Le passé peut être ou non un pays étranger. Il peut se transformer ou rester inchangé, mais sa capitale s'appelle toujours Regret, et ce qui le traverse est le grand canal des désirs immatures qui se jette dans un archipel de minuscules possibles qui ne se sont jamais vraiment produits, mais ne sont pas irréels pour autant et pourraient encore se réaliser même si nous craignons qu'ils ne le fassent jamais. Et je pensais à Ole Brit qui refoulait tant de choses, comme nous le faisions tous quand nous regardons en arrière, pour nous apercevoir que les chemins que nous avons abandonnés ou que nous n'avons pas pris ont pratiquement disparu. C'est à cause de nos regrets que nous espérons revenir à nos vraies vies, une fois que nous aurons trouvé la volonté, l'énergie aveugle et le courage d'échanger la vie qui nous a été donnée contre celle qui porte notre nom et n'appartient qu'à nous seuls. Le regret est le moyen d'espérer des choses que nous avons depuis longtemps perdues sans pourtant les avoir jamais vraiment eues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
michelblaisemichelblaise   18 novembre 2021
Une impression presque douloureuse me serra le cœur. J'aimais cette douleur... les variations de mes sentiments, la brûlure et le baume entrelacés comme deux serpents jumeaux.

C'est cela l'amour..., le doute est amour, la crainte est amour, même le mépris que tu éprouves est amour. Chacun de nous y parvient par un chemin détourné. Certains le découvrent sur-le-champ, pour d'autres il faut des années, et pour d'autres encore il ne se manifeste que rétrospectivement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   17 février 2019
Nous faisons l’hypothèse sans même nous en rendre compte que nos vies sont définies à l’avance – c’est la beauté des hypothèses : elles nous amènent sans le moindre indice à nous comporter comme si nous étions persuadés que rien ne change. Nous pensons que la rue dans laquelle nous habitons restera à jamais pareille et portera le même nom. Nous pensons que nos amis vont rester nos amis, et que nous aimerons à jamais ceux que nous aimons. Nous avons confiance, et à la longue, nous oublions que nous avions confiance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
michelblaisemichelblaise   16 novembre 2021
On dit que les signes sont toujours là, à portée de main, mais qu'à l'image des étoiles, personne ne peut les compter, encore moins les interpréter.


En outre , ils ne sont pas plus fiables que les oracles. Ils disent la vérité à condition de ne pas être entendus .
Commenter  J’apprécie          120

Videos de André Aciman (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Aciman
André Aciman vous présente ses ouvrages "Les variations sentimentales" aux éditions Grasset.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2285683/andre-aciman-les-variations-sentimentales
Notes de musique : Youtube Music Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4572 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre