AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Bernard Turle (Traducteur)
EAN : 9782848761589
221 pages
Philippe Rey (11/02/2010)
2.71/5   7 notes
Résumé :
Poète maudit, certes Edgar Poe le fut, il en est même devenu l'archétype. Mais, dans sa vie, il n'a pas connu que des échecs, loin de là : son poème Le Corbeau en fit une star et il était l'un des journalistes américains les plus connus de son époque. Il fut un critique assassin, mais aussi un fertile inventeur de mythes, précurseur d'Orson Welles dans le domaine du canular journalistique autant que de Conan Doyle ou de Jules Verne dans ceux du roman policier et de ... >Voir plus
Que lire après Edgar Allan Poe : Une vie coupée courtVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Edgar Allan Poe, Une vie coupée court de Peter Ackroyd, éditions Philippe Rey, traduit de l'anglais : Poe, A life cut short, 2008.

Né à Londres en 1949, le britanique Peter Ackroyd, romancier, essayiste et critique littéraire n'est pourtant pas à son coup d'essai. Sa biographie sur Edgar Allan Poe (1809-1849), parut en anglais en 2008, traduite en français en 2010, recelle quantité des facettes malaisées faites de précautions et mises à distance, si bien qu'au final, l'on se demande pourquoi Peter Ackroyd a choisi d'écrire sur le poète, romancier, nouvelliste, critique littéraire, dramaturge et éditeur américain, tant il met peu de bonne volonté et sympathie dans son ouvrage, tandis que la contemption et un air pincé domine, eut égare au pauvre Edgar Allan Poe, paragon du poete maudit. Autant dire que dans ce titre originellement intitulé 'Poe. A life cut short', c'est un peu un short qui est taillé à Poe, tant cette biographie (qui survole à peine l'oeuvres et sa réception) est d'avantage contenue dans les inconduites et intempérences à charge, avec ses excès de beuverie et accés de folie associés, dates a l'appuies, qui au temps de Poe étaient déjà autant de sujet de diffamation et ayant parfois fait l'objet de procès... Ainsi, page160, Ackroyd retranscrit un témoignage issu d'un article de presse qui semble être le sinopis de notre biographie :

L'autre jour, il est passé à son bureau, dans un état de lamentable imbécilité, portant sur son corps diminué les marques d'une mauvaise vie; il trahit dans son parler une déviation radicale du sens des choses... Il était accompagné par une parente d'un certain âge qui arpentait, lasse, les rues torrides, le suivant pas à pas afin d'empêcher qu'il s'adonne à son penchant pour la bouteille; par quelque stratagème, il avait berné sa vigilance et se trouvait déjà dans un bel état d'ivresse.

A lire Peter Ackroyd on se demande comment ce pauvre type d'Edgar Allan Poe, qui n'a décidemment pas de pot, laissant sa peau dans la misère et l'alcool, a pu tout autant être le grand écrivain qui aura finalement donné ses lettres de noblesse à l'Amérique quand tout était a inventer, y compris la littérature. le caractère délicat des propos tenus par Ackroyd, a pour contre partie, comme de bien entendu, de pouvoir se retrancher derrière de multiples références duement documentées et archivées, si bien qu'à la fin de la biographie, l'on reste sur sa faim quant à ce qui pouvait amener un quelconque lecteur, un tant soi peu intéressé par Poe, à lire un tel ouvrage. Mais sans doute que c'est une perspective éclairante sur un regard ou une tradition par trop 'British', et donc snob, sur un des tout premier poéte et auteur qui s'est illustré dans le Nouveau Monde'... Un des passage les plus curieux étant celui où, faute de document plus parlant ou probant, Ackroyd s'essaye à une interprétation d'un portraits photographiques de Poe. On sait que la physiogonomie en pseudo-science qui s'est développée au cours du XIXe siècle, et devenu l'alibi du nazisme...

A part ça, les grandes lignes de la vie de Poe sont connues et c'était tout un programme, dommages. Pour mémoire : très jeune orphelin de parents acteur de théatre, il est recueilli par la famille Allan. Parmi ses écrits très tôt appréciés en France, on retient : le Corbeau (traduit par Baudelaire et Mallarmé), Histoires extraordinaires, Nouvelles histoires extraordinaires, Les Aventures d'Arthur Gordon Pym, Les Poèmes, Histoires grotesques et sérieuses, Eureka. Egar Allan Poe qui a illustré l'art du récit court, est considéré comme l'inventeur du roman policier tout en annoncant les genres de la science-fiction et du fantastique... D'un côté un auteur et poète considérable et de l'autre, un biographe sans considération qui se décrédibilise. Pourquoi avoir traduit ce livre en français ?



Commenter  J’apprécie          10
Peter Ackroyd affectionne les biographies. Il a d'ailleurs reçu de nombreux prix pour des livres sur la vie de Shakespeare, William Blake ou Londres. Il signe ici une courte biographie narrant la vie tumultueuse et bien triste d'Edgar Allan Poe, écrivain, poète et l'un des journalistes américains les plus connus de son époque. Edgar Poe fut aussi un critique littéraire impitoyable. (quatrième de couverture)

L'auteur raconte donc le parcours chaotique et capricieux de cet être unique devenus orphelin très jeune et recueilli par un bienfaiteur aisé qui veilla à son éducation et lui fournit tout l'argent de poche dont il avait besoin pour se faire une réputation de flambeur et s'enfoncer déjà dans les dettes évidemment épongées par son patient tuteur. Mais la patience à ses limites et John Allan exaspéré par les frasques de son protégé lui coupe les vivres obligeant Poe à chercher fortune dans l'armée. Ensuite, il faut lire le livre pour connaître les péripéties nombreuses et le difficile combat que menât Poe pour se faire un nom parmi la faune littéraire américaine. Mais, sa réputation d'ivrogne ne tarda pas aussi à émerger malheureusement. Pourtant, le personnage demeure touchant malgré son comportement parfois odieux et totalement irresponsable. Il fut même taxé de folie vers la fin de sa vie.

La biographie insiste sur les faits et n'est pas une analyse approfondie de l'oeuvre de ce cher Edgar mais tout de même, elle est intéressante car bien construite et bien rédigée. le regard que porte Peter Ackroyd sur le poète maudit est toujours neutre et parfois même compatissant. Tout de même, la lecture de cette biographie m'a donné le goût de lire l'oeuvre de Poe en commençant par son célèbre poème « le Corbeau » qui lui valut bien des honneurs et des hommages mérités. Un baume dans la carrière littéraire chaotique et extrêmement pénible de cet homme sans cesse confronté à la déception et à la misère et dont l'oeuvre étrange demeure toujours aussi fascinante.

« À l'automne 1843, Edgar Poe avoua à un collègue écrivain que sa femme et Mrs Clemm mouraient de faim. On réunit promptement quinze dollars auprès de journalistes et d'autres bonnes âmes ; une heure après qu'on eut donné l'argent à Poe, on le retrouva pris d'ivresse dans Decatur Street, où se tenait la Decatur Coffee House, qui vantait ses juleps (cocktails bourbon menthe), cobblers (rhum, whisky, fruits), egg noggs (brandy, lait et jaune d'oeuf), etc. Il avait été déçu par les ventes de la nouvelle édition de ses contes…"
Commenter  J’apprécie          20
On découvre la vie d'Edgar Allan Poe, et ça ne donne pas envie du tout. Certes la vie était difficile dans ce temps là mais il a réussi à culminer dans le génie de l'écriture et la misère toute sa vie. A chaque opportunité de s'en sortir, quand bien même il a du se battre et supplier pour avoir cette chance, il a été cherché l'alcool, son meilleur ennemi pour finir dans l'échec.
Il a ainsi réussi à se mettre à dos un public qui l'admirait pour ses oeuvres mais ne supportait plus son caractère et son alcoolisme.
Même à la fin de sa vie, il est incapable de mettre son orgueil dans sa poche pour se tirer d'affaire.
Il y aura moins de 10 personnes à son enterrement.
Que l'écriture ne l'ait pas aidé à sortir de ses démons, m'a déconcertée.

Commenter  J’apprécie          10
Le 8 octobre 1849, Edgar Allan Poe était enterré en présence de quatre personnes seulement. Quelques jours auparavant, ses amis l'avaient quitté sur le quai du port de Richmond, Virginie, alors que le poète américain partait pour affaires à New York. Il avait prévu une escale rapide à Baltimore. Normalement, son séjour devait l'occuper deux semaines environ. A partir de là, les pistes s'embrouillent, se mêlent, s'entremêlent. Certains ont affirmé qu'il serait resté à Baltimore plus longtemps que prévu ; d'autres qu'il avait pris le train pour Philadelphie afin de rendre visite à des connaissances. Toujours est-il que Edgar Poe sera retrouvé ivre mort, délirant, agité, perturbé à Baltimore, sans que personne ne sache jamais la vérité sur cette mystérieuse fin tragique de l'un des plus grands poètes américains.
Lien : http://dunlivrelautredenanne..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Personnage ambigu, la tante d'Edgar, Maria Clemm, essaya de maintenir la maisonnée à flot pendant cette période difficile. Elle savait se d.ébrouiller avec peu, en couture comme en cuisine ; Edgar Poe fit bientôt partie intégrante de la famille dont cette femme s'efforçait de préserver l'unité à tout prix. Il finit par dépendre entièrement d'elle pour toutes les nécessités de la vie. Sa réputation de mendiante ou de pique-assiette était bien établie
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Peter Ackroyd (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Peter Ackroyd
Avec ce conte gothique de l?Angleterre victorienne, son réalisateur nous parle des monstres humains.
Adapté du roman Dan Leno and the Limehouse Golem de Peter Ackroyd (1994), présenté au Festival de Toronto et au festival du film policier de Beaune 2017 où il a remporté le Prix du Jury spécial police, The Limehouse Golem ou Golem, le tueur de Londres sort le 23 janvier 2018 en VOD. Nous avions rencontré son réalisateur, Juan Carlos Medina, en avril dernier.
Dans la catégorie : Textes diversVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Textes divers (382)
autres livres classés : biographieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (26) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}