AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Christophe Claro (Traducteur)
EAN : 9782268053363
205 pages
Éditeur : Désordres-L.Viallet (13/01/2005)

Note moyenne : 3/5 (sur 9 notes)
Résumé :

" L'auteur a recours à une variété de styles pour écrire son roman : poèmes, écriture persane, argot trivial de la rue, etc. Le livre conteste la société capitaliste. Il affirme que les riches ont le pouvoir. La discrimination envers les femmes est condamnée dans de brefs passages. Janey, toutefois, n'a que deux choses en tête : les hommes, et le projet d'aller au lycée. " Outrage aux bonnes mœur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
hcdahlem
  07 mars 2021
L'équipée sauvage de Janey Smith
La réédition de Sang et stupre au lycée permet à Laurence Viallet de nous offrir une version corrigée et augmentée d'un livre sans tabous, à la fois roman d'apprentissage, journal intime, recueil de poésie, collage et manifeste.
Comme le dit Virginie Despentes, «ça te saute à la gueule, ça te transforme». La réédition de ce texte au temps de #metooinceste pourrait presque être vu comme une provocation, s'il n'était un témoignage fort, cru et brutal des moeurs des années 1970 où la «libération» passait par le sexe et la drogue, par la fin des tabous et les expériences hors limites.
Cela commence par un dialogue entre un père et sa fille. Ils séjournent à Mérida, au Mexique, et couchent ensemble. Mais Janey Smith, qui vient s'entrer dans l'adolescence, craint que la rencontre de son père avec Sally, une jeune starlette, ne signifie la fin de leur relation particulière. Elle part alors pour New-York, tandis que son géniteur reste au Mexique. Fin du premier acte.
Le second, tout aussi glauque, se passe au lycée où Janey va intégrer une bande baptisée les scorpions. «On faisait exactement ce qu'on voulait et c'était agréable. On se soûlait. On se droguait. On baisait. On se faisait sexuellement le plus de mal possible. le speed, le surmenage affectif et parfois la douleur émoussaient nos cerveaux. Déglinguaient notre appareil percepteur. Nous savions que ne nous ne pouvions rien changer au merdier dans lequel nous vivions, aussi nous efforcions-nous de nous changer nous-mêmes.» Et comme elle ne connaissait rien à la contraception, elle se retrouve enceinte et avorte pour 190 dollars. Dans son école «réservée aux gentilles filles de bonne famille» la chose devient courante. Alors les scorpions veulent se venger, «combattre la morosité de cette société de merde». Vols, dégradations, insultes, course-poursuite avec la police, accidents et autres dérapages vont alors se multiplier.
Avant l'acte trois, un petit intermède nous est proposé sous forme de conte. L'histoire du monstre et de sa chatte qu'un ours vient déranger. On y croisera aussi un cheval blanc et un éléphant. Des intermèdes qui vont se multiplier, notamment sous forme graphique, car les éditions Laurence Viallet ont choisi de rééditer ce livre en y incluant des fac-similés inédits reproduits en quadrichromie: deux cartes des rêves, dessinées et annotées à la main par Kathy Acker, et de nombreux dessins.
Janey vit désormais dans L'East Village où «les quelques centimètres épargnés par les ordures puent la pisse de chien et de rat. Tous les immeubles sont cramés, à moitié incendiés, ou en ruine.» La population est à l'aune de cet environnement, misérables ou voyous, comme ceux qui débarquent chez Janey et cassent tout avant de la frapper et de la kidnapper pour la conduire chez un mystérieux M. Linker, sorte de proxénète érudit. Ce dernier la séquestre et lui inculque sa philosophie de la vie. Mais elle n'a pas envie de passer toute sa vie en enfer. «Si je savais comment cette société a fini par être aussi pourrie, peut-être aurions-nous un moyen de détruire l'enfer.» écrit-elle. Et c'est précisément l'écriture qui la sauve. L'écriture et la soif d'apprendre. Un jour elle trouve une grammaire persane et se met à apprendre le persan. Des poèmes joliment calligraphiés suivront, suivis de poèmes de révolte, de notes de lecture, de correspondance avec des écrivains comme Erica Jong et Jean Genet, de fragments de son journal intime, de dessins comme cette carte de ses rêves.
Kathy Acker invente le collage littéraire qui va lui ouvrir le monde. Un monde qu'elle va parcourir après avoir trouvé un billet pour Tanger. Un monde qu'elle va embrasser, faisant du beau avec du mal, poussant toujours plus loin les limites.
Concluons cette chronique comme elle a commencé, avec Virginie Despentes: «je ne connais aucun autre auteur qui ait un tel souffle — une telle capacité à bouleverser nos certitudes sur ce qu'on peut attendre d'un roman.»

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
BruC
  21 mars 2020
Voilà un livre qui ne laissera pas indifférent. La narratrice est une lycéenne américaine qui est envoyée par son père à New-York. de ce père, on apprend qu'il y a une relation incestueuse. Arrivée à New-York, l'adolescente plonge dans la drogue, le sexe et la violence. C'est un livre extrême, par une écrivaine qui, après avoir été censurée de nombreuses années, est devenue une auteure contemporaine majeure de la littérature américaine. Ce roman peut également se lire, à mon sens, comme le récit des fantasmes, des peurs et des frustrations d'une jeune adolescente. On est cependant en droit de trouver ce livre violent et par moment agaçant.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (3)
LesInrocks   15 février 2021
. Là encore, le sexe est une transgression, un retournement politique : l’inceste est choisi, instrumentalisé. C’est la fille qui “baise” le père et pas l’inverse.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
LeMonde   15 février 2021
Histoire d’un livre. Nouvelle édition de « Sang et stupre au lycée », roman séminal de l’écrivaine américaine punk et féministe morte en 1997. Un texte sulfureux à sa parution, en 1984, toujours brûlant aujourd’hui.
Lire la critique sur le site : LeMonde
FocusLeVif   29 janvier 2021
Grâce à la réédition augmentée de son premier livre, Sang et stupre au lycée, on redécouvre la prose sulfureuse, punk, et subversive de Kathy Acker.
Lire la critique sur le site : FocusLeVif
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   07 mars 2021
Le taudis où elle décide de vivre. L'East Village pue. Les ordures recouvrent chaque centimètre de rue. Les quelques centimètres épargnés par les ordures puent la pisse de chien et de rat. Tous les immeubles sont cramés, à moitié incendiés, ou en ruine. Pas un propriétaire de ces taudis ne vit dans ces répugnants immeubles. L'hiver, quand la température avoisine les moins quinze degrés ces bâtiments n’offrent ni eau chaude ni chauffage et l'été, quand il fait dans les quarante degrés, les cafards et les rats tapissent les murs intérieurs et les plafonds.
Il n’y a qu'un seul hôpital à la disposition de tous, un hôpital qui a le courage de se situer à quelques blocs de la limite nord des bas quartiers. L'hôpital abrite des lampes, des seringues, des médicaments qui entraînent des troubles cérébraux, des ustensiles et presque pas de lits. Chaque fois qu’il y a des vacances, par exemple, quand il y a une panne d'électricité ou quand un propriétaire met le feu à l'un de ses immeubles pour toucher l'argent de l'assurance, les pauvres pillent l'hôpital pour se distraire. p. 68-69
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
hcdahlemhcdahlem   07 mars 2021
INCIPIT
Marre des parents
N'ayant jamais su ce qu'était une mère, la sienne étant morte lorsqu'elle avait un an, Janey dépendait de son père en toutes choses et le considérait comme un petit ami, un frère, une sœur, des revenus, une distraction et un père.
Janey Smith avait dix ans et vivait avec son père à Mérida, la principale ville du Yucatan. Janey et M. Smith avaient prévu que Janey fasse un long séjour à New York, en Amérique du Nord. En fait, M. Smith essayait de se débarrasser de Janey pour pouvoir passer tout son temps avec Sally, une starlette de vingt et un ans qui refusait obstinément de baiser avec lui.
Un soir, M. Smith et Sally sortirent, et Janey sut que son père et cette femme allaient baiser. Janey elle aussi était très jolie, mais elle avait une drôle d'expression car un de ses yeux était de travers.
Janey mit le lit de son père en pièces et coinça des planches contre la porte principale. Quand M. Smith rentra chez lui, il lui demanda pourquoi elle se comportait ainsi.
Janey: Tu vas me quitter. (Elle ne sait pas pourquoi elle dit ça.) Le père (abasourdi, mais ne niant pas): Sally et moi on vient à peine de coucher ensemble pour la première fois. Comment veux-tu que je sache ?
Janey (perplexe. Elle ne pensait pas que ce qu’elle vient de dire était vrai. C'était sous le coup de la colère): Alors tu vas me quitter. Oh non. Non. Ce n’est pas possible.
Le père (étonné lui aussi) : Je n’ai jamais pensé que j'allais te quitter. Je baisais, c'est tout.
Janey (ne se calme pas du tout en entendant ces paroles. Son père sait que Janey réagit au quart de tour et devient folle quand elle a peur, aussi provoque-t-il sans doute cette scène): Tu ne peux pas me laisser. Tu ne peux pas. (Complètement hystérique maintenant:) Je vais. (S'aperçoit qu'elle risque de perdre pied et de forcer les événements. Veut quand même entendre sa version. Frissonne de peur en lui demandant ceci.) Es-tu fou amoureux d’elle ?
Le père (réfléchit. Début de la confusion) : Je ne sais pas.
Janey : Je ne suis pas folle. (S’apercevant qu'il est fou amoureux de cette femme.) Je ne voulais pas agir comme ça. (Comprenant petit à petit qu’il est vraiment fou amoureux. Lâche le morceau.) Ça fait un mois que tu passes tout ton temps avec elle. C’est pour ça que tu as arrêté de prendre tes repas avec moi. C’est pour ça que tu ne m'as pas aidée comme tu le faisais avant, quand j'étais malade. Tu es fou amoureux d'elle, n'est-ce pas ? |
Le père (sans tenir compte de ce gâchis) : Nous avons couché ensemble pour la première fois cette nuit.
Janey: Tu m'avais dit que vous étiez juste amis, comme Peter et moi (l'agneau en peluche de Janey) et que vous ne coucheriez pas ensemble. Ce n’est pas comme moi quand je couche avec tous ces queutards des beaux-arts: lorsqu'on couche avec sa meilleure amie, c’est franchement grave.
Le père : Je sais, Janey.
Janey (elle n’a pas gagné ce round; elle lui a jeté la trahison au visage et il ne l’a pas complètement esquivée) : Tu as l'intention d’habiter avec Sally ? (Elle évoque la pire éventualité.)
Le père (toujours sur le même ton, triste, hésitant, mais secrètement heureux parce qu'il veut se tirer) : Je ne sais pas.
Janey (elle est sur le cul. Chaque fois qu’elle dit le pire, ça se produit) : Quand est-ce que tu sauras ? Je dois prendre mes dispositions.
Le père : Nous n’avons couché ensemble qu'une seule fois. Pourquoi ne pas laisser les choses suivre leur cours, Janey, au lieu de me mettre la pression ?
Janey : Tu m'annonces que tu aimes quelqu'un d'autre, tu vas me foutre à la porte, et je ne dois pas te mettre la pression. Tu me prends pour qui, Johnny ? Je t'aime.
Le père : Laisse les choses suivre leur cours. Tu en fais tout un plat
Janey (tout jaillit brutalement) : Je t'aime. Je t'adore. La première fois que je t'ai rencontré, c'est comme si une lumière s'était allumé en moi. Tu es la première joie que j'ai connue. Tu ne comprends pas ça ?
Le père (silencieux).
Janey: Je ne supporte pas l’idée que tu me quittes: c'est comme si une lance me transperçait le cerveau : c’est la pire douleur que j'ai jamais éprouvée. Tu peux sauter qui tu veux, je m'en fous. Tu le sais. Je n'ai jamais été comme ça.
Le père: Je sais.
Janey : J'ai peur que tu me laisses, c’est tout. Je sais que j'ai été chiante avec toi: j'ai vraiment trop déconné; je ne t'ai pas présenté à mes potes.
Le père: J'ai une liaison, Janey, rien de plus. Et j'ai envie que ça dure
Janey (elle la joue rationnelle) : Mais peut-être que tu vas me quitter
Le père (ne dit rien).
Janey : OK. (Se ressaisit en pleine débâcle et serre les dents.) Je vais attendre de voir comment les choses se passent entre Sally et toi et ensuite je saurai si on continue à vivre ensemble. C'est bien comme ça que ça se présente ?
Le père: Je ne sais pas.
Janey: Tu ne sais pas! Et moi, comment je fais pour savoir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
wiggybiswiggybis   07 juillet 2013
- Pourquoi souris-tu à tout le monde ?
- Pourquoi ne sourirais-je pas ?
- Tu n'aimes quand-même pas tout le monde, non ? Tu ne devrais pas être gentille si tu n'en a pas envie.
- Comment devrais-je me comporter ?
- Comporte toi comme tu le sens. Tu n'as pas besoin d'être hypocrite.
- Je ne ressens rien.
Commenter  J’apprécie          140
hcdahlemhcdahlem   07 mars 2021
Je traînais avec une bande de jeunes déjantés et j'avais peur. Nous formions un groupe, LES SCORPIONS.
Papa ne m’aimait plus. Voilà.
J'étais désespérée, je voulais à tout prix retrouver l'amour qu'il m'avait pris.
Mes amis étaient exactement comme moi. Ils étaient désespérés — issus de familles brisées, de la pauvreté — et ils essayaient par tous les moyens possibles d'échapper à leur sort.
Malgré les restrictions scolaires, on faisait exactement ce qu'on voulait et c'était agréable. On se soûlait. On se droguait. On baisait. On se faisait sexuellement le plus de mal possible. Le speed, le surmenage affectif et parfois la douleur émoussaient nos cerveaux. Déglinguaient notre appareil percepteur.
Nous savions que ne nous ne pouvions rien changer au merdier dans lequel nous vivions, aussi nous efforcions-nous de nous changer nous-mêmes.
Je me détestais. Je faisais tout ce que je pouvais pour me faire du mal.
Je ne me rappelle plus avec qui j'ai baisé la première fois que j'ai baisé, mais je ne devais rien connaître à la contraception parce que je suis tombée enceinte. Je me rappelle en revanche très bien l’avortement. Cent quatre-vingt-dix dollars.
Je suis entrée dans une vaste pièce blanche. Il devait y avoir cinquante filles. Quelques adolescentes et deux ou trois femmes d'une quarantaine d'années. Des femmes qui faisaient la queue. Des femmes assises qui piquaient du nez. Quelques-unes étaient accompagnées par leur petit ami. Je me suis dit qu'elles avaient de la chance. La plupart d’entre nous étions venues seules. Les femmes qui faisaient la queue avec moi se sont vu remettre de longs questionnaires: à la fin de chaque formulaire, il y avait un paragraphe stipulant qu’on donnait au médecin le droit de faire ce qu'il voulait et que si on mourait ce n’était pas sa faute. Nous avions déjà remis notre sort entre des mains d'hommes avant ce jour. C'est pour ça que nous étions ici. Nous avons toutes signé ce qu'on nous donnait. Puis ils ont pris notre argent. p. 37-38
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
armand7000armand7000   24 janvier 2021
"Les écrivains créent ce qu'ils créent à partir de leur souffrance pleine d'effroi, de leur sang, de leurs tripes en bouillie, du magma horrible de leurs entrailles. Plus ils sont en contact avec leurs entrailles, plus ils créent. (...) La vie d'un écrivain est horrible et solitaire. Les écrivains sont bizarres alors gardez vos distances."
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : journal intimeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1460 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre